Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Stéphanie Sinclair inaugure l’Arche du Photojournalisme

03/06/2017 | Nadia Trujillo

Le toit de la Grande Arche de la Défense à Paris ouvre de nouveau ses portes et accueille désormais un nouvel espace d’exposition dédié à la photographie de reportage. Pour son exposition inaugurale, l’Arche du Photojournalisme reçoit « Too young too Wed » de la photoreporter américaine Stéphanie Sinclair.

C’est à Jean-François Leroy, fondateur du Festival Visa pour l’Image de Perpignan, qu’a été confiée la direction artistique de ce nouveau haut lieu du photojournalisme, voué a programmer chaque trimestre une exposition d’une figure majeure du genre ou à faire découvrir de jeunes talents prometteurs. Ce dernier a choisi de donner la primeur de ce nouvel espace à Stéphanie Sinclair, exposée à Perpignan en 2012, dont il qualifiait alors le travail en ces termes : « Photographiquement, c’est intelligent. D’un point de vue journalistique, c’est passionnant. Humainement, c’est indispensable  ».

GIF - 221.3 ko
Environs de Hajjah, Yémen.
« Dès que je le voyais, je courais me cacher. Je le détestais. » Tahani (en rose) se souvient des premiers temps de son mariage avec Majed. Elle avait alors 6 ans et lui 25. Elle en a 8 aujourd’hui, et elle est photographiée ici dans son village avec une autre petite mariée, Ghada, son ancienne camarade de classe.
Photo : Stephanie Sinclair / Too Young to Wed

Photojournaliste aguerrie aux zones de conflits comme l’Irak et l’Afghanistan, Stépanie Sinclair découvre avec effroi en 2003 le sort de fillettes s’immolant par le feu pour échapper à un mariage forcé. « Naïvement, je pensais que ce genre de choses n’avaient plus cours dans le monde. L’horreur d’apprendre le contraire a réellement été le point de départ du projet Too Young to Wed » confie la photographe qui décide alors de se consacrer pleinement à cette cause. Depuis 15 ans, Stépahnie Sinclair parcourt ainsi l’Afghanistan, le Népal, l’Éthiopie, l’Inde et le Yémen à la rencontre de ces jeunes filles mariées de force dès l’âge de 9 ans, souvent à des hommes bien plus âgés. Les tragédies dont elle témoigne, conduisent la photojournaliste à s’engager personnellement en créant en 2012 l’organisation à but non lucratif, Too Young To Wed, qui s’attache à protéger les droits des petites filles et empêcher ces mariages d’enfants. Comme le rappelle la femme engagée, ces pratiques ont encore lieu dans plus de 50 pays à travers le monde, avec au moins 39 000 filles mariées chaque jour soit une toutes les 2 secondes !

Le travail de Stéphanie Sinclair a été récompensé par de nombreux prix dont trois World Press Photo et trois Visa d’or. Outre le Festival Visa pour l’image de Perpignan, une partie a été exposée à la biennale du Whitney Museum de New York en 2010 ainsi qu’aux Nations unies en 2012 et 2014. L’exposition de l’Arche du Photojournalisme présente une sélection de plus de 150 images de différents formats et six vidéos d’entretiens que Stéphanie Sinclair a tenus avec de très jeunes filles, dans plusieurs pays.

- Crédit image d’accueil : Stephanie Sinclair / Too Young To Wed
Yémen. Nujoud Ali (12 ans), deux ans après son divorce. Son mari était son aîné de plus de vingt ans. L’histoire de Nujoud a fait l’effet d’une bombe dans le pays et a forcé le parlement à examiner un projet de loi fixant un âge minimum pour le mariage.

Informations pratiques

- Où : Arche du Photojournalisme, Grande Arche de La Défense, Paris
- Quand : du 1er juin au 24 septembre 2017
- Site de la Grande Arche

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages