Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Sigma DP Quattro : nouveau capteur Foveon et design repensé

10/02/2014 | Benjamin Favier

Les compacts experts à focale fixe évoluent en interne comme en externe. Le fameux capteur à trois couches de la marque voit sa définition augmenter, tandis que l’ergonomie change elle aussi. Les DP1, DP2 et DP3 Quattro sont en cours de développement.

Présentation

Le terme « Quattro » ne signifie pas l’arrivée d’un quatrième larron dans la gamme des Sigma DP : il désigne la nouvelle génération de capteur Foveon, que l’on trouvera dans les DP1, DP2 et DP3 Quattro, en cours de développement. Pour mémoire, le capteur Foveon se comporte comme une pellicule argentique composée de trois couches analysant le bleu, le vert et le rouge (lire l’explication en détail ici). Ces capteurs sont dénués de matrice de Bayer et de filtre passe-bas.


Source : Sigma France

Selon la nouvelle formule Quattro, chacune des trois couches ne comporte plus 15,3 Mpxl. Si les trois détectent toujours les informations de couleur, seule celle du dessus, dédiée au bleu, offre une définition de 19,6 Mpxl, quand les deux autres se contentent de 4,9 Mpxl : d’où le terme Quattro, qui fait référence à cette architecture 4:1:1 (voir schéma ci-dessus) familière aux vidéastes. Sigma ne dispose pas d’information plus précise pour l’instant. Tout juste apprend-on que la définition d’un fichier brut au format 3/2 sera de : 5 424 × 3 616, 2 712 × 1 808 ou 2 712 × 1 808, respectivement pour les couches du haut, du milieu et du bas. Ce qui porte le nombre de photosites effectifs à environ 30 millions. Voilà qui va encore être matière à débat sur la vraie définition du capteur ! Sigma annonce une « résolution en hausse de 30 % », ainsi qu’une accélération du traitement des données grâce à ce capteur et au nouveau processeur True III.

Le design et l’ergonomie tranchent singulièrement avec les précédents modèles. Toujours pas de viseur intégré, ni d’écran orientable. Pas plus de flash. Le boîtier est étiré en longueur : à titre de comparaison, on passe de 121,5 à 161,4 mm, entre les DP3 Merrill et DP3 Quattro ! La poignée adopte une forme de parallélépipède, où trônent deux molettes. La logique de la gamme s’inscrit dans la lignée des précédentes génération. Le DP1 sera doté d’un 28 mm, le DP2 d’un 45 mm et le DP3 d’un 75 mm, ces focales étant les équivalences en 24 x 36. Chacune de ces optiques ouvre à f/2,8, sans stabilisation à l’horizon. Si la forme se veut novatrice, les fonctions ne sont pas vraiment au goût du jour. La vidéo, déjà peu développée sur les précédents modèles, disparaît complètement. Pas de WiFi, ni d’écran tactile.

Pour l’instant, Sigma ne fournit aucune information quant à la commercialisation et le prix de ces modèles. C’est le DP2 Quattro, qui devrait sortir le premier.

Le site de Sigma

Fiche technique Sigma DP2 Quattro


- Capteur : Cmos 23,5 x 15,7 mm Foveon X3 Quattro
- Définition maxi : [3/2] 5 424 × 3 616 pixels
- Format de fichier : Raw, Jpeg
- Vidéo maxi : nc
- Optique : 30 mm f/2,8 (45 mm en équiv. 24 x 36)
- Distance map mini : 28 cm
- Mise au point : Mesure évaluative, mesure moyenne pondérée centrale, ponctuelle
- Stabilisation : -
- Viseur : optique (opt.)
- Écran : LCD 3 pouces/920 kpts
- Modes d’exposition : PASM
- Sensibilités : 100 – 6 400 Iso
- Vitesses : 30 s - 1/2 000 s
- Rafale : nc
- Flash : -
- Stockage : SD, SDHC
- Sorties : Hi-speed USB, audio, vidéo
- Alimentation : accu Li-Ion BP-51
- Dimensions L x H x P : 161,4 x 67 mm x 81,6 mm
- Poids : 395 g

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • Un peu coquetterie de la part de Sigma avec la focale en équiv. 24x36 en mètre.

    Moi qui peste contre beaucoup d’appareils avec une mauvaise prise en main, ici ce ne devrait pas être le cas.
    Un tel boitier doit être compact et l’épaisseur avec le poids doit être le critère le plus important, là... .
    De comment se tirer une balle dans le pied.

  • Impatient d’en voir l’évolution d’image.
    Par contre, c’est moi ou la poignée semble dessinée à l’envers ?

  • Possédant un SD1 a capteur foveon 15MPixels sur 3 couches, je suis un inconditionnel de ce capteur couleur au micro contraste exceptionnel. L’image finale d’un DP1-2 ou 3 ou d’un SD1 est de 15MPixels (et non 46Mpx comme l’on peux lire un peu partout) résultant de l’analyse des 3 couches réelles RVB , ( 1 pixel est la résultante exacte des infos de 3 pixels RVB empilés, avec un résutltat colorimétrique potentiellement parfait et une netteté d’image finale inégalée : vous obtenez des tirages A2 aussi riches qu’avec un D800 !), ce qui est la philosophie d’un tel système.. Leur nouveau capteur quatro part tout droit dans les méandres des algorythmes d’interpolation, spécialité des systèmes à capteurs de Bayer.. Je ne comprends vraiment pas ou veux aller Sigma, le capteur 3 couches "classique" 15x15x15 MPix est juste améliorable pour atteindre la perfection, bien au delà du potentiel d’un capteur conventionnel... Sigma cèderait t’il à la pression de la course aux pixels et aux Isos ??

Ulule Lemondedelaphoto
CEWE