Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Sigma SD Quattro (H) : deux hybrides APS-C et APS-H

23/02/2016 | Benjamin Favier

Vous connaissez certainement les DP Quattro, compacts à grand capteur et focale fixe signés Sigma. Voici les SD Quattro, boîtiers à optiques interchangeables. Deux modèles inaugurent cette lignée d’hybrides : l’un est doté d’un capteur APS-C, l’autre d’un APS-H.

Présentation

Malgré leurs limites fonctionnelles, nous avons été séduit par la qualité d’image des DP Quattro (lire notre test du DP0 Quattro dans le numéro 81). Aux sensibilités les plus basses en tout cas, car au-delà de 400 Iso, la présence du bruit douche l’enthousiasme, même en utilisant le dématriceur propriétaire, Sigma PhotoPro. Reste que le niveau de détail et le modelé constatés à 100 ou 200 Iso séduira les amateurs de paysage ou de nature morte. Les deux premiers boîtiers hybrides de la marque reprennent ce capteur Foveon à trois couches. Le SD Quattro adopte le format APS-C des compacts DP ; tandis que le SD Quattro H intègre un capteur APS-H, dont la taille se situe à mi-chemin entre l’APS-C et le plein format.

Deux capteurs

Suivant l’architecture propre au Foveon Quattro (dénué de matrice de Bayer et de filtre passe-bas) à trois couches décrite ici, le capteur APS-C du SD Quattro offre une définition de 29 Mpxl – dont 19,6 pixels sur la couche supérieure. Il s’agit a priori du même capteur embarqué dans le quatuor de DP Quattro. Le SD Quattro H inaugure en revanche un nouvel imageur, d’une taille supérieure à l’APS-C : mesurant 26,6 x 17,9 mm, il équivaut au format APS-H, qui induit un coefficient multiplicateur de 1,3. Les Canonistes sont familiers de ce type de capteur, que l’on a longtemps trouvé sur la série des EOS-1D, le dernier représentant étant le Mark IV. En termes de définition, la couche supérieure du SD Quattro H offre 25,5 Mpxl, pour un total d’environ 45 Mpxl. Comme sur les DP Quattro, six formats sont disponibles : 3/2, avec deux modes en plus du standard, l’un offrant un cadre noir l’autre un bord semi-transparent, pour apercevoir ce qui entre dans le champ ; 1/1 ; 21/9 ; 7/6. Les Raw sont délivrés sur 14 bits et permettront de récupérer l’intégralité de la scène, quel que soit le format employé lors de la prise de vue. Deux processeurs True III assurent le traitement des données.

JPEG - 111.1 ko
L’affichage des informations jouxte l’espace réservé au cadrage ou à la visualisation sur le LCD.

EVF intégré

Contrairement aux DP Quattro, dotés d’une focale fixe, ces deux SD, à l’instar du reflex SD1 Merrill , permettent d’utiliser différentes optiques, en monture SA (Sigma), ce qui ouvre par la même occasion les portes de la stabilisation avec les modèles qui intègrent le système OS de la marque en tout cas, car elle n’est pas intégrée dans les boîtiers. Outre la possibilité de changer d’objectif, les SD Quattro se distinguent des DP grâce à leur viseur électronique, qui offre une définition aux normes actuelles, soit 2,36 Mpts, avec un grossissement 1,09x et un dégagement oculaire de 21 mm. L’écran LCD de 3 pouces et 1,62 Mpts n’est ni tactile, ni orientable. Un afficheur si tué sur le même plan (d’où le format allongé du LCD) indique le nombre de vues restantes, la vitesse, l’ouverture, la sensibilité et quelques autres informations…

Design particulier, fonctions ordinaires

Les SD Quattro et SD Quattro H s’inscrivent dans la lignée des DP Quattro sur le plan de la richesse fonctionnelle : si leur design singulier pourrait les faire passer pour des appareils futuristes, le contenu des menus révèle une approche assez archaïque. Il n’est par exemple toujours pas possible de filmer. La fonction WiFi, désormais offertes par tous les boîtiers récents, n’est accessible qu’en utilisant des SD Eye-Fi (les SD Quattro disposent d’un seul compartiment, compatible UHS-I). Quant au module AF à détection de phase et de contraste, il ne repose que sur neuf points ; les cadences respectives de 3,6 im/s (sur 14 Raw) et 3,8 im/s (sur 10 Raw) des SD Quattro/SD Quattro H sont parmi les plus faibles du marché. L’USB 3 accélérera toutefois le transfert des fichiers depuis le boîtier. Un déclencheur souple (CR-31) sera proposé en option et bénéficie d’une prise dédiée.

Nous reviendrons prochainement plus en détail sur l’ergonomie, certains détails nous échappant à la simple vue des images, comme la touche On/Off, près de l’optique. En attendant, nous savons que l’interrupteur Lock en revanche près du déclencheur, verrouille toutes les touches et molettes du boîtier. Sigma annonce une construction en alliage de magnésium, et il semblerait qu’un effort ait été consenti contre l’intrusion de poussière ou les projections d’eau.

Le prix et la date de commercialisation seront divulgués prochainement.

Le site de Sigma

Premier avis

Sigma signe son arrivée sur le segment hybride. Sur le front des boîtiers, puisqu’elle produit déjà des optiques pour les compacts à optiques interchangeables dénués de miroir. Les SD Quattro et SD Quattro H ne se contentent pas de surfer sur l’originalité – la marginalité ? – des compacts à focale fixe DP, que nous apprécions pour la qualité d’image délivrée, sur la plage 100-400 Iso. Sigma surprend en introduisant un capteur APS-H, laissant aux Sony A7 – et au Leica SL – la main-mise sur le plein format dans la sphère hybride. Dommage, étant donné la qualité des optiques Sigma couvrant le 24 x 36, les focales fixes de la série Art en tête : elles pourront néanmoins être utilisées, via un recadrage 1,3x sur le SD Quattro H. Le capteur du SD Quattro semble identique à celui des DP Quattro. Le viseur intégré est une très bonne chose (les DP Quattro en sont dépourvus) et le design confirme une tendance à l’originalité chez Sigma sur ses boîtiers.

Du point de vue des fonctions en revanche, Sigma demeure en retrait des tendances actuelles. Toujours pas de vidéo, d’articulation de l’écran ou de mode tactile, modes Rafales anecdotiques… Les SD Quattro et SD Quattro H font écho au titre choisi lors de notre test du DP0 Quattro : une sorte d’éloge de la lenteur. Il nous tarde cependant de tester ces deux boîtiers, avec des optiques telles que les 24 mm ou 35 mm f/1,4 Art

Fiche technique Sigma SD Quattro

- Capteur : Foveon Cmos 23,5 x 15,5 mm Foveon X3 Quattro, 29 Mpxl
- Définition maxi : [3/2] 5 424 × 3 616 pixels
- Format de fichier : Raw, Jpeg
- Vidéo maxi : -
- WiFi : -
- Monture : Sigma (SA)
- Mise au point : AF hybride à 9 collimateurs (détection de phase + détection de contraste), AF seul, AF continu ou mode Manuel
- Mesure de l’exposition : Mesure évaluative, mesure moyenne pondérée centrale, ponctuellepondérée centrale, ponctuelle
- Protection tout temps : oui
- Stabilisation : -
- Viseur : EVF 2,36 Mpts ; grossissement 1,09x ; dégagement oculaire : 21 mm
- Écran : LCD 3 pouces/1,62 Mpts
- Modes d’exposition : PASM
- Sensibilités : 100 – 6 400 Iso
- Vitesses : 30 s - 1/4 000 s
- Rafale : 3,6 im/s (14 Raw)
- Flash : -
- Stockage : SD, SDHC (UHS-I)
- Sorties : USB 3, mini HDMI, télécommande
- Alimentation : accu Li-Ion BP-61
- Dimensions L x H x P : 147 x 95,1 mm x 90,8 mm
- Poids : 625 g

Fiche technique Sigma SD Quattro H

- Capteur : Foveon Cmos 26,6 x 17,9 mm Foveon X3 Quattro, 45 Mpxl
- Définition maxi : [3/2] 6 192 × 4 128 pixels
- Format de fichier : Raw, Jpeg
- Vidéo maxi : -
- WiFi : -
- Monture : Sigma (SA)
- Mise au point : AF hybride à 9 collimateurs (détection de phase + détection de contraste), AF seul, AF continu ou mode Manuel
- Mesure de l’exposition : Mesure évaluative, mesure moyenne pondérée centrale, ponctuelle
- Protection tout temps : oui
- Stabilisation : -
- Viseur : EVF 2,36 Mpts ; grossissement 1,09x ; dégagement oculaire : 21 mm
- Écran : LCD 3 pouces/1,62 Mpts
- Modes d’exposition : PASM
- Sensibilités : 100 – 6 400 Iso
- Vitesses : 30 s - 1/4 000 s
- Rafale : 3,8 im/s (10 Raw)
- Flash : -
- Stockage : SD, SDHC (UHS-I)
- Sorties : USB 3, mini HDMI, télécommande
- Alimentation : accu Li-Ion BP-61
- Dimensions L x H x P : 147 x 95,1 mm x 90,8 mm
- Poids : NC

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Archives Le monde de la photo

NOUVEAUTE : Vous recherchez un article, un test ?

Accédez aux archives MDLP