Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Nikon D800 et D800E : deux reflex plein format à 36 Mpxl

07/02/2012 | Laurent Katz

On se languissait dans l’attente du successeur du D700 annoncé à l’été 2008. On en a deux, mais pas pour le prix d’un hélas, puisque selon la version, D800 ou D800E, le capteur de 36 Mpxl sera recouvert ou pas d’un filtre passe-bas.

Pixels au superlatifs

Le D700 aura un remplaçant le 22 mars. Il ne quitte pas pour autant le catalogue dans l’immédiat, le temps d’écouler les stocks. Une aubaine, car son prix officiel vient de passer à 2 250 €. Pour mémoire, ce vénérable reflex offrait 12 Mpxl quand le D800 proposera trois fois plus de pixels ! Voilà qui va donner du grain à moudre aux éternels rouspéteurs qui, déçus par la « faible définition » du D700, se plaindront de l’effet néfaste de la multiplication des photosites sur le rendu aux sensibilités élevées. On pourrait même s’en étonner quand le modèle phare actuel, le D4 en offre « seulement » 16 ! Sans parler des conséquences sur l’occupation des cartes mémoire et des disques durs, et sur la puissance de la configuration matérielle des ordinateurs.

Le D800 a fière allure, architecturé autour d’un boîtier en magnésium, avec une chambre moins protégée que sur le D4, tout en restant d’un niveau professionnel, d’ailleurs l’obturateur est donné pour 200 000 cycles. Il est aussi muni de force joints d’étanchéité. Le tour du boîtier montre que Nikon n’a pas reconduit le joystick et les touches rétroéclairées du D4. Mais comme la vidéo Full HD est au menu, la touche LiveView est entourée d’un commutateur photo/vidéo. L’accès direct aux Picture Control, prévisualisables sur le LCD en prise de vue, est direct, par un bouton dédié. Sur le dessus, le trèfle « à trois touches » du D4 en propose quatre (Iso, WB, Bracketing, Définition), coiffant la bague des cadences où se situe le mode silencieux.

Au niveau du LCD, le classicisme reste de mise puisqu’il n’est pas monté sur une embase orientable. La taille de l’afficheur, toujours avec 920 kpts, passe de 3 pouces à 3,2 pouces, résistant aux rayures et aux chocs, et de toute façon à l’abri d’un protège-moniteur.

La visée apporte son lot de satisfaction, car les 93 % de couverture du D700 passent ici enfin à 100 %, conforme à la classe de l’appareil. Du moins pour la prise de vue au format FX, car si l’on photographie en DX ou en 1,2x, ce n’est que 97%. Outre cette visée, enfin digne de sa classe, le D800 embarque un flash, servant de contrôleur sans fil de flashs déportés. Ouf ! Les rafales sont décevantes. Elles n’engrangent que 4 im/s en plein format et 5 im/s en APS-C. Pour monter à 6 im/s, il faut disposer du nouveau grip MB-D12, muni de l’accu du D4, et photographier en APS-C. Il sera d’ailleurs piquant de voir quelle sera la cadence de l’escompté, mais non confirmé, successeur du D300s qui courait déjà à 7 im/s.

Le D800 ne propose pas la nouvelle carte XQD, mais offre un double lecteur compatible CF et SDXC, avec de multiple options de gestion. S’il n’y a pas de port Ethernet ni de port Wi-Fi, comme sur le D4, le connecteur USB est de type SuperSpeed (USB 3) et c’est sur lui que se branche le transmetteur Wi-Fi WT-4. Satisfaction du côté de la vidéo : la prise casque est présente et l’HDMI délivre un signal vidéo de haute qualité.

L’armature des automatismes s’appuie sur les nouveaux développements concrétisés par le D4. À savoir un module d’autofocus à 51 collimateurs, certains compatibles avec les optiques moins lumineuses que sont les téléobjectifs. Et le capteur RVB ,qui analyse l’exposition, évalue la balance des blancs et la structure de l’image, pour en détecter le sujet et faciliter le travail de l’autofocus, est bien présent. C’est lui qui, en raison des 91 kpts, permet la détection de visage en visée optique. Tout cela orchestré par le processeur Expeed 3 qui opère les traitements internes en 16 bits. Incontestablement, le boîtier est séduisant. Sa commercialisation est prévue pour le 22 mars. Il faudra attendre le 12 avril pour se procurer le D800E (sans filtre passe-bas) dont la vente sera confiée au Réseau de distribution sélective Nikon qui regroupe environ quatre-vingt enseignes. Comme le D4 d’ailleurs, dont la date de sortie officielle est fixée au 15 mars.

La technique en détail

Le capteur

36 Mpxl. Le chiffre paraît délirant, mais si l’on met en balance le capteur APS-C de 24 Mpxl qui équipe le NEX-7 et les SLT A65/A77 de Sony, cela reste plus raisonnable en matière de densité, si tant est que la raison ait son mot à dire dans l’histoire. Un petit calcul de la surface du photosite montre qu’il y a une similitude entre les imageurs du D800 et du D7000 (0,024 et 0,023 millimètres carrés) sur ce critère. En revanche, un Fujifilm X100 (APS-C, 12 Mpxl) dispose de photosites plus grands : 0,031 millimètres carrés. Bien sûr, cette surface n’est pas celle de la photodiode et notre calcul, approximatif, n’a d’autre but que de faire ressortir qu’en termes de pure qualité numérique d’image (bruit et dynamique), le plein format n’est plus synonyme d’avantage déterminant. Il faudra maintenant comparer les tailles des photosites.

On sait qu’en matière d’imageur, les relations entre Nikon et Sony sont avérées, même si Nikon, qui fournit des équipements pour leur fabrication intervient sur la conception de la version destinée à ses reflex. On sait aussi que, pour éviter le moiré, un filtre passe-bas coiffe les photosites, facilitant l’élimination du moiré qui résulte d’interférences entre la nature des détails fins et répétitifs et la structure matricielle du capteur. C’est pourquoi, sous la référence D800E, Nikon propose une version de son reflex dénué d’un tel filtre. Ce que fait par exemple Leica pour le M9 ou encore Fujifilm pour l’hybride X-Pro 1. Le choix se passe à la commande. Sachant que vu le risque d’artefacts qui en résulte, il est plutôt dédié aux utilisateurs qui savent utiliser ce type de capteur pour en minimiser les inconvénients. Le retrait se paye 300 € avec Capture NX2 en prime.

Il ne faut pas s’attendre à une envolée de la sensibilité, avec des incursions dans les centaines de milliers d’Iso. Le processeur Expeed et ses traitements magiques aura beau faire, une photodiode sur un D800 ne sera pas de la même dimension que sur un D4. Elle est plutôt par sa taille du niveau d’un capteur APS-C. C’est pourquoi Nikon s’en tient sagement à la respectable plage allant de 100 à 6 400 Iso en standard, avec une extension vers les 50 Iso d’un côté et vers les 25 600 Iso de l’autre.

La vidéo

La norme Full HD est de mise, en 24, 25 et 30 im/s. C’est bien le moins. On se rassure, la prise casque tant attendue et déjà présente sur le D4 est bien là. Les vumètres aussi. La sortie HDMI véhicule un flux vidéo non compressé, en 4:2:2 et compatible ProRes. D’un point de vue pratique, il est dommage que le LCD ne soit pas orientable. Le cadrage est proposé aux formats FX et DX, mais pas le mode mettant en œuvre les 1 920 x 1 080 pixels au centre du capteur. Sur le D4, cela se traduit par un facteur multiplicateur de focale de 2,7, encore viable, tandis qu’il passerait à environ 4x sur le D800. Trop élevé.

Les automatismes

Ils sont identiques à celui du D4 et l’on vous renvoie à la présentation de ce dernier ici. On rappelle juste que le module Multi-CAM 3500FX II, à 51 collimateurs, est à l’œuvre. Avec 15 collimateurs en croix, 11 collimateurs sensibles à -2 IL, pour le 200-400 mm f/4 ou l’usage d’un doubleur qui diminue l’ouverture maximale. Il tire parti du système de la reconnaissance de scène reposant sur le capteur RVB de 91 kpts qui assure aussi la détection de visages, l’exposition et la balance des blancs.

La connectique

S’il n’y a pas l’interface rapide Ethernet que véhicule la prise RJ45 du D4, il y a un connecteur SuperSpeed USB, une première sur un appareil photo numérique. Il faut dire qu’avec des fichiers Raw, compressé ou pas, le flot de Mo est capable de mettre à mal la patience d’un photographe transférant ses données depuis appareil, sans passer par un lecteur de cartes externe. À titre indicatif, Nikon signale qu’en moyenne un Jpeg fin occupe 16,3 Mo, qu’un Raw compressé sans perte consomme 32,4 Mo en 12 bits et 41,3 Mo en 14 bits (respectivement 57 Mo et 74,4 Mo sans compression).

Pour l’audio vidéo, les prises casque et microphone stéréo (le micro interne est monophonique) sont proposées, ainsi qu’une sortie HDMI délivrant la visée en temps réel, les réglages, mais aussi en vidéo un flux de qualité, qu’un enregistreur externe pourra stocker.

Le grip MB-D12

Cette nouvelle poignée d’alimentation présente un mini joystick, pour piloter les collimateurs du système autofocus, double les molettes principale et secondaire, ainsi que la touche de mémorisation du point. Elle est rendue résistante à la poussière et au ruissellement grâce à la présence de joints d’étanchéité. Elle abrite une alimentation complémentaire qui prend plusieurs formes : un jeu de quatre piles ou accus AA, une batterie EN-EL15 (celle du D800) ou EN-EL18 (celle du D4). Cette dernière étant une condition sine qua non pour accéder aux rafales à 6 im/s, au format DX (APS-C) seulement.

Premier avis

Quel reflex ! Il est sûr que les 36 Mpxl et la reprise des atouts techniques du D4, dans un modèle valant moins de 3 000 € sans objectif, fait réfléchir. On peut quand même s’interroger et se dire qu’une variante du capteur de 24 Mpxl, déjà employée sur les Sony A900/A850 et le Nikon D3x, aurait constitué un juste milieu plus attractif si l’on met dans le même panier le désir de la définition la plus élevée possible, l’usage des très hautes sensibilités et la disponibilité de rafales plus mordantes. Car 4 im/s, c’est franchement frustrant et 6 im/s avec des contraintes, ce n’est pas totalement satisfaisant pour certains sports et certaines prises de vue animalières.

On reste d’ailleurs dubitatif sur cette définition exacerbée qui va à l’encontre d’une gestion exceptionnelle des hautes sensibilités (à partir de 1 600 Iso). Quelques tests rapides lors de la présentation presse avec un modèle de présérie n’ont pas suscité l’enthousiasme que font jaillir les photos des pleins formats Nikon. À voir sur une version définitive. On regrette aussi que Nikon n’ait pas profité de cette définition digne d’un dos numérique et qui ne sert pas forcément en toutes circonstances, pour proposer, comme Canon, des Raw de définition intermédiaire. Et si l’on opte pour des sorties Jpeg en 20 Mpxl et en 9 Mpxl, il ne faut pas compter sur un regroupement de pixels (binning) pour améliorer le rapport signal/bruit : il n’est pas pratiqué par l’Expeed 3.

Maintenant, à 3 000 €, la somme de caractéristiques laisse songeur. Beaucoup de photographes professionnels, que le prix du D4 laisse hésitants, vont avoir une petite lueur s’allumer dans leurs prunelles. Surtout s’ils envisagent de mettre la vidéo dans l’escarcelle de leurs activités commerciales. Même avec un grip à acheter, ce sera 3 000 € d’économisé… à pouvoir dépenser pour un microphone, un casque, un enregistreur audio de terrain, un rig. Et pour des cartes rapides de haute capacité et sans doute de la mémoire pour leur ordinateur.

Nikon indique qu’elle positionne le D4 sur le créneau « de la sensibilité, de la vélocité et de la rapidité du flux de production ». Le D800, lui, joue la carte « de la définition, de la polyvalence, du prix et de l’encombrement ». Chacun jugera du bien-fondé de cette vision. Le débat ne fait que commencer sur ce nouvel opus de la série D.

Fiche technique

  • Capteur : Cmos 36 x 24 mm, 36,3 Mpxl effectifs
  • Protection du boîtier : Tropicalisé
  • Stabilisateur : -
  • antipoussière : Oui
  • LiveView : Oui
  • Définitions maximales : [FX] 7 360 x 4 912 [DX] 4 800 × 3 200 [16/9] 6 720 × 3 776 [1,2x] 6 144 × 4 080 [5/4] 6 144 × 4 912
  • Vidéo : 1080p (24, 25, 30 im/s, H.264)
  • Sensibilité : Auto, 100 - 6 400 Iso (extensions à 50, 12 800, 25 600 Iso)
  • Formats de fichiers : Jpeg, Raw (NEF 12 ou 14 bits), Raw + Jpeg, Tiff, Mov
  • Monture : Nikkor AF, coeff. mult. 1x
  • Mise au point : Détection de phase en visée reflex avec 51 (11 en croix) zones (sélection auto sur 51 ou 11 points) ; détection de contraste en visée LCD ; mise au point automatique au déclenchement ou continue, AF dynamique sur 9, 21 ou 51 zones, suivi 3D, détection de visage
  • Mode d’exposition : TTL (0 à + 20 IL, 2-20 IL en ponctuel), PASM
  • Type de mesure : Matricielle 3D III sur 91 k zones, pondérée centrale (75 % sur cercle de 12 mm), moyenne, ponctuelle (1,5 %), sur collimateur actif ; +/-5 IL par 0,3 ou 0,5 ou 1 IL
  • Bracketing d’exposition : 2 à 9 vues (par 0,3 ou 0,5 ou 0,66 ou 1 IL)
  • Vitesse : 1/8 000 à 30 s, synchro X 1/250 s
  • Rafales : 4 im/s (FX), 5 im/s (DX/1,2x), 6 im/s (DX et poignée MB-D12 + accu EN-EL18)
  • Balance des blancs : Auto, préréglée (12), mesurée (4), 2 500 à 10 000 °K, ajustement fin ; bracketing balance des blancs 2 à 9 vues
  • Réglages divers : Mode Picture Control : couleur, contraste, luminosité, accentuation, teinte
  • Contrôle du flash : iTTL
  • Flash intégré : NG 12 à 100 Iso, contrôleur iTTL de flashs distants
  • Compensation d’exposition au flash : -3 à +1 IL par 1/3, 1/2 ou 1 IL
  • Visée : Reflex optique par pentaprisme (100 % format FX, 97 % format DX et 1,2x), grossissement 0,7x, dégagement oculaire 17 mm
  • Moniteur : LCD 3,2 pouces, 920 kpts
  • Modes d’affichage : Zoom, index (4, 9 et 72 vues), indicateur surexposition, diaporama
  • Stockage : CompactFlash (UDMA 7) et SD/SDHC/SDXC
  • Interfaces : SuperSpeed USB, mini HDMI, micro stéréo, entrée audio, casque, accessoire (télécommande, GPS...), flash
  • Personnalisation : oui
  • Divers : Surimpression, intervalomètre, HDR, D-Lighting
  • Logiciels : Nikon ViewNX2
  • Accessoires fournis : Accus et chargeur, bandoulière, 1 câble USB, 1 câble audio/vidéo, 1 protège moniteur
  • Alimentation : Accu Li-Ion EN-EL15 7 V/1 900 mAh
  • Dimensions/poids : 146 x 123 x 81,5 mm/1 000 g (avec SD et accu)

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • Enfin !!! en fait ce capteur utilise les mêmes photosites que celui du d7000 on peut s’attendre à des résultats similaires avec une granulation bcp plus fine mais à mon avis pas bcp de différence au dessus de 1600 iso... ;-( (me réjouis de lire les tests)
    Je pensais que nikon utiliserait ce capteur 36mp pour un futur d4x et que le d800 serait équipé d’une version modifiée du 24mp du d3x en conservant les caractéristiques du d700 (5à7 fps) ça aurait été plus sage pour pouvoir bénéficier des avantages du capteur plein format en haute sensibilité couplé à une très haute (et largement suffisante) définition...

    • Sinon il a l’air excellent (construction, visée 100%, flash etc...) mais on s’y attendait de la part de nikon il pouvait difficilement être moin bien que le d700...
      vraiment dommage pour la rafale... je pense que canon ne fera pas la même erreur avec le 5dx (ou Mk III) et limitera la définition... on le saura bientôt...

    • Cela préfigure du Nikon D5 : de 16 Mega pixels à 36 Mega pixels. Le choix de la résolution sera guider par le choix de la sensibilité voulue. Eh oui !
      Et le couple sensibilité / résolution sera disponible par une molette supplémentaire ou en automatique selon un programme interne qui optimisera le choix de l’un et l’autre.
      Mais il fallait passé par un étape D800 et D4 pour ne pas frustrer les détenteurs de D3x par exemple.
      Vous n’y croyez pas ? on ouvre les paris.

  • 36 Méga pour 3000 Euros c’est pas cher du tout, mais 24 méga + hauts ISO pour 2500 Euros aurait été suffisant.
    D’autant plus que Nikon continue à faire la sourde oreille au mRAW à 24 méga, et au sRAW à 16 méga sur ce boîtier !!!!
    On va donc se retrouver avec un boîtier à la définition record (dont on n’a que faire), qu’on ne pourra pas utiliser au delà de 800-1600, et là ça fait un peu cher les 36 mégas !

    Attendons de voir le 5D mark III de Canon, mais il est fort à parier que lui aussi aura une fiche technique tout aussi décevante. Inutile d’espérer que Canon ait conservé leur superbe imageur de 21 méga tout en améliorant le bruit, la cadence et la mesure de la lumière.

    Comme toujours, encore un boîtier surprenant et FRUSTRANT à la fois comme tout nouvel "engin" issu des usines nippones depuis l’avènement du numérique !

    A croire que les photographes restent des "vaches à lait" ; puisque on va tous acheter un D800 ou un Mark III dans l’année, n’est-ce pas !

    • "Attendons de voir le 5D mark III de Canon, mais il est fort à parier que lui aussi aura une fiche technique tout aussi décevante. Inutile d’espérer que Canon ait conservé leur superbe imageur de 21 méga tout en améliorant le bruit, la cadence et la mesure de la lumière."

      pas si sûr... à en croire certaines rumeurs le remplaçant du 5d mkII aurait un capteur ds les 20-25 mpix

    • franchement arrêtez ce genre de propos frustrant depuis l’avenenent du numérique NIKON,
      photographiez au ZENITH et on en reparlera, je suis photographe pro depuis plus de 30 ans et le numérique c’est vraiment un confort.
      vous avez des propos de photographe amateur qui ne répond pas à des commandes.

    • Bravo Cameleon,
      J’approuve votre propos des deux mains.
      Photographe aussi, je ne peux que louer les nombreux avantages du numérique, et l’amélioration de la qualité des images depuis. Qui pouvait éspérer avoir d’aussi beaux fichiers a ne serait ce que 1600 iso avant ? .
      J’ai travaillé avec un F4 ,F100, Début avec un D70, puis D200.. Quand je vois les résultats maintenant avc un D7000 !!!... Le confort de voir imédiatement ses erreurs, de corriger, de maitriser le processus meme si c’est lourd.. Mes images sont bien plus belles. J’acheterai le d 800 pour la qualité des images, la dynamique encore meilleure, la polyvalence, fx dx, flash embarqué, vidéo brodcast. Alors, a t’on vraiment besoin de 25000 iso ??? qui en fait son quotidien ? Un 50 mm à 1.8 nikon a 120Euros permet de gagner en sensibilité, sans avoir besoin d’afficher des hautes iso bruitées. Nous faisons tous l’essentiel de nos photos a 400 iso...
      Quand on voit ce que l’on nous offre maintenant à un prix certes élevé, mais que l’on aurait meme pas revé il y a quelques annéés... je trouve ces" ergotages" vains .
      Le D 800 constituera j’en suis sur une vraie valeur pour les gens qui travailleront avec. Et pour moi rien a reprocher : le haut du pavé pour un amoureux de belles images !!!

    • heu .. pas tout a fait d accord car photographe pro également , je confirme que nous avons besoins de hautes sensibilités et de cadences éventuellement pour les images de sport, en effet shooter au 2000 eme à 3600 iso n est pas rare du tout en ligue 1, ou en ligue nationale de basket, tout comme le hand ball
      perso avec 12 MPx on fait de très belles doubles pages en presse, donc je confirme bien au quotidien, on peu avoir besoins de hauts iso propres ... pas sur que ce boitier corresponde aux besoins quotidiens, étant limité a 1600 iso, et éventuellement une poussée non propre à plus, il ne faut pas tout généraliser, tous les pro ne font pas les mêmes photos .

    • " nous faisons tous nos photos à 400 iso " ....! beaucoup comme toi en reste à la photos des années 70..., tout dépend du contexte ou du sujet, mais il m’arrive d’être limite avec mon D700 à, travaillant entre 4.000 et 12.800 iso et chercant àà pouvoir travailler à une vitesse plus élevée que le 1/40 ème ... ce fut le cas en reportage intérieur il y a 2 jours. Mais le lendemain à l’extérieur 400 iso. et les fichiers du D800 à 36mpix .... les disques durs : faudra des 3TO... et de la patience.
      j’espère bien un D800S avec 16mpix plus raisonnables et pouvant travailler à 12.800 iso et même 25.600 facilement

    • Arrêtez de pleurer !! Vous avez un très bon D3s et un D4 maintenant. Effectivement le D800 ne vous correspond pas, donc pas la peine de lui trouver des défauts. En studio, on dépasse rarement les 100 iso, voir 50 avec des dos phase one. Pareil pour des photos extérieurs, sur trépied. Et puis les flashs, c’est pas fait pour les chiens, on peut recréer une ambiance, mais c’est sûr il faut prendre le temps (d’aimer faire de la photo).

      Oui les hauts iso, c’est bien. Avec 1600 ont peut faire des photos correctes maintenant. Et puis quel client se satisfera d’un image à 12800, voir 25600 !!! A part aimer le grain coloré. Mais je comprends très bien qu’avec les hauts iso, on peut faire des photos que jusqu’à maintenant était impossible de faire sans flash. Par exemple, prendre une panthère noire dans une grotte !!!

      Quand aux disques durs supplémentaires, quand on a un 36 mpx voir supérieur, on reste pas appuyer sur le déclencheur. C’est un autre travail, une autre approche (à croire que vous n’avez jamais connu le travail avec l’argentique).

      Nikon à fait un choix, il doit vendre son D4... aussi, pensons à toutes les catastrophes auquel ils ont dû faire face.

      Conclusion, chacun fait comme il lui plait pour son propres travail. Mais arrêtez de critiquer chaque fois qu’un appareil sort et qu’il ne vous correspond pas "personnellement", il y a actuellement assez de choix (ok, pas avec tous les prix que l’on souhaite).

      Bonne photo à tous

    • Je suis photographe de formation CAP, années 1980, mais j’exerce en amateur expert, comme on dit aujourd’hui. Je me suis régalé avec un RB 6X7, et avec un OLYMPUS OM2n, puis avec un D300. Je vais passer au D800E. On verra bien pour le moiré.

      Je suis tout à fait d’accord avec vous. Du temps de l’argentique on se contentait de 6 vue par seconde et on utilisait rarement les hautes sensibilités à cause de la granulation. 800 ISO était le maximum, puis ont jouait sur les révélateurs. Mais une fois développé, il était bien difficile de revenir en arrière, sinon, jouer avec les affaiblisseurs. Que de temps passé dans son laboratoire pour tirer une photo. Et quel gâchis de papier.

      Aujourd’hui, avec le numérique et la post-production logiciel, il est facile et rapide de développer son RAW.
      alors, je dis oui à la photo numérique nouvelle génération et 36millions de pixels, si l’image est propre, pourquoi pas.
      de toute façon, je suis équiper NIKON et j’ai déjà pris en commande le D800E, quand à l’absence du filtre antialiasing, on verra. il faut faire confiance à NIKON et aux nouvelles technologies, sinon, continuons et restons fidèle à l’argentique, si on trouve encore des films, pas si sûr d’ici quelques années.
      Voilà ce que je peux dire aux éternelles insatisfaits. Au fait, qu’attend t-ils pour déposer leur brevet sur un appareil photo numérique ?
      Quant on la critique facile, on a souvent l’art bien difficile.
      Michel.

    • Bonjour,

      Photographe animalier et assez d’accord avec vos propos, mais est ce que nous avons vraiment besoin de 36 MP, je ne suis pas certain du tout, ceci voudrait dire, augmentation de la puissance de l’ordinateur, e.t.c, eh oui 36 MP en RAW = une image de 100 MO, beaucoup trop lourde !!!

      A mon sens arrêtons un peu la course au pixel, j’ai plutôt une préférence vers la technique !!!
      Pipimama

    • C’est vrai, j’ai commencé il y a 20 ans, et voir un tel produit sortir c’est plutôt cool.
      Moi, c’est le D80 à l’époque, qui m’a fait passer au numérique, j’ai un D300 depuis et c’est déjà du beau matos sincèrement ! le nombre de shoots, les conditions extrêmes... mes D80 tournent toujours !!! J’attendais pour passer en plein format et ainsi être comblé, mais le D700 me semblait inférieur au Canon équivalent et voulant garder mes habitudes et fidèle à l’esprit Nikon, j’attendais comme beaucoup le D800.
      Comment ne pas se réjouir de ce produit qui dépasse toutes attentes ?!
      Moi je dis, ils font très fort, ce capteur c’est une tuerie !!! et c’est plutôt risqué, l’évolution logique dans la course du détail et de la possibilité de creuser dans l’image pour créer plus, risque d’orienter grands nombres vers un retour aux MPXL !!!
      Se produit va séduire donc par ses 36 Mpxl et répond à présent "normes" de demain.
      Certe, il nous faudra encore plus de mémoire et vite passer à l’USB 3... mais pour moi, c’est l’investissement idéal, car le D800 a les performances qui répondent aux besoins d’aujourd’hui, voir même un peu trop... mais comme tout évolue si vite. Après sortir deux versions...
      Reste plus qu’à attendre qu’ils se réveillent un peu au niveau des optiques... ;)

    • bonsoir que pensez vous du canon eos 5D mark lll vue que je desire me lancer en devenant photographe professionnelle merci

    • Oui tout à fait d’accord et les photographes animaliers ils travaillent pas toujours à 400 iso mais bien plus avec des rafales élevés donc le 700 est plus performant pour nous avec ses 8 img/s pour le kit PDK-1.
      Pour ce type de sujet le D800 out et c’est un comble.

  • HS : d’après l’article, la date de sortie du D4 a été "décalée" au 15 mars ? (16 février initialement)

  • C’est dommage que Nikon se "canonise" au niveau de la pixel-race, et croustillant de voir que dans le même temps, Canon se "nikonise" en faisant l’inverse ^^

    36MP, ça sonne comme un coup de massue (pour la concurrence, mais surtout pour la config d’ordi !), déjà qu’avec le D3x on se posait la question de savoir l’addition n’était pas trop indigeste... et si le coup de massue était aussi pour la clientèle Nikon qui déciderait de ne plus suivre, après avoir été élevée durant des années au régime riche en ISO et maigre en MP ?

    De fait, je ne comprends plus vraiment la stratégie de gamme de Nikon qui joue encore au chamboule-tout. Sans doute effectivement que la marque voulait clairement séparer et cibler les usages en misant sur deux boitiers (D800/D4) radicalement différents, afin de ne pas reproduire l’effet cannibale du couple D700/D3. Mais du coup, l’écart est tellement large qu’il en devient exagéré. J’ai bien peur pour eux que cela crée un voir plusieurs manques dans la gamme pro, alors que Nikon préconisera (tu m’étonnes !) d’acheter les deux, puisqu’ils sont différents et (donc) complémentaires...

    Du coup, avec ce qui semble être un resserrage de la gamme dite "pro", est-ce que Nikon va chercher à renforcer une rentable gamme DX déjà fort pourvue en boitiers plus ou moins identiques ? Et quid en effet de la gamme expert DX qui semble vouée à disparaître ? La compacité (bienvenue) de ce D800 plaide pour cette hypothèse...

    Enfin, dernier constat : ce n’est malheureusement pas ce D800 qui va contribuer à faire du format FX un standard accessible :-(

    • Moralité, le D3 est largement suffisant pour celui qui veut être uniquement photographe (c’est à dire aller à l’essentiel) et le Fujifilm X-PRO 1 va devenir une superbe alternative pour qui préfère la discrétion, le faible encombrement accompagné d’une qualité suffisante en reportage fuyant ainsi la chasse aux mastodontes :)

    • Je ne pense pas que le X1 pro soit le meilleur choix pour de la photo discret et le faible encombrement.
      Mais enfin on pourra le comparer à ce D800 surtout en E, cela biaisera moins des comparatifs actuels.

    • Peut-être n’avez-vous jamais utilisé de télémétrique car pour ce qui est de la discrétion et de l’encombrement, il n’ y a pas mieux ; il suffit de comparer le rapport poids/encombrement entre des optiques lumineuses Leica, Zeiss, Voigtländer ou bientôt Fuji à celles proposées notamment par Nikon et Canon.
      Quand vous partez en déplacement, il est utile d’avoir 2 boîtiers similaires et à choisir entre les deux concepts, je préfère la version "light".
      Il n’ y a pas si longtemps, tous le monde nous expliquait qu’il était inutile de faire la course aux pixels, précisant que 12 Mpxl étaient largement suffisant...
      D’ailleurs, de nombreuses agences se contentent encore de cela. Heureusement, la qualité d’une image et le message qu’elle transmet ne dépend pas de la surenchère technologique.
      Bien entendu, c’est mon avis et je le partage ; vous n’êtes pas obligé de me croire :)

    • le x1 est un aps-c (ok sans filtre p-bas) et je doute qu’il fasse le poids face à ce d800 plein format p-d-vue dynamique, af, fiabilité,stabilité... j’ai du mal à comparer...

    • Il ne s’agit pas de faire le poids !
      On se moque de la surenchère ; il s’agit de photographier...
      Et la photographie n’a rien à voir avec la compétition.

    • Tout dépend de quel genre de photographie on pratique.
      Plus facile de faire une fausse photo holgaïque 600x800 pixels à partir d’un raw d800 qu’un paysage "adamsien" à partir d’une image magiquement capturée avec un téléphone vidéo à transmission en un clic sur fessebouc, non ?
      Ne pas confondre surenchère marketing et évolution technique, comme tout ce qui sort actuellement, le D800 tient des deux. Profitons-en, au train où vont les choses, encore quelques années et les "nouveaux" produits quels qu’ils soient seront 100% marketing, garantis sans OTP (organisme techniquement pensé), il n’y aura plus qu’à brancher l’objet et débrancher son cerveau.

    • C’est bien là le cœur du problème !
      Notre rôle de lecteur c’est peut-être aussi de mettre un peu de consumérisme pour mettre de la distance entre ce que certains voudraient que nous fassions et ce que nous souhaitons réellement...

    • Alors si on va par là il est possible aussi de faire des merveilles avec un bon compact
      mais un réflex offre une meilleur qualité d’image, une autre approche et une prise en main différente
      c’est pareil entre le fuji et le d800 ; l’un est supérieur ce n’est pas pour ça qu’il fera de meilleurs photos en terme de créativité mais si on prend la même photo avec les deux engins le capteur 24x36 risque d’être devant ce qui est normal car on est pas dans la même classe ni ds la même tranche de prix...

    • je suis franchement atterré / j’attendais un D800 à 16/18 Mpx avec des caractéristiques en sensibilité plus proches du D3s, mais là, j’avoue que je ne comprend pas où Nikon veut en venir, ... je vais acheter à bon prix un D700 qui est un excellent boîtier pour photographes ... normaux, comme dirait un candidat aux présidentielles

    • Bien sûr, nous pouvons nous exprimer, faire des images très intéressantes avec un compact, la définition d’une image étant un critère très subjectif lorsqu’il s’agit de faire de la photographie d’auteur. Il ne s’agit pas d’être devant en terme de performance mais bien de transmettre une idée, une émotion, un message... La photographie est aussi une forme d’écriture parmi d’autres ne nécessitant pas forcément le dernier cri de la technologie. Bon nombre d’artistes-peintre ne continuent-ils pas de s’exprimer avec des outils traditionnels auxquels ils manquent de nombreux pixels ?

    • Je pense que Nikon va sortir dans un futur proche un boitier du même type que le D800 avec le capteur du D4.

    • Je n’ai pas de dico franglais-français pour traduire "consumérisme"...
      S’agit-il du délicat euphémisme pour "consommateurs, exprimez-vous autant que vous voulez, nous marketeux et nos entreprises, heu non, centres de profit, nous occupons des choses sérieuses" ?
      Cela dit, il me semble qu’il y aurait moins de pleureuses si l’on voulait bien considérer le D800 non comme l’ Appareil Photo tel qu’on l’a rêvé pour ses propres besoins, , mais comme le moyen format du pauvre, ou plutôt c’est vrai du moins riche...
      OK pour la pauvreté des moyens techniques, en photo comme ailleurs, quand c’est le résultat d’un VERITABLE choix non contraint ! c’est comme au théâtre, quand on me vante les mérites de la pièce à acteur unique, éclairée par un spot 50 W devant un rideau gris en guise de décor, je doute de la sincérité profonde des choix esthétiques... mais, comme le répètent les auteurs et surtout les commanditaires des spots de pub pour les bagnoles, la vraie créativité s’exprime d’autant plus authentiquement qu’elle crève de faim !

    • Oui la photo c’est de l’art ou l’émotion doit transmetteur son message pas les pixels.

    • EVOLUTION TECHNIQUE ! OUI ! MAIS POUR QUOI FAIRE !

      Il etait une fois l’ ARGENTIQUE, et des photographes comme Capa, Henri Cartier Bresson, E,Haas, Bischof, Boubat, Horvat, Newton, Sieff, Klein,etc... avec des optiques fixes à 2,8 et de l’Hp3 Ilford ou de la Tri x ou Plus x Kodak ou du Kodachrome ( 32 à 400 asa, 800 en poussant ) et la beauté de leurs images est toujours la !

      Les fabricants innovent pour vendre, et donc vivre, mais c’est pas la F1 qui fait le pilote , il faut l’ alliance des 2 pour avoir un champion sur un podium ! et de sacrées qualités pour dominer ces mécaniques !

      Et sur quels supports va t’ on utiliser ces performances techniques ? LE NET ? Avec des écrans d’ ordi ? La Presse Papier se meurt, la PUB avec, les affiches devenant trop chères aussi, comment rentabiliser du matos de + en + cher, et qui perd maintenant un max a la revente d’ occasion ?

      Alors, pour le courant, des optiques zoom 2,8 constant, de l’ époque argentique avec un boitier D 90 , c’ est largement suffisant pour le 40/60 cm.
      A condition de savoir cadrer plein pot, et non pas de vouloir recadrer a mort la moindre prise de vue !

    • "consumérisme" : tendance, pour des consommateurs, à se réunir en mouvements ou en associations pour défendre leurs intérêts.
      Et l’un de nos intérêts, c’est que les fabricants de matériel photographique continuent d’être innovant mais avec raison, sans nous prendre systématiquement pour des "pigeons"... (voir également ce que dit plus bas Ymages)

    • Ben, oui, l’argentique, ça devient petit à petit le matos de papa. Ce qui n’enlève RIEN aux qualités des images de HCB, contrairement à ce qu’en dit la pensée passéiste. Et je ne doute pas qu’un champion de F1 d’aujourd’hui puisse faire des trucs impressionnants sur Bugatti (mais je me fous des podiums !)

    • 2290 et 2520€ chez amazon et B&H aux States
      2900 et 3200€ en France, merci Nikon de bien nous niquer

    • Attention vous comparez des prix HT (aux USA) avec du TTC (en France)...
      L’écart (toujours bien réel) n’est pas pire que d’habitude...

    • Et patati et patata.... Débat argentique numérique AUCUN INTERET

    • LE PROGRES , neccesaire, utile, ou néfaste.
      Le pied de l’homme sur la lune, belle prouesse technologique, mais quelles amélioration pour l’ humanité ?
      Et ne pas oublier que sans papa, on n’ existe pas.
      Vous avez 4 heures pour votre devoir de philo, jeune homme !

    • OUI , écart pas pire que d’ habitude .
      Mais " l’habitude c’est toujours trop de toutes façons.
      J’ ai plusieurs fois écrit sur ce blog (?) à ce sujet . Comme vous dîtes, NIKON - et les autres - nous niquent et ça fait longtemps que c’est comme ça .
      En gros, l’inéqujation c’ est - Prix France € >ou= Prix USA $ - Hors taxes ou taxes incluses . Ceci est vrai quand l’ euro est fort (1.20 à 1.35 $ ) , s’il retombait en dessous du $, vous auriez : Prix France >ou= 2 Prix USA $ .

      Faut bien que nos importateurs vivent, non ?

    • Bonjour,
      Vous pouvez aussi roulez en 4L ou en en 2 Chevaux.
      Il faut savoir faire confiance à la technique.
      NIKON a sûrement procédé à des prototypes avant de commercialiser le D800 et le D800E.
      Cordialement.
      Michel.

    • Cela fait des années que je lis les mêmes choses.... avec un télémétrique vous ne pouvez pas tout faire, essayez de photographier un détail d’architecture au 400mm
      et nous en reparlerons ; je suis photographe professionnel depuis une trentaine d’année je sais de quoi je parle. Il faut choisir son appareil selon les besoins.
      Après je vous rejoins un 12m de pixels suffit largement pour une double page magazine, mais passé au delà cela peur être intéressant pour des agrandissements de photo de paysage par ex en 60X80cm et puis attendons les tests. pour l’instant j’ai un D2X et m’en contente. c’est vrai que Nikon pouvait sortir un 20m de pixel pour 2000 euros......

    • Non c’est le contraire ! Un D4x avec le capteur du D800...

    • Ex-photographe presse auto, j’ ai roulé dans de multiples voitures, celles que l’on pouvait dépanner soi-meme, et les autres.

      Prendre la Nationale 7 dans une Ds etait bien plus sympa,( paysages, nature, rencontres ), que de prendre l’AUTOROUTE aujourdhui, à bord d’ une voiture de haute technologie actuelle (dont on ne peut généralement utiliser le potentiel que sur circuit), pour rejoindre la Provence.

      Alors le progrès, pour moi, c’est l’ art de ne pas abimer nos petits bonheurs de vivre, avec trop de technicité !!!
      Faire des images, c’ est transmettre de l’ émotion ! On y arrive avec un jétable .

      J’ ai telle résolution optique et tant de Mpxl , et aucun des supports, sur les quels je publie, ne retrancrits cette qualité !
      Alors je contemple mon nombril, en me disant que j’ ai le meilleur matos du moment, et je fait un 60/90 pour montrer aux copains ? C’ est pas ma manière de voir.
      Cordialement Ymages .

    • Bonjour

      J’ai pendant de nombreuses années exercé le métier de photographe et j’ai fini mon parcours professionnel avec des boitiers Canon Professionnels EOS.J’ai cette culture du Noir et blanc et celle des grands auteurs dont vous parlez : Boubat, Bresson, Klein...Aujourd’hui je n’est plus le budget pour acquérir un boitier Pro et je réalise mes photos avec un bridge, le S 100 fs de fuji. qu’on ne trouve plus dans le commerce.Au-delà de ma satisfaction de constater que ce boitier qui couvre tout de même 28/400 mm produit des images d’excellente qualité il n’empêche que si j’en avais les moyens j’investirais dans un boitier plus performant. Je n’apprend rien aux photographes de terrain, ceux qui ont une obligation de résultats qu’ils ne peuvent se permettre de déclarer rentrés au bureau, qu’ils n’ont pas la photo parce que la lumière était mauvaise ou trop faible. La différence entre un boitier entrée de gamme et un boitier haut de gamme et de pouvoir assurer dans les pires conditions.Donc j’en suis arrivé à cette conclusion : si vous avez les moyens, si vous devez assurer professionnellement vos images, ou si vous voulez simplement vous faire plaisir acheter un boitier pro.Mes dernières photos prises avec mon bridge viennent d’être publiées dans un très beau livre édité par le Port de Dunkerque.Mes images ont été prises dans des conditions de lumière favorable et je ne décèle pas de différences avec celles des autres photographes ayant participé à cet ouvrage.Mais bon je changerais bien mon fameux bridge contre un D 7000 ou autres.Quant au contenu de la photographie, à cette capacité à tutoyer l’instant décisif c’est une autre histoire qui n’a rien à voir avec le modèle et la marque de l’appareil photo.

      Merci de m’avoir lu jusqu’au bout...

      bernard

    • Ce serait l’idéal..........................sans doute Nikon test-il ses 2 nouveaux boitiers pour en sortir la quintessence ?

      Mais au-delà il reste que ces 2 géants, Canon et Nikon , poursuivront toujours "l’escalade" qui les conduiront souvent
      à des aberrations

    • Si vous avez un ami au japon ou au state c’est la meilleur solution de prix a l’achat taxe comprise .

    • c est pas Nikon, mais plutôt notre beau pays la France et ses taux de TVA, moralité acheter ailleurs si possible ... des vacances a l ’étranger ....?

    • Avez-vous pensé au billet d’avion mon ami ?
      Si vous êtes assujetti à la TVA vous la récupérez ! Prenez des risques, ayez un vrai statut sinon allez donc vivre aux US ou à Hong Kong puisque vous ne comprenez pas l’usage de notre TVA ! Et si vous êtes amateur alors vous n’avez pas à parler du prix des boitiers pros. Achetez un D700 d’occasion et vous serez le roi de la piste !
      Vous êtes content d’être soigné lorsque vous mettez les pieds à l’hosto et si vous avez des enfants qui paye leurs profs ?
      Je connais trop de types qui se plaignent de payer des charges, qui bossent au black, qui sont à l’Agessa pour payer moins mais qui voudraient les mêmes avantages que ceux qui payent de l’Ursaff, etc. etc. ... Ce sont souvent les mêmes qui croquent dans le système et qui font du black !
      On ne peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre...
      Comme beaucoup je ne peux que constater cette course à l’inflation et cette société de consommation qui nous tente à investir dans des boîtiers plus performants tous les 3 ans, à réinvestir dans des ordis plus puissants, à revendre une misère nos anciens boîtiers, à bosser des jours entiers sur nos post-prods sans supplément... Les 2 M6 et le Blad que j’ai depuis 20 ans sont toujours utilisables. Alors que nos premiers numériques sont totalement has been.
      Mais il est vrai aussi que pour ceux qui proposent des reportages en basse lumière les progrès sont ENORMES ! Il y a 10 ans il nous était impossible de sortir des images correctes à plus de 1600 iso. C’est vrai aussi pour rebondir sur une autre discussion que HCB ou d’autres nous font toujours rêver mais imaginez ce qu’ils sortiraient avec un D3S dans des lieux faiblement éclairés... Nous sommes au cœur d’un vrai choix de société : consommer et produire des emplois. Payer des charges et partager. Ou ne plus consommer et fermer les usines... Je n’ai pas de leçon à donner, je n’ai pas la solution idéale mais j’avais envie de réagir sur votre proposition de vacances à l’étranger...

    • Bonjour,

      Merci de votre contribution, digne de figurer au tableau d’honneur des interventions du mois, par son contenu et la mesure des propos. Quand beaucoup vagabondent au niveau des pâquerettes, l’air des hauteurs est agréable à respirer.

      Laurent

    • Je me trompe ou bien le Fuji x1pro n’est pas un appareil telemetrique puisque autofocus donc non équipe d’un télémètre ?
      La discrétion et l’efficacité de ce genre d’appareil dépendent aussi de l’obturateur (celui du m9 est bruyant) et de la rapidité de l’autofocus (pour le x1pro) et ici ce n’est pas le cas. On attend toujours un excellent boitier avec d’excellentes optiques, fiable, silencieux, a mise au point rapide et précise (si possible avec une MAP manuelle avec réglage hyperfocale).... Peut-etre le futur x2pro en espérant qu’il soit équipe d’un correcteur de dioptrie car essayez chers amis porteurs de lunettes de viser avec un x1pro, c’est impossible !

    • Investir et encore investir ...
      36 mpx demandent de changer bien du matériel ...
      Il faut des objectifs adaptés sinon ce boîtier, ce capteur ne sert à rien ...
      Adapter aussi son ordi ...
      Conséquence une bien lourde facture !
      Pour quelle rentabilité ?
      La photo c’est 70 % le photographe, 20 % l’objectif et 10% le boîtier ... +-, une estimation partagée mais sujette à controverse ...
      De 12 à 16 mpx, on sort de très bonnes photos et ce même pour de grands formats ...
      Par exemple pour de la photo de mariage, les gens sont heureux avec des 13*18 et a4, rarement a3 ...
      Ou plus simplement, il regarde les photos sur une tv ou un ordi. Tv et ordi affichent des résolutions ridicules en rapport à un capteur 36 mpx.
      Par conséquent, ils sont incapables de juger la véritable qualité d’un tel capteur ... Un 6mpx ou un 10 mpx, fait déjà bien l’affaire.
      Un 36 mpx pour imprimer des murs ou faire de fins recadrages, voià sans doute l’utilité ...
      J’ai beaucoup dépenser d’argent pour faire de la photographie mais c’est tjrs de la surenchère ... sans une véritable rentabilité en rapport au prix du matériel et au rythme de son renouvellement.
      Alors qu’en argentique on pouvait travailler des années avec son appareil et donc mettre le prix.
      Ca fait des années que je travaille en numérique cependant et j’ ai commencé avec des apns de 1.000.000 mpx seulement ...
      Bon soit, je vais faire quelques polaroïds ...
      Et pour finir, sachez que je suis un fervent de toutes les nouvelles technologies !!!
      _Bien à tous.
      Mem.

    • j’ai longtemps hésité mais apres avoir lu et vu beaucoup sur ce sujet je crois aussi que je vais choisir pour le fuji xpro 1 qualité d’objectifs et d’images est quand meme surprenant et pour reportage tres habile...

  • Question : pourquoi proposer une version E sans filtre passe-bas ?

  • Nikon D800 et D800E : deux reflex plein format à 36 Mpxl
    8 février 12:21, par Nico-N
    Je pense que Nikon va sortir dans un futur proche un boitier du même type que le D800 avec le capteur du D4.

    Très certainement et à surveiller comme le lait sur le feu
    Obturateur D4 à 400.000 clics
    Obturateur D800 à 200.000 clics
    boitier plus simple pour le D800
    Il y a la place sans faire d’ombre aux deux autres pour un boitier FX de 16 Mpx carossé à la mode D800 en moins tout terrain mais présenté comme un appareil pour experts et se calant en gamme du coté de l’ancien tarif du D700 ou même un peu moins.
    il tiendrait le role du D300s en somme.
    Bien que nous ayons tous intégré la logique des capteurs Aps-c, ceux ci étaient une solution transitoire en attendant d’atteindre des couts de productions en FF plus maitrisés.
    Et ce n’est pas parce que le boulot des communicants des marques fut de nous dire le contraire à l’avènement de l’aps-c que celui des journalistes n’était pas de vérifier la crédibilité de leurs dires.Et ils l’ont fait mais bon comme on n’avait rien d’autre, en ces temps la du numérizoîque,ils n’allaient pas passer leur temps à dire aux braves gens qui s’étaient saigné pour un "petit"capteur qu’il avait juste un gros compact avec une visée reflex ça aurait non seulement été vache mais de mauvais gout.
    vous allez voir que les passionnés de photo vont se souvenir à nouveau des charmes du FF ! Allez Monsieur Nikon encore 1000 roros de moins et à vous le marché du citadin moyen.
    vous savez s’il y a des types qui travaillent encore à la chambre grand format il y a des raisons qui n’ont rien à voir avec la nostalgie c’est juste de l’optique.

    • On parle de tout, on parle de rien ; autrement dit, de rien du tout.
      Et si on parlait de photographie...

    • Excellent choix de capteur par Nikon !! Tous les utilisateurs d’optiques DX pourront les monter sur ce boitier sans se retrouver avec une définition inférieure à un D70, qui pourront sans perte de définition au centre étendre les images produites par leurs objos FX. Les exemples fournis par "Cliff Mautner" montrent qu’à 3200 la résistance au bruit est meilleure que sur un D300 à 800iso. En tant qu’ex utilisateur d’alpha 850, je peux vous dire que j’aurais aussi aimé avoir un tel résultat à 800iso même en RAW traités DXO. Donc un grand merci à tous les détracteurs, la disponibilité n’en sera que meilleure, et je pourrai faire des poster sans craindre qu’un fort redressement de perspective mette dans la brume le sommet des cathédrales. Seul point négatif : il faudra que j’investisse dans un trépied sérieux (en poids et en prix), car le moindre bougé sera amplifié, et la profondeur de champs se réduira pour les tirages les plus grands.

  • Bonjour,
    Le site Nikon ne parle pas de l’absence de filtre passe bas mais d’un filtre modifié avec des performances différentes.
    Si vous avez des infos c’est toujours intéressant de croiser les données.
    Merci

  • Bonjour,

    Beaucoup de réactions au d800. Mais pour moi photographe pro, il est idéal pour le studio, portrait, mariage, paysage.
    Et mon d700 avec le grip est idéal pour l’animalier et le sport.

  • je viens de voir les 1eres images faites avec le d800... je ne suis pas convaincu de l’interet des 36mpix. Le 5d mk II me paraît tjrs supérieur (rendu des couleurs) il y a qq chose qui me plait plus que sur les nikon...

  • J’attendais avec une certaine impatience la présentation du D800. C’est une déception, due à ce fameux capteur de 36 mpx (quelle mouche a donc piqué Nikon ?), une définition dont personnellement non seulement je n’ai que faire, mais que je vois plutôt comme un handicap. Idem de la fonction vidéo, qui ne m’intéresse pas. Je me demande si le D800 ne serait pas à regarder comme le successeur du D3X, plutôt que du D700. Quoiqu’il en soit, pour ceux qui le choisiront, il va falloir aussi prévoir cartes et disques durs ad hoc, ordi musclé, logiciels capables de dérawtiser à l’aise (je ne parle donc pas du vieillissant NX2 généreusement offert car sans doute proche de la retraite), et surtout objectifs de course dernier cri (prix en conséquence) pour tirer le meilleur parti d’un pareil capteur : on peut penser que nombre de Nikkor un peu anciens qui faisaient le bonheur de propriétaires de D3 et D700 risquent cette fois d’être plus à la peine. Tout çà pour une définition dont probablement très peu d’utilisateurs auront réellement besoin dans la vraie vie ! Mais je ne fais là que répéter ce qui a déjà été largement dit.
    Si j’avais un D700, sauf besoin vraiment très spécifique je ne le changerais sûrement pas pour un D800, qui m’aurait emballé avec le capteur du D4. Cela dit, attendons tout de même les essais !

    • Bonjour,
      moi je mets quelques photos sur phipop com. Et vous tous ??, j’aimerais tellement voir vos photos !
      le D800, c’est pour les photographes riches, j’espère pouvoir m’en payer un un jour !
      ou alors un m10.
      Philippe

    • tout à fait d’accord avec cette analyse : j’ai un D 700 que je vais garder bien précieusement. Si une version du D 800 arrive avec 16 ou 18 MP, on verra mais pour l’instant un capteur à 36 MP, non, merci : il n’y aura appparemment d’amélioration de la définition réelle qu’avec utilisation des nouvelles optiques nanocristal (à vérifier si ça ne se traduira pas par une dégradation avec les anciennes optiques), une perte d’autonomie de 30% environ (eh oui, enregister 36 MP ça consomme) et je ne parle pas des temps de transfert. en gros, on va faire des photos le lundi, on passera le mardi à les transférer sur l’ordi et on aura le reste de la semaine pour les traiter. là je rigole, mais il y a un peu de ça quand même.

  • Alléchant, et utilisable aussi bien en DX qu’en FX : j’attends de voir ce que sera le remplaçant du D300, et les comparaisons pratiques pour choisir entre les D800, 800E et D400 et pourquoi pas D400E.

    Alain

    • Vos commentaires sont un peu déroutants
      On vous sort un boitier magnifique à 36Mpixels, et les acheteurs désirent un 16-18Mpixels ;-(((
      Que représente le nombre images réalisées à plus de 2000Iso ?
      Je posséde un D700, l’utilise au max à 2000Iso car ensuite je trouve le résultat pas terrible, même si c’est un peu mieux que les autres.
      C’est sur si c’est pour poster des images sur web en 800x600 je peux monter à 4000Iso, mais pour de beaux tirages ou de l’édition ... !!!
      Que je travaille en reportage, concert etc je n’ai que très rarement besoin de plus de sensibilité surtout avec la qualité du D700.
      Le choix est assez simple, soit acheter un D3S occasion pour la meilleur ratio qualité/sensibilité dans les mêmes tarifs pour ttes situations, soit/et un D800 pour ceux qui veulent de la définition ds de "bonnes conditions de lumières", genre paysage, pub, reportage, sports etc
      Tout dépends de l’utilisation des images, car envoyez une belle photo (hors D3S ou D4) à plus de 2000-3000 Iso pour une simple ou double page en magazine, elle restera certainement dans les placards et sera refusée par la rédaction.
      Par contre éditer des photos réalisées par un 36Mpix bien géré fera la différence sur un grand format et ce n’est plus limité à un dos numérique bien plus cher.

    • Quelqu’un as il un retour d’expérience avec les aggrandisseurs logiciels comme Genuine Fractal ou son succésseur ?

      Car au fond, un fichier de D700 á 2000 isos "gonflé" á 36 Mpx sera t il moins"propre"qu’un original de poids équivalent ?

    • Bonjour,

      Sur certains points, votre analyse me laisse perplexe. Je ne pas très sûr, par exemple, que le D800, avec ses 4 images/s, soit le premier choix du reporter, et surtout, du
      photographe de sports !
      On peut penser que cette fois, Nikon, en dissociant le D4 du D800, n’a pas voulu courir le risque de cannibaliser l’un par l’autre, ce qui s’était produit avec le duo D3/D700.
      La solution idéale pourrait donc être effectivement celle que vous proposez : on prend les deux. Sauf que pour beaucoup de photographes, je suppose, de ce rêve à la réalité,
      il y a une marge. J’ai le sentiment que Nikon a d’abord pensé , avec le duo D4/D800, aux photographes très spécialisés dans des domaines bien spécifiques, tout le monde
      ne fait pas d’illustration ou de studio (pour ce qui est du D800), avant de penser à la grande masse de ses clients "généralistes". Quant aux 36 Mpx, beaucoup de commentateurs très autorisés ne sont pas franchement enthousiasmés : tonalité générale : A quoi bon ? 36 Mpx pour du vent, etc., large argumentation à l’appui. N’oublions pas non plus qu’il n’y a pas encore si longtemps, les Nikon "Pro" plafonnaient à 4Mpx, et que tout le monde s’en contentait, éditeurs en tête ! Enfin attendons , nous verrons bien ce que çà donnera...

      Cordialement.

    • Réponse à "Quelqu’un as il un retour d’expérience avec les aggrandisseurs logiciels comme Genuine Fractal..."
      Bjr j’ai eu l’occasion de tester perfect resize 7 (nouveau nom de Genuine Fractal) et de le comparer au redimensionnement du module export de lightroom 3
      j’ai utilisé comme base un jpeg de 10 mpix que j’ai converti en 30mpix
      lightroom 3 provoque une lérère baisse de netteté (surtout si la photo à été accentuée en post traitement) mais le résultat est satisfaisant
      perfect resize 7 conserve très bien les détails (les images parraissent même plus détaillées que sur l’originale en crop 200%) mais donne un aspect un peu artificiel aux textures
      j’ai ensuite redimmensionné un fichier 12mpix 800 iso du d5000 à 24 mpix avec pr7 et l’ai comparé a un fichier 24mpix 800 iso de l’alpha 77.... très peu de différences...
      L’écart devrait être plus grand entre un d700 et un d800 donnant un net avantage au capteur 36mpix (pq FF)... par contre pas entre un fichier 24mp d3x converti en 36 et un 36mp du d800...
      pour moi le compromis idéal est un 24x36 de 20-25 mpix

    • Bonjour,

      Aurais je loupé un épisode ? tout le monde décrit le D800 comme le successeur du D700 et fustige ses 36Mpx, mais personne n’a remarqué que le D700 n’a pas disparut du catalogue (tous comme le D90). Le choix existe donc belle est bien D700 pour le reportage/sport et D800 pour l’événementiel. Quand au D4 il est réservé pour les pros.
      Sur ce coup là, Nikon à su se positionner intelligemment par rapport a Canon, ce dernier va laissé le 5DmkII au catalogue alors que le III va sortir à un prix supérieur au D800, sont seul justificatif sera une meilleur monté en ISO, même si à 3200 € ont commencera par trouvé des D3s d’ici à quelque mois.

  • 36Mpx, et oui, certains peuvent en avoir besoin sans pouvoir se permettre un moyen format.
    La seule critique que l’on peut faire au 36Mpx, c’est une utilisation erronée. Pour le reportage, mariage, ... pas besoin de tant de pixels mais il ne faut pas oublier qu’il y a d’autres spécialités en photographie qui nécessitent beaucoup de pixels et qui ont toujours été oubliées par les fabricants. Pour ces spécialités, la très haute définition est importante pour les tirages grand format (au dessus de mètre carré, ...)
    Alors, merci Nikon, d’avoir pensé à ces autres photographes pour qui un 16Mpx n’est pas suffisant.
    Alors, avant de critiquer, posez-vous simplement la question de savoir si cet appareil est fait pour votre manière de faire de la photo. Si non, alors passez votre chemin et cherchez un autre appareil, ce n’est pas l’offre qui manque.

    Je me place quelques années en arrière et je lis vos commentaires comme si vous trouviez le Pentax 645 (analogique) trop lent, pas adapté, lourd, cadence trop lente, autofocus archaïque, ... C’est ridicule. Je vous aurais alors conseillé un Nikon F5 ou un Canon EOS 1. Mais je n’ai jamais lu de telles controverses à cette époque car les photographes savaient faire la distinction entre les différentes approches photo. J’ai l’impression que cette aptitude disparait pour le tout en un absolu. Nikon n’a jamais dit que le D800 remplaçait le D700 comme cela est dit à la question 41 ici : http://www.nikonpassion.com/46-questions-et-leurs-reponses-sur-les-nikon-d4-et-nikon-d800-par-nikon-france/

  • Petit clin d’oeil à Arnob : j’aime bien la formulation " 36 Mpx, certains peuvent en avoir besoin". Comme vous dites !

  • BESOIN D UN CONSEIL

    Bonjour,

    En lisant tous ces commentaires, je vois que vous connaissez bien.

    Je photographie avec un vieux NIKON F5 + Fujichrome VELVIA 50.

    J aimerais passer a un excellent numerique : c’est a dire = image de tres grande qualite
    qui peuvent faire l objet de tres grands agrandissements avec du detail, des contrastes,
    le minimum de grain.

    Quel boitier me recommandez-vous en 24x36 ? Quel Nikon, ou Leica ?
    Quels sont vos avis ?

    Merci pour vos reponses et vos commentaires.

    Eric

    • Personnellement, je vous recommande le Leica M-E (4 800 euros). Il n’a que 18,5 millions de pixels, mais c’est suffisant pour faire un agrandissement de 72 cm x 48 cm. Au-delà, il vaut mieux acheter un D800. Le capteur du Leica M-E (un Kodak professionnel CCD) est meilleur que celui du nouveau M, de 24 millions de pixels (un CMOS qui lisse trop). Avec le M-E, vous pouvez monter à 1600 ISO sans bruit, mais pas au-delà. Les optiques Leica (de dernière génération, c’est-à-dire asphériques) sont très supérieures aux objectifs Nikkor. Le capteur du M-E est équipé de micro-lentilles, placées autour de chaque pixel, et qui permettent aux objectifs grand-angle de la marque (les meilleurs du monde) de donner le meilleur d’eux-mêmes. Pour le reste, Leica est nul. Mais le reste ne compte pas en photo. Ce qui compte, c’est la qualité d’image, c’est-à-dire : en argentique, un film + un objectif ; en numérique, un capteur + un objectif. Sur ce plan, le Leica M-E est loin devant. Pour tous les autres critères, il est loin derrière (sauf pour la visée, excellente ; mais Nikon est aussi très bien pour la visée). A vous de faire votre choix. A noter que le Leica M-E n’a pas d’autofocus et qu’il est à visée télémétrique. Il faut donc l’essayer avant de l’acheter, car certaines personnes ne se font pas à ce type de visée et de mise au point manuelle.

  • Bonsoir,

    Je complete ma demande de conseil.
    Un ami m a dit que mon F5, mes VELVIA, l excellent Scan donnaient des resultats encore peu
    atteints.
    On me parle de D4X, de D4, de D800 qui n aurait pas la meme taille de pixels, ....
    ou encore du legendaire LEICA M9 et d optiques comme l’ Elmarit-M 2,8/90, le M 2,8/28 Asph
    et le Summicron-M 2/50 qui pourraient donner des resultats meilleurs que des Nikkor 14-24 2,8
    24-70 2,8 et 70-200 2,8 certes avec plus de focales, mais peut-etre moins bons dans tous les details.

    Je ne sais plus sur quel pied danser !!!

    Merci de m eclairer.

    • Eric,

      Pour repondre a ta question, en 35 mm, ou 24.36, meilleur que tous les
      numeriques, D3X compris, l’argentique, car ce sont des real raw (www.kenrockwell.com)
      avec le meilleur appareil et les meilleures optiques jamais fabriques :
      CONTAX G2 + 90 + 45 + 28 + 21 et Une VELVIA 50, avec un bon scanner, un coolscan NIKON d occasion
      qui tourne a 3900 dpi, tu as un real raw + un scan a 16 mp de qualite.

      Qui dit le contraire ?

      Amicalement,

      Lili

    • Je suis bien d’accord avec vous. Vous pouvez ajouter au G2 les Leica argentiques. Cependant, les scanners Nikon sont d’une grande fragilité (j’ai payé pour le savoir). De plus, il y a le coût du développement et du film, à prendre en compte (vous avez vite fait de dépenser autant d’argent que pour l’achat d’un boîtier numérique). Enfin, le numérique permet d’accéder à une sensibilité très supérieure à l’argentique. Je ne connais guère, en effet, de film supérieurs à 800 ISO.

  • J’ai mûrement réfléchi et ma décision est prise : dès demain, je commande un D700, pendant qu’il en reste encore.

  • Il semble que les commandes du D800 ne seront pas livrées avant Juillet... Info intox !? Si quelqu’un a des infos ?

  • Dommage qu’un appareil ayant des prétentions et un système vidéo aussi performant ne soit pas doté d’un écran arrière articulé ,cela représente un réel confort d’utilisation et cela aurait été pour moi une motivation d’achat ! Il s’agit manifestement d’une erreur de stratégie commerciale ; mais à quoi donc pense les décideurs de chez Nikon ?!

  • Je survole les commentaires, mais vous souvenez vous du début du numérique, du tout début. Ou de la fin de l’argentique...?
    Le métier à changé comme le monde, mais une bonne photo reste une bonne photo, et sur le fond c’est toujours cadrage, perspective et profondeur de champ...
    Depuis toujours il y a les photographes et appareilphotographeur... J’ai le D800, il a des qualités, des défauts mais c’est moi qui décide !

  • Comme vous pouvez le voir, le capteur du d800 s’en sort finalement très très bien, en particulier en haut ISO où il fait égal avec le d4 !
    http://www.dxomark.com/index.php/Publications/DxOMark-Reviews/Nikon-D800-Review/Sensor-performance

  • « Un petit calcul de la surface du photosite montre qu’il y a une similitude entre les imageurs du D800 et du D7000 (0,024 et 0,023 millimètres carrés) sur ce critère »

    Monsieur Laurent Katz votre calcul de la surface d’un photosite que vous qualifiez vous même d’approximatif est en effet des plus approximatifs. Il me semble en effet que cette surface est plutôt de l’ordre de 0.000024 millimètres carrés soit 24 micromètres carrés. (A vérifier)

    En effet si le NIKON D800 avait une taille de photosite de l’ordre de 0.024 millimètres carrés, je peux affirmer sans grand risque que les ingénieurs NIKON auraient eu quelques difficulté à faire rentrer ce capteur dans le boitier du D800. En effet ce capteur de 36 millions de pixels avoisineraient ainsi les 1 mètre carré (0.864 mètre carré).

  • Bonjour,
    fatigué de lire des commentaires inutiles de personnes qui parlent de produits qu’ils n’ont même jamais eu dans les mains je me décide à poster mes impressions personnelles sur cet appareil, fondées quant à elle sur neuf jours d’utilisation intensive au Maroc. Au menu : reportage, photos de rue, portraits, photos architecturales, paysages, scènes de nuit.
    Tout d’abord, je vous parlerai de la qualité exceptionnelle de ce capteur. En parodiant une publicité qui tourne en ce moment pour un lunetier, je dirais :"Avant, j’étais myope, mais ça, c’était avant !"
    J’ai retrouvé la sensation merveilleuse que j’avais éprouvée il y a 40 ans quand mes parents m’avaient mis sur le nez ma première paire de lunettes : une foule de petits détails qui passaient inaperçus avant donne un relief incroyable aux photos. Contrairement à ce qu’on peut lire ça et là il est inutile de tirer des posters en A1 pour s’en apercevoir. Sur l’écran de 27 de mon iMac, ça saute aux yeux ! Et j’ai ainsi une photo des ruines de Volubilis ,prise depuis la terrasse de mon riad à Moulay Idriss, à 4 km de distance, avec mon 70 - 300 Tamron : on distingue parfaitement une hirondelle en vol au-dessus des ruines, et sans aucun recadrage !
    La queue fourchue de l’oiseau se distingue aisément, ce que confirme un recadrage très musclé.
    Les matières, l’herbe, les feuilles des arbres etc. prennent un relief incroyable. Pour moi, c’est clair, impossible de revenir en arrière. Je précise qu’auparavant j’étais l’heureux détenteur d’un Nikon D300.
    L’appareil reste très utilisable en basse lumière, le grain est extrêmement fin, j’ai utilisé sans problème des sensibilités allant jusqu’à 4000 iso.
    La cadence moteur n’est pas très élevée mais suffisante pour l’usage que j’en ai.
    La dynamique m’a semblé très importante : en post-traitement on peut vraiment récupérer énormément de détails dans les zones sombres de l’image. De toutes façons, l’usage du raw est pratiquement indispensable pour un appareil de cette classe. Je n’ai jamais essayé de photographier en jpeg .

    Les défauts.
    Cet appareil est assez coûteux à l’usage. L’achat de cartes de très haute capacité et dotées d’un débit au moins égal à 30 MB/s est indispensable. Comme ces cartes sont très coûteuses, il est pratiquement nécessaire d’emporter avec soin en voyage son ordinateur portable pour pouvoir les vider tous les soirs. Je n’avais pas pris cette précaution, de sorte que j’ai été obligé de dévaliser le rayon cartes mémoires d’un supermarché spécialisé dans le high-tech à Rabat. Le souci, c’est que les cartes mémoires en question n’étaient pas vraiment rapides et j’ai découvert ce à quoi il fallait s’attendre : Si on le nourrit avec des "classes 4", l’appareil devient quand même assez lent à cause de l’écriture ralentie des données.
    Autre souci : configuration informatique musclée chaudement recommandée. Une photo en HDR peut peser facilement 200 Mo. Ne parlons pas d’un panorama avec assemblage de six vues en raw ! Il m’est arrivé de constater un décrochage de mon logiciel de post traitement ( Aperture ) et les retouches sont quand même plus lentes qu’avec les photos issues du D300.
    Pour moi, le bilan reste tout de même extrêmement positif. Je ne regrette pas mon achat. J’attends avec impatience les résultats de mon premier tirage en A1. Je ne suis pas trop inquiet pour le piqué, malgré mon utilisation quasi exclusive d’un zoom grand public comme le Tamron 70-300 et je pense acheter bientôt le 24-70 2,8 VR de la même marque.
    Malgré les 1000€ de différence de prix, j’aurais vraiment été stupide de me priver de l’extraordinaire impression visuelle fournie par la haute définition en achetant un D700. C’est très simple. Quand on a essayé la haute définition, on ne revient pas en arrière, on continue à investir. C’est comme si on demandait à un myope de retirer ses lunettes au prétexte qu’elles coûtent cher et qu’il est quand même capable de se déplacer sans se cogner dans les arbres !

    • Bonjour
      je suis un ancien photographe industriel
      Je ne faits de la photo que pour mon plaisir
      J’ai encore mon F2 avec ces optiques
      J’ai acheté un D200 en 2006
      Le passage en numérique a été un choix, le traitement de l’image en étant simplifié et direct
      Pourquoi un D800 qui n’apporte que de l’iso en plus et la video
      Je sais que mon boitier actuel n’est pas assez conséquent par ce manque de sensibillité
      Simplement
      Alors un D800 neuf ou un D700 d’occasion,
      Voila la question
      Cordialement

      Carnaky

    • Eh bien moi j’ai le E depuis 3 semaines... Des images extraordinairement piquées, dernièrement à Vézelay, cet apm au jardin des plantes médicinales de Milly la Forêt. Loin le 700... mais le rendu couleur du Fujifilm S5 Pro... n’est pas au programme, vraiment dommage. Pour 3200 balles (nouvelles) on devrait disposer d’un tel rendu.

  • Une petite question, qui a son importance : que mettez-vous comme optique sur ce boîtier ? Ce n’est pas une question piège, mais une vraie question, pleine de sens. Elle consiste à se demander quel objectif (Nikkor, Zeiss ?) est capable d’"arracher" suffisamment pour utiliser véritablement les 36 millions de pixels. La réponse à cette question capitale conditionnera mon achat d’un D800. Merci pour vos réponses, que j’espère nombreuses et argumentées. Un retour d’expérience sera le bienvenu. Si aucune optique existante sur le marché n’est capable de mettre en valeur chacun des 36 millions de pixels, je me contenterai d’un D600, moins cher et dont les fichiers seront, de surcroît, moins lourds.