Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Panasonic Lumix GX7, l’expert haut de gamme

01/08/2013 | Pascale Brites

Alors qu’on attendait un remplaçant du GX1, positionné en milieu de gamme des compacts à objectifs interchangeables, Panasonic créé la surprise. Le GX7, dont le tarif annoncé à 1000 € atteste de sa montée en gamme, intègre tout le savoir-faire technologique du fabricant nippon.

Présentation

Tout en conservant l’aspect compact de son prédécesseur, le GX7 se distingue par son look rétro, décliné en noir ou en argent. De fabrication solide, il est bâti autour d’un châssis en alliage de magnésium, caractéristique partagée avec le Lumix GH3. Alors que le GX1 avait sacrifié le viseur électronique et l’écran orientable au profit d’une plus grande compacité, le GX7 ne semble faire aucun compromis. À l’arrière, l’appareil arbore un écran LCD de taille standard, 7,6 cm, inclinable verticalement. De nouvelle conception, il intègre la surface tactile dans sa dalle LCD, favorisant une bonne visibilité en plein soleil, élargissant les angles de vision et minimisant sa consommation électrique. Sa définition a également été accrue, passant de 460 kpts à 1040 kpts. Il est complété par un original viseur électronique, lui aussi orientable verticalement selon un angle qui peut aller de 0 à 90°. Couvrant 100 % du champ photographié, il s’agit d’un écran LCD à rétroéclairage séquentiel, dont le gamut couvre presque 100 % de l’espace colorimétrique Adobe RVB, le surpassant même dans le domaine du rouge.

Capteur haute sensibilité stabilisé

Bien que le GX7 conserve une définition de 16 Mpxl identique à celle du GX1, du GH3, du G6 et du GF6, son capteur est un nouveau modèle dont les photodiodes, presque jointives, voient leur taille accrue, offrant une plus grande sensibilité. Combiné au nouveau processeur Venus Engine dont les performances ont également été optimisées pour un meilleur rapport signal sur bruit en haute sensibilité, il s’agit, selon les informations divulguées par Panasonic, du meilleur hybride de la marque au delà de 6 400 Iso, avec des résultats à 25 600 Iso très nettement supérieurs aux G6 et GH3.
Notons également au profit du GX7 un système de stabilisation mécanique du capteur, activé automatiquement si l’appareil est équipé d’un objectif non stabilisé.
L’enregistrement vidéo, accessible via une touche dédiée sur le dessus de l’appareil, peut être effectué en Full HD 50p en mode AVCHD. Des modes manuels sont proposés pour un contrôle optimal des paramètres d’exposition. En revanche, l’appareil ne possède pas de prise micro et l’enregistrement sonore passe obligatoirement par le micro stéréo intégré.

Rapidité et aide à la mise au point

Outre la qualité d’image, Panasonic s’est attaché à proposer un appareil rapide en même temps que performant. L’autofocus, qui fonctionne toujours par détection de contraste sur le capteur, a été amélioré en basse lumière, agissant sur une plage de -4 à 18 IL alors qu’elle débutait à 0 IL sur le GX1. Sa cadence peut atteindre 4,2 im/s avec le mode de suivi du sujet et sa vitesse maximale d’obturation a été portée à 1/8000 s.
En mise au point manuelle, l’appareil jouit de la fonction Focus Peaking, qui permet par un affichage coloré de visualiser le plan de netteté directement sur son image. La mise au point manuelle est également facilitée par des options de zoom dans l’image, en 3x et 10x par palier de 0,1x, et avec une option d’affichage du zoom dans l’image.

Plaisir et partage

Ce concentré de technologie ne saurait prendre le pas sur le caractère ludique de la photographie. Panasonic a donc pris soin d’équiper le GX7 de multiples filtres à effets. Ils sont au nombre de 22 et comptent par exemple trois déclinaisons de filtre monochrome, avec la possibilité de jouer sur l’influence des filtres colorés. Le mode Panoramique par balayage profite également de cette abondance car il pourra être personnalisé par 18 filtres au choix. Notons aussi la présence d’un mode silence qui bloque à la fois le son de l’obturateur, le flash et le faisceau d’assistance autofocus, ainsi qu’une fonction Time Lapse avec création automatique de séquences vidéos.

La connectivité est au coeur des fonctionnalités des derniers appareils Panasonic. Il n’est donc pas étonnant, en plus de la prise télécommande, de constater que le GX7 est doté d’une connexion sans-fil NFC et Wi-Fi. Elle autorise le contrôle à distance depuis un smartphone ou une tablette, ainsi que l’enregistrement des images sur son support mobile.

Annoncé aujourd’hui, le Lumix DMC-GX7 sera disponible à la vente fin septembre, à 1000 € nu, 1 100 € en kit avec le 14-42 mm en version mécanique et 1 200 € avec le 20 mm.

- Le site de Panasonic

Premier avis

Les fabricants ont toujours tendance à présenter leur dernier modèle comme une véritable prouesse technologique. Bien que le GX7 intègre un capteur de nouvelle génération et un écran de qualité, on ne peut pas parler ici de révolution, mais plutôt d’un effort industriel tant cet appareil semble réunir ce qui se fait de mieux actuellement, à un prix certes élevé mais néanmoins contenu.

À 1 000 € boîtier nu, il va se placer en concurrent de l’Olympus OM-D E-M5, du Sony NEX-7 ou des Fujifilm X-E1 et X-Pro1. Aux deux derniers, il ajoute un écran orientable, complété de fonctions tactiles. C’est également le seul de ces cinq modèles à posséder une connexion Wi-Fi, jusqu’ici réservée à des modèles plus accessibles (Sony NEX-5R et NEX-6, Samsung NX300...). S’il est moins défini que le NEX-7 et moins rapide que tous les autres modèles, il a également à son avantage son viseur électronique intégré, richement défini et orientable, ainsi que son flash intégré dont on apprécie le dégagement et la possibilité de l’orienter manuellement.

Dans un marché très concurrentiel où le GX1 a eu du mal à trouver sa place (trop cher pour un appareil grand public et trop basique par rapport à la concurrence), Panasonic fait le pari d’une montée en gamme et en prix. Un calcul sans doute basé sur les exceptionnels résultats du GH3 qui, selon les études Gfk, représente 60 % des ventes d’hybrides au delà de 1000 €. Une stratégie dont on saura en fin d’année si elle a été payante. Ce qui est certain, c’est que si le GH3 conserve des aptitudes bien supérieures au GX7 en vidéo, le nouveau venu se positionne globalement comme l’appareil le plus performant de la marque. Un choix judicieux pour un expert en photographie que l’encombrement et le poids des reflex rebute ou un professionnel à la recherche d’un second boîtier dont les performances ne seraient pas en retrait.

Fiche technique

Panasonic Lumix GX7

  • Capteur : Live MOS 16 Mpxl, 13 x 17,3 mm
  • Monture : Micro 4/3
  • Stabilisateur  : Oui
  • Viseur électronique : Séquentiel, orientable, 2 760 kpts, 1,39x
  • Ecran : LCD 7,6 cm orientable, 1 040 kpts
  • Autofocus : Détection de contraste sur 23 zones, détection des visages
  • Modes de mise au point : AF simple, flexible, continu ; manuel
  • Exposition : TTL sur 1728 zones, pondérée centrale, spot
  • Bracketing : 3, 5 ou 7 im sur +/- 3 IL
  • Balance des blancs : Préréglée (5), perso (2), température
  • Rafale : 5vps, 4,2 avec suivi AF
  • Sensibilité : 200 à 25 600 Iso, 125 Iso en mode étendu
  • Vitesse : 1/8 000 s à 60 s, pose B
  • Synchro-flash : 1/320 s
  • Flash : Pop-up intégré, NG=5 pour 100 Iso, griffe
  • Vidéo : AVCHD 1920 x 1080 60p/50p, son stéréo
  • Interfaces : USB, mini-HDMI, télécommande
  • Alimentation : Batterie (7,2 V, 1 025 mAh)
  • Taille : 123 x 71 x 43 mm
  • Poids : 402 g

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Archives Le monde de la photo

NOUVEAUTE : Vous recherchez un article, un test ?

Accédez aux archives MDLP