Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Nikkor AF-S 120-300 mm f/2,8E VR : intérieur sport

07/01/2020 | Benjamin Favier

Ce zoom téléobjectif en monture F est taillé pour photographier – ou filmer – en basse lumière. Avec ce modèle, Nikon ambitionne de faire mieux que le modèle Sigma existant.

Présentation

Il existe déjà un 120-300 mm f/2,8 stabilisé en monture Nikon F. Au catalogue Sigma, dans la série Sports. Nikon propose à son tour un zoom d’une plage de focales équivalente, de même ouverture, avec la stabilisation VR, qui assurerait un gain de 4 IL, d’après Nikon. Prenez votre respiration pour lire le nom du nouveau venu à haute voix : Nikkor AF-S 120-300 mm f/2,8E FL ED SR VR.

Son arrivée était prévue, puisque son identité a été révélée en même temps que le développement du D6, en septembre dernier. Nikon revendique des performances équivalentes au 300 mm f/2,8 VR II à la plus longue focale.

La formule optique comprend quelque vingt-cinq lentilles (1 ED, 2 fluorites, 1SR, lentilles nanocristal et ARNEO ; une lentille avant traitée au fluor) réparties en dix-neuf groupes. Un nouveau verre SR (short-wavelength refractive) y figure, pour améliorer la réduction des aberrations chromatiques, en complément des verres ED. Le 70-200 mm f/2,8 VR S y a droit également.

Le zoom pèse 3,2 kg mesure plus de 30 cm de long. Un étui rigide est livré, ainsi qu’un collier de pied. La construction est bien sûr à l’épreuve des intempéries. Reste le tarif, stratosphérique (10 999 €), ne serait-ce que par rapport au modèle Sigma, que l’on trouve trois fois moins cher. La disponibilité n’est pour l’instant pas précisée.

- Le site de Nikon

Fiche technique

  • Prix : 10 999 €
  • Type : zoom téléobjectif
  • Focales : 120-300 mm
  • Monture : F, compatible 24x36 mm
  • Protection : poussières, ruissellement
  • Formule optique : 25 lentilles (1 ED, 2 fluorites, 1SR, lentilles nanocristal et ARNEO ; une lentille avant traitée au fluor) en 19 groupes
  • Bague de mise au point : oui
  • Motorisation : oui
  • Stabilisation : oui
  • Ouverture maximale : f/2,8
  • Ouverture minimale : f/22
  • Diaphragme : 9 lamelles, circulaire
  • Distance minimale de mise au point : 2 m
  • Accessoires fournis : pare-soleil HK-41, collier de pied, étui rigide, bouchons
  • Diamètre du filtre : 112 mm
  • Dimensions (L x ø)  : 303,5 x 128 mm
  • Poids : 3250 g

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • Grande nouveauté chez Nikon !
    On a longtemps reproché à Nikon de ne pas avoir renouvelé son 300/2,8 AFS VR alors que la concurrence marquait des points.
    À vrai dire, Nikon avait deux possibilités pour renouveler son 300/2,8 AFS VR :
    1-Pondre une version allégée et suivre Canon avec "quelques" années de retard
    2-Se démarquer de la concurrence en renonçant à la focale fixe au profit d’un zoom
    comme Sigma a pu le faire.

    Le problème de la deuxième option était que le zoom Sigma souffrait d’un léger déficit de performances optiques que Sigma n’est pas parvenu à endiguer entièrement avec l’apparition des verres FLD.
    Il fallait donc un nouveau verre "miraculeux" susceptible de combler ce déficit !
    Problème : Où le trouver ???
    Canon a montré la voie avec la commercialisation d’une résine APO dans le domaine des courtes longueurs d’ondes (le bleu) qu’ils ont opportunément baptisé BR.
    Problème : La résine BR est délicate à employer et ne supporte pas les traitements antireflets !

    Il fallait donc que Nikon touve un verre minéral susceptible d’offrir au moins en partie les performances
    optiques de la résine BR utilisée par Canon tout en supportant les traitements anti-reflets !

    C’est apparemment ce que Nikon est parvenu à réaliser (mais Nikon ne précise toutefois pas si son verre est organique ou minéral) et prend un avantage technologique sensible sur la concurrence.

    Il faut le souligner, c’est la première fois depuis l’apparition des verres ED que Nikon commercialise un verre
    "révolutionnaire" qui ne doive rien à personne ! Lorsque Nikon a introduit la fluorine dans ces objectifs, il n’a fait que reprendre une idée de Canon avec plus de 40 ans de retard...

    On imagine volontiers que ce verre sera largement utilisé dans d’autres optiques dans les années à venir
    en un ou plusieurs exemplaires (Je pense en particulier aux optiques UGA/HGA ainsi que les optiques macro
    comme le futur 60/2,8 macro à MAP interne) et prendra de ce fait une avance sur son concurrent Canon.

    Mieux que ça : Canon devra renoncer à sa résine BR au profit d’une vraie lentille mimant les propriétés du verre développé apparemment par Nikon (à confirmer toutefois).

    Pour ce qui est des performances optiques obtenues, les MTFs publiées par Nikon sont claires :
    Ce zoom est non seulement plus performant que le 300/2,8 AFS VR mais également plus performant que
    la référence internationale du moment : Le 300/2,8 LIS II EF Canon !
    (MTF30 à plus de 90% sur la quasi-totalité du champ !)

    Des tests de terrain sont évidemment nécessaires pour confirmer les revendications de Nikon mais ce ne devrait être qu’une formalité.

    J’ajoute également que le niveau de chromatisme extrêmement réduit de ce zoom devrait permettre d’utiliser des converters 1,4x, 1,7x ou même 2x sans arrière-pensées sur les reflex pro de la marque D5/D6 et probablement sur le D850.

    Reste le problème du poids : 3,25 Kgs , c’est beaucoup quand on sait que le 300/2,8 Canon pèse 2,35 Kgs et que les prochaines générations de 300/2,8 devraient normalement repasser sous la barre des 2 Kgs.
    Toutefois, Nikon est parvenu à gagner 65g sur le Sigma de référence.
    On espérait mieux et il faudra attendre (peut-être !) un usage intensif des lentilles asphériques
    sur une future version mirrorless afin de réduire le nombre trop important de lentilles (25 !)

    Ce zoom risque donc de devenir un "must" pour les photographes professionnels habitués aux 300mm.

    Reste le prix : Nikon a probablement voulu "forcer la dose" pour mettre en valeur le produit (Tout ce qui est cher est bon et assure le buzz !) mais aussi pour liquider les stocks de 300/2,8 AFS VR qui ne devrait pas rester longtemps au catalogue Nikon.
    Je pense donc que Nikon reviendra à des ambitions tarifaires plus raisonnables dans les prochaines années...

  • Encore un prix européen « forcé » par rapport aux 9500 usd .....

  • Vous parlez d’aberrations chromatiques. Les lettres SR signifient short wavelength refractive, ce qui concerne le spereo-chromatisme. Il ne s’agirait donc pas des aberrations que vous évoquez sous le terme généraliste de « aberrations chromatiques » ?

  • @3
    Il y a confusion de votre part.
    Le sphéro-chromatisme est en réalité une aberration géométrique (l’aberration de sphéricité) qui apparaît
    surtout sur les optiques ultralumineuses (disons f/1,8 et au delà)et qui se traduit visuellement par des franges pourpres sur un capteur numérique. Elles sont difficilement traitable par voie logiciel.
    On les réduit en utilisant des formules optiques sophistiquées qui sont apparues depuis 2012 environ
    (Zeiss 55/1,4 Otus, Sigma 50/1,4 DG Art, Nikkor 28/1,4 AFS,etc...).
    Il faut savoir aussi que l’augmentation de l’ouverture d’un objectif exacerbe non seulement les aberrations géométriques (aberration de sphéricité, courbure de champ, distorsion,etc...) mais aussi les
    aberrations chromatiques. C’est ce qui explique l’initiative de Canon de placer sa résine BR dans des objectifs ultralumineux (35/1,4 L II EF, 85/1,2 L RF,...) et non sur des téléobjectifs du fait des problèmes de réflexion que ce matériau engendre.

    Le verre SR est bien un verre destiné à corriger les aberrations chromatiques (axiales ou latérales), un outil COMPLÉMENTAIRE permettant de réduire encore davantage le spectre secondaire présent sur les téléobjectifs, un peu comme le font les verres ED/SED ainsi que la fluorine mais dans la partie basse du spectre électromagnétique (SR est à priori un verre dispersif).
    L’avenir dira si ses propriétés sont suffisantes pour être utilisées efficacement sur des super-téléobjectifs genre 800mm et au delà (Si Nikon trouve opportun de relancer un hypothétique 1200-1700/5,6-8 par exemple). Nikon n’est pas très loquace sur les performances réelles de son verre SR.
    On sait néanmoins que le BR est théoriquement plus efficace que la fluorine (c’est ce que dit Canon dans sa com ) et Canon pourrait donc également l’utiliser (mais de manière restreinte) sur ses futurs super-téléobjectifs de la gamme RF.

  • @2
    Encore une fois, les tarifs affichés aux USA sont HT contrairement aux pays de l’UE.
    Par ailleurs, une fois que le "buzz" assuré par l’annonce du prix stratosphérique sera dissipé et que Nikon aura liquidé ses stocks de 300/2,8 AFS VR (ou fortement réduit ses stocks ) , alors les tarifs chuteront "miraculeusement". Nikon nous a déjà habitué à ce genre de stratégie....
    J’ajoute également que Nikon a bien vocation à vendre ses nouveaux produits et non de les garder en vitrine.
    Des études marketing ont probablement été faites avant de décider du lancement de ce zoom...