Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Feiyu Summon : test express

05/07/2016 | MARC MITRANI

Connu pour ses stabilisateurs pour caméras d’action et smartphones, Feiyu commercialise Summon, sa première caméra stabilisée. Nous avons pu prendre en main un modèle de présérie, prêté par PNJ-Cam, son importateur officiel en France.

Essentiellement faite de métal soigneusement usiné, la Summon bénéficie d’une finition irréprochable. La caméra, inamovible, est dotée d’un écran LCD non tactile et d’une unique touche de commande, les autres étant regroupées sur le manche. Outre le déclencheur et le sélecteur de modes, on y trouve un mini-joystick afin de piloter les mouvements de la caméra, mais aussi l’interface de paramétrage.

JPEG - 65.5 ko
L’interface simplifiée est facile à manipuler.

Celle-ci apparait à l’écran en pressant trois fois la touche de fonction. Disponible en plusieurs langues (mais pas en français au moment de cette prise en main), elle donne accès très simplement aux différents réglages : time lapse, ralenti, rafale photo, mais aussi au choix de la définition. La caméra est équipée d’un capteur 1/2,3’’ embarquant 16 Mpxl. L’objectif ouvre à f/2,8 et est équipé d’une lentille lui conférant un champ de vision de 95° sans déformation. En mode vidéo, la Summon filme en 4K (25 im/s), 2,7K (30 im/s), 1440p (30 im/s), Full HD (30 et 60 im/s), 720p (60 et 120 im/s) et VGA (240 im/s). La définition photographique maxi est de 16 Mpxl (4508 x 3456 pxls).
L’écran LCD 2’’ affiche une définition de 320x240 pxl : c’est peu, mais suffisant pour l’interface et la visée.

JPEG - 115.1 ko
les connecteurs micro USB, micro HDMI et l’emplacement pour carte Micro SD sont protégés par un cache plastique que l’on perd très facilement...

Les images sont stockées sur une carte microSD dont la capacité ne peut dépasser 64 Go. La charge et la communication avec un ordinateur sont assurées par un port micro USB. Un connecteur micro HDMI permet le branchement à un équipement compatible. Enfin, un filetage standard permet la fixation de l’engin sur un support. On pourra par exemple l’installer sur un guidon de vélo à condition de faire attention, la caméra n’étant pas équipée d’une coque tout-terrain. Dans ce cas, on pourra déporter les commandes vers un smartphone grâce à une connexion Wifi et app Android téléchargeable depuis le site du constructeur (pas de version iOS pour l’instant).
La Summon dispose de trois modes de stabilisation : verrouillage (la caméra reste sur le sujet pointé, les trois axes sont verrouillés), suivi de la direction (verrouillage de l’axe vertical, la caméra suit les mouvements du manche à gauche et à droite) et suivi de la direction + inclinaison (comme précédemment avec déverrouillage de l’axe vertical). On passe de l’un à l’autre en pressant la touche de fonction, un voyant d’état signalant le changement.

JPEG - 38.5 ko
Les commandes de la caméra sont regroupées sur le manche, facilitant ainsi sa manipulation.

Utiliser la Summon est une expérience agréable, le joystick simplifiant grandement sa manipulation. La caméra peut pivoter horizontalement à 360° et à 310° verticalement. On apprécie les trois modes de stabilisation proposés ainsi que leur efficacité. Pour autant que nous puissions en juger sur le prototype qui nous a été confié, la captation vidéo est du niveau d’une bonne caméra d’action. Impossible en revanche de se prononcer sur la qualité sonore, le micro de notre exemplaire n’étant pas actif. La Summon intéressera les amateurs de belles vidéos souhaitant enregistrer proprement les petits et grands moments de la vie quotidienne. Si l’on possède déjà une caméra satisfaisante, on optera plutôt pour un stabilisateur 3-axes du même constructeur afin d’en tirer partie.

Feiyu Summon, 499 €
Plus d’infos sur le site de PNJ-Cam.
Encore plus d’infos ici, mais en anglais.

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.