Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Conclusion

05/12/2007 | Laurent Katz


La cellule a réussi une exposition équilibrée, entre les luminaires et les zones d’ombres : 80 mm (équiv. 24 x 36 mm), 640 Iso, F5, 1/50e, E-3 de pré-série.

Les 10 millions de pixels de l’E-3 sont bien sûr critiquables, quand le D300 ou l’Alpha 700 en proposent 12. Cette valeur permet quand même d’assurer la double page d’un magazine ou le tirage A2. Et il ne faut pas oublier que le 1D Mark III de Canon à qui nul ne songe contester le professionnalisme, ne montre pas plus de pixels. Cependant, plus de définition apporte la faculté de recadrer avec plus d’amplitude quand on n’a pas eu le temps de monter une optique avec une focale plus longue. Heureusement, les 100% de couverture du viseur devraient éviter le recadrage pour supprimer un détail invisible à la prise de vue.

Le LiveView, bien mis en valeur par l’écran orientable, souffre d’une latence au déclenchement, même si l’on travaille totalement en manuel (mise au point, exposition, balance de blancs), car la mécanique est ainsi conçue qu’il y a obligatoirement un cycle de descente/remontée du miroir avant l’activation de l’obturateur. Mais ce mode de visée est un atout non indispensable, dont il faut savoir profiter à l’occasion.

La performance du stabilisateur, la sensibilité de l’autofocus en basse lumière, la réactivité (malgré de petits problèmes sur certains motifs horizontaux/verticaux), la pertinence de l’exposition rendent l’E-3 tout à fait viable pour un usage expert ou professionnel. Prévoir quand même une petite rallonge au budget pour acheter la poignée d’alimentation. J’apprécie également un des zooms de base, le 12-60 mm, en raison de sa motorisation et de sa gamme de focales, même si le 14-54 mm ne démérite pas. Cela met quand même la configuration avec l’optique la plus intéressante à 2 599 €, sans la poignée, dans des eaux où s’ébattent d’autres requins (D300, Alpha-700, EOS 40D), sans parler des squales à venir.

Points forts
- Qualité de fabrication
- Mode LiveView
- LCD orientable
- Visée agréable et informative
- Ergonomie des réglages
- Options de personnalisation
- Autofocus rapide
- Autofocus opérant en faible lumière
- Bonne gestion de l’exposition
- Colorimétrie
- Jpeg peu compressé
- Pilotage de flash sans fil
- Système antipoussière efficace
- Stabilisateur efficace
- Table lumineuse incorporée
- Gamme d’optiques professionnelles intéressante

Points faibles
- Grip d’alimentation non intégré
- Pas d’aide intégrée
- Emplacement des molettes contestable
- Qualité moyenne du LCD
- Pas de sortie HDMI
- Pas d’exploitation du double lecteur de cartes
- Taille et ratio/hauteur largeur du capteur
- Bruit en haute sensibilité par rapport à la concurrence
- Réactivité du mode LiveView
- Seulement deux configurations mémorisables
- Problèmes aléatoires d’autofocus sur motifs horizontaux/verticaux

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • Reprocher la taille et le ratio/hauteur largeur du capteur est un peu fort de café ! L’E3 est au format 4/3, c’est une question de choix...

    • Puis-je dire que votre "argument" ne fait pas avancer le débat. Justement, ce qui est contestable est le choix d’Olympus et c’est l’objet du débat. Le reproche sur la taille est justifié par le fait qu’à sensibilité égale, un capteur APS-C sera meilleur en termes de bruit, et le capteur plein format meilleur que les deux précédents... parce que l’on pourra avoir des photodiodes de plus grande surface - les progrès au niveau composants et méthodes de traitement du bruit évoluent pour les trois tailles de capteur.

      Pour ce qui est du ratio 4/3, je comprends qu’il s’agit d’un choix, il y a bien le format carré ou le 4,5 x 6... mais le papier d’impression petit format est du 10 x 15, le A4 est aussi proche du ratio 3/2, le A2 ou la double page de magazine permettant de retomber sur le 4/3, mais une photo 3/2 dans une page A2 cela fait de belles marges blanches. Je reconnais qu’il y a une part de subjectivité dans mon avis, mais cela permet aussi d’attirer l’attention de celui qui hésite entre plusieurs marques, surtout celui qui aime les paysages et les photos au grand-angle. Par ailleurs, on peut toujours recadrer du 4/3 en 3/2 ou l’inverse, mais partir des appareils pros en 3/2 d’aujourd’hui laisse plus de pixels à l’arrivée.
      Laurent

    • j utilise le 4/3 en paysage , il suffit de prendre de nouvelles marques .
      Malgré tout la qualité est au rendez vous , et alors ! j ai connu du 3/2 recadré en 30/40 pendant des années ceci est un faux débat .
      Choisir un appareil n est jamais simple, en numérique , le format 4/3 donne de bons résultats voir exceptionnels, hors des besoins marketing de chacun.

      La qualité d une photo numérique ne s arrête pas a la seule bonne gestion du bruit

    • L’argument de meilleure gestion du bruit de l’APS-C est une énorme fumisterie vu la rare utilisation des ultra-hautes sensibilités.
      La différence de taille entrez les capteurs APS-C et 4/3 est des plus minimes dans la réalité. La définition d’un E-3 n’a rien à envier à un Nikon D300 et propose en revanche de véritables arguments technologiques pratiques (stabilisation entre autres) et une facture bien meilleure (robustesse, ergonomie totale),…

      Le travail de sappe marketing de Nikon et de Canon, à coups d’achats d’espaces publicitaires dans les revues et sites photographiques pose le problème de la naïveté du public, plus nigaud qu’un bourricot !

      La qualité des optiques 4/3 est des plus remarquables et c’est là que se pose la vraie question de la photographie : la qualité de l’œil ! Or, les optiques Zuiko sont toutes parmi les meilleures du marché, sans compter la gamme Pro !

      Olympus a toujours eu des années d’avance et une qualité irréprochable, leurs investissements se font sur le RE&D, pas sur la pub contrairement à Nikon et Canon !

  • On délaie tout de même beaucoup d’ingrédients de tartes à la crème dans ces "tests"...