Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Fujifilm X-T1 IR : la photo infrarouge pour les Américains

04/08/2015 | Franck Mée

Fujifilm relance une de ses vieilles traditions : la photo infrarouge. Le X-T1 IR est en effet débarrassé de son filtre pour capturer la lumière jusqu’à 1000 nm, pour les artistes… et les scientifiques.

Commençons par ce petit rappel : un capteur en silicium est naturellement sensible non seulement à la lumière visible, mais également à l’infrarouge et, plus anecdotiquement, au très proche ultraviolet. La plupart des APN sont donc équipés d’un filtre coupant les infrarouges pour rapprocher leur sensibilité de la vision humaine et obtenir des photos normales.

Fujifilm a depuis longtemps une branche médicale et scientifique. C’est peut-être pour cela que la marque a pris l’habitude de proposer des appareils débarrassés de filtre infrarouge, destinés aux scientifiques, aux forces de l’ordre ou aux artistes – capturer l’infrarouge permet de révéler des éléments invisibles à l’œil. Le reflex S3 Pro UVIR avait ouvert la voie en 2006, suivi par le bridge IS-1 et le reflex IS Pro.

X-T1 IR

C’est au tour de la série X de reprendre le flambeau : Fujifilm lance le X-T1 IR. Sa plage de sensibilité s’étend de 380 nm à 1000 nm environ, à comparer au spectre 400-700 nm perçu par l’œil humain. Le reste des spécifications est strictement identique au X-T1 normal, ce qui est plutôt de bon augure. La matrice X-Trans est conservée : avec un filtre IR monté sur l’objectif, le X-T1 IR fera des photos tout à fait normales ; mais avec un filtre supprimant la lumière visible (Hoya R72 par exemple), il fera logiquement de la photo purement dans l’infrarouge.

JPEG - 62.4 ko
© Mark Dalpe, droits réservés
Photo prise avec un Fujifilm X-Pro1 dont le filtre IR a été enlevé, assorti d’un filtre R72 supprimant la lumière visible : les végétaux renvoient beaucoup de lumière infrarouge et ressortent blanchis.

Notons tout de même une grosse amélioration par rapport aux S3 Pro UVIR et IS Pro : l’autofocus. Du fait de l’aberration chromatique, la mise au point en plage IR est souvent largement décalée de celle en plage visible, ce qui obligeait à une correction manuelle sur les reflex. Sur le X-T1, la mise au point se fait directement sur le capteur : avec un filtre IR normal, il fera spontanément un autofocus parfait pour la lumière visible, tandis qu’avec un filtre supprimant le spectre visible, la meilleure netteté sera naturellement obtenue dans l’infrarouge. Reste à voir avec les objectifs en monture X si l’aberration chromatique sera suffisamment contenue pour obtenir une image combinée visible+IR suffisamment nette…

Le X-T1 IR n’est pour l’heure annoncé qu’aux États-Unis ; l’importation dans l’hexagone n’est pas prévue dans l’immédiat, d’après Fujifilm France. Le tarif américain est annoncé à 1 700 dollars, soit 400 dollars de plus que le X-T1 normal ; le coût total est ainsi similaire à ce que proposent certaines enseignes spécialisées dans la modification d’appareils photo pour l’astrophotographie, mais ici la garantie constructeur est conservée…

- Le site de Fujifilm

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.