Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

MBP Nikon

Skylum Luminar 4.2 : une mise à jour de plus

30/03/2020 | LAURENT KATZ

Les mises à jour de Luminar sont rarement anecdotiques et celle-ci ne déroge pas à la règle, apportant des évolutions dans le traitement créatif du ciel et la retouche des visages, sur fond de masquage automatique géré par l’intelligence artificielle.

Skylum a une relation particulière avec le ciel, et pas seulement parce que sky est une partie de son nom. Sous la bannière de l’IA, elle a développé une fonction d’amélioration, puis de remplacement du ciel avec une spectaculaire fonction de masquage automatique. Avec la 4.2, elle poursuit son périple dans les cieux avec l’ajout d’objets. On quitte l’aspect purement photographique/prise de vue pour entrer ici dans la création. Nul ne doute que des publicitaires ou des explorateurs de l’imaginaire sauront exploiter au mieux cette commande qui repose sur des fichiers contenant une image, fournis par l’éditeur comme des nuées d’oiseaux, des éclairs, des lunes…), ou issus de votre photothèque. Elle s’insère dans le ciel (dont le masquage automatique est piloté par l’intelligence artificielle). Pour en placer plusieurs, jouer avec les calques et les modes de fusion est nécessaire, ouvrant la voie à de nombreux délires créatifs.

JPEG - 220.8 ko
Ici, l’image est passé par le plug-in Dxo FilmPack, puis par AI Remplacement du ciel (ajout des nuages) et enfin par AI ciel Augmenté, pour ajouter la nuée d’oiseaux (cliquer pour agrandir).
(photo LK)
JPEG - 287 ko
Des montagnes ont été ajoutées, puis légèrement floutées avec le réglage Défocalisation (cliquer pour agrandir).
(photo LK)
JPEG - 131.1 ko
Il manque à la fonction d’ajout d’élément dans le ciel une gestion facultative des reflets, pour parfaire le naturel quand une surface liquide est présente. Ici, l’usage de calques et de modes de fusion ont servi à cumuler les ajouts au ciel (cliquer pour agrandir).
(photo LK)

Esthéticien
L’amélioration des visages dans « AI Amélioration de portrait » passe par leur détection ; ce que revendique le logiciel, indépendamment de la couleur de la peau, de l’orientation et de la taille. Ce qu’il fait plutôt bien, masquant aussi les yeux, les sourcils, les lèvres, les dents… Ensuite, il propose plusieurs options, dont le récent amincissement ou encore l’amélioration des brillances introduites avec cette version 42. D’une manière qui prête à revendication, puisque les masques établis en arrière-plan ne sont pas accessibles et que l’on ne peut différencier les visages, les retouches portant sur l’intégralité des têtes (gênant par exemple pour le réglage Rouge à lèvre). Les outils de masquage habituel sont accessibles, mais cela complique une situation, qu’Anthropics Portrait Pro gère plus élégamment et ergonomiquement.

JPEG - 265.7 ko
Les ajustements liés à la retouche du visage (cliquer pour agrandir).
(photo LK)
JPEG - 142.8 ko
Ce n’est pas une nouveautés de la 4.2, mis Luminar corrige automatiquement les yeux rouges (cliquer pour agrandir).
(photo LK)
JPEG - 14.2 ko
A l’issue du passage dans un plug-in, un calque spécifique est crée.

Skylum a revisité techniquement la fonction « Relight Scene » (modification de la lumière ambiante en fonction du nouveau ciel) dans « IA Remplacement de ciel » pour éviter certaines lueurs ou un jaunissement affectant des objets blancs. La structure du logiciel bénéficie maintenant de l’acceptation de certains plug-ins, même d’éditeurs tiers. Par exemple, Aurora HDR, DxO Nik Collection, Topaz, mais aussi DxO FilmPack ou encore Exposure X5 d’Alien Skin.

JPEG - 246.3 ko
L’appel de DxO FilmPack 5 depuis Luminar 4.2 (cliquer pour agrandir).
(photo LK)

Réflexions
Cette mise à jour, qui ajoute encore plus d’IA au logiciel n’est pas sans susciter des questions sur ce qu’est la vérité et la valeur d’une photo, car des images exceptionnelles d’un élément fugace et peu fréquent, comme un éclair s’abattant sur un monument emblématique d’un paysage urbain, ne devront plus rien au savoir-faire et à la patience d’un photographe tenace qui attend la venue d’un concours de circonstances pour déclencher, mais au simple enchaînement de quelques clics dans un logiciel.

Luminar, qui tourne sous Windows (toutes versions 64 bits) ou macOS (à partir de la 10.12) est vendu en ce moment à partir de 89 €, au lieu de 114 €, selon les options complémentaires choisies. Le logiciel autonome est complété par des plug-ins pour Apple Photo, Adobe Lightroom Classic CC, Photoshop CC et Photoshop Elements. La mise à jour vaut 74 €. Une version d’essai est téléchargeable via l’onglet Luminar de la page d’accueil du site, en français, de Luminar 4.

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



MPB
Archives Le monde de la photo

NOUVEAUTE : Vous recherchez un article, un test ?

Accédez aux archives MDLP