Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

TEST : AF-S Nikkor 180-400 mm f/4E TC1.4 FL ED VR, le piqué

25/04/2018 | Jean-Marie Sépulchre

Le piqué a été mesuré avec un D850 et avec un D500. Comme pour les autres « superzooms » testés récemment, une position un peu plus accentuée que le réglage standard a été choisi, ce type d’objectif doit subir un peu de « dopage » pour surmonter le voile inévitable qui peut apparaître en longue distance. Nous avons donc opéré en réglage « Vivid » que Nikon traduit par « Saturé » mais que l’on nommera plutôt « claquant ». En fait le réglage de netteté passe à 4 au lieu de 3 et le contraste est un peu augmenté.
Avec le D850 le piqué mesuré est superlatif sur tout le champ et à toutes les ouvertures à 180 mm, et sur presque tout le champ à 300 mm, car les angles ne sont que très bons à f/4 et excellents à f/5,6. La diffraction fait passer le rendu de superlatif à excellent à f/16. À 400 mm cette tendance se confirme, les angles restent en léger retrait tout comme l’ouverture f/16. Par contre la mise en action du convertisseur entraîne une certaine déception, le rendement ne dépasse plus le grade très bon, les bords très bons à f/8 et f/11 ne sont que bons à f/5,6 et f/16 et les angles au grade moyen à f/5,6 et f/8 ne sont que bons à f/11 et f/16.

JPEG - 91.6 ko
Carte de piqué pour le format 55 × 83 cm, D850 : les cases bleues indiquent les meilleurs résultats.
JPEG - 46 ko
Histogramme de piqué à 180 mm, D850 format 55 × 83 cm.
JPEG - 47.7 ko
Histogramme de piqué à 300 mm, D850 format 55 × 83 cm
JPEG - 48.4 ko
Histogramme de piqué à 400 mm, D850 format 55 × 83 cm
JPEG - 44.7 ko
Histogramme de piqué à 500 mm, D850 format 55 × 83 cm

Pour comparer aux performances observées lors du test du concurrent Canon effectué à 22 Mpxl, et dans le but d’évaluer le piqué sur un capteur de 20 Mpxl, qui est l’apanage du flag ship D5, les fichiers de test ont été réduits à plus petite définition sans traitement particulier par Photoshop CC. On constate qu’entre 180 et 400 mm le rendement est équivalent au Canon 200-400 mm, mais qu’en utilisant le convertisseur les angles restent en retrait, au grade très bon, alors qu’ils étaient excellents de f/5,6 à f/16 lors du test du concurrent. Ce point peut quand même être relativisé car l’autofocus ne peut pas se focaliser sur un sujet situé dans cette zone.

JPEG - 82.2 ko
Carte de piqué pour le format 38 × 58 cm, D850 : les cases bleues indiquent les meilleurs résultats.

L’essai sur le D500 a été très instructif, dans ces conditions on bénéficie, comme avec un D5, de fichiers de 20 Mpxl, mais le boîtier est nettement moins onéreux et l’autofocus va couvrir presque tout le champ pour un cadrage équivalent à 270-840 mm. On constate qu’à réglage indentique « vivid » les fichiers du D500 sont un peu plus nets que ceux du D850, en effet au centre de l’image avec le convertisseur on se trouve au grade excellent alors que pour une taille de photosite quasi-identique on n’est qu’au grade très bon au centre avec le D850. L’écart réel est cependant assez faible, puisqu’on est au sommet du grade très bon au D850 et au début du grade excellent au D500.

JPEG - 80.9 ko
Carte de piqué pour le format 37 × 56 cm, D500 : les cases bleues indiquent les meilleurs résultats.

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.