Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Pentax et Ricoh, même combat !

01/07/2011 | LAURENT KATZ

Le coup de tonnerre en ce matin du premier juillet ne vient pas seulement de New-York. Au Japon, Hoya qui avait racheté Pentax en 2008 revend l’activité photo de la marque à Ricoh... un acteur loin d’être majeur dans le domaine.

En clair, Ricoh va reprendre Pentax Imaging Systems Business (développement, fabrication et vente d’instruments optiques : appareils photo numériques, objectifs, accessoires, caméras de sécurité et jumelles). Pour 10 milliards de yens, soit 85 millions d’euros. Mais Hoya conserve l’autre pan industriel de la marque, celui du matériel médical, des modules de caméras numériques ou des systèmes optiques pour lecteur de DVD. La procédure devrait être bouclée le premier octobre.

On peut s’étonner d’une revente aussi rapide, mais le communiqué de Reuters laisse entendre qu’en réalité, c’est le département médical de Pentax qui intéressait le géant japonais de l’optique et que la cession de l’activité photo était inscrite dans les gènes de la transaction. Aujourd’hui, le principal champ d’action de Ricoh concerne les équipements de bureau (photocopieurs, multifonctions, services), la photo numérique occupant une place marginale, comme sa part de marché d’ailleurs.

Un point commun relie les deux marques, l’originalité. À décortiquer l’interface et l’ergonomie d’un GR III Digital, on se dit que tous les autres fabricants pourraient y prendre des leçons… Quant à Pentax, elle a souvent manifesté d’excellentes idées dans ses appareils. Je crois que c’est elle qui a, la première, insufflé dans un compact un automatisme, précurseur des modes iA, iAuto et autres automatismes intelligents qui fleurissent aujourd’hui. Plus les filtres et effets à gogo dans ses appareils ou les excellentes idées de placer une touche Raw, de configurer les molettes, d’inventer le mode Priorité sensibilité. Sans parler de la mise sur le marché de reflex surprenants, aux rapport qualité/prix étudiés par rapport aux modèles concurrents du même secteur : le K10D en son temps ou le récent moyen format 645D.

La synergie, que met en avant Ricoh pour expliquer son acquisition, trouvera tout son sens dans le marché émergent des hybrides. Où les deux marques se sont introduites avec des logiques pour l’instant contestables. Ricoh avec son système GXR de modules interchangeables intégrant le capteur et l’objectif. Pentax avec le système Q, séduisant dans son approche, mais fondé sur un minuscule imageur de compact et proposé à un prix délirant. En clair, des rêves d’ingénieurs surdoués qu’aucun esprit lucide n’a recadré par rapport à la réalité du marché et de la concurrence. Espérons qu’à la tête de la nouvelle entité, une pensée plus visionnaire saura concilier l’inventivité débridée des deux marques et la canaliser face aux attentes des photographes. En tout cas, on attend déjà les futures productions avec gourmandise.

- L’annonce de Hoya

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Archives Le monde de la photo

NOUVEAUTE : Vous recherchez un article, un test ?

Accédez aux archives MDLP