Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Test express : Plustek ePhoto Z300

29/04/2016 | MARC MITRANI

À en croire ses concepteurs, l’ePhoto Z300 de Plustek est le scanner qu’il vous faut si vous avez besoin de numériser rapidement photos et documents. Nous avons voulu vérifier cela.

Test

Le premier contact avec l’ePhoto Z300 est plutôt encourageant. Fabriqué dans un plastique blanc et bleu ciel de bonne qualité, il ne prend que peu de place sur un bureau. Pas de touche de commande, mais un unique voyant d’état sur sa face avant. La connexion à un Mac ou à un PC se fait à l’aide du câble USB 2.0 fourni, l’alimentation électrique étant assurée par un bloc secteur externe. Dommage que Plustek n’ait pas poussé l’audace jusqu’à l’intégrer à l’appareil. La mise sous tension s’effectue à l’aide d’un interrupteur situé à l’arrière.

JPEG - 543.6 ko
L’interface de numérisation est dépouillée à l’extrême.

Mais avant de l’actionner, il faudra installer le pilote à partir du CD-Rom d’accompagnement. Vous n’avez pas de lecteur sous la main ? Vous devrez en trouver un, Plustek ne fournissant pas les pilotes et logiciels en téléchargement depuis son site web. Sous Windows, vous aurez accès à un menu proposant l’installation d’ePhoto (utilitaire de numérisation), du gestionnaire de document Presto ! Manager et la consultation du mode d’emploi. Sur un Mac, il faudra se contenter des deux applications, le manuel n’étant pas proposé (et bien évidemment non téléchargeable depuis le web). Rien de bien dramatique, l’ePhoto Z300 étant vraiment simple à utiliser. Reste à étalonner l’appareil grâce à la feuille cartonnée fournie, puis les choses sérieuses peuvent commencer.

JPEG - 101.3 ko
Les réglages disponibles sont minimalistes.

L’ePhoto Z300 ne numérise qu’une face à la fois. L’opération démarre dès que l’on introduit une feuille et s’effectue rapidement (moins de 5 secondes pour un A4). L’absence de chargeur feuille à feuille oblige à alimenter le scanner constamment. L’utilitaire ePhoto offre quelques possibilités de retouche, mais reste fonctionnellement assez pauvre. Impossible de changer la résolution de numérisation (fixée à 300 ppp), de gérer un profil colorimétrique, de créer des fichiers PDF multipages ou d’agir sur les paramètres de compression des images (formats Jpeg, Tiff, PNG et BMP supportés). Sous Windows 10, l’ePhoto Z300 dispose d’un pilote reconnu par Photoshop Elements, mais nous n’avons jamais réussi à mener à terme une numérisation depuis l’application d’Adobe. Impossible sous OS X de piloter le scanner autrement que par l’utilitaire ePhoto, faute de pilote TWAIN.

JPEG - 534 ko
Les images et documents peuvent être peuvent être retouchés depuis l’utilitaire de numérisation.

Et la qualité de numérisation, dans tout cela ? Elle est honorable pour les documents bureautiques mais nécessite des ajustements colorimétriques dès qu’il s’agit de photographies. On les appliquera depuis l’utilitaire ePhoto (sans pouvoir les sauvegarder, ce qui oblige un réglage manuel pour chaque image) ou depuis Photoshop. Le niveau de détail et la netteté sont corrects.

Peut-on conseiller l’ePhoto Z300 ? Oui, si l’on souhaite numériser rapidement et efficacement des reçus, des justificatifs ou des factures. On tirera alors profit de Presto ! Manager et de sa technologie de reconnaissance de caractères qui facilitera la recherche a posteriori dans un PDF. Le scanner est en revanche nettement moins défendable dès qu’il s’agit de numériser régulièrement des photos, seul son prix relativement raisonnable jouant en sa faveur.

Plustek ePhoto Z300, 219 €
Plus d’informations par ici.

Fiche technique

  • Capteur d’image : CCD Couleur
  • Source de lumière : LED
  • Résolution optique : 300 ppp
  • Modes de numérisation : Couleur : Entrée 48 bit ; Sortie 24 bit / Échelle de gris : Entrée 16 bit ; Sortie 8 bit
  • Vitesse de Numérisation : 2 s pour une photo 10x15 / 5 s pour un document A4
  • Surface de numérisation : mini 25 x 25 mm / maxi : 216 x 297 mmm
  • Épaisseur maxi acceptée : 0,76 mm ou moins
  • Interface : USB 2.0
  • Poids : 1,48 kg
  • Dimensions physiques (L x P x H)  : 289,9 mm x 160,6 mm x 158 mm
  • OS : Windows 7 et ultérieur / OS X 10.8 et ultérieur

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • Votre site est dédié à la photo...
    Quel intérêt de nous présenter un produit juste bon pour de la bureautique ???
    Ce qui pourrait intéresser certains photographes est sans aucun doute un numériseur de films avec une DMAX +++ et la possibilité de conserver aisément un filet noir autour de l’image le tout pour un prix défiant toute concurrence.
    Nous attendons que vous nous dégottiez ce petit bijou.

  • @1 : Bonjour, Effectivement, le site est dédié à la photographie et c’est justement pour cela que nous avons souhaité tester ce scanner. L’ePhoto Z300 est présenté comme un produit apte à la numérisation de photographies et nous avons voulu vérifier cette affirmation. C’est aussi pour cela que ce test trouve place sur le site plutôt que dans la version papier du magazine.

  • @1 Il y aura toujours des demeurés pour croire que quelque part existe une boîte magique d’où sortira un scanner avec une Dmax de 10 pour un prix dérisoire...

  • @2
    "Peut-on conseiller l’ePhoto Z300 ? Oui, si l’on souhaite numériser rapidement et efficacement des reçus, des justificatifs ou des factures. On tirera alors profit de Presto ! Manager et de sa technologie de reconnaissance de caractères qui facilitera la recherche a posteriori dans un PDF. Le scanner est en revanche nettement moins défendable dès qu’il s’agit de numériser régulièrement des photos"

    Tout est dit ! Pour qu’elle raison en faire la pub ?

    @3
    Je ne vous avais pas agressé que je saches ; manifestement, vous avez l’intelligence d’un cendrier vide.

  • « Votre site est dédié à la photo...
    Quel intérêt de nous présenter un produit juste bon pour de la bureautique ??? »

    Justement. Plustek est réputé auprès des photographes avertis pour ses scanners de film de la série OpticFilm, connus pour des performances très correctes à prix très modéré.
    Ce sont parmi les rares sinon les seuls scanners de film abordables encore en production.
    Quand Plustek lance un nouveau modèle, il est légitime de se demander si c’est une pépite ou une citrouille amère.
    L’article y répond et nous rend service. Merci, Marc Mitrani, on est averti et on laissera de côté cette citrouille.

  • @5
    Je suis en partie du même avis que vous ; ceci étant dit après avoir observé différents modèles de ce fabricant, modèles aux performances seulement très correctes comme vous le dites, je préfère les V750 ou 850 d’Epson plus polyvalents qui permettent de numériser des films et de scanner à plat d’autres documents de manière plus qualitative pour un coût d’achat encore raisonnable .
    Mais j’attends toujours avec impatience un produit qui serait plus adapté afin d’obtenir ce fameux filet noir de manière régulière car les passe-vues de l’Epson ne sont pas parfaits pour obtenir ce résultat.
    Rien qu’à voir le design de l’appareil Z300 on se doute bien que nous n’avons pas une bête de concours alors pour quelle raison perdre son temps avec ça, sauf à vouloir absolument remplir l’espace quand on a rien d’autre sous la main...
    Ma première intervention, n’avait pour but que d’attirer l’attention du rédacteur sur le fait que les lecteurs préfèrent lire des news intéressantes.
    Par contre, depuis un certain temps, la rédaction nous propose davantage d’informations sur les expositions et je trouve cela vraiment plus excitant que de découvrir le énième produit qui n’apporte rien.
    Je sais, la critique est aisée mais l’art est difficile...

  • @1 "Nous attendons que vous nous dégottiez ce petit bijou" – vous n’êtes pas à la manif du 1er mai ? Pourtant, votre ton péremptoire ferait des merveilles derrière un gueulophone…

  • @7
    Parlez-nous plutôt du numériseur de films que vous utilisez et de ses caractéristiques qui vous enchantent notamment pour numériser des films au format 120 plutôt que d’invectiver sans discernement, à moins que votre abyssale vacuité n’ait d’égal que celle des gens qui n’ont définitivement rien à dire.