Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Sac Arcus de Moshi : test express

03/02/2017 | MARC MITRANI

Annoncé début janvier, l’Arcus de Moshi est d’après ses concepteurs un sac à dos « multifonctionnel ». En clair, il bénéficie d’une conception modulaire lui permettant de faire office de bagage traditionnel ou de sac pour appareil photo. Diantre… pour vérifier tout cela, nous avons vécu avec l’Arcus quelques semaines.

Difficile au premier contact de ne pas être frappé par l’élégance et le bon gout de l’Arcus. Décliné en deux coloris (anthracite et marron), il est fait de tissus solides, de cuir synthétique et bénéficie d’une excellente finition. Contrairement à de nombreux produits haut de gamme, les fermetures à glissière de l’Arcus ne sont pas équipées de tirettes qui brinquebalent joyeusement en produisant le son de multiples clochettes lorsqu’on se déplace. Celles-ci restent sagement en place et font un produit « silencieux », aussi étrange que puisse paraitre ce qualificatif lorsqu’on l’applique à un sac à dos. Ce silence est d’autant plus appréciable que l’Arcus est équipé d’un nombre conséquent de fermetures à glissière (huit tirettes pour sept poches zippées).

JPEG - 153.3 ko
L’accès latéral facilite la récupération de l’appareil photo et de ses accessoires. La face supérieure du sac à dos est un compartiment semi-rigide.

Dépourvu de son compartiment pour appareil photo, l’Arcus offre un volume utile dépassant 16 litres, auxquels s’ajoute un emplacement vertical rembourré. On peut y loger un ordinateur de 15’’, quelques stylos ou câbles ainsi qu’un bloc papier, sans aucune difficulté. Les bretelles solidement cousues ont vaillamment résisté aux mauvais traitements que nous leur avons infligés. Elles sont équipées d’une lanière de sternum (amovible) afin de sécuriser le sac et d’éviter tout mouvement involontaire. L’arrière du sac est partiellement rembourré de mousse pour un portage plus agréable.
Le compartiment destiné à recevoir un appareil photo se glisse aisément dans le sac, son contenu étant alors accessible par une poche zippée latérale. Celle-ci se « glisse » littéralement dans celle du sac à dos afin de n’en former qu’une seule. Outre un confort d’utilisation plus grand, cette trouvaille permet de laisser son matériel photographique en place dans le compartiment lorsqu’il n’est pas utilisé. Le compartiment, assez grand, nous a permis d’y glisser un 5D Mark II équipé d’un 24-105 mm, plus deux cailloux supplémentaires (50 mm et fish-eye) et trois batteries. De quoi envisager un voyage dans de bonnes conditions. Le compartiment photographique occupant un peu plus de la moitié du sac, il reste de la place pour y glisser des accessoires, quelques effets personnels ainsi qu’une bouteille d’eau dans la poche latérale droite. Signalons aussi que la face supérieure du sac est semi-rigide. Elle fait office de compartiment séparé du reste du sac et on peut lui confier des objets plus fragiles (lunettes, portefeuille, etc.) sans risquer de les abîmer.

JPEG - 93.3 ko
Le compartiment pour appareil photo dispose de sa propre fermeture et d’une anse, le rendant ainsi utilisable lorsqu’il n’est pas logé dans le sac à dos.

Bien pensé, élégant et surtout résistant (y compris à la pluie), l’Arcus est un produit polyvalent que nous avons pris un grand plaisir à utiliser. On ne saurait trop le conseiller pour les déplacements quotidiens, notamment pour la photographie de rue.
L’Arcus est commercialisé seul au prix de 240 € et à 270 € accompagné de son compartiment pour appareil photo.

Plus d’infos par ici.

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages