Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

SIGMA Nikon

Ricoh Pentax K-3 II : un petit pas en avant, un grand bond en arrière

23/04/2015 | Franck Mée

Ricoh présente son nouveau reflex expert, le Pentax K-3 II. Amélioration de la stabilisation et du suivi de sujet et module GPS embarqué sont au programme, ainsi qu’une autre et bien mauvaise surprise…

Présentation

En son temps, le K-5 II était une simple mise à jour du K-5, avec un écran et un autofocus légèrement retouchés. Lorsque le K-3 II succède au K-3, on s’attend donc logiquement à retrouver un boîtier extrêmement proche, avec quelques retouches mineures.

À première vue, c’est le cas : le boîtier du K-3 II ressemble à s’y méprendre à son prédécesseur. Les entrailles évoluent peu, avec le même capteur 24 Mpxl stabilisé, le même viseur reflex 100 % au grossissement correct (0,95x), le même système autofocus à 27 points dont 25 croisés, le même écran 3,2" solidement fixé à la face arrière (dommage : le K-S2 dispose, lui, d’un écran orientable).

JPEG - 37.4 ko
K-3 II à gauche, K-3 à droite : trouvez la différence…

Logiquement, les améliorations sont ténues : l’algorithme de suivi de sujet, qui fait collaborer autofocus et cellule à 86 000 points, serait amélioré, de même que la stabilisation mécanique.

Celle-ci offre une nouvelle fonction : le décalage de pixels, permettant d’améliorer la résolution de l’image en déplaçant le capteur pendant la prise de vue. Le principe, né sur les moyens-formats, s’est révélé efficace pour augmenter la précision des natures mortes avec l’Olympus E-M5 II. Ricoh ne fournit pas de détails sur le fonctionnement et la taille des fichiers semble inchangée ; nous pouvons donc supposer que le K-3 II se contente de trois ou quatre vues, décalées de la taille d’un photosite, permettant d’obtenir les informations rouge, verte et bleue sur chaque pixel et de développer l’image sans dématriçage. Dans ce cas, le système irait moins loin que celui d’Olympus (8 images avec des décalages en demi-photosites) ; plus qu’une augmentation de la définition, il devrait surtout éliminer le moiré sans flouter l’image, ce qui est toujours bon à prendre.

Ce n’est pas vraiment une nouveauté, mais une autre fonction spécifique de la stabilisation des Ricoh sera nettement plus accessible : le traceur astronomique, qui permet de suivre le mouvement des étoiles pour allonger le temps de pose. Celui-ci a besoin de connaître la position de l’appareil ; pour cela, il fallait acheter un module de géolocalisation à part. Avec le K-3 II, c’est fini : il inclut un récepteur GPS et peut donc utiliser cette fonction sans accessoire.

Le piège

Nous avons vu les retouches positives, passons au piège. Si vous avez l’esprit très observateur, vous aurez noté que la touche à gauche du prisme est désormais marquée « GPS », au lieu du petit éclair du K-3. Où donc est passée la touche flash, direz-vous ?

Et bien, c’est simple : il n’y en a plus.

Pentax, qui fut l’une des premières marques à intégrer un flash TTL sur un reflex (avec le SFX, sorti en 1987), vient de supprimer celui de son porte-étendard.

Le plus stupéfiant est que, le châssis n’ayant pas changé, les vues de la coque en magnésium (ci-contre) montrent toujours la charnière et l’emplacement du flash, qui doit désormais être bien vide (sans doute l’antenne GPS y prend-elle place, mais Ricoh n’en a même pas profité pour intégrer un deuxième micro pour filmer avec un son stéréo).

Pour bien compléter le tableau, notez tout de suite que la liste des accessoires fournis ne comprend aucun flash externe, au contraire de ce que font tous les fabricants de compacts à objectifs interchangeables sans flash intégré – notamment le Fujifilm X-T1 et les Olympus OM-D, sur le même segment de prix.

L’absence de flash intégré est traditionnelle sur les modèles professionnels, où la moindre pièce mobile est vue comme une faiblesse potentielle. Les utilisateurs ont donc l’habitude d’être chargés d’accessoires : le dernier reflex APS-C sans flash était d’ailleurs le Nikon D2Xs, lancé en 2006 et sommet de sa gamme. Les boîtiers 24x36 mm amateurs Canon (EOS 6D et 5D S par exemple) font également l’impasse sur le flash intégré, bien que leurs concurrents de chez Nikon le proposent.

Mais sur des appareils amateurs à capteurs APS, où le poids du sac est un argument à part entière, les reflex numériques en ont été systématiquement dotés, dès le Canon EOS D30 (2000) et le Nikon D100 (2002). Le K-3 II se permet ainsi un oubli qu’aucun constructeur n’avait osé depuis quinze ans !

Alors bien sûr, certains feront remarquer que tout le monde ne se sert pas du flash intégré, à la puissance limitée et à l’éclairage très dur. Mais il peut toujours servir à déboucher un contre-jour et, surtout, à piloter des flashs distants, fonction popularisée par nul autre que Pentax, avec le K10D. Notons d’ailleurs que le petit flash externe AF201 FG (149 €) ne gérant pas le contrôle à distance, il faudra passer à l’AF360 FGZ II (349 €) pour piloter un système sans fil, fonction intégrée gratuitement dans les modèles précédents.

Le K-3 II est heureusement moins cher que le K-3 : à 999 € nu, il franchit une barre symbolique. En revanche, le tarif du kit avec le 18-55 mm, à 1 099 €, est inchangé, et le kit avec le 18-135 mm (1 399 €) est 50 € plus cher que sur le K-3…

- Le site de Ricoh Imaging

Premier avis

Le K-3 apportait un bon lot d’améliorations par rapport au K-5 II : autofocus et cellule beaucoup plus avancés, fonctions innovantes… Certains détails lui donnaient même un avantage unique sur le marché, comme sa connexion USB 3 permettant de transférer les fichiers beaucoup plus rapidement.

En renonçant au flash intégré, le K-3 II se crée, lui, un handicap unique sur le marché. Malgré les nouvelles avancées de la stabilisation et de l’autofocus, les performances du K-3 restent tout à fait correctes et le K-3 II n’apporte rien de déterminant qui justifierait de renoncer au flash intégré. Le modèle précédent est donc tout simplement préférable.

Fiche technique

- Capteur : Cmos 15,6 x 23,5 mm, 24 Mpxl, sans filtre passe-bas
- Protection du boîtier : oui
- Stabilisateur : Mécanique, avec fonctions anti-aliasing, ajustement de composition, suivi astronomique, haute résolution
- Anti-poussière : Oui
- LiveView : Oui
- Wi-Fi : Oui (avec cartes Flucard)
- Géolocalisation : GPS et augmentations régionales
- Définition maximale : [3/2] 6016 x 4000 pixels
- Vidéo : 1080p (24 à 30 im/s, H.264)
- Prise de son : Mono intégrée, prise micro stéréo
- Sensibilités : Auto, 100-51 200 Iso
- Formats de fichiers : Jpeg, Raw (Pef ou DNG), Mov
- Espace de couleurs : AdobeRGB, sRGB
- Monture : Pentax KAF2
- Coefficient multiplicateur : 1,5x
- Autofocus reflex : Corrélation de phase sur 27 points dont 25 croisés
- Autofocus Live View : Détection de contraste
- Illuminateur AF : Oui
- Mise au point  : Autofocus simple, continu (avec suivi dynamique du sujet), automatique ; manuelle (avec peaking en Live view)
- Mode d’exposition : Auto, P, Sv, Av, Tv, TAv, M, B, X, personnalisé (3)
- Mesure de l’exposition : TTL sur 86 000 zones RGB, pondérée centrale, spot
- Plage d’exposition : -3 à 20 IL
- Compensation d’exposition : +/- 5 IL par 1/3 ou 1/2 IL
- Bracketing d’exposition : 2 à 5 vues
- Vitesse : 1/8 000 à 30 s, pose B
- Vitesse de synchro X : 1/180 s
- Rafales : 3, 4,5 ou 8,3 im/s sur 23 Raw
- Balance des blancs : Auto, auto multizone, préréglée (10), mesurée (3), kelvin (3)
- Prise flash : Griffe (TTL Pentax), prise synchro-X
- Flash intégré : -
- Mode flash : auto, interdit, forcé, réduction des yeux rouges, synchro lente premier ou seconde rideau
- Compensation d’exposition au flash : -2 à +1 IL
- Visée : Reflex (100 %), grossissement 
 : 0,95x
- Moniteur : LCD 3,2", 1,037 Mpts
- Écran LCD de contrôle : Oui
- Modes d’affichage : Index (6 à 80 vues)
- Stockage : 2 SD-SDXC (compatibles UHS-I)
- Interfaces : USB 3.0, alimentation, HDMI, télécommande, micro, casque
- Accessoires fournis : Accu et chargeur, bandoulière, câble USB, CD-Rom, cache de viseur
- Alimentation : accu Li-Ion D-LI90 (7,2 V, 1 860 mAh), 720 vues
- Dimensions/Poids  : 131,5 x 102,5 x 77,5 mm / 785 g (avec accu et carte mémoire)

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



PHOX

Archives Le monde de la photo

NOUVEAUTE : Vous recherchez un article, un test ?

Accédez aux archives MDLP