Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

SIGMA Nikon

Canon EOS M6 : le renouveau hybride, suite…

15/02/2017 | Benjamin Favier

Dans la foulée d’un M5 convaincant, sans être révolutionnaire, Canon propose un modèle sans viseur. Elle souhaite ainsi se mêler à la lutte féroce sur le marché des hybrides vendus en dessous du millier d’euros.

Présentation

L’EOS M5 symbolise une nouvelle approche de Canon sur le marché des hybrides. Bien plus sérieuse, bien plus ambitieuse, que pour le M3 lancé en 2015, pourtant intéressant, mais tellement loin de ce que l’on pouvait attendre de la marque, qui fêtera les 30 ans de la gamme EOS en mars.

Même s’il pêche encore sur de nombreux points (construction légère, caractéristiques très classiques), le M5 offre une ergonomie séduisante et aboutie, ainsi qu’une excellente qualité d’image. Et le fonctionnement de l’autofocus avec l’adaptateur – offert lors des premières semaines de commercialisation par Canon avec le M5 – pour optiques EF/EF-S est probant, en tout cas en mode One Shot (lire notre test dans MDLP 92). Canon s’appuie donc fort logiquement sur ces récents acquis et dévoile un M6, aux caractéristiques très proches de celles de son aîné, le viseur en moins.

Une ablation qui se traduit par un tarif plus doux (809,99 € nu contre 1139,99 € nu pour le M5), mais qui demeure toutefois élevé par rapport à la concurrence, nous y reviendrons. On retrouve ainsi le capteur Cmos de 24 Mpxl, le système Dual Pixel AF dont on apprécie les bienfaits en vidéo notamment (on reste ici en 1080p à 50 im/s), et le processeur Digic 7, ce trio officiant déjà au sein du M5.

L’écran du M6 est un brin plus petit, et il est moins défini par rapport au modèle phare de la gamme EOS M : soit 3 pouces et 1,04 Mpts contre 3,2 pouces et 1,62 Mpts sur l’EOS M5. En revanche, il est également inclinable sur un axe vertical (180° vers le haut et 45° vers le bas) et tactile, avec la possibilité de sélectionner les collimateurs AF du bout des doigts, parmi les quarante-neuf que compte le système AF hybride.

Et cela, même lorsque le viseur optionnel EVF-DC2 est à l’œuvre. Ce dernier est officialisé en même temps que le M6. De type Oled, il affiche une définition de 2,36 Mpts avec un dégagement oculaire de 22 mm et prise environ 29 grammes. Évidemment, il augmente le volume du boîtier et ne permettra plus de s’adonner aux selfies. Il aura aussi un impact sur la capacité de l’accu, le même que celui du M5… et sur la facture, puisqu’il faudra débourser quelque 280 € pour l’acquérir !

Parmi les autres caractéristiques à signaler, un mode de stabilisation numérique uniquement actif en vidéo ; un mode time-lapse vidéo ; une prise 3,5 mm pour enregistrer un son via un micro externe ; et la présence du Bluetooth, en plus du WiFi, pour une connexion moins énergivore avec les périphériques connectés pour transférer des fichiers ou piloter le boîtier depuis l’application Camera Connect.

Sortie prévue fin mars, début avril, au prix de 809,99 € nu. Il sera aussi proposé en kit avec le zoom EF-M 15-45 mm au prix de 939,99 €.

- Le site de Canon

Premier avis

On efface tout, on recommence. C’est un peu le sentiment que l’on éprouve vis-à-vis de la stratégie de Canon sur le secteur hybride, en regardant les EOS M5 et M6. Oubliés les M précédents. Avec ces deux boîtiers, le géant nippon semble s’investir pour de bon dans le domaine des boîtiers à optiques interchangeables dénués de miroirs. Tout en poursuivant l’aventure parmi les reflex, puisqu’elle lance simultanément les 800D et 77D.

Dans le discours, pas question de privilégier un système par rapport à l’autre. Pour une cohabitation équitable, Canon loue d’un côté la compacité des EOS M et la compatibilité des optiques EF/EF-S sur ces derniers ; ainsi que la polyvalence de ses EOS à pentamiroir. Point commun aux trois boîtiers annoncés aujourd’hui, ainsi qu’à l’EOS M5, tous, qu’il s’agisse du 800D, du 77D ou du M6, ont droit au Dual Pixel AF.

Bien que convaincus par cette technologie à l’usage, nous n’en demeurons pas moins déçus par ce M6 sur d’autres aspects, par rapport à ce que propose la concurrence. Ainsi, Canon tarde à offrir un tournage UHD sur ses EOS grand public, et c’est bien dommage, car pendant ce temps, la concurrence le propose majoritairement. Ensuite, nous aurions aimé qu’un viseur soit intégré. Un Panasonic GX80, certes au format Micro 4/3, est vendu moins cher et semble mieux pourvu en termes de caractéristiques, et il abrite un viseur. Mais surtout, l’EOS M6 aura fort à faire face au Fujifilm X-T20, vendu 899 €… avec un viseur, la vidéo 4K et un capteur APS-C de haute volée… C’est surtout la gamme optique EF-M, pour l’instant insuffisante, tant en quantité qu’en qualité, qui doit progresser, et qui nous renseignera sur les véritables intentions de Canon sur le segment hybride. Enfin, nous rêvons toujours d’un plein format « mirrorless » capable de concurrencer les Sony A7…

Fiche technique

  • Capteur : Cmos 14,9 x 22,3 mm
  • Définition : 24 Mpxl
  • Format : APS, coeff. x1,6
  • Mise au point : Autofocus détection de phase dual pixel EV-1 à EV18, 49 points, détection visages
  • Modes mesures : Évaluative, moyenne, centrée, spot
  • Sensibilité : 100 à 25 600 Iso
  • Modes prises de vues : P,S,A, M et Scènes
  • Obturateur : 30s -1/4000s
  • Rafale : 7 im/s avec AF sur 22 Jpeg, manuelle par plage
  • Flash : intégré NG5
  • Viseur : - (optionnel, EVF-DC2)
  • Ecran : 3 pouces, 1,04 Mpts inclinable et tactile
  • Vidéo : Full HD 24 à 60 im/s
  • Carte mémoire : 1 port SD
  • Batterie : LP-E17E
  • Dimensions (L x H x P) : 112 x 68 x 44,5 mm
  • Poids : 390 g avec batterie et SD

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



PHOX

Archives Le monde de la photo

NOUVEAUTE : Vous recherchez un article, un test ?

Accédez aux archives MDLP