Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Nikon

Sigma fp L : un 24 x 36 de 60 Mpxl dans la poche

25/03/2021 | Benjamin Favier

Plus de pixels, un système autofocus plus complet, la recharge en USB pendant l’utilisation : le fp L apporte des évolutions intéressantes par rapport au fp. Tout en conservant un gabarit ultra-compact.

Présentation

Le fp L emprunte la voie tracée par le fp, dévoilé en juillet 2019. Celle de la modularité, appréciée en vidéo, pour greffer différents accessoires, qui permet d’aboutir à une compacité et une légèreté spectaculaires (112,6 x 69,9 x 45,3 mm/427 g avec SD et accu), pour un appareil 24 x 36. Ce modèle reprend nombre de caractéristiques de son aîné, tout en bénéficiant d’importantes évolutions.

JPEG - 130.7 ko
L’ergonomie est identique à celle du fp.

La plus significative tient à la définition du capteur. Il s’agit toujours d’un Cmos rétro-éclairé, mais de 24 Mpxl sur le fp, on passe à 61 Mpxl sur le fp L ! Une très haute définition déjà vue sur le Sony A7R IV. Sigma a pris la décision d’opter pour un filtre passe-bas, dans le but de réduire les risques d’apparition de moiré, particulièrement gênant en vidéo, étant donné cette avalanche de pixels. La plage de sensibilité demeure néanmoins identique à celle du fp : 100-25 600 Iso par défaut, puis 6,12, 25, 50-51 200 ou 102 400 Iso par extension. Deux nouveaux modes couleurs apparaissent : « Bleu poudre » et « Bichromie », qui portent à quinze le nombre total de modes, accessibles en photo (Still) et en vidéo (Cine). En revanche, toujours pas de profils Log à l’horizon. Nouveauté, les réglages personnalisés sont enregistrables sous la forme de QR code, pour faciliter leur partage et leur chargement.

Ce changement de capteur s’accompagne d’une évolution importante au niveau de l’autofocus. Le nombre de collimateurs demeure inchangé (49 points), par rapport au fp, avec une sensibilité allant jusqu’à -5 IL pour le collimateur central. Mais le système repose désormais à la fois sur la détection de phase et la détection de contraste, là où le fp ne repose que sur cette dernière. Et nous avions relevé ses limites lors de notre banc d’essai (lire MDLP 129).

Si une attention particulière a été portée à la gestion du moiré, attention au rolling shutter, manifeste dans certains cas (éclairage fluorescent) avec le fp, pourvu, comme le fp L, d’un obturateur totalement électronique. Toujours pas de stabilisation « physique ». Dommage, car certaines fonctionnalités, comme le DNG Raw ou l’option « Viseur réalisateur », ne sont pas accessibles avec la stabilisation électronique, déjà à l’œuvre dans le fp, et reconduite dans le fp L.

Le principal champ d’action du fp L, c’est bien sûr la vidéo. Pas de surenchère. Ni 8K ou 6K au programme. Mais toujours, cette possibilité de tourner en UHD ou Cinema DNG, à 24 ou 25 im/s. En passant par la sortie HDMI, on accède à un tournage 4K DCI (4096 x 2160 pixels) en Raw (Apple ProRes Raw 12 bits avec Atomos Ninja V) à 24 im/s ; et probablement en Blackmagic Raw avec un Blackmagic Video Assist 12G, comme cela est permis avec le fp depuis la mise à jour 2.0 dont son firmware a fait l’objet. La durée maximale d’enregistrement est de deux heures, comme sur le fp, quelle que soit la capacité de la carte employée ou la définition choisie.

JPEG - 208.4 ko
Le viseur optionnel EVF-11.

Pour cadrer, par défaut, il faut se contenter de l’écran LCD tactile de 3,15 pouces et 2,10 Mpts, toujours fixe. Il sera toujours possible d’utiliser l’imposante loupe optique LVF-11, sortie en même temps que le fp. Désormais, on pourra aussi recourir au viseur électronique optionnel EVF-11, une dalle Oled de 3,68 Mpts, compatible avec le fp L – et bientôt avec le fp, via une mise à jour de firmware à venir prochainement, promet Sigma. Il se greffe sur le côté gauche de l’appareil et peut être orienté vers le haut. Reste à voir s’il sera possible d’accéder au volet connectique en même temps,

Le fp L est alimenté par l’accu BP-51, déjà utilisé dans le fp. Différence importante, sur le nouveau venu, il sera possible de l’alimenter en USB, tout en utilisant le boîtier, ce qui facilitera un tournage en streaming, ou un time-lapse, par exemple. Ce qui évitera aussi d’avoir à dévisser un plateau de rotule ou gimbal pour accéder à la trappe et changer d’accu en plein tournage. Il faudra alors prévoir une SD d’une capacité suffisante, car le logement (unique, compatible UHS-II) se situe au même endroit. Dans une configuration domestique, le fp L pourra aussi faire office de webcam, une fois relié à un ordinateur en USB.

Parmi les connectiques disponibles, on retrouve les mêmes, déjà vues sur le fp : USB 3.1 Type C, HDMI Type D, prise pour micro externe et télécommande, et prise synchro flash via l’unité optionnelle HU-11. Toujours pas de prise casque.

Le Sigma fp L sera commercialisé courant avril au prix de 2299 € nu ; 2799 € avec le viseur EVF-11 ; seul, le viseur EVF-11 sera vendu 649 €.

- Le site de Sigma

Premier avis

Ce n’est toujours pas l’heure du fameux hybride en monture L doté d’un capteur Foveon 24 x 36, dont le développement est annoncé par Sigma depuis l’automne 2018. En attendant, Sigma poursuit l’élargissement de sa gamme optique DG DN, en montures E et L, dont le 28-70 mm f/2,8 Contemporary récemment dévoilé. Et confirme son implication dans le domaine de la vidéo, avec ce successeur, ou plus exactement compagnon, du fp.
Le fp L apporte des évolutions intéressantes par rapport à ce dernier. La hausse de la définition sera pertinente en vidéo, dans la perspective de recadrages (jusqu’à 5x la focale employée). Mais c’est surtout le système autofocus à détection de phase et de contraste, qui devrait trancher avec les performances observées sur le fp. Tandis que la possibilité de charger l’accu en USB pendant l’utilisation ouvrira le fp L à d’autres types de tournages. La monture L continue sa montée en régime, et plusieurs adaptateurs permettent d’utiliser des optiques cinéma.

Il nous semble toutefois que Sigma pourrait aller encore plus loin. Un système de stabilisation au niveau du capteur serait bien sûr une bonne chose, même si, la compacité en pâtirait. Mais de toute façon, pour bien utiliser le fp L, il faudra le munir d’accessoires externes, notamment des poignées, nous l’avons constaté avec le fp. Ainsi, rendre le LCD inclinable serait aussi une avancée intéressante. Nous aimerions également que Sigma propose un profil Log, pour filmer avec un rendu « plat » et exploiter pleinement la dynamique en postproduction. L’absence de 4K 50p peut aussi être vue comme un frein pour certains besoins, et en l’état, les fp semblent plutôt destinés à des productions cinéma, à 24 im/s.

Fiche technique

  • Capteur : Cmos BSI 24 x 36 de 61 Mpxl avec filtre passe-bas
  • Définition maximale : 9 520 × 6 328 pixels (3/2) ; 8 432 x 6 328 pixels (4/3) ; 6 328 x 6 328 pixels (4,8K) ; 3 840 x 2 552 pixels (4K)
  • Monture/Coefficient : L/1x
  • Sensibilités : 100-25 600 Iso (6,12, 25, 50- 51 200, 102 400 Iso par extension)
  • Vidéo : 4K UHD à 25 im/s sur 8, 10 et 12 bits
  • Formats de fichiers : Raw (DNG) 12 ou 14 bits, Jpeg, Mov, CinemaDNG
  • Protection du boîtier : oui
  • Stabilisateur : -
  • Visée : - * Moniteur : LCD 3,15 pouces, 2,10 Mpts tactile
  • Flash intégré : -
  • WiFi/Bluetooth/GPS : Oui/Oui/-
  • Autofocus : Détection de contraste sur 49 points
  • Mesure de la lumière : Multiple, Spot, Pondérée centrale, Haute lumière pondérée sur 1 728 zones
  • Balance des blancs : 12 préréglages, et trois personnalisables
  • Vitesses : 1/8000s à 30s en mode électronique
  • Rafales : 10 im/s ; DNG + Jpeg (14 bits) / 9,5K : 12 images, 6,2K : 12 images, 4,8K ou inf. : 12 images DNG + Jpeg (12 bits) , DNG (14 bits/12 bits) / 9,5K : 12 images, 6,2K : 28 images, 4,8K ou inf. : 50 images Jpeg / 9,5K : 14 images, 6,2K : 35 images, 4,8K ou inf. : 57 ; 5 im/s (12 images max) et 3 im/s (24 images max)
  • Stockage : 1 SD UHS II
  • Interfaces : USB 3.1 Type C, HDMI Type D, prise pour micro externe et télécommande, prise synchro flash via l’unité optionnelle HU-11
  • Alimentation : Accu, courroie de transport, support de courroie SH-11, adaptateur secteur USB UAC-21, câble USB (C-C) SUC-41, griffe contact HU-11, bouchon de baïonnette, mode d’emploi, sticker de garantie
  • Alimentation : accu Li-Ion BP-51 (environ 240 images)
  • Dimensions/Poids : 112,6 x 69,9 x 45,3 mm/427 g (avec carte et accu)

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Olympus
Archives Le monde de la photo

NOUVEAUTE : Vous recherchez un article, un test ?

Accédez aux archives MDLP

Joomeo