Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

50 Pistes créatives : comment se faire du bien en se faisant un peu de mal

05/12/2016 | MARC MITRANI

S’il est bien pensé, tout bouquin consacré à l’art photographie doit éblouir, intéresser, passionner ou même énerver le lecteur. Bref, lui faire ressentir une émotion, même si elle ne rentre pas dans la palette de celles précédemment citées.

50 pistes créatives de Michael Freeman n’échappe pas à la règle. À sa lecture, tout photographe un tant soit peu chevronné devrait ressentir au minimum de l’intérêt ainsi qu’une petite dose de souffrance. Rien de bien méchant : juste de quoi amener le lecteur à questionner ses pratiques en matière de création photographique.
L’intérêt de l’ouvrage est certain : Michael Freeman est un professionnel reconnu ayant travaillé pour des magazines prestigieux (Geo, The Smithsonian) et photographié avec talent à de multiples reprises l’Asie du Sud-est. Difficile de nier son expérience en matière photographique, ses nombreux ouvrage sur le sujet attestant de ses connaissances. Dans 50 pistes créatives il ne parle absolument pas de technique photographique (ses bases étant supposées connues). Il s’intéresse en revanche au processus intellectuel menant à la création d’une bonne image. C’est uniquement de cela qu’il est question dans les cinquante chapitres de l’ouvrage. Chacun aborde un axe créatif bien défini, quitte à secouer un peu le lecteur. Un exemple, au hasard : le chapitre 34, intitulé « ne montrez pas tout », explique qu’en matière de photographie artistique, il ne faut pas avoir peur des « éclairages mal ajustés, des cadrages bancals, des arrières-plans sombres et de toutes sortes de voies détournées qui rendent la photographie moins lisible. » Soit exactement le contraire de ce que la plupart des écoles s’évertuent à enseigner.

Les cinquante chapitres sont à l’avenant. Si tous sont intéressants, ils peuvent heurter un lecteur plein de certitudes (la petite souffrance dont nous parlions au début). Cela peut parfois passer par le propos de l’auteur, par ses commentaires sur les (magnifiques) images illustrant l’ouvrage, ou par les citations des maitres de la photographie mises en exergue tout au long du livre. « Votre meilleur objectif, ce sont vos jambes. » (Ernst Haas) devrait interpeller les inconditionnels du zoom ; « Plus vous regarderez de photographies, plus vous serez un bon photographe » (Robert Mapplethorpe) risque de ne pas plaire à ceux qui s’estiment pollués par les images des autres. Enfin, « vous devez faire toujours plus d’efforts pour prendre des photos que nul autre que vous ne pourrait prendre. Servez-vous des outils à votre disposition et allez encore plus loin. » (William Albert Allard) ne plaira peut-être pas aux photographes produisant des images vues, revues et archirevues tout en s’autoproclamant artiste…
Même si sa lecture demande parfois une certaine humilité et remise en question, s’investir dans ces 50 pistes créatives est une expérience intéressante et finalement agréable. Tous les photographes, qu’ils soient occasionnels, amateurs, chevronnés ou professionnels devrait prendre le temps de le lire… et parfois d’en tirer les leçons qui s’imposent.

. Photographie : 50 pistes créatives
. Par Michael Freeman
. Éditions Eyrolles
. 23,5 x 25,5 cm - 224 pages - 24 €

- Plus d’infos par ici.

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



TAMRON

CEWE