Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

DxO Optics Pro 8 pour les photographes

25/03/2013 | Laurent Katz

Jean-Marie Sepulchre est-il un extra-terrestre ? On s’interroge quand, coup sur coup, il publie un livre sur le D600 et son parc optique, suivi par un ouvrage dédié au logiciel de DxO.

Que le lecteur potentiel se rassure, si JMS passe une partie de ses nuits (en fait je n’en sais rien), ce n’est pas pour jouer au moine copiste et recopier le mode d’emploi de DxO Optics Pro 8 à la lueur d’une bougie. Son livre, uniquement disponible en version numérique (format PDF), s’il décrit de fond en comble le logiciel, va bien au déla. L’auteur éclaire le lecteur de sa connaissance de l’univers DxO, ce qui se manifeste par des encadrés et des confrontations avant/après venant illustrer de nombreux réglages. Et il en remet une couche pour les sceptiques sur l’intérêt de travailler en Raw plutôt qu’en Jpeg. D’une part pour garder un maximum d’informations, d’autre part parce que DxO Optics Pro, offre le maximum d’interventions à partir d’un Raw immaculé.

La force de l’exemple

La section consacrée à l’usage expérimenté consacre une grande partie, avec force copies d’écran, aux corrections tonales qui depuis Lightroom 4 et Capture One Pro 7 ont fait l’objet d’évolutions significatives dans moult logiciels. C’est aussi l’occasion de montrer combien le programme sait éradiquer le bruit, avec un rendu, que l’on peut qualifier d’impressionnant, de photos de courses nocturnes de voitures, prises au Nikon D4 à 51 200 Iso. Des numérisations d’une pellicule Superia 800 montrent combien le numérique offre des images bien moins bruitées à des Iso plus élevés. Une bonne partie est aussi consacrée au plug-in DxO FilmPack 3, qui simule les films argentiques, avec là encore de nombreux exemples comparatifs des différents rendus.

« Abondance de biens peut nuire » écrit l’auteur. Ce que confirme la page 220, où l’explication d’un autoréglage est illustrée par une copie d’écran montrant qu’effectivement on peut se perdre dans les palettes, et encore, celles-ci ne sont-elles pas toutes déployées. C’est pourquoi JMS prenant pour base des ajustements du contraste, de la saturation et de la netteté, détaille plusieurs méthodes. Et il commente les autoréglages pour mieux en cerner l’usage selon les types de photo.

Vient un dernier commentaire, un livre électronique vaut-il 19,9 € ? Si l’on s’en réfère au contenu et aux pertinentes plongées dans les profondeurs des réglages, assurément oui. Voilà un débat, concernant bien d’autres livres d’ailleurs, qui s’inscrit sur le prix des objets immatériels, souvent difficile à juger objectivement. Plutôt que de partir sur cette polémique, je voudrais attirer l’attention que le PDF étant un format multimédia et interactif, il est étonnant de ne pas en trouver une indexation permettant de naviguer de manière plus fine entre les pages. À la manière du sommaire qui, d’un clic sur une ligne envoie vers la page concernée. Voire d’illustrer certains thèmes par une petite vidéo ou un diaporama.

Sommaire

  • Installer et configurer DxO Optics Pro 8
  • Caractéristiques et ergonomie
  • Corrections « premiers pas »
  • Corrections générales en « Utilisateur expérimenté »
  • Corrections de détail en « Utilisateur expérimenté »
  • Simuler un film argentique
  • Hiérarchiser et automatiser les corrections
  • Traiter, imprimer et exporter ses images

-  Dx0 8 pour les photographes par Jean-Marie Sepulchre

  • Format PDF
  • 250 pages, 21 x 29,7 cm
  • 19,99 €
  • Éditeur : Eyrolles
Lien commercial :
- Acheter le livre DxO 8 pour les photographes, par Jean-Marie Sepulchre aux éditions Eyrolles

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • 20€ pour un bouquin virtuel, il faut oser.

    Pour l’utiliser tout en travaillant avec DxO, il faut soit l’imprimer, soit avoir un 2ème écran ; peu pratique.

    • La plupart des photographes que je connais travaillent avec un Mac 24 pouces, donc ça devrait le faire, en réduisant et en laissant une petite fenêtre.....
      Quoique j ’entends déjà les ricanements de ceux qui avaient réagi bêtement lors de ma remarque sur la tablette Archos en disant qu’archos allait tuer Mac. Ce qui etait a la fois méchant et stupide car enfin, tous les photographes sérieux travaillent avec des Mac. En tout cas, les pros. Les autres perdent 80 pcts de leur temps a faire des mises a jour risquées et a relancer Windows planté pour la nième fois......

    • C’est le commentaire type de celui qui ignore de quoi il parle et qui ne s’informe pas, ou alors aux mauvais endroits.
      Nous ne sommes plus à l’époque de Windows 3 ou 95.

    • Non, il y a aussi des photographes pro comme vous dites qui travaillent sur PC ;)
      Je ne rencontre pas les problèmes que vous citez car je construis mes PC ; ils sont propres...
      Mac c’est du "foutage de gueule" pour ignorant.

    • Un livre numérique coûte aussi cher qu’une version papier voire plus... Un livre numérique est surtout pratique pour montrer son travail mais il ne remplacera jamais un ouvrage papier qu’on tripote sensuellement, qui a une texture, une odeur, une âme...
      De toute manière un livre numérique peut être pillé en 2 temps 3 mouvements par n’importe quel adolescent qui pianote aisément sur son ordinateur ;)
      L’intérêt du livre numérique est très limité ; il sert plus à faire un peu de pub à l’auteur qu’à remplir son tiroir-caisse MDR

    • Les Mac représentent 6.45% du marché mondial.

      Le Mac est un produit prêt à l’emploi, mais très peu évolutif.
      Le choix des configurations est limité.

      Le PC peut également être acheté prêt à l’emploi, mais peut aussi être assemblé par son utilisateur.
      Les configurations possibles sont nombreuses.

      Actuellement, il faut beaucoup de mauvaise volonté pour avoir du mal à utiliser un PC.
      Quant aux problèmes rencontrés avec Windows, c’est de l’histoire ancienne, de la mauvaise foi.

      Mais chacun est libre de son choix.

    • Bon alors à tous, vous êtes Canon ou Nikon car tant qu’à ouvrir un dossier débile autant ouvrir aussi celui là

    • Qu’ont à voir Canon ou Nikon là dedans ?

    • DxO ne s’adresse pas qu’aux utilisateurs Canon ou Nikon.

    • Et pourtant.............

      Forum Chassimages
      |-+ [ FORUM HARD, SOFT & MICRO Photo ]
      | |-+ Espace APPLE Mac Photo
      | | |-+ Probleme MAJ 10.8.3

      « le : Mars 20, 2013, 09:00:17 »


      Depuis la mise a jour 10.8.3 sur 2 mac je ne peux plus ouvrir de fichiers gravés sur un CD ni meme les copier sur l’ordinateur (erreur -8058).
      Les cd s’ouvrent sur d’autres ordi qui ne sont pas en 10.8.3

      Avez vous ce probleme et sourtout la solution ?

      Merci

      etc., etc.

    • "_________" qui discute avec "_________", passionnante conversation...

  • Le livre numérique est la solution de facilité pour son auteur et l’éditeur.
    Aucun stock, aucun problème d’invendus.

    S’il veut du concret, consultable à tous moments, l’acheteur doit se transformer en imprimeur.
    Même s’il est soigneux, les pages en vrac ou dans un classeur ne remplacent pas un livre.

    Quant au prix ............................!!!!!!

  • Comment économiser 20€ ?

    - Il suffit de se rendre sur le site DXO pour télécharger gratuitement le Manuel d’utilisation DXO Pro8 en 84 pages pdf illustrées. Manuel fort bien réalisé et précis que l’on pourra compléter utilement et agréablement par le visionnage de tutos en français sur le site de DXO, rubrique DXO Academy, en bas à gauche.
    De même pour DXO Filmpack & DXO Viewpoint, 20 tutos en tout à ce jour.
    Ces tutos sont issus de Webinaires (ou l’inverse) dispensés régulièrement par des spécialistes agréés DXO, dont un ce soir d’ailleurs à 20h.

    - Un Ebook à 20€, de qui se moque-t-on ?

    Pas de frais d’achat de papier, carton,
    Pas de frais d’impression,
    Pas de frais de transport,
    Pas de frais de stockage,
    Pas de frais de manutention,
    Pas de marge distributeur,

    Alors je comprends que la soupe soit bonne, une cuillère pour l’un, une cuillère pour l’autre, une cuillère...

  • Heureusement il y a le titre... Un peu plus et on aurait pu confondre avec DxO pour les plombiers-zingueurs.
    Vilaine fille je sors...

  • La solution : ne pas acheter ces pseudo-livres au prix surévalué.

    • Bein, ce coup là avec la pub qu’on lui fait le brave Pépère va se prendre une cuillère en bois !
      Il faut dire qu’il n’arrête pas un livre par ci un test par là et vas y ke chti fourgue ma salade...

    • Cher Monsieur ou Madame

      ... après tout nous ne savons pas puisque votre commentaire n’est pas signé !

      Je vous cite "le brave Pépère" s’appelle en fait Jean-Marie Sépulchre.
      Et nous sommes très fiers, chez MDLP, d’avoir sa signature chaque mois dans notre édition papier et sur le site.

      Je crois que vous avez tout-à-fait le droit de "pester" contre la politique commerciale pratiquée par la société Eyrolles, mais je ne peux me résoudre à vous laisser traiter cet homme avec une telle condescendance et une telle impolitesse. C’est totalement irrespectueux.

      Laissez-moi vous parler de JMS, car c’est comme ça qu’on l’appelle le plus souvent. C’est un auteur respecté, qui fait autorité sur le marché, tant sa rigueur, sa pédagogie et sa disponibilité sont un modèle du genre. Vous semblez méconnaître totalement comment le système fonctionne et pourtant vous vous permettez d’insinuer des contre-vérités. Sachez qu’un auteur gagne en moyenne ( car je ne connais pas les termes du contrat de JMS avec la société Eyrolles) entre 4,5 et 8% du chiffre d’affaire réalisé. Nous sommes loin des fortunes colossales que vous semblez lui accorder, et quand on met en rapport la somme de travail accumulée pour écrire un livre (plusieurs mois) c’est un véritable sacerdoce.

      L’homme et prolifique, je le conçois, mais il déborde d’une énergie et d’une passion qui sont pour l’ensemble de la rédaction une source d’admiration et de respect.
      Ajouté à cela une capacité de travail au-dessus de la moyenne et vous comprendrez pourquoi cet auteur est tant sollicité. Parallèlement à son activité d’auteur de talent, heureusement rémunérée, vous pouvez lire gratuitement ces tests sur ce site, ou consulter son blog (toujours gratuit) ou venir 5 jours durant au salon converser en toute amitié sur notre stand sur d’éventuelles problèmes techniques, conseils avisés ou simple échange photographique (car l’homme est, et beaucoup moins le savent, un remarquable faiseur d’images) sans que ce dernier vous demande quoi ce soit. Ajoutez à cela, son inlassable activité sur différents forums, sa responsabilité de modérateur sur le forum objectifs de Chasseur d’Images ou encore son engagement dans diverses associations, clubs et vous comprendrez peut-être à quel homme vous avez à faire. Sa "salade" comme vous dîtes est entendue et recherchée dans le "tout" Paris.

      Je trouve particulièrement injuste de blâmer l’auteur sur une politique tarifaire sur laquelle, je doute (et c’est encore là une présomption de ma part) qu’il ait eu son mot à dire. Vous détenez un pouvoir incontestable celui d’acheter ou de ne pas acheter ; et en cela vous exercez une sanction iirémédiable sur cette activité.
      Reste que je crois savoir, qu’une majorité silencieuse lui accorde toute sa confiance, pour faire de lui un auteur à succès.

      Ce que je veux dire : c’est que je peux comprendre votre ressentiment mais celui-ci doit s’exprimer dans la dignitié.
      Ce n’est pas le cas dans votre dernier post. Et je me devais de vous demander d’agir en gentleman.

      Bien cordialement

      Vincent Trujillo
      Directeur des Publications

    • Je connais JMS et sa capacité de travail sans parler de son niveau photographique et technique.....ici il n’y a que des aigris qui viennent déverser leur bile...rien d’interessant.

    • Il existe également des gens insoumis qui possèdent encore un libre-arbitre et expriment leur point de vue même si celui-ci contrarie.
      Cet homme est apprécié dans certaines chapelles mais d’autres préfèrent s’en passer...

    • Cher Monsieur,

      Les anonymes n’ont pas tous la même adresse IP...

      Par ailleurs, la condescendance de certains est à l’égal de la suffisance d’autres acteurs de la photographie.

      Si l’utilisation de l’expression "brave Pépère" ne respecte pas la dignité humaine, qu’en est-il d’autres formules et comportements autrement délictueux qui ne sont jamais dénoncés ?

      Nombre d’intervenants apprécient parfois vos pages mais expriment également leurs réserves sur certains sujets avec des métaphores qui ne sont pas forcément choisies pour vous plaire.

      Publier sur le net, c’est aussi accepter, la différence, la controverse, la critique et les expressions imagées.

      Bien cordialement.
      Un anonyme parmi d’autres

    • Vous faites partie de ceux qui refusent que l’on ne partage pas votre point de vue.
      Ne seriez vous pas le plus aigri ?

    • Le "tout" Paris n’est pas forcément "la" référence.

    • J’admets que Monsieur JMS soit quelqu’un de bien, écouté de MDLP et autres cercles bien éduqués, mais alors je m’étonne de son consentement à publier un Ebook bien cher en regard du faible nombre d’optiques traitées ; je parle du maigre recueil traitant du Canon 5DIII.
      En effet, Monsieur JMS aurait pu ne pas laisser publier ou (du) publier une suite, disons un complément, se rapportant au moins, à la dizaine d’objectifs absents de l’étude. Cela a d’ailleurs été évoqué en son temps dans l’une de vos rubriques, et le problème est là uniquement là.
      Votre support serait un parfait endroit de publication pour cette suite additive. Je pense que vous sauriez rendre ce service à ce Monsieur.
      Ainsi, ne soyez pas surpris que les réactions soient virulentes si l’on aborde la question du tarif exagéré, pour ne pas dire prohibitif.
      Par ailleurs, que Monsieur JMS soit peu ou moyennement rémunéré, si je vous lis bien, c’est quand même avec son accord que l’Editeur a publié cet Ebook, et tous les autres sous sa signature d’Auteur.
      L’Auteur et l’Editeur sont conjoints et solidaires pour en accepter le prix public ET DONC que Monsieur JMS tape du point sur la table pour obtenir une meilleure rémunération compte tenu de la qualité de ses travaux (je les connais bien), qu’il se fasse entendre auprès des Editions Eyrolles ou change tout simplement d’Editeur si les Bureaux du Bd St Germain restent sourds.
      Avec mes respectueuses salutations & mes encouragements à Jean Marie Sépulchre.

    • Relisez-moi avec plus d’attention.

      Je ne conteste pas l’objet principal de ce fil à savoir le prix des livres au format ebook.
      Et à la rigueur je ne serais pas intervenu si jamais il n’avait été question que de cela ; mais je m’accroche au principe que vous êtes en droit de critiquer l’institution (MDLP, Eyrolles) mais je suis toujours choqué quand on vise la personne.

      Qualifier JMS de brave pépère et de vendeur de salade...
      Je suis d’autant plus concerné qu’en tant que Directeur de la publication je n’ai pas le sentiment de publier de la salade en confiant les test de nos objectifs à JMS.

      Donc je ne parlais pas de point de vue mais de règle de civilité (le terme de dignité étant peut être mal approprié) sur ce site.

      A la question suis je aigri ? Cher Monsieur ou madame je fais le plus beau métier du monde depuis 15 ans. Le plus précaire aussi. Il m’a permis de vivre des choses extraordinaires, d’autres moins. De rencontrer des hommes et des femmes merveilleux. D’apprendre sans cesse et toujours.
      La réponse est non. Et le fait de porter une certaine idée de la manière dont les interactions qui peuvent exister entre vous, nous et les collaborateurs du journal doivent se dérouler ne relève pas de l’aigreur mais de la simple idée que je me fait du débat.

      Le site est en accès gratuit. Je ne force personne à nous lire.
      Mais il semble que de nouveaux lecteurs soient venus nous rejoindre puisque les participations dans ces espaces de débat ne cessent d’augmenter.
      Il y a donc des débordements car vous noterez que nous nous cachons pas derrière la modération pour que tout aseptisé.
      C’est aussi mon droit,

      Cordialement,

      Vincent Trujillo
      Directeur des Publications

    • Nous l’acceptons volontiers.
      Notez que je n’ai pas réagis aux premiers posts. Je n’ai donc rien contre les avis quand ils sont exprimés de la sorte.

      Comme je le disais dans une de mes réponse le terme dignité est certainement mal approprié.
      C’est pourquoi j’ai tenu à me corriger et le remplacer par civilité.

      Mais si publier sur le net c’est accepter ces comportements ; alors nous ne voyons pas les choses de la même façon. Voilà tout
      Vous avez le droit de réagir et nous avons le droit de répondre en retour avec la même liberté d’expression.
      De là à faire de nous des êtres suffisants ...

      Néanmoins je remarque nous ne sommes pas d’accord mais que nous nous exprimons cordialement.
      En cela je vous remercie.

      Cordialement,

      VT

    • Certes c’est une façon de parler car la plupart des sièges sociaux des groupes de presse et autres maisons d’édition sont dans cette place.
      Je ne demande pas à glorifier JMS, et encore moins adhérer systématiquement à nos avis.
      Mais MDLP n’est pas un défouloir.

      Cdt

      VT

    • Voilà une réaction que j’aimerais voir plus souvent
      Je suis heureux que vous ayez souligné notre sens critique même à l’égard d’un livre réalisé par une nos plus proches collaborateurs.

      Le problème est posé et évoqué. Avec des arguments et aucunes attaques personnelles méchantes ou gratuites....et une proposition concrète qui fait avancer le débat.
      Gageons que cette idée puisse permettre de murir ce type de format encore très nouveaux sur le marché.

      Comme toujours nous laissons à nos lecteurs les moyens de leur libre arbitre.
      Et gageons que la qualité des arguments que vous avez déployée dans la vôtre auront permis aux autres membres de cette communauté de se forger leur avis pour enrichir à nouveau le débat

      UN GRAND MERCI

      Cdt

      VT

    • Et vas y que je te passe la brosse à reluire du politiquement correct ;)

    • Où avez vous lu des attaques personnelles à l’encontre de l’auteur de cet e-book ?

      A part quelques termes peut-être mal choisis, le grief principal est le tarif de cette "publication".

  • Je commence à bien connaitre DXO 8, et je ne sais pas si ce livre m’apporterais quelque chose.
    J’ai un site ou j’ai rédigé des tutoriaux sur ce logiciel, si ça vous dit (c’est gratuit) :
    http://danslecollimateur.fr/tutorielsdxo/index.html

    Il y en à aussi sur la photo en général d’ailleurs :
    http://danslecollimateur.fr

    Mais 20€ pour bien connaitre ce logiciel, c’est pas si chère.
    Par contre, le format PDF... je préfère un bon livre papier, nettement plus pratique.

  • J’ai eu l’occasion voici un an d’acheter le livre électronique réalisé par Jean-Marie Sepulchre consacré à Leica et à ses optiques. C’est une véritable bible, qui m’évitera de faire des erreurs d’achat pour l’équipement que j’envisage. J’ai, quelques mois après et en visitant une boutique Leica à Paris, discuté de manière très chaleureuse avec un monsieur, que je ne connaissais pas et qui était présent dans la boutique. Nous avons longuement échangé sur l’intérêt de telle ou telle optique, constatant que les plus chères n’étaient pas forcément les plus pertinentes pour certains usages. A la fin de la conversation, je me suis présenté et lui aussi. C’était Jean-Marie Sepulchre et il était dans la boutique pour installer son exposition photographique réalisée avec les derniers films Kodachrome qu’il avait pu utiliser.
    Je vous raconte cela pour vous témoigner de mon admiration pour cette personne, tant pour sa compétence technique que son humanisme. C’est un Grand Monsieur, généreux et passionné. Avoir payé un prix conséquent pour son ouvrage électronique consacré à Leica n’est pas une perte pour moi, bien au contraire. Et cela rémunère plus réellement son auteur que par l’impression papier, qui ne lui laisse qu’une faible marge pour le nombre de tirages qui sont généralement effectués et, pire encore, le peu d’exemplaires réellement vendus.