Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

MBP Nikon

Prix Bayeux Calvados-Normandie 2021 : un photographe anonyme dans la lumière

10/10/2021 | Benjamin Favier

Le jury de la vingt-huitième édition du Prix Bayeux Calvados-Normandie des correspondants de guerre, présidé par Manoocher Deghati, vient de rendre son verdict. Pour des raisons de sécurité, l’identité du lauréat du premier prix photo demeure confidentielle.

La paix, plutôt que la guerre. Manoocher Deghati, photojournaliste et président de cette vingt-huitième édition, se voit, ainsi que ses confrères, comme un correspondant de paix, lorsqu’il évoque sa riche carrière (entretien complet à lire dans notre numéro 141 en novembre). « On dénonce les guerres. On va sur le terrain pour montrer l’atrocité des guerres. Mon but c’est de photographier les femmes, les enfants. Les populations civiles, qui n’ont rien à voir avec le conflit et vivent dans des conditions difficiles. C’est pour cela que nous sommes des correspondants de paix. Nous sommes contre les guerres. »

JPEG - 114.7 ko
Manoocher Deghati à l’hôtel du Lion d’or, à Bayeux, le 8 octobre 2021, en regard du portrait de Jacques Chirac, qui lui a accordé la nationalité française, lors d’un séjour du reporter à l’hôtel des Invalides, après qu’il a été gravement blessé à Ramallah, en 1996. © Benjamin Favier

À la tête d’un jury composé de plus de quarante grands reporters, issus de différents médias – des prix sont également décernés dans le domaine de la presse écrite, de la télévision ou de la radio – il a récompensé un photographe anonyme, pour sa couverture de la révolution du printemps à Yangon, au Myanmar (voir photo d’accueil), publiée par le New York Times. Son identité reste masquée, pour éviter une éventuelle répression de l’armée sur place, qui cible également la presse, en plus des civils du mouvement pro-démocratie. Ce 1er prix de la catégorie photo (jury international, Prix Nikon) met en lumière le courage de ce reporter, véritable résistant dans son propre pays, qui offre au monde des images rares pour témoigner de la brutalité du régime en place.

Parmi les autres lauréats dans la catégorie photo, Mohamed Abed de l’AFP, arrive à la seconde place, pour son reportage 11 jours de bombardements à Gaza ; à la troisième place, Laurent Van Der Stockt, dont le sujet intitulé Un mois de soulèvement palestinien a été publié dans Le Monde. Le photographe français a été également plusieurs fois cité lors d’une grande soirée de débats consacrés à la situation en Syrie, dix ans après le début de la guerre, Van Der Stockt étant l’auteur, avec le journaliste du Monde Jean-Philippe Rémy, d’articles attestant de l’utilisation d’armes chimiques par l’armée de Bachar Al Assad contre la population civile.

JPEG - 63.1 ko
De la fumée et des flammes s’élèvent d’une tour détruite par des frappes aériennes israéliennes au milieu d’une flambée de violence israélo-palestinienne, dans la ville de Gaza, le 12 mai 2021 © Abu Mustafa Ibraheem / Reuters

Toujours parmi les récompenses allouées aux photographes, le Prix du public, parrainé par l’AFD (Agence Française du Développement). Le premier prix a été remis à Abu Mustafa Ibraheem de l’agence Reuters, pour son travail à Gaza. L’intégralité du palmarès peut être consultée sur le site de l’événement.

JPEG - 271.9 ko
Les photos emblématiques de Manoocher Deghati sont affichées dans les rues de Bayeux. © Benjamin Favier

Les expositions sont ouvertes gratuitement au public (port du masque et passe sanitaire obligatoires) : Myanmar Printemps 2021 à la Tapisserie de Bayeux Chapelle ; Des traces d’humanité à l’Hôtel du Doyen ; S’élever au milieu des ruines, danser entre les balles au Musée d’Art et d’Histoire Baron Gérard ; Seven Grams à l’Espace d’Art Actuel Le Radar ; et dans les rues de Bayeux, Eyewitnessed, images de Manoocher Deghati.

JPEG - 234.9 ko
Une table ronde pleine d’enseignements pour les jeunes reporters photographes, dans le cadre des Rencontres Nikon, le 8 octobre 2021. © Benjamin Favier

Nous vous donnons rendez-vous prochainement dans le magazine et notre podcast, Faut Pas Pousser les Iso, avec plus de contenus autour de l’événement et sur le métier de reporter en zone de conflit, suite à des lectures de portfolio et une table ronde, dans le cadre des Rencontres Nikon, organisées pour la première fois à Bayeux.

- Crédit image d’accueil : Des manifestants demandent aux forces de police de les rejoindre, alors qu’ils sont des milliers rassemblés en soutien à la National League for Democracy, en réaction au coup d’État, à Yangon, Myanmar. © The New York Times

- Le site du Prix Bayeux

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



MPB
Archives Le monde de la photo

NOUVEAUTE : Vous recherchez un article, un test ?

Accédez aux archives MDLP