Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Fujifilm X100 : le bonus Web

19/05/2011 | LAURENT KATZ

Pour parodier Magritte, on dira que « ceci n’est pas un test ». L’évaluation complète parue dans le numéro 36 du Monde de la Photo se trouve prolongée par quelques considérations qui n’ont pu trouver place dans le magazine, malgré les treize pages consacrées à ce modèle qui fera date.

DISTANCE MINIALE DE MISE AU POINT

Fujifilm a fixé cette valeur à 80 cm pour l’autofocus. En deçà, on entre dans le mode Macro et cela pose un réel problème. Par exemple, si vous photographiez des gens d’assez près, il arrive que le X100 signale qu’il ne peut faire le point, simplement parce que vous vous être rapproché un peu trop près. Alors qu’il pourrait très bien basculer tout seul en photo de proximité. Un mode pas totalement satisfaisant pour du portrait sur le vif, puisque l’autofocus perd de sa superbe en termes de rapidité. Mieux vaut alors passer en mise au point manuelle.

FLOU D’ARRIÈRE-PLAN

Avec une optique de 35 mm en équivalent 24 x 36, il ne faut pas s’attendre à ce que le sujet se détache du fond à coup sûr. Même si l’on travaille à F2. On y arrive quand même à condition que l’objet de l’image soit très proche. En Macro, l’effet est bien plus prononcé. Dès qu’il s’éloigne un peu, l’arrière-plan, s’il reste flou, présente encore trop de détail. Ce que montrent les deux photos ci-dessous.

JPEG - 197.4 ko
2 000 Iso, F2, 1/480e, -1/3 IL, flash activé
(Cliquer pour agrandir)
JPEG - 359.8 ko
400 Iso, F2, 1/340, -1/3 IL, flash activé
(Cliquer pour agrandir)

L’EXR PAR L’EXEMPLE

Comme mentionné dans le banc d’essai du magazine, Fujifilm utilise sa technologie d’extension de la dynamique tonale, l’EXR, selon deux axes.

Le premier est celui du capteur, ce qui permet une véritable progression des détails dans les hautes lumières en raison de photodiodes spécifiques, exploitées pour pallier l’éblouissement de base des photodiodes confrontées à une pléthore de photons, ce qui est le cas quand une zone de réflexion doit être photographiée (reflet du soleil ou d’une lampe).

Le second est celui du firmware qui exploite au mieux des 12 ou 14 bits du fichier Raw (12 pour le X100) et joue aussi la carte de la sous-exposition. Ce faisant, les hautes lumières entrent plus facilement dans la zone supérieure de la plage dynamique. Et pour les ombres, il suffit de rehausser leur niveau, ce qui est possible quand le capteur se comporte favorablement face au bruit. Un procédé exploité par exemple avec le D-Lighting de Nikon (c’est patent par exemple sur le D5100 de Nikon, qui sera en test dans le numéro 37, à paraître mi-juin). Ou dans DxO Optics Pro qui indique offrir un gain de sensibilité de 1 ou 2 IL aux appareils numériques.

JPEG - 245.5 ko
800 Iso, F11, 1/640e
Extrait de trois photos avec la dynamique réglée sur 100 %, 200 % et 400 % (cliquer pour agrandir)
JPEG - 91.4 ko
Loupe sur les zones de hautes lumières.
Notez l’émergence des détails liée à la progression de la dynamique (cliquer pour agrandir).
JPEG - 191.6 ko
Loupe sur les zones de basses lumières.
A mesure que la dynamique monte, les basses lumières deviennent plus denses, signe que l’EXR travaille aussi par sous-exposition (cliquer pour agrandir, moniteur bien calibré conseillé pour que les différences soient bien visibles).

LES MODES FILMS

Comme les modèles haut de gamme de la marque, Fujifilm offre un rendu colorimétrique proche de celui de quelques pellicules argentiques qui ont fait la renommer de la marque. La Provia, au rendu neutre, la Velvia aux couleurs bien saturées et l’Astia qui offre une douceur plaisante et une colorimétrie un peu plus pêchue que celle de la Provia, mais sans l’exagération dans les verts du mode Velvia (de mémoire, il me semble que le Velvia virtuel du X100 sature plus que le film pour diapositives). Kodak vient d’ailleurs de reprendre le principe sur quelques modèles récents, avec le Kodacolor, le Kodachrome et l’Ektachrome, la T-Max et la Tri-X.

JPEG - 227.9 ko
400 Iso, F4, 1/4e, -2/3 IL
Dans l’ordre : les rendus Provia, Velvia et Astia (cliquer pour agrandir)
JPEG - 663.8 ko
400 Iso, F8, 1/200e, +1/3 IL
Le rendu Velvia sature les couleurs, le vert notamment, de manière un peu exagérée (cliquer pour agrandir)

INCURSIONS À 6 400 ISO

6 400 Iso, F8, 1/75e, - 1/3 IlLe capteur Cmos de 12 Mpxl associé au processeur Real Photo offre d’excellentes prestations en basse lumière, aux sensibilités élevées. Mis à l’épreuve d’une virée nocturne dans une fête foraine (La Foire du Trône parisienne), il montre un excellent comportement. Sans parler, ce qui n’a rien à voir, avec la discrétion de l’appareil, au déclenchement plus que feutré. Souvent employé à 6 400 Iso, avec un réducteur de bruit en position minimale, le X100 procure des Jpeg d’un très bon niveau. Le passage par Camera Raw ou Capture One permet d’améliorer la colorimétrie, l’équilibre tonal, mais le Jpeg est plus qu’exploitable. On remarque un grain très fin et une absence de bruit chromatique à basse fréquence.

JPEG - 299.4 ko
Malgré les 6 400 Iso, le texte est bien lisible. Le réducteur de bruit est activé en position minimale.
Extrait de la photo ci-dessus (cliquer pour agrandir).
JPEG - 341.7 ko
Notez la finesse du grain et le maintien des détails.
Extrait de la photo ci-dessus (cliquer pour agrandir).
JPEG - 423.6 ko
6 400 Iso, F8, 1/280e, -1/3 IL
Extrait d’une photo (cliquer pour agrandir)

LE MODE PANORAMA

Un peu perdue dans le menu des cadences, la fonction Panorama agit par balayage, comme sur les Sony NEX, mais avec plus de discrétion, puisque le mode Rafale est mis à contribution pendant que vous balayez le paysage à enregistrer. Sur 120° ou 180°, pour des définitions respectives de 5 120 x 1 440 et 7 680 x 1 440 pixels.

Dans la pratique, on arrive à travailler à main levée et obtenir un résultat sans problème de raccord. Mais pas toujours. Les deux photos ci-dessous sont bonnes, mais un examen agrandi montre que la juxtaposition n’a pas été parfaite. Agir avec un trépied est conseillé.

JPEG - 132.7 ko
200 Iso, F5,6, 1/1000e
Panorama par balayage sur 120 ° (cliquer pour agrandir)
JPEG - 97.9 ko
200 Iso, F5,6, 1/1400e
Panorama par balayage sur 180° (cliquer pour agrandir).
JPEG - 304.9 ko
Si le balayage n’est pas régulier, le recouvrement des images risque d’être imparfait.
(cliquer pour agrandir)

LE FLASH EF-20

Le plus petit des deux flashs est un achat fort recommandable, même si le X100 est capable d’incursions qualitatives dans les hautes sensibilités. Il sert à déboucher des contrejours ou juste éclaircir un premier plan avec plus d’allant que le flash intégré. Jouer avec le correcteur d’exposition de l’appareil, moduler l’éclair avec le réglage du flash (+/- 1 IL), utiliser le réflecteur intégré… tout cela permet de l’employer, même de près, sans risquer l’effet tarte à la crème.

JPEG - 54.9 ko
Le flash FL20 est orientable vers le bas.
JPEG - 87.6 ko
400 Iso, F2, 1/38e, -2 IL, flash activé (-2/3 IL)
La tête du flash a été orientée vers le bas.

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • Mise au Point Manuelle

    Pour remédier au petit inconvénient des 80cm mini en MAP en Auto Focus, je vous conseille de passer sur mise au point manuelle (MF) et d’oublier la bague de l’objectif beaucoup trop démultipliée pour être réellement exploitable en reportage...

    Par contre, toujours dans ce mode MF, la mise au point peut être activée et réalisée automatiquement par le bouton AFL-AEL au dos du boîtier, on conserve la mesure et le déclenchement sur le déclencheur principal. Ce mode est presque aussi rapide qu’en pressant le déclencheur à mi-course en mode AF-S et AF-C mais sur l’ensemble de la plage de mise au point, c’est à dire de 10cm à l’infini !!!!

    Evidemment on ne passe pas de 10cm à l’infini aussi rapidement que de 80cm à l’infini !

    Attention à la correction de parallaxe dont le viseur optique a un peu de mal à restituer tout le cadre !

    Bonnes images à tous !

    PS : Il me semble que les 35mm Leica M dont s’inspire (en mieux !) le concept Fuji ont une MAP mini de 70cm ! ce n’est pas beaucoup mieux que 80cm !

  • Bonjour,
    Dans le n° 36 vous avez oublié de citer le Konica Hexar AF qui entrait facilement dans la poche - appareil parfait que j’ai utilisé comme second et pour les vacances,de 1992 à 2009 quand j’ai basculé dans le numérique (D 700) .
    Et il était léger !
    Cordialement,
    Raysau

    • problèmes en hautes lumières.
      quelqu’un a-t-il constaté la même chose que moi :
      à l’ombre ou à l’intérieure, les mesures sont rapides et précises.
      Par temps ensoleillé, le diaphragme s’ouvre, se ferme, se rouvre, les mesures sont faites, le tout prend la seconde... bizarre...

  • "qui ont fait la renommer" , vous vouliez sans doute écrire : " qui ont fait la renommée" ?

Ulule Lemondedelaphoto
CEWE