Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

MBP Nikon

Sony A1 : l’Alpha et l’Oméga

26/01/2021 | Benjamin Favier

Haute définition, cadence de folie, vidéo 8K : l’A1 inaugure une série d’appareils qui se situe au sommet de la série Alpha, au-dessus des A9. Il réunit le meilleur des différentes catégories d’hybrides de la marque. Et menace sérieusement l’EOS R5, tandis que les reflex risquent d’être enterrés pour de bon…

Présentation

Les A9 et A9 Mark II constituaient jusqu’ici le haut du panier, parmi les appareils à optiques interchangeables sans miroir en monture E. Leurs possibilités en matière de cadence, de suivi AF, et de transmission rapide de fichiers, en faisaient des cibles de choix pour les photographes professionnels. Tandis que l’A7R IV et ses 61 Mpxl recueillait les faveurs des paysagistes ou portraitistes ; et l’A7S III, celles des vidéastes. Prenez ces différents modèles plein format, exploitez le meilleur de leurs capacités ou caractéristiques, et vous obtenez l’A1.

Certes, pas de record de définition, toujours détenu par l’A7R IV. Mais avec son capteur Cmos de 50 Mpxl, de type empilé (comme sur les A9), avec deux nouveaux processeurs Bionz XR, l’A1 devient l’appareil professionnel le plus défini du marché, loin devant les standards habituels de ce type de produit, hybrides et reflex confondus, qu’il s’agisse des 1D X Mark III ou D6, mais aussi des A9/A9 Mark II, tous cantonnés aux alentours de 20 Mpxl. L’A1 détrône également l’EOS R5 et fait jeu égal avec les lointains cousins de ce dernier, les 5DS/5DSR.

Sony revendique une dynamique de 15 IL avec ce capteur. Un mode Haute résolution, qui s’appuie sur la stabilisation cinq axes (gain de 5,5 IL revendiqué par Sony), combine seize images pour créer un fichier de 199 Mpxl (17,280 x 11,520 pixels). Par défaut, la plage de sensibilités s’étend de 100-32 000 Iso. En prise de vue fixe, elle peut être étendue à 50-102 400 Iso. Le format Heif figure bien dans les menus.

Malgré sa haute définition, l’A1 est capable de photographier à 30 im/s, une cadence inédite sans recadrage (ou 20 im/s, comme le R5), avec suivi AF et AE, sans perdre le sujet de vue dans l’EVF. Et avec de significatifs progrès accomplis au niveau de la gestion du rolling shutter, assure Sony, puisque c’est l’obturateur électronique qui est alors sollicité dans ces conditions. Il serait possible d’engranger jusqu’à 155 Raw compressé ou 165 Jpeg, en photographiant à 30 im/s, avec une carte CFexpress Type A, précise Sony : de la même manière que sur l’A7S III, l’enregistrement des données passera par un double lecteur de cartes SD UHS-II, compatible avec les CFexpress Type A, donc. La vitesse de synchro X avec un flash externe atteindra elle 1/400s, avec l’obturateur mécanique (1/200s avec obturation électronique).

Le système autofocus repose sur l’intelligence artificielle. Il est identique à celui embarqué dans l’A7S III, avec 759 points à détection de phase (425 à détection de contraste) et une couverture de 92 % de la surface du capteur. Le suivi des visages et des yeux s’effectue en temps réel, en photo comme en vidéo.

Le viseur Oled est lui aussi identique à celui de l’A7S III, mais avec un meilleur taux de rafraîchissement, puisque l’on passe de 100 à 200 im/s. La définition est de 9,44 Mpts, avec un grossissement 0,90x et un dégagement oculaire de 25 mm. L’écran LCD n’est pas articulable dans toutes les directions en revanche. Tactile et mesurant 3 pouces, il offre une définition modeste, de 1,44 Mpts.

En vidéo, l’A1 est capable de tourner en 8K, à 25 im/s. C’est le premier Alpha à tourner à une telle définition. Il fait ainsi jeu égal avec l’EOS R5. Sony assure que le système de dissipation de chaleur interne permet de filmer en 8K pendant trente minutes sans interruption.

Il sera également possible de filmer en 4K à 100 im/s en 10 bits 4:2:2 ; avec AF en temps réel, en slow motion. Le profil S-Log3 est toujours là, et le S-Cinetone, affectionné par les possesseurs des caméras pros FX6 et FX9, investit les menus, qui ont fait l’objet d’une refonte totale depuis la sortie de l’A7S III. Via la prise HDMI, on tournera en Raw (16 bits).

On retrouve des caractéristiques propres aux A9/A9 Mark II, avec la possibilité de transférer ses images en FTP via le WiFi (2,4 GHz et 5 GHz), le port Ethernet, ou encore le smartphone « maison » Xperia Pro, avec l’arrivée de la 5G. Lancement prévu courant mars au prix de 7 300 €.

- Le site de Sony

Fiche technique

  • Capteur : Cmos Stacked Exmor RS de 50,1 Mpxl effectifs
  • Définition maximale : 17,280 x 11,520 pixels avec mode Haute résolution
  • Monture/Coefficient : Sony FE (1x)
  • Sensibilités : 100-32 000 Iso (50-102 400 Iso en mode étendu)
  • Vidéo : 8K à 25 im/s, 4K à 100 ou 50 im/s
  • Formats de fichiers : Jpeg, Raw, Heif, XAVC S, AVCHD, MP4
  • Protection du boîtier : oui
  • Stabilisateur : oui (cinq axes)
  • Visée : Oled 9,44 Mpts, grossissement 0,91x, dégagement oculaire de 25 mm, taux de rafraîchissement 240 im/s
  • Moniteur : 3 pouces, 1,44 Mpts, tactile et orientable (107° vers le haut, 41° vers le bas)
  • Flash intégré : -
  • WiFi/Bluetooth/GPS : Oui (NFC)/Oui (norme v. 4.1)/-
  • Autofocus : 759 points (détection de phase), 425 points (détection de contraste) couverture de 92% ; sensibilité à - 6 IL sur le collimateur central
  • Vitesses : 1/8 000s à 30s (obturateur mécanique ou électronique) ; synchro X à 1/400s (obturation mécanique)
  • Rafales : 30 im/s (155 Raw compressés ou 165 Jpeg)
  • Balance des blancs : NC
  • Stockage : 2x SD (UHS-I/II) ou 2x CFexpress Type A
  • Interfaces : USB (Type-C), micro 3,5 mm, casque 3,5 mm, synchro flash, micro HDMI (type D), Ethernet
  • Alimentation : NP-FZ100
  • Dimensions L x H x P/Poids : 129,9 x 96,9 x 80,8 mm/737 g (avec accu et carte)

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



MPB
Archives Le monde de la photo

NOUVEAUTE : Vous recherchez un article, un test ?

Accédez aux archives MDLP