Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

MBP Nikon

Skylum Aurora HDR 2018 : retouches

26/06/2018 | LAURENT KATZ

Né en 2015, Aurora HDR était proposé en versions Standard et Pro, fusionné en une mouture unique avec l’édition 2017. La mouture Aurora HDR 2018 de l’automne dernier a gagné quelques évolutions.

L’ergonomie, l’agrément d’usage et la convivialité ont bénéficié de nombreuses améliorations, comme une ouverture des Raw respectivement quatre et deux fois plus rapides sous Windows et macOS selon Skylum. À noter l’ajout de la prise en charge d’une bonne vingtaine d’appareils, dont les derniers reflex Canon grand-public, les Fujifilm X-H1 et X-E3, l’Olympus E-PL9, les Panasonic GX9 et G9, le dos PhaseOne IQ3 100MP Trichromatic et le Sony A7 III. Le menu Affichage apparaît, avec les réglages de zooming et de couleur de fond, le signalement des zones écrêtées, complétant les pictogrammes des barres d’outils et associé à des raccourcis. Sans oublier le nouvel affichage plein écran.

JPEG - 64.9 ko
Les catégories de préréglages.
JPEG - 381.1 ko
Un panneau Historique a été introduit. Au bas, un index des rendus d’une catégorie de préréglages, à droite les panneaux repliés des différents réglags. Une comparaison avant/après est proposée, avec une délimitation mobile (cliquer pour agrandir).
(photo LK)

Autre nouveauté, un historique pour revenir à une étape antérieure. Il n’y a pas encore de prise d’instantanés, mais la palette de calques de réglages apporte une solution palliative, mais moins satisfaisante. Récemment annoncé, le clavier Loupedeck+ - une console dédiée pour travailler efficacement avec Lightroom, CaptureOne Pro - prend en charge Aurora HDR et bientôt Luminar 2018 du même Skylum. La gestion des calques s’affine, ergonomiquement parlant, avec la faculté de les renommer (sauf le calque original résultant de la fusion) et d’activer un menu contextuel pour le cacher, le renommer, le dupliquer, lui appliquer un mode de fusion parmi quatorze.

Travailler plus vite, c’est aussi disposer d’un traitement par lots pour calculer le mappage tonal (le processus d’adaptation d’une image HDR 32 bits à nos moniteurs 8 bits) sur plusieurs séquences de bracketing.

JPEG - 79.9 ko
En haut, les options de fusion. Au milieu, le paramétrage du traitement par lot. Au bas, les séquences d’images à traiter.
(photos LK)


En matière de réglages, un ajustement de la balance des blancs avec une pipette est introduit dans le jeu de filtres HDR Basique. Qui voit la disparition du réglage Clarté au profit de HDR Enhance, pour traiter les détails et les textures en évitant les halos et les artéfacts indésirables. Deux jeux d’ajustements, en dehors des panneaux, offrent respectivement des outils de transformations géométriques (rotation, recadrage, perspective, proportion hauteur/largeur) et de corrections optiques manuelles (distorsion, aberrations chromatiques, franges colorées et vignetage). Enfin, le panneau Densité-/Densité+ sert à assombrir ou éclaircir des zones spécifiques au pinceau. Pas mal pour une simple version intermédiaire qui a bénéficié des développements techniques de Luminar 2018 lancé fin 2017, puis mis à jour en février 2018 et avril. La mise à jour est gratuite pour les clients enregistrés. Sinon, c’est 99 €, avec 119 calques image, un ensemble intitulé Ciel théâtral et romantique, un tutoriel HDR par Trey Ratcliff (photographe spécialisé dans l’HDR qui collabore au développement de Aurora HDR, et une immersion vidéo dans Aurora HDR 2018 par du même Ted. Pour info, le logiciel implique de travailler a minima sous macOS 10.10.5 ou sous Windows à partir de la version 7.

- Le site de Skylum
- Le site d’Aurora HDR 2018

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



MPB
Archives Le monde de la photo

NOUVEAUTE : Vous recherchez un article, un test ?

Accédez aux archives MDLP