Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Nikon

Vivian Maier : La passion secrète d’une nounou prodige

18/07/2014 | Vanessa VIGIER

L’importante exposition qui lui a été consacrée au Château de Tours par le Jeu de Paume est désormais terminée. Néanmoins, l’Américaine Vivian Maier continue de faire l’actualité avec un film sorti en salle début juillet et deux expositions dans des galeries parisiennes.

Vivian Maier (1926-2009) façonna tout au long de son existence un trésor photographique dont on a répertorié plus de 120 000 clichés.
C’est en arpentant les rues de Chicago, son Rolleiflex puis plus tard son Leica, autour du cou et accompagnée des enfants dont elle avait la charge qu’elle développa une grande curiosité ainsi qu’une empathie envers les habitants et les gens de passage. Dans ce théâtre à ciel ouvert se manifestaient alors les contradictions d’une Amérique en plein essor. Vivian Maier a capturé le banal, l’incongru, l’habituel et l’accidentel avec sensibilité et justesse. Le tumulte de la vie composé des jeux d’enfants, des différences sociales, de situations cocasses et la gravité s’entremêlent, l’architecture y occupant également une place importante.
Son travail est à rapprocher de ceux de Diane Arbus, Lisette Model, Robert Doisneau, Willy Ronis ou Henri Cartier-Bresson.
Femme à la personnalité énigmatique et solitaire, elle attendait le soir venu pour développer une partie de ses négatifs dans sa salle de bain privée. Elle ne montrait presque jamais ses images, gardant secret son trésor.

JPEG - 226.6 ko
© Vivian Maier / Maloof Collection, Courtesy Howard Greenberg Gallery, New York / Les Douches La Galerie, Paris

C’est un agent immobilier de 25 ans, John Maloof qui va changer le destin de Vivian Maier. En 2007, il achète pour moins de $400, une mallette remplie de négatifs et de films non développés. Les clichés ne correspondaient en réalité pas vraiment à ses recherches et n’ont alors pas suscité un grand intérêt de sa part. Lorsqu’il prit conscience qu’il était devenu l’acquéreur d’une collection d’œuvres captivantes, John Maloof s’est passionné pour la photographie, a acheté du matériel et a commencé à développer et à numériser consciencieusement ce témoignage d’une autre époque.
Cherchant à connaître l’auteur des photographies, il apprend que Vivian Maier vient de décéder. Il va alors retracer la vie de cette femme hors du commun et faire connaître son travail. Il lui a consacré un site Internet, un ouvrage et a participé à l’élaboration d’expositions.
Aujourd’hui, cinq ans après sa disparition, Vivian Maier est complètement sortie de l’anonymat.

Deux adresses parisiennes exposent actuellement son travail : la galerie Frédéric Moisan, jusqu’au 2 août, et la galerie Les Douches, jusqu’au 26 juillet. Vous pourrez y découvrir une vingtaine de tirages issus de la collection de John Maloof et profiterez d’une sélection diversifiée de l’œuvre de Vivian Maier mettant en lumière l’esprit humaniste de cette photographe.
Sorti en salle début juillet, un film-documentaire réalisé par Charlie Siskel et John Maloof lui est également consacré. À la recherche de Vivian Maier est diffusé dans une cinquantaine de salles en France.
Voir la bande-annonce

Expositions
- Jusqu’au 26 juillet : Les Douches, 5, rue Legouvé, Paris 10e / site : www.lesdoucheslagalerie.com
- Jusqu’au 2 août : Galerie Frédéric Moisan, 72 rue Mazarine, Paris 6e / site : www.galerie-fmoisan.fr

Photo d’en-tête : Vivian Maier / Maloof Collection, Courtesy Howard Greenberg Gallery, New York / Les Douches La Galerie, Paris

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Olympus
Archives Le monde de la photo

NOUVEAUTE : Vous recherchez un article, un test ?

Accédez aux archives MDLP

Joomeo