Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Alain Cornu : « Ce qui m’intéresse, ce sont les toits du quotidien »

15/11/2016 | Sandrine Dippa

Jusqu’au 24 décembre, la galerie Thierry Bigaignon accueille Sur Paris. L’exposition dévoile des toits parisiens capturés à la chambre 4 x 5 par Alain Cornu. Rencontre avec le photographe adepte de natures mortes et de paysages. 

- Le Monde de la Photo : Présentez-nous Sur Paris...
Alain Cornu : Après avoir beaucoup travaillé sur la nature, j’ai entamé cette série en 2009. Elle comporte à ce jour environ deux cents images des toits de Paris photographiés la nuit. L’histoire de Paris me passionne et ces photos racontent ce qu’est la ville aujourd’hui. J’ai voulu la voir différemment et la montrer sous un autre angle. Après coup, je me rends compte que mes images s’inspirent de la poésie de Verlaine ou encore des photographies de nuit de Brassaï.

JPEG - 496.8 ko
Photo : Alain Cornu

- MDLP : Comment travaillez-vous ?
Alain Cornu : Lorsque que je pars photographier les toits c’est comme si j’entamais une mini expédition. D’ailleurs, je porte des chaussures de montagnes ! Je travaille avec une chambre photographique 4 x 5 inches, un appareil grand-format. Avant de l’installer, j’utilise un cadre pour délimiter ce que je vais photographier. L’installation et la prise de vue prennent 10 à 15 minutes. Même si ce processus semble long, je dois être réactif car je dépends des lumières de la rue, des lucarnes, des appartements ou des parties communes qui s’illuminent ou s’éteignent. La plupart du temps, tout se passe bien car avant la prise de vue, je fais des repérages pour jauger la faisabilité. Je reste cependant dépendant de la météo. Certains soirs il peut pleuvoir alors que ce n’était pas prévu.

JPEG - 366.5 ko
Photo : Alain Cornu

- MDLP : Choisissez-vous ces toits ?  
Alain Cornu : Je ne choisis pas car c’est assez compliqué d’accéder à un toit. Je suis plutôt dans une démarche opportuniste. Le plus souvent, on me propose un accès et si je ne connais personne dans la copropriété je ne peux pas prendre de photos. Dans tous les cas, ce qui m’intéresse, ce sont les toits du quotidien. Ceux qui vont donner sur une cour ou qui ont un travail de zinc incroyable. Les toits des monuments se rapprochant de la carte postale m’intéressent moins car les plus beaux endroits ne donnent pas forcément les meilleures photos. Je préfère être dans la réalité de la ville avec tout ce que ça comporte d’esthétique. 

- MDLP : La série comporte des images de la Tour Eiffel de nuit dont l’éclairage est protégé par le droit d’auteur. Comment avez-vous géré les autorisations ?  
Alain Cornu : J’ai dû demander des autorisations aux monuments et aux bâtiments officiels lors de la publication du livre consacré à la série. Le livre étant diffusé, c’était donc nécessaire. Mais je n’ai pas rencontré trop de difficultés dans ma démarche. Pour les immeubles anonymes je n’ai pas eu besoin d’autorisations. 

JPEG - 510 ko
Photo : Alain Cornu

- MDLP : Quelle est la part de retouche dans vos photographies ? 
Alain Cornu : La majeure partie des retouches se situe au niveau de la chromie car la nuit les lumières dégagent beaucoup de rouge et de jaune. C’est un travail d’étalonnage pour que l’ensemble de la série soit cohérente. Mais c’est tout. Je ne veux pas trop intervenir sur l’image en elle-même. 

- MDLP : Pensez-vous continuer la série ? 
Alain Cornu : Tant qu’il aura du film argentique, je vais continuer la série sur les toits à la chambre car mon but serait d’avoir une vision globale de Paris quartier par quartier. Je ne veux pas changer ma façon de faire car j’aime la cohérence qu’apporte une esthétique choisie. Une étape importante est le livre sur Paris que je viens de publier en auto édition et pour lequel j’ai mis en place un financement participatif sur la plate-forme Kisskissbankbank. Il sera bientôt disponible sur mon site ainsi qu’à la galerie Thierry Bigaignon.

- Le site d’Alain Cornu

Propos recueillis par Sandrine Dippa

Informations pratiques
Sur Paris
Jusqu’au 24 décembre à la galerie Thierry Bigaignon
9 rue Charlot, 75003 Paris

Crédit image d’accueil : Alain Cornu

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages