Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Qualités optiques (Le piqué)

23/01/2009 | Jean-Marie Sépulchre

Le piqué :



Comme le Sony A900 fournit en mode standard des JPG trop doux, les prises de vues, comme les mesures de piqué, ont été opérées en mode « paysage » sur format RAW ; ces fichiers ont ensuite été développés sans aucune retouche par le logiciel Image Data Ligthbox SR et ce sont les JPG haute qualité en résultant qui ont été mesurés.

- 16 mm :



Les angles ne sont pas vraiment exploitables pour des vues détaillées à pleine ouverture, et il faut même fermer à f/5,6 pour que tout le champ de l’image soit bien homogène. Néanmoins, dès f/2,8 le piqué est excellent au centre et très bon sur les bords, et excellent à f/4. Les angles eux deviennent très bons de f/5,6 à f/11. Un peu de diffraction se manifeste à f/16.

- 20 mm :



Le rendement à 20 mm est très proche de celui mesuré à 16 mm : toute l’image est de niveau excellent de f/2,8 à f/11, excepté les angles extrêmes (le coin des photos) qui ne deviennent très bons qu’à f/8. Une diminution légère du piqué se produit toujours à f/16, du fait de la diffraction.

- 24 mm :



A 24 mm le piqué de la quasi totalité du champ (centre, bords et ligne des tiers) est encore plus élevé qu’à 20 mm et est dans au sommet de la zone d’excellent de f/4 à f/8. Il reste de très haut niveau à f/11 et f/16. Les angles présentent un écart plus important aux grandes ouvertures et on fermera au moins à f/5,6 pour les paysages qui doivent être détaillés dans la totalité de l’image.

- 24 mm :



Le centre de l’image est excellent à 28 mm dès la pleine ouverture , et reste proche du sommet mesurable jusqu’à f.8 tout en restant excellent aux plus petites ouvertures. La zone des tiers et les bords ne rejoignent ces sommets qu’à f/5,6 mais les angles sont meilleurs qu’aux focales courtes, puisqu’ils sont bons à f/4 et très bons voire excellents entre f/5,6 et f/11. Le rendement reste très bon à f/16.

- 35 mm :



Si le centre est excellent dès la pleine ouverture à 35 mm (focale typique en reportage pour une vision naturelle) le reste du champ reste un peu en retrait et il faudra fermer d’un cran pour avoir un très bon niveau dans les zones de tiers. A f/5,6 toute l’image est du meilleur niveau les angles étant au sommet du grade très bon, et ils atteignent d’ailleurs le grade excellent à f/8 et f/11. On observe peu de perte par diffraction à f/16.

Synthèse du piqué



La carte de piqué montre bien que la seule relative faiblesse de cet excellent zoom se situe dans les angles de l’image, et surtout aux plus courtes focales. Si l’on doit photographier des paysages où se situent des détails sur la totalité du champ, il est plutôt conseillé de choisir les ouvertures de f/8 ou f/11 pour obtenir une qualité maximale…en ce sens on retrouvera les habitudes de l’argentique en grand angle du siècle dernier. Cependant, dès f/5,6 entre 16 et 24 mm, et à f/4 pour 28 et 35 mm, on obtient quand même une bonne couverture du champ.
En reportage où les sujets sont souvent valorisés par un placement dans la zone des lignes de tiers voire près du centre de l’image les bords et les coins de l’image sont souvent dans les flous d’arrière plan et l’on n’hésitera pas à travailler entre f/2,8 et f/4…f/5,6 étant l’excellent compromis pour faire face à toutes les situations.
Au total l’optique est une très belle réussite que l’on apprendra à maîtriser selon les sujets abordés, car son très haut niveau de piqué global sur la quasi totalité du champ pourrait inciter à cadrer « un poil trop large » aidé en cela par l’exceptionnel viseur 100% de l’Alpha 900, dans le but de couper un peu dans les coins en vue de minimiser les petits défauts constatés dans les angles aux grandes ouvertures !

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Archives Le monde de la photo

NOUVEAUTE : Vous recherchez un article, un test ?

Accédez aux archives MDLP