Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

MBP Nikon

Photo de concert : focus sur un genre exigeant

13/01/2013 | Benjamin Favier

Photographe professionnel, J. Dennis Thomas signe un ouvrage pertinent sur une discipline dont il connaît parfaitement tous les rouages : la photographie de concert.

La photographie de concert, discipline accessible à tous ? À voir le nombre d’écrans de téléphones portables ou compacts brandis au sein de la foule dans la plupart des événements, d’aucuns pourraient le penser. Photographe professionnel, spécialiste de la discipline, J. Dennis Thomas ne l’envisage bien sûr pas sous cet angle. Il fait partie des rares privilégiés à solliciter un accès pour aller au plus près des artistes. Souvent dans la fosse, au pied de la scène. Dans ce livre, paru chez Eyrolles et traduit de l’anglais par Marie-Christine Gaudinat-Chabod, l’auteur fait part de sa riche expérience, à travers de nombreuses anecdotes, agrémentées d’illustrations de belle facture. Le propos fait mouche, dès les premières pages.

Propos pertinent

J.Dennis Thomas s’est efforcé de plonger le lecteur dans le vif du sujet dès le premier chapitre, consacré au matériel. Photographie de concert fait office d’exception. Les guides pratiques brillent rarement par leur versant théorique. Ici, chaque considération est liée à la pratique de la photographie de concert. Le photographe met en exergue sa préférence pour les boîtiers tropicalisés, pour affronter les conditions climatiques difficiles lors d’un festival… ou les projections de liquide dans une petite salle, lorsqu’il se retrouve au milieu du public. Il insiste aussi sur la pertinence des poignées d’alimentation, qui facilitent la tenue en main verticale de l’appareil, histoire de ne pas gêner les autres photographes. Certaines affirmations, bien que pondérées, laissent néanmoins songeur, comme quand l’auteur déclare : « En vérité, notamment en faible lumière, un boîtier de 12 Mpxl s’avèrera généralement bien plus efficace qu’un modèle avec plus de mégapixels. » Les dernières générations de reflex, Canon EOS 5D Mark III et Nikon D800 en tête, prouvent que haute définition peut rimer avec bonne gestion des hautes sensibilités, ces modèles faisant au moins jeu égal, sinon mieux, que des reflex de 12 Mpxl. Il conviendrait également de nuancer le propos en opérant une distinction entre les différents types de capteurs embarqués dans les reflex (APS-C, plein format). L’emploi du terme résolution en lieu et place de définition fait aussi désordre. Mais l’essentiel est ailleurs.

Subjectivité assumée

La narration à la première personne rend le récit vivant. L’auteur a apporté un soin tout particulier aux légendes. Les données Exifs sont systématiquement renseignées. Y compris le mode de mesure d’exposition choisi (pas systématiquement, mais cela mérite d’être signalé). Musicien lui-même, J. Dennis Thomas est avant tout un passionné. Il livre de précieux conseils sur les démarches à suivre pour demander une accréditation, le placement à privilégier face à une scène, le comportement à adopter avec les autres photographes et le public… L’homme a de la bouteille et ça se sent. Chantre du fourre-tout léger, pour être libre de ses mouvements, il avoue sa préférence pour les zooms transstandards de type 24-70 mm f/2,8, tandis que les téléobjectifs demeurent indispensables lors de festivals à ses yeux. Outre les légendes et données Exifs fournies, J. Dennis Thomas distille de précieux conseils à l’adresse des photographes débutants : gestion de la balance des blancs, de la mesure de l’exposition, de la composition, choix des collimateurs AF… Seuls les adeptes de photo de théâtre ou de spectacles moins sonorisés seront frustrés : le chapitre 5, consacré à ces domaines, n’est pas aussi fourni que les autres. Pourtant, il y aurait des choses intéressantes à dire, notamment sur la discrétion dont il faut faire preuve. En revanche, les amateurs de concerts ou de festivals de musique rock ou de variété y trouveront leur compte. Un éclairage rare et bienvenu sur une pratique exigeante.


- Photographie de concert
- Par J. Dennis Thomas ; traduction : Marie-Christine Gaudinat-Chabod
- Éditions Eyrolles
- 14 x 22 cm
- 202 pages
- 19,90 €

- Le site des éditions Eyrolles

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Olympus
Archives Le monde de la photo

NOUVEAUTE : Vous recherchez un article, un test ?

Accédez aux archives MDLP

Joomeo