Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Nikon

Sony DSC-RX100 : le prix de l’expertise

06/06/2012 | LAURENT KATZ

Il a fallu du temps à Sony pour se rendre compte qu’il y avait un public pour des compacts vraiment experts, muni des modes PASM et d’un capteur bien plus grand que celui des compacts ordinaires. Prêts à payer les 650 € du DSC-RX100 ? C’est une autre histoire.

Le prix de l’expertise

JPEG - 345.6 ko
Comparaison entre la taille du capteur équipant le DSC-RX100 et celle d’un compact standard.

C’est un boîtier sobre et élégant en aluminium brossé noir que Sony nous a concocté, avec un flash extractible. Mat... et lisse au point que l’on regrette qu’un petit bosselage caoutchouté ne vienne assurer la prise en main. Placé dans son étui optionnel, le problème ne se pose plus.

Sony n’a pas choisi un imageur de 1/1,7 ou de 2/3 pouce, qui reste encore petit.
Ici le Cmos d’un pouce est deux fois plus grand que celui d’un X10 de Fujifilm et propose 20,2 Mpxl effectifs. Belle idée qui permet de conserver une taille raisonnable à l’appareil, tout en assurant un rendu intéressant des hautes sensibilités. Quelques photos prises lors de la présentation officielle, à 1 600 et 3 200 Iso, montrent le bien-fondé de la démarche.

L’optique, signée Carl Zeiss, avec traitement multicouche T*, ouvre à f/1,8 à 28 mm, mais à seulement f/4,9 à 100 mm. La macro descend à 5 cm. Sony montre de belles photos avec un flou d’arrière-plan important. Mais elles sont prises en macro ! Un test en plaçant le zoom à 100 mm et le sujet à une distance raisonnable montre qu’il ne faut quand même pas trop compter sur le RX100 pour jouer du bokeh.

L’interface est soignée, avec des menus dont la forme et les réglages sont au moins aussi riches que ceux d’un Alpha. On y voit quantité d’options, par exemple pour gérer le bruit par palier ou afficher un double niveau. La personnalisation est importante, portant aussi sur une bague de commandes située à la base du zoom, comme sur le S100 de Canon. Son usage est contextuel, mais peut être programmé sur l’une des fonctions suivantes : zooming, ouverture, vitesse, correcteur d’exposition, sensibilité, balance des blancs et effets créatifs. Mais pas la distance pour les amateurs de mise au point manuelle. En ce domaine, le RX100 offre le peaking et la loupe. L’autofocus, lui, repose sur 25 collimateurs et semble, au vu des premières prises de vue, sur sujet statique, rapide sur toute la plage des focales.

Le LCD, fixe (grrrrr !) et non tactile, présente 1,22 Mpts sur 3 pouces. Ne cherchez pas, s’il y a un flash extractible, il n’y a ni griffe porte-flash ni connecteur pour un viseur électronique. Raw, vidéo 1080p, HDR et Panorama sont de la partie.

À 650 €, l’absence de visée à hauteur d’œil et de sabot pour accessoire, la focale basse de 28 mm quand 24 mm serait plus approprié, l’ouverture maximale de seulement f/4,9 à 100 mm et, plus encore, le LCD fixe, font tiquer. Mais le RX100 est plus petit qu’un X10 de Fujifilm ou qu’un G1 x de Canon, avec un niveau qualitatif qui le démarque des G12 et P7100. Un bel avantage.

- Le site de Sony

- Menu rapide

À l’image du Q.Menu que les habitués des hybrides Panasonic connaissent bien, le RX-100 propose de choisir entre un et sept réglages dans une liste de dix-sept options, pour les affecter à la touche Fn. Cette dernière étant sollicitée, ils sont affichés au bas du LCD, le pad, la molette et la bague frontale servent à choisir lequel ajuster et à faire défiler les valeurs possibles.
- Personnalisation

De nombreuses touches et commandes se plient aux envies du photographe. La bague de commande, la touche Fn, la touche ventrale du pad et les deux touches latérales de ce dernier sont configurables. Plus trois configurations utilisateur, accessibles via le barillet.
- Sélecteur de modes d’exposition

Alors que les récents compacts évolués de la gamme Sony n’offraient pas les modes Priorité, réservé à son hybride haut de gamme, le RX100 les propose en plus des modes moins experts. Tourner le barillet se traduit par son affichage commenté sur le LCD.

Fiche technique

  • Capteur : Cmos 1 pouce (13,2 x 8,8 mm), 20,2 Mpxl effectif
  • Définition maximale : [4/3] 5 472 x 3 648 [16/9] 5 472 x 3 080 [3/2] 4 864 x 3 648 [1/1] 3 648 x 3 648 pixels
  • Vidéo maxi : 1080p (50 im/s, AVCHD)
  • Format de fichier : Jpeg, ARW
  • Zoom : F1,8-4,9/28-100 mm, éq. 24 x 36
  • Mode macro : 5 cm (GA) éq. 24 x 36
  • Mise au point : multizone (25), détection de visages, vue par vue, continu, suivi AF
  • Stabilisation : oui (optique)
  • Écran : LCD 3 pouces/1,22 Mpts
  • Viseur : -
  • Modes d’exposition : PASM, modes Scènes, Intelligent Auto, Superior Auto
  • Sensibilités : 125–25 600 Iso
  • Balance des blancs : auto, prédéfinies, mesurée
  • Vitesses : 30 s - 1/2 000e s
  • Rafale : 10 im/s (10 vues)
  • Flash : incorporé
  • Divers : modes créatifs (Jouet, Pop, Postérisation, Retro, Soft High-key, Couleur partielle, Monochrome fort contraste, Flou artistique, peinture HDR, Monochrome tons riches, Miniature, Aquatique, Illustration), modes 3D et Panorama, HDR
  • Stockage : SD, SDHC, SDXC ou MS Duo
  • Connectique : HDMI, Hi-speed USB, A/V
  • Accu : Li-Ion 3,6V/895 mAh
  • Dimensions/poids : 101,6 × 58,1 × 35,9 mm/240 g (avec accu et MS Duo)

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Archives Le monde de la photo

NOUVEAUTE : Vous recherchez un article, un test ?

Accédez aux archives MDLP