Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

WhiteWall : visite en images du plus grand laboratoire d’Europe

07/07/2014 | Pascale Brites

Créé en 2007 pour assurer les tirages des galeries Lumas, le laboratoire allemand WhiteWall s’est peu à peu ouvert au grand public via son interface de commande sur Internet. Cet accroissement d’activité a conduit la société à déménager l’année dernière en périphérie de Cologne dans de nouveaux locaux de 5 000 m², devenant ainsi le plus grand laboratoire d’Europe. Visite guidée.

Avec une production moyenne de 2 000 à 2 500 produits par jour, le laboratoire WhiteWall, dont l’usine de production se situe en périphérie de Cologne en Allemagne, est un exemple d’organisation et de gestion de flux de travail. À l’origine, le choix de supports était assez maigre et le laboratoire se concentrait surtout sur les produits phares des galeries Lumas, à savoir le « Lumasec », une impression sous acrylique sur support en Forex ou en alu Dibond. Depuis, le laboratoire a étendu son offre. Et si la majorité du chiffre d’affaires provient encore des photographies de la galerie, que les particuliers peuvent commander directement en ligne, la part des produits de tirage est de plus en plus importante.

Le tirage sous verre acrylique est réalisé à partir d’un tirage argentique, scellé à une plaque en verre acrylique à l’aide de silicone élastique. Le silicone ne séchant jamais totalement, ce procédé évite les craquelures et possède une bonne capacité de conservation.

Aujourd’hui, le laboratoire WhiteWall possède six machines de tirages sur support argentique : quatre Durst Lambda et deux Océ Lightjet. Elles sont employées pour réaliser du tirage sur papier RC : Fuji Crystal DP II en surfaces matte, brillante et satinée, Kodak Pro Endura brillant et Kodak Pro Metallic en couleur ou Ilford en noir et blanc. Il est également possible de commander des tirages couleur sur support polyester Fuji Flex ultra-brillant ou encore du tirage baryté en noir et blanc sur support Ilford.

Les tirages argentiques sur support baryté sont lavés pendant de longues heures avant d’être séchés à plat.

Le tirage par procédé argentique n’est pas la seule technologie employée par le laboratoire, qui propose également de l’impression jet d’encre pigmentaire Fine Art sur quatre papiers de la marque Hahnemühle, de l’impression sur textile via un procédé de sublimation thermique, de l’impression latex sur film adhésif ou encore de l’impression UV sur toile, sur Forex (panneau rigide de PVC expansé), sur aluminium Dibond (sandwich composé d’une plaque de polyéthylène solide entourée de deux plaques d’aluminium) ou encore sur aluminium brossé.

L’impression directe sur aluminium brossé laisse apparaître le métal sur les zones "blanches" de l’image.

Outre ses prestations de tirage, la société se démarque par un large choix de finitions. Il est notamment possible d’appliquer un film de protection par laminage en surface matte ou brillante sur les tirages réalisés sur papiers Fuji Crystal DP II, Kodak Endura ou RC Ilford ou encore de commander des tirages sous verre acrylique, en surface matte ou brillante.

Le laminage permet de protéger les tirages contre les salissures, les rayons UV et les éclaboussures.

WhiteWall possède également à son catalogue un produit très original : le tirage sous résine spéciale. Il consiste en un tirage argentique sur papier Fuji Crystal DP II contrecollé sur alu Dibond, sur lequel on vient couler une résine liquide très brillante et qui crée des bords arrondis sur tout le tour de l’image. Malheureusement, l’occasion ne nous a pas été donnée d’assister à la réalisation de ce produit qui demande une attention toute particulière pour éviter que des poussières ne soient prises dans la résine. Il est par conséquent réalisé dans un espace extérieur à l’usine de Cologne.

Le laboratoire propose un large choix de cadres, fabriqués à la demande dans l’usine de Cologne.

Le contrecollage est également un point fort du laboratoire qui propose depuis le mois dernier une option de tirage sur bois – multiplex naturel ou MDF – en plus de l’aluminium Dibond déjà disponible. À cela s’ajoute un large choix d’encadrements et de montages, allant du châssis pour les toiles et les impressions textiles à la caisse américaine en passant par le montage Art Box ou l’un des quinze types de cadres, accompagnés de passe-partout.

À noter également que toutes les impressions contrecollées ou encadrées sont livrées avec un système de fixation, pensé et dimensionné pour chaque type d’épreuve.

Les tirages sur supports rigides sont systématiquement livrés avec un système de fixation adapté. L’emballage est quant à lui réalisé à la main par un opérateur ou de manière automatique par une machine à filmer.

Une fois la visite des différents postes de fabrication effectuée, notre parcours a pris le chemin de l’emballage et de l’expédition. Et contrairement à ce qu’on pourrait croire, l’espace alloué à cette activité prend une part très importante du laboratoire. Tout d’abord, chaque épreuve est vérifiée par un opérateur, avant d’être éventuellement dépoussiérée et emballée manuellement dans du papier bulle. Les tirages sur support rigide sont automatiquement filmés en machine avant d’être acheminés vers l’espace de mise en carton. Compte tenu de l’offre pléthorique de formats et de supports du laboratoire, difficile de commander des boîtes pour chaque produit. C’est donc une machine à découper qui va façonner à la demande des cartons aux dimensions précises de chaque produit. Pour finir, les colis sont classés par destination, WhiteWall proposant ses services dans le monde entier.

Pour s’adapter parfaitement aux dimensions des tirages, Whitewall possède une machine de découpe des cartons. Le conditionnement est également adapté à chaque produit.

Cette visite du laboratoire allemand nous a permis de constater l’extrême technicité des machines employées, mais également l’organisation nécessaire pour permettre un acheminement précis et sans encombre d’une grande variété de produits. Nous avons également pu constater le soin apporté à chaque tirage et avons assisté à la destruction d’un tirage grand format en raison d’une toute petite bulle qui s’était formée lors du laminage. Juger de la qualité des tirages de WhiteWall ne pourra se faire qu’après des tests, mais le fait que le laboratoire propose de télécharger un grand nombre de profils ICC correspondant aux tirages argentiques, aux impressions jet d’encre ou aux impressions directes montre un certain professionnalisme.

- le site de WhiteWall

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Archives Le monde de la photo

NOUVEAUTE : Vous recherchez un article, un test ?

Accédez aux archives MDLP