Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Sigma SD1 : tous les détails

21/05/2011 | Laurent Katz

Il va donc arriver, avec un prix qui en fait frémir plus d’un. 7 000 €. Plus que celui des reflex pros, mais moins que celui des moyen-formats avec lesquels Sigma souhaite le confronter. En tout cas, les forums s’étonnent du tarif himalayen.


45 millions de pixels ou 15 millions ? L’interrogation est justifiée devant ce reflex muni d’un capteur inhabituel, qui se comporte comme une pellicule argentique composée de couches sensibles aux différentes plages de couleurs. L’imageur Cmos Foveon X3 présente trois couches analysant respectivement le bleu, le vert et le rouge à mesure que la lumière s’enfonce dans les strates du silicium. Le dématriçage à la sauce Bayer, comme dans un capteur ordinaire, n’a plus lieu d’être, pas plus que le filtre passe-bas. À tout pixel de l’image correspond un photosite composé de trois photodiodes. Chaque couche en comportant plus de 15,3 millions, Sigma revendique les 45 millions de pixels. En réalité, quel que soit le capteur, il faudrait distinguer les pixels des points. Un capteur standard, par exemple celui d’un EOS 7D de Canon devrait en fait être qualifié comme un « 18 Mpts/18 Mpxl interpolés », tandis que celui du SD1 serait un « 46 Mpts/15,3 Mpxl réel ». Vous imaginez le problème sur les fiches techniques, sans parler du message confus à transmettre aux clients qui a d’autres chats à fouetter que de perdre son latin technique.

JPEG - 41.3 ko
Le mode d’acquisition des couleurs du capteur Foveon X3


En tout cas, le SD1 est un « vrai » 15,3 Mpxl. Ce qui se traduit par une finesse d’image importante et une colorimétrie attirante, si l’on en juge la qualité des photos qui transparaît lorsque l’on télécharge la (brochure commerciale->http://www.sigma-sd.com/SD1/pdf/SD1_Catalog2011_EN.pdf] dans sa version haute résolution. Sur le SD15, le capteur APS-C était plus petit qu’à l’accoutumée, se traduisant par un facteur multiplicatif de 1,7x. Ce n’est plus le cas du nouvel imageur qui, avec quelques millimètres de plus, fait passer cette valeur à 1,5x.

Pour traiter les données, Sigma a eu recours à un double processeur True II, permettant l’enregistrement simultané du Raw (format X3F) et du Jpeg. On note toutefois, à la vitesse des rafales (5 im/s) et à leur longueur (7 photos seulement), que l’armement informatique reste juste. Quelques points font même tiquer pour un boîtier à 7 000 €. Qu’il n’y ait pas de vidéo, passe encore, ce n’est pas un atout indispensable. Il n’y a pas de visée sur LCD, pas plus qu’une sortie HDMI pour employer un moniteur de contrôle des photos prises dans le cadre d’un studio. Où cet appareil a naturellement sa place. Le LCD lui-même, avec 460 kpts, contre 921 kpts sur tous les reflex experts et pros, date un peu. Et l’on s’étonne de la visée à 98 %, de l’absence d’un double lecteur de CompactFlash ou d’un petit afficheur de contrôle sur le dessus. À 7 000 €, on est en droit d’avoir des exigences.

Heureusement, la construction sur la base d’un châssis en magnésium et l’emploi de joints pour éviter l’intrusion de poussières et de l’humidité est appréciée. En matière d’ergonomie, outre les trois configurations, directement accessible sur le sélecteur de modes d’exposition, on retrouve la touche QS, chère à Sigma. Qui amène deux menus de réglages rapides, l’un pour les Iso, le flash, le mode de mesure et l’autofocus, l’autre pour la balance des blancs, la qualité et la définition, le mode couleur. Et pour clore le portrait, il ne faudrait pas oublier l’impressionnante famille d’objectifs, car Sigma est avant tout un opticien, qui a fait l’objet d’une montée qualitative impressionnante ces derniers temps, comme pour préparer la venue du SD1.

Fiche technique

- Capteur : Foveon Cmos X3 23,5 x 15,7 mm, 3 x 15,4 Mpxl
- Protection du boîtier : Joints antipoussière et antiruissèlement
- Stabilisateur : Non
- Antipoussière : Filtre avec joint recouvrant le capteur
- Définition : [3/2] 4 704 × 3 136 pixels
- Vidéo : Non
- Sensibilité : 100-6 400 Iso
- Bracketing sensibilité : Non
- Formats de fichiers : Jpeg, X3F (12 bits)
- Espace de couleurs : NC
- Monture : Sigma SA, coeff. 1,5x
- Mise au point auto. : Auto simple, continu, prédictif, sur 1 ou 11 zones
- Illuminateur AF : Oui
- Mode d’exposition : PASM
- Mesure de l’exposition : évaluative (77 zones), centrée (10 %), pondérée centrale, ponctuelle (1 %)
- Plage d’exposition : 1-20 IL
- Compensation d’exposition : +/- 3 IL par 1/3 IL
- Bracketing d’exposition : 3 (+/- 3 IL) ou 5 vues (+/- 1,7 IL), par 1/3 IL
- Vitesse : 30 s-1/8000e s
- Vitesse de synchro X : 1/180e
- Rafale : 5 im/s (7 images)
- Retardateur : 2s, 10 s
- Balance des blancs : Auto, prédéfinie (6), personnalisée (1)
- Bracketing balance des blancs  : Non
- Réglages divers : Modes Couleurs
- Prise flash : Oui
- Contrôle du flash : S-TTL
- Flash intégré : NG 11 (couverture 17 mm)
- Compensation d’exposition au flash : +/- 3 IL par 1/3 IL
- Commentaires sonores : Non
- Visée : reflex par pentaprisme, 98 %, 0,95x, 18 mm
- Moniteur : 3 pouces/460 kpts
- Écran LCD de contrôle : Non
-  LiveView : Non
- Modes d’affichage : Zoom, Index (9 vues), hautes lumières, histogramme
- Stockage : CF compatible UDMA 6
- Interfaces : Hi-speed USB, vidéo composite, prise alimentation, prise télécommande, récepteur télécommande IR
- Personnalisation : 3 configurations
- Divers : -
- Télécommande : NC
- Logiciels : SIGMA Photo Pro 5.
- Accessoires fournis : Accu, chargeur, câbles
- Alimentation : Accu Li-Ion
- Dimensions : 145,5 x 113,5 x 80 mm
- Poids : 700 g (sans accu ni carte)

- Le site consacré au SD1
- La présentation du SD1
- Le site de Sigma France

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • Je suis régulièrement les évolutions technologiques espérant toujours découvrir une perle rare dans cet univers de "0" mais je constate que nous sommes de plus en plus des ânes à la recherche d’un Graal impossible sur le chemin numérique .
    "Qu’apporte de plus et de moins cette technologie ?

    + cher ;

    + rapidement obsolète ;

    + aseptisé (cuisine) ;

    + lisse (toile cirée) ;

    + dépendant ;

    — magique ;
    — sensuel ;
    — poétique ;
    — enrichissant.

    Le numérique est en quelque sorte au consommateur d’images ce que la sac Vuitton est à la "pétasse" de ville.
    Je nuance tout de même mes propos car j’utilise également le format FX en numérique mais année après année déceptions, frustrations, manques (rituel, grain, philosophie, rendu, etc.) , me conduisent à encourager le maintien voir le renouveau d’un support beaucoup plus exaltant, l’argentique.

    • Sur le site "Le monde de l’appareil photo" cette remarque aurait tout son sens. A mon avis la poésie il faut la chercher dans l’image, pas dans le boitier.

    • Lachez nous la grappes les périmés. L’argentique est fini, faut s’y faire. Qu’on puisse encore s’amuser avec, pourquoi pas, la photo est faite de plaisir et chacun le trouve là où il souhaite. Mais ce snobisme prétentieux est fatiguant. Alors qu’en fait c’est un masque pour camoufler votre incapacité à s’adapter. Le diplodocus regardait de haut aussi le mammifère. Il est où maintenant ?

    • j’ai acheté un dp1s ( 295 euros) et je peut vous dire qu’il fait des images fantastiques .. un rendus supérieur a un réflex nikon ..un velouté d’image et de couleurs alors Oui Fovéon c’est magique sauf que le prix du sd1 est scandaleux

    • Oh mon Dieu, "Provocateur" (pas du tout provocateur, je trouve), qu’il est rare de lire des constats aussi francs, réels et honnêtes...

      "Malheur aux tièdes", disait Jésus...

      Après 8 ans de numérique en tant que professionnel (mon dernier achat a été le PENTAX 645 D à 40 Millions de - vrais ? - Pixels et 11.000 euros, personne n’est parfait), je ne continue de ne jurer, moi aussi, que par l’argentique...

      On est au moins deux, c’est déjà ça...

      Quand aux autres (trop) jeunes faux tographes (si nombreux) qui essaient (vainement) de se la péter parce qu’ils ont acheté le dernier joujou-numérique-tout-neuf-à-la-mode et qui ne pourront jamais se payer un PENTAX 645 D (ce qui serait d’ailleurs donner du caviar aux cochons) et qui ne peuvent que poster des commentaires encore et toujours très inadaptés pour notre époque soit disant "moderne", et bien, qu’ils se réincarnent donc dans une autre vie et recommencent tout depuis le début, et même tout à zéro :

      acheter un appareil argentique.

      http://www.fx-images.com

    • Donc tu te rases électrique, tu manges décongelé au micro onde, tu joues au foot sur ta console et bientôt tu équipes ton iPod avec la vidéo 3D. C’est le progrès, tu jettes l’ancien, tu achètes le nouveau, c’est la preuve que tu es un homme moderne, adepte du gaspillage et de la dépense d’énergie fossile. Bravo mais tu t’es trompé de forum.

      Tu dis que tu t’es adapté mais laisse moi rire, j’ai un doute au sujet de ton expérience avec l’argentique. Je pense plutôt que tu a appris avec le numérique. Et que tu n’as pas appris grand chose. Avec un Kodak à soufflet, tu aurais appris quelle photo prendre et quelle photo ne pas prendre. Avec un numérique, tu shootes d’abord, tu te demandes ce qui a merdé ensuite. Pour toi, une bonne photo, c’est quand le boitier est capable de récupérer tes erreurs d’exposition, de main levée, etc. Du coup, il te faut le dernier boitier et forcément tu obtiens les mêmes photos que tous les adaptés du marché. Finalement, tu essayes un par un les filtres de Photoshop sur chacune de tes photos à la recherche d’un rendu inespéré. Alors forcément tu ne risques pas de comprendre la démarche inverse qui consiste à tomber amoureux de son matériel, parce qu’on lui trouve un rendu particulier et qu’on cherche la meilleure façon de l’exploiter.

  • 7000€ pour un APSC ??? huhuhuhuhuhuhuhu ( désolé c’est l’effet que ça me fait ! ils comptent en vendre combien ???)

  • Le 1/18000e de seconde c’est une faute de frappe, lire 1/8000e.

    7000 euros ça devrait en être une (lire 700).

    Ou alors c’est qu’il est sans égal dans la reproduction de peintures, les tons chair en portrait, le rendu des matières (à condition que toute la chaîne suive) et qu’il couvre une latitude de pose d’enfer (dynamique >11 IL). Mais si c’était ainsi on aurait dû s’en apercevoir avec le SD15. Ou alors il est de conception très différente : à tester.

    S’il n’est pas meilleur qu’une entrée de gamme et si vous voulez faire des économies il faut savoir qu’un fer à repasser ne coûte pas plus de 100 euros, et que lui non plus n’a pas de vidéo, de live-view (ni d’écran tout court, orientable ou non), de stab ou de prise HDMI. Mais il a une fonction vapeur super pratique pour les effets spéciaux, les ambiances fantastiques ou hamiltoniennes (attention quand même à ne pas trop s’approcher du modèle !).

  • En tout cas, le SD1 est un « vrai » 15,3 Mpxl. Ce qui se traduit par une finesse d’image importante et une colorimétrie attirante, si l’on en juge la qualité des photos qui transparaît lorsque l’on télécharge la (brochure commerciale->

    une colorimétrie attirante ? ha ha ha la belle blague. ce pdf est en CMYB donc déjà une bonne partie des couleurs a dégagé à cause du gamut réduit et il ne contient aucun profil d’impression donc pour que çà soit fidèle à l’écran, c’est 2 fois mort =))
    allez. courage, rectifiez votre erreur.

    • Chez Sigma tout est lourd... même la jolie brochure (52 Mo pour un PDF de 24 pages) Faudrait peut être leur expliquer qu’il existe une très bonne option "légère" pour faire des PDF en RVB à 72 DPI pour vision écran... On a à faire à des vrais professionnels visiblement.

    • Bonjour,

      Le site de Sigma propose trois PDF au téléchargement, dont un bien plus léger en résolution écran.

      Laurent

    • La nuance implicite de la mention « la qualité des photos qui transparaît » a dû vous échapper. Ainsi que le sens précis du mot « attirant  » qui n’a jamais été synonyme d’« exact ».Par ailleurs, la finalité des photos étant l’impression, il faut bien en passer par là (ou par des procédés voisins), donc le gamut en prend un sacré coup de toute manière, même dans une chaîne totalement calibrée.

      Donc, même si les 7 000 € demandés sont plus qu’exagérés, cela ne doit pas faire oublier que les boîtiers Sigma présentent sur le pur plan de l’image, aux basses sensibilités, d’indéniables qualités et que certains, même s’ils leurs reconnaissent de nombreux défauts, en sont des usagers convaincus parce qu’ils trouvent un rendu des couleurs qui leur convient..

      Il est évident qu’un avis définitif et argumenté ne peut intervenir qu’après avoir pris en mains le boîtier. Et qu’en photo, couleurs, subjectivité et physiologie sont dans le même bateau.

    • Peut-être mais si je regarde le bras à droite de la page 3, je vois une belle diffraction.
      Le côté intèrieure du bras montre une ligne de séparation bleu et l’extèrieur, une rouge.
      Pour moi, ce n’est pas top de toute façon.

    • Ben oui peut être que Sigma le propose mais pas vous... quel dommage... Vous êtes payés par Sigma ou quoi ???

  • Enfin franchement vous n’avez rien compris !

    3 capteurs à 15 Mp = une définition à 45 Mp = 7000 €

    Ca fait le capteur à 2333 €, c’est très raisonnable !

  • J’attendais avec impatience ce boîtier, je m’imaginais déjà un piqué fou en l’absence de filtre passe-bas et des couleurs magiques avec les trois couches, pour faire de la macro...

    Mais comme avec le prix, on peut s’acheter un 500mm, ben je vais oublier, parce qu’entre les deux, je choisis le 500mm :D

    Ils ont craqué leur slip chez Sigma, pas possible autrement.

  • Hem ! Si j’étais à la place de Sigma, je demanderais à Jacques Vergès de plaider la cause du SD1 voire Me Brafman !!!

    Bon, je vais quand même essayer bien que je sois aucun des 2 avocats précités :

    *Il est évident que les ambitions commerciales de ce boîtier sont des plus limitées et Sigma le savait.
    Disons que Sigma a voulu faire "un coup de pub" et ce SD1 fera certainement pas mal de buzz sur le net.
    C’est toujours ça de gagné !

    *Il est évident que ce boîtier n’est qu’une étape intermédiaire et que le véritable objectif de Sigma est de faire un Fovéon 24x36.
    Un responsable de Sigma l’a d’ailleurs reconnu sur le site espagnole DSLR magazine si j’ai bonne mémoire...
    Il y a encore du boulot pour que cet objectif devienne une réalité.
    On sait que un des talons d’achilles du fovéon est son incapacité à encaisser des rayons très inclinés.

    Il y aurait également des problèmes de "yields" (taux de rendement sur un wafer)

    Des problèmes de rendement quantique ont été également évoqués (on parlait de 8% sur le SD15 Vs 30-40% pour les CMOS modernes classiques de Canikonsony...)

    Tout reste à faire pour que ce fovéon puisse un jour éventuellement concurrencer les CMOS classiques.

    Les avantages du fovéon ?
    On les connaît : Pas de pertes optiques dues à l’interpolation des fichiers comme les CMOS Bayer, pas de pertes dues au filtre AA (il n’y en a pas sur le fovéon )
    Meilleur rendu des couleurs

    Le SD1 montre des progrès au niveau du facteur de conversion (X1.5 Vs X1.7 ), de la finesse de résolution (100 pl/mm dans tous les canaux Vs 60pl/mm sur les meilleurs CMOS Bayer avant interpolation ), ainsi que sur le QE semble-t-il (La sensibilité grimpe à 6400 isos, c’est mieux que le Canon 5D de 2005 !).

    La cause du Fovéon progresse donc à mes yeux et c’est l’essentiel.
    Il reste à espérer que cette idée magnifique ne finisse pas au rayon des oubliettes à l’instar du moteur Wankel...

    • Heu.... excuse moi, mais avocat c’est un métier...

    • Mais quel intérêt de le vendre si cher ?? C’est parce qu’ils ont prévu une production d’une centaine, histoire de tâter le terrain ? O_o

    • Le point de vue de Eric P me parait bien résumer un projet en devenir.
      Un concept qui intrigue qui irrite.ou qui passionne
      Pour mémoire une annonce de tarif qui classe définitivement ce boitier parmi les technologies inaccessibles au béotien donc inaccessibles à leurs critiques même si ce tarif astronomique sent pas mal le carburant à buzz il est de l’ordre de celui d’un Nikon D3x sans le plein format bien sur mais avec la promesse d’un autre monde de rendu.
      Je vous donne mon billet en mille que en plus Sigma choisira ses clients...
      Moi je le verrai bien en monture Nikon pour avoir le meilleur des deux mondes (de la ph...)
      De toutes manières même à 2000 roros il ne s’en serait vendu que peu et à 1000 roros pas un de plus c’est comme ça le Sigma passionne ou rebute ça ne se discute pas et pourtant il remplit les fils des forums

    • C’est assez cocasse de constater que quand on dit simplement une chose simple et sensée :

      Cet appareil est trop cher compte tenu de ce qu’il propose, technologie, qualité, ergonomie, parc optique... (et je ne semble pas être le seul à le dire...)

      on trouve immédiatement 2 à 3 trolls technos qui sont là pour dire :

      Oulàlah tu alimentes le buzz, c’est exprès pour te faire parler, tu verras dans dix ans, c’est le devenir de la photo...

      Il existe en ce moment une bonne demi douzaine de boîtiers sur le marché qui produisent de meilleures images pour (nettement) moins cher et pi c’est tout.

    • Bonjour, êtes vous allé voir le site consacré au SD1 un peu plus haut de cette page ?
      Aucun boitier, aussi performant soit- il ne peut produire des images aussi belles, c’ est techniquement impossible, puisque le Sigma superpose les 3 couleurs primaires bleu, rouge et vert (dans lequel il y a le jaune) prises en compte, les redistribue à leurs places naturelles, ce qui permet d’ obtenir une qualité plus proche de la réalité avec un mélange plus équitable des différents tons de couleurs, en terme de rendu photo.
      Mais je vous accorde que les gouts et les couleurs ne se discutent pas.
      Les boitiers actuels font de superbes images. Mark II, III, ou IV chez Canon, D3, D3s chez Nikon et même Sony vient jouer dans la cour des grands.
      Je précise que je ne travaille pas chez Sigma et ne suis pas actionnaire chez eux, mais lorsqu’ on tient un fabricaznt qui propose des produits, surtout optiques soit, presque aussi performant que ceux des marques, pour des prix bien en deça, je dis qu’ il ne faut pas le lacher.
      Mais 7000 euros c’ est dingue.
      Manifestons pour une baisse du prix à 200 euros, ah ah ah , qui sait ...

  • J’ai deux boitiers Leica M8 à 10 millions de pixels et j’en suis plus que satisfait ! Seul mon Nikon D700 et son 85/1,4 dernière génération rivalise.
    Les 15 MP ne sont pas nécessaires, ce n’est que du marketing car il est démontré que trop de pixels tuent les pixels (Canon est passé de 10 MP à 14 MP pour revenir fissa à 10 MP avec sa série G). Par contre ce capteur du SD1 semble intéressant que s’il reproduit la finesse de "grain" d’un film mais il est tout de même dommage que les ingénieurs ne sortirent pas un capteur 24x36 car à 15 ou 45 MP il aurait été plus efficace !

    • Je me sens rassuré que un trivial Nikon D700, avec un 85/1.4 quand même, fasse la ligne avec un Léica M8 et je craignais comme toi l’excédent de pixels jusqu’à admettre que aujourd’hui les ingénieurs font dire ce qu’ils veulent à leurs capteurs.
      Mais le cas du Sigma et de son Fovéon reste à part c’est un autre itinéraire technique qu’il suit et la logique des trois couches change totalement la donne elle la change tellement qu’elle a même mis longtemps la confusion dans les commentaires techniques de nos meilleures revues, à moins que ce ne soit dans la capacité de compréhension des lecteurs que nous sommes.

      J’ai pu voir des tirages papiers du Sd14 et vraiment je ne peux te dire si c’est meilleur ou moins bon mais l’émotion est tout autre, je viens de me résoudre à passer en numérique (avec le vieillissant D700 mais qui porte beau ) et déjà je trouve les résultats époustouflants, d’une fidélité irréprochable (avec un bon tireur) mais justement trop exacts trop propres presque glacials.
      Si je suis passé en numérique c’est pour la vertigineuse rapidité du mise à disposition du travail et aussi pour la montée en sensibilité.qui nous fait tout simplement accéder à une autre photo.
      Les premiers Sigma répondent comme tous les numériques au premier critère, ils étaient assez faiblard sur le second et de plus ils sont dans un format qui ne favorise pas, disons, le modelé.
      Reste que les rendus de ces capteurs placent le spectateur dans un autre état d’esprit.

      Pour finir. Notre honorable correspondant qui traite les autres posteurs de trolls devrait prendre la peine de s’identifier pour simplifier le suivi de ce fil de commentaires, quoique la technique de l’interligne me rappelle quelque chose.

      Quand au tarif ! cela fait combien le kilo de pixels ?
      je sais je sais la sensibilité mais bon les capteurs Kodak ne sont pas des foudres de guerre dans ce domaine et même aidés par un format autrement favorable ils ne vont pas ou va par exemple le D3x et pourtant il en font rèver plus d’un...

  • Allez donc voir le site consacré au SD1 sur cette page un peu plus haut, vous verrez dans la version English une video. Les imges sont trés trés belles. c’ est ça que paieront ceux qui acheterons ce boitier.
    Avec un 85 mm f/1.4 ou un 70-200 f/2.8 les professionnels font nous faire des images de trés trés haute qualité. Même en macro avec un 150 mm on aura de la bombe.
    Mais c’ est vrai qu’ à 2000 euros maxi ça aurait été plus judicieux pour Sigma. Mais peut etre que ce constructeur vise un marché restreint, probablement.ma
    Il serait interressant dans un an de savoir combien ils en ont vendu.