Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Le vignettage et les aberrations chromatiques

02/12/2007 | Jean-Marie Sépulchre

Vignetage et aberration chromatique

Le vignetage n’est prononcé qu’à pleine ouverture et en grand angle, mais est très localisé sur les limites de la couverture du champ : il atteint presque 1 IL à 16 mm et pleine ouverture, pour décroître à 0,4 IL environ de 24 à 80 mm. Si fermer le diaphragme ne l’efface jamais totalement au plus grand angle, il reste quasi imperceptible sur les images aux plus longues focales. Ces valeurs se corrigent aisément en post-traitement logiciel.

L’aberration chromatique n’est aussi réellement gênante qu’à 16 mm et surtout à pleine ouverture, les franges atteignant 3 pixels de large (soit 3/10ème de mm sur un tirage A3 à 254 ppp), mais elle remonte à un niveau important à 80 mm à petite ouverture.

Le tableau qui suit présente les mesures en pixels.

Distance focale / AC à pleine ouverture / AC à f/8

16 mm / 2,9 pixel / 1,9 pixel

24 mm / 1,5 pixel / 1,4 pixel

35 mm / 0,9 pixel / 0,4 pixel

50 mm / 0,5 pixel / 0,6 pixel

80 mm / 1,2 pixel / 1,7 pixel

Je persiste à dire que l’aberration chromatique est le pire défaut optique du numérique, car tout agrandissement et renforcement de la netteté va rendre plus importante la perception de ces franges roses ou vertes qui soulignent les contours, notamment en contre-jour. Il n’existe que des solutions logicielles pour la réduire quand l’optique en comporte d’origine, ce qui est fréquemment le cas des zooms en position grand-angle. Heureusement, beaucoup de logiciels ont des options pour traiter à vue ces aberrations, DxO effectuant même ce traitement de façon automatique quand le module optique a été développé ce qui n’est pas encore le cas pour l’objectif qui nous occupe.

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.