Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

MBP Nikon

Paysans, émouvant retour aux sources pour Depardon

09/12/2009 | Benjamin Favier

09/12/2009- Ce nouveau livre de poche, superbement imprimé, vient garnir la collection du Points, où l’on trouve d’autres œuvres de Depardon. Paysans rejoint surtout un travail à part, mené en fil rouge par le photographe tout au long de sa carrière, dans lequel il montre son attachement à sa terre natale.

« Combien de fois je me suis bagarré dans la cour de l’école parce qu’on m’avait traité de "paysan". Je répondais : "Vous mangeriez des clous s’il n’y avait pas de paysans !". » Raymond Depardon l’avoue volontiers. Longtemps, son origine rurale a été source de complexes. Une fois lancé dans sa carrière de reporter, il ne cesse de parcourir le monde, mais se fait plus rare sur sa terre natale. Puis vient ce reportage sur des paysans chiliens, en 1971. Il envoie une photo à ses parents, à la ferme du Garet, dans la Saône. La première fois qu’il photographie ces gens en dehors de la France. Un déclic.

Paysans est certainement l’ouvrage le plus personnel de l’auteur. Une sorte d’autobiographie en images. Les clichés défilent chronologiquement. Au début, la famille est omniprésente, avec les parents, Antoine et Marthe, saisis par Raymond dès son plus jeune âge avec un Lumière 6 x 6. L’ouvrage s’achève sur des portraits de Marcel Privat, émouvant personnage de la trilogie documentaire Profils Paysans. Au final, Paysans regroupe plus de cinquante ans de photos sur le thème. Comme si Depardon voulait prouver, que même s’il était souvent absent ou s’il feignait de l’ignorer, il a toujours été profondément attaché à ses racines. Sa trilogie Profils Paysans, fraîchement sortie en coffret, aux éditions Arte, en est la plus belle illustration. Une œuvre lente, précise, où les principaux protagonistes apparaissent tels qu’ils sont.
On sent l’admiration du documentariste à travers ses longs plans fixes. Ou ses magnifiques clichés pris au Leica, en noir et blanc et en couleur. La terre des paysans, paru l’an dernier, offre de nombreux portraits de ces hommes et femmes épuisés, mais dignes. Ce travail de longue haleine semblait nécessaire pour Depardon : « Aujourd’hui, je n’ai plus peur de dire mon attachement à la terre des paysans. Apaisé, je retournerai sur les hauts plateaux froids et les vallées profondes du massif. »

- Paysans, éditions Points, 8 €
- La terre des paysans, éditions du Seuil, 39 €
- Profils Paysans, éditions Arte, 35 €

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



MPB
Archives Le monde de la photo

NOUVEAUTE : Vous recherchez un article, un test ?

Accédez aux archives MDLP