Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

MBP Nikon

Performances de l’autofocus : avantage Nikon

24/01/2008 | Jean-François Vibert

Canon EOS 40D : Grâce à son collimateur central doublé d’une seconde croix inclinée à 45° et à ses neuf collimateurs en croix, l’EOS 40D a beaucoup progressé rattrapant quasiment l’avance prise à l’époque par le Nikon D200... C’est notamment en basse lumière que l’on sent les progrès. Avec les innombrables objectifs EF et EF-S à motorisation Ultrasonic, cet EOS est devenu une formidable machine à faire le point.

Nikon D300 : Le Nikon D300 dispose de 51 collimateurs, dont 15 en croix… Au lieu de 11 en tout sur le D200. Le système AF Multi-CAM3500DX est aidé par la mesure matricielle dans ses choix, grâce à des informations de lumière et de couleur qui contribuent à identifier le sujet à mettre au point... Nikon va beaucoup plus loin que Canon au niveau de la personnalisation fine de l’autofocus. Presque trop pour certains, qui se sentent un peu perdus face à toutes ces options ! Pour les exploiter, il faut se plonger dans le mode d’emploi (ce qui n’est pas anormal sur un appareil professionnel)… Il est même possible d’affiner les réglages usine de l’Autofocus (il fallait précédemment passer au SAV). Une option professionnelle que seuls les EOS 1D Mark III proposent chez Canon et dans laquelle on doit se lancer prudemment. Cela se fait, soit de façon globale (si le boîtier lui-même était décalé)… Soit optique par optique, ce qui est plus indiqué (pour finir un reportage avec un objectif ayant subit un choc par exemple). Le mode Live View, affiché à 200% dans Camera Control est le plus indiqué pour comparer la mise au point manuelle, avec celle de l’autofocus… On touche ici à de hautes sphères !

Avantage : L’autofocus du Nikon D300 distance celui de l’EOS 40D. Un avantage qui me semble plus décisif encore que le nombre de megapixels (nous allons y venir)… Mais qu’il convient de relativiser en fonction de l’utilisation que vous avez de votre boîtier ! Un photographe paysagiste n’a que faire de 51 collimateurs… Toujours est-il que Canon ne devrait pas s’endormir trop longtemps sur ses lauriers, car la concurrence s’agite aussi du côté d’Olympus qui livre un E-3 à l’autofocus très efficace. Reste qu’Olympus pas plus que Sony ne peuvent actuellement concurrencer Canon et Nikon sur le terrain des gammes optiques à motorisation Ultra Sonic… Offrir une poignée d’optiques professionnelles à presque 2000 € est une chose. Mais satisfaire les besoins des amateurs experts avec des gammes Ultrasonic entre 500 et 1500 € en est une autre !

Le Canon EOS 40D a bien progressé dans le suivi des sujets en mouvements. Mais dans ce domaine le Nikon fait encore mieux, grâce à ses 51 collimateurs.

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Archives Le monde de la photo

NOUVEAUTE : Vous recherchez un article, un test ?

Accédez aux archives MDLP