Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Nikon

K Zoom et Gear Fit : connectons montre et APN

11/08/2014 | Franck Mée

En marge de notre test du Galaxy K Zoom, nous avons eu un équipement un peu plus original encore : une montre Samsung Gear Fit. L’assemblage des deux donne une fusion pour le moins étonnante…

Lors du dernier Mobile World Congress, Samsung n’a pas seulement renouvelé ses smartphones : la marque a également présenté des montres connectées. Celles-ci permettent de déporter certaines fonctions du téléphone, comme l’affichage des notifications ou la réception des appels, et d’ajouter des fonctions : podomètre et cardiofréquencemètre.

La Gear Fit a été présentée en même temps que le smartphone Galaxy S5. Elle ne lui est cependant pas réservée, puisque la plupart des appareils récents sont compatibles : nous l’avons donc testée avec l’appareil photo Galaxy K Zoom.

Contrôle à distance : pratique

Moins complète que la Gear 2, la Fit n’intègre pas d’appareil photo ni de système sonore. Elle permet tout de même d’être prévenu des appels voire, avec une application complémentaire, de dire au téléphone d’y répondre : si vous avez branché un casque sur celui-ci, vous pourrez donc prendre des appels sans le sortir de la poche ou du sac, ce qui reste pratique. Quant aux SMS et courriers électroniques, il est même possible de les lire, même si le confort est limité sur un écran de seulement 432 x 128 pxl, et éventuellement de renvoyer des réponses pré-enregistrées (du type "oui", "non", "je vous rappelle plus tard", la liste pouvant être personnalisée depuis le smartphone).


Enfin, la Fit permet de contrôler la lecture de musique, de régler le volume et d’afficher le titre en cours. Il n’y a pas en revanche d’application pour télécommander l’appareil photo : dommage, son écran pourrait afficher un petit aperçu de l’image et quelques réglages sommaires pour déclencher à distance.

Moniteur sportif : à revoir

L’autre argument de la Fit est à chercher côté remise en forme : elle intègre un podomètre, un capteur cardiaque et un moniteur de sommeil. Elle peut donc servir à mesurer temps et qualité du repos, nombre de pas effectués et rythme cardiaque ; en duo avec le téléphone, elle peut également surveiller une activité sportive, comme les montres spécialisées que l’on peut trouver chez Nike ou Garmin par exemple.

Du moins, ça, c’est la théorie. Le premier point discutable, c’est la précision des capteurs.

Le podomètre est relativement fiable — si vous avez vu des gens marcher dans Paris, l’air absent, en comptant leurs pas, c’étaient peut-être juste des journalistes en train de l’essayer — avec une erreur de moins de 5 %. Il est en revanche délirant sur l’estimation de la distance parcourue : sur un trajet connu dont la longueur fait assez précisément trois kilomètres (selon Google Maps et deux GPS différents), la Fit nous a indiqué entre 2,3 et 2,5 km. Il faut dire que, n’intégrant pas de système de positionnement (au contraire de la Gear 2), elle est réduite à multiplier le nombre de pas par la longueur de ceux-ci, qu’elle estime à partir de la taille de l’utilisateur. Pour mes 1,81 m, elle semble décider que le pas moyen doit faire un peu plus de 70 cm, ce qui dans mon cas est largement inférieur à la réalité.

En revanche, lors d’activités physiques type randonnée ou cyclisme, la Fit peut récupérer les données GPS du smartphone et la distance indiquée devient alors beaucoup plus fiable.

Le cardiofréquencemètre a également son lot de problèmes : si la mesure ponctuelle (qui exige une immobilité de statue) est assez précise, l’enregistrement en continu pendant une activité sportive sur-estime souvent très largement le rythme. Sur des trajets tranquilles à pied ou à vélo, la mesure instantanée oscillait ainsi de 85 à plus de 190 battements par minute ; en profitant de brefs arrêts, nous avons mesuré un rythme réel stable entre 90 et 100 — la Fit semble donc fiable lorsqu’elle indique une fréquence basse, mais elle a tendance à indiquer des surrégimes spectaculaires par moments.

Cependant, tout cela est avant tout un problème logiciel : le réglage de la longueur du pas pourrait être ajouté, de même qu’un filtre éliminant les mesures aberrantes de rythme cardiaque.

Fitness with Gear

Nous terminerons donc ce tour d’horizon sur l’application qui permet à la Gear Fit de communiquer avec le smartphone : Fitness with Gear. C’est la vraie déception de ce test : lente, elle souffre de quelques manques étonnants (par exemple, le seul graphique qu’elle fournit est celui de la vitesse, quand toute application de ce type permet de superposer au moins l’altitude et souvent le rythme cardiaque) et de quelques bugs d’affichage sur les cartes.

Surtout, elle ne stocke aucune donnée sur le téléphone : toute consultation demande donc une connexion à Internet, ce qui lui a permis de prendre aisément la première place dans la consommation de bande passante de notre abonnement sans fil.

Après une dizaine de jours en compagnie du K Zoom et de la Gear Fit, le bilan est donc paradoxal : la montre s’avère agréable et pratique au quotidien (gestion des appels, réception des messages, lecture de musique…), mais très insuffisante sur le plan sportif, par la faute essentiellement d’un logiciel perfectible et d’une application à réviser d’urgence.

En fait, nous espérons surtout que Samsung ouvrira le protocole de la Gear Fit aux développeurs tiers, pour permettre aux éditeurs d’applications comme Endomondo, Runtastic ou Runkeeper de la prendre en charge sans passer par Fitness with Gear… Elle permettrait ainsi aux photographes qui feraient un peu de sport de réunir un appareil photo correct, un téléphone et un moniteur d’activité dans deux petits équipements intégrés et faciles à garder sur soi.

- Le site de Samsung

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Archives Le monde de la photo

NOUVEAUTE : Vous recherchez un article, un test ?

Accédez aux archives MDLP

Concours CEWE