Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Ricoh WG-M1 : une "action cam" de plus

11/09/2014 | Franck Mée

Il n’y a pas que GoPro dans la vie ! Après Sony et Panasonic, Ricoh se lance également dans la course aux caméras sportives. La WG-M1 reste techniquement assez ordinaire, mais peut plonger jusqu’à 10 m de profondeur sans caisson.

GoPro a popularisé les « action cams » et continue à dominer largement le segment de ces petites caméras, destinées à être fixées sur un casque, un harnais, un guidon ou tout autre support pour filmer en grand-angle une action sportive. La marque n’est toutefois pas seule sur le segment : après les entreprises spécialisées (GoPro, Contour…) et le fabricant de GPS Garmin, les constructeurs traditionnels s’y sont également mis. Parfois, avec des arguments techniques intéressants : la Sony AS100V, par exemple, dispose d’une stabilisation qui améliore nettement la qualité des « rushes », tandis que la Panasonic A100 déporte le module d’enregistrement pour alléger au maximum la partie accrochée au casque.

Après une longue histoire d’appareils photo étanches, c’est logiquement que Ricoh se lance sur le créneau. La WG-M1 reprend les codes stylistiques des compacts de la marque, comme le WG-4 présenté en février : coloré, presque torturé, en tout cas loin des petits pavés discrets de GoPro ou des blocs monochromes de Sony. En fait, avec son écran de 1,5" sur la face supérieure, elle reprend l’agencement de la Garmin Virb, mais en version plus compacte (66 mm de longueur contre 111 mm).

Sur le plan technique, la WG-M1 ne sort guère des sentiers battus. Son objectif est une focale fixe avec un champ de vision de 160°, inférieur donc aux Sony et GoPro (170°). La mise au point est fixe, la profondeur de champ s’étendant de 60 cm à l’infini (80 cm minimum sous l’eau). Le capteur est un Cmos de 14 Mpxl et l’enregistrement vidéo est en HD 1080p à 30 images par seconde ; il faut réduire la définition pour augmenter la cadence, jusqu’à 120 im/s en 848x480 pxl. La stabilisation est électronique, et une connexion WiFi est intégrée.

Si beaucoup de caméras de sport doivent être équipées d’un boîtier pour les activités les plus agressives, ce n’est pas le cas de la WG-M1 : à l’instar de la Virb ou de la Sony AS100V, son boîtier est étanche et renforcé. Elle est ainsi classée IP68, soit une étanchéité complète aux poussières et une résistance à l’immersion pendant au moins 30 minutes, et ce jusqu’à 10 m de profondeur. C’est moins qu’un WG-4 (qui descend à 15 m), mais plus que l’AS100V (qui ne résiste qu’à l’aspersion), la Virb ou la Contour Roam 2 (limitées à 1 m de profondeur) ou la Panasonic A100 (1,5 m).

Également résistante aux chocs (elle doit survivre aux chutes jusqu’à 2 m de hauteur), la WG-M1 pourra recevoir la sangle à mousqueton, signature de la série WG : idéal pour l’accrocher à un baudrier d’escalade. Ce n’est évidemment pas le seul accessoire de fixation, une poignée, un brassard ou encore une ventouse étant également proposés ; disposant d’un pas de vis standard, la caméra est de toute façon compatible avec une très large gamme de supports de différents fabricants.

Prévue pour 229 €, la WG-M1 va être placée entre les Sony AS30V (219 €, nécessite un caisson) et AS100V (299 €, fournie avec une montre de commande). Elle est en tout cas moins chère que la GoPro Hero3 White Edition, qui est certes plus petite mais n’est pas étanche sans son caisson, ne dispose pas de stabilisation d’image et n’intègre pas d’écran…

- Le site de Ricoh Imaging

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Archives Le monde de la photo

NOUVEAUTE : Vous recherchez un article, un test ?

Accédez aux archives MDLP