Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Pentax K-70 : vous avez dit K-S2 ?

09/06/2016 | Benjamin Favier

Après avoir investi le 24 x 36 numérique avec le K-1, Ricoh Imaging dévoile un reflex APS-C fidèle à sa tradition. Robuste et bourré de fonctions, le K-70 rappelle furieusement un certain K-S2.

Présentation

Vous vous souvenez certainement des K-30 et K-50. Des reflex taillés pour concurrencer la série des EOS à trois chiffres de Canon et des DX à quatre chiffres de Nikon, bénéficiant d’une construction jointoyée, exceptionnelle à ce niveau de gamme. L’an passé, au mois de février, le K-S2 faisait coup double : il faisait office de successeur plus abouti et plus sérieux du K-S1, tout en remplaçant également le K-50. Un peu plus d’un an plus tard, voici le K-70. Aux dires de Ricoh Imaging, il ne remplace pas le K-S2, mais vient se positionner à ses côtés dans la gamme reflex APS-C de la marque. Pourtant, les différences ne sautent pas aux yeux d’un modèle à l’autre, tant du point de vue de l’ergonomie que de la fiche technique… Il en existe pourtant quelques-unes, empruntées aux K-3 II et K-1.

On retrouve, en premier lieu, l’un des points forts des reflex Pentax : un capteur stabilisé sur quatre vitesses et demie. Il s’agit ici d’un Cmos de 24 Mpxl (contre 20 Mpxl sur le K-S2), dénué de filtre passe-bas. Il semblerait qu’il s’agisse de celui du K-3 II, puisqu’il dispose aussi, comme ce dernier, du décalage de pixels (Pixel Shift Résolution), une fonction permettant d’augmenter la définition, grâce à un déplacement subtil du capteur pendant la prise de vue (sur trois vues). Dans le même temps le moiré peut être réduit grâce à un simulateur de filtre passe-bas. La sensibilité maximale atteint au passage 102 400 Iso avec le processeur Prime MII. Comme le K-1, le K-70 a droit aux corrections de clarté et des tons chair. Par rapport au K-S2, le grip et les contours des molettes auraient été revus pour une utilisation plus intuitive avec des gants. La cadence passerait de 5,5 à 6 im/s avec la possibilité d’enregistrer des Raw (Pef ou DNG) sur 14 bits, environ une dizaine d’après la marque. L’unique compartiment SD reconnaît la norme UHS-I. La personnalisation de l’interface s’enrichit de trois modes utilisateurs et deux touches configurables en plus (FX). En LiveView, l’autofocus serait plus rapide sur le K-70. Enfin, une fonction permet d’allonger le temps d’exposition à 20 minutes.

Quant à l’ergonomie et au reste des caractéristiques, il suffit de se pencher sur le K-S2 pour en savoir un peu plus sur le K-70 : obturateurs à 1/6 000s ; flash intégré pilotant des flashs sans fils (NG 12 pour 100 Iso) ; écran orientable dans toutes les directions de 3 pouces et 921 kpts, toujours non tactile ; mesure de la lumière sur 77 zones ; autofocus Safox à onze collimateurs, dont neuf en croix ; cadence de tournage maximale à 30 im/s en 1080p ; mode WiFi intégré (le GPS reste la chasse gardée des K-3 II et K-1) ; prise micro et USB 2.

Le K-70 devrait être disponible dans le courant du mois de juillet, au prix de 699 € nu. Nous n’avons pas encore de précisions sur les kits.

Dans le même temps, une nouvelle optique fait son entrée. Il s’agit d’un zoom téléobjectif 55-300 mm f/4,5-6,3ED PLM WR RE, qui dispose d’un système électromagnétique de contrôle du diaphragme. Il bénéficie en outre de onze joints d’étanchéité et d’une distance minimale de mise au point de 95 cm à toutes les focales. Il sera proposé à 499 €.

- Le site de Ricoh Imaging

Premier avis

Difficile d’y voir clair dans le milieu de gamme APS-C des reflex Pentax. Ricoh Imaging ne nous facilite pas la tâche en dévoilant ce K-70, alors qu’un an auparavant, le K-S2 remplaçait… le K-50. Le nouveau venu ressemble beaucoup au K-S2. Tellement qu’il faut se plonger dans les entrailles techniques des deux protagonistes pour trouver des différences. Certes, il y en a bien quelques-unes, à commencer par le capteur, dont la définition augmente logiquement pour se mettre au niveau de la concurrence, soit les Canon EOS 750D/760D et Nikon D7200, parmi les reflex. Ainsi, le capteur de 24 Mpxl du K-70 dispose d’une fonction appréciée sur les K-3-II et K-1, baptisée Pixel Shift Resolution. Et les quelques évolutions, plutôt subtiles, vont dans le sens d’une expertise un peu plus accrue.

De là à justifier une cohabitation avec le K-S2 ? Nous attendrons de tester le K-70 pour émettre un avis définitif. Mais en attendant, le doute est permis, tant les deux modèles font jeu égal dans tous les autres domaines : ils disposent du même système autofocus, du même processeur et du même système de mesure de lumière… Et bien sûr, du même niveau de construction, toujours séduisant dans cette gamme de prix, d’autant que la concurrence est larguée sur ce point. Tandis que la stabilisation intégrée constitue un avantage important, et là aussi, Canon et Nikon sont hors jeu. Nous pouvons tout de même pointer quelques lacunes : en vidéo, Pentax nous y a habitués, avec une cadence a minima en 1080p ; mais aussi au niveau de l’ergonomie, l’absence de fonction tactile étant regrettable ; tout comme le port USB 2 ou la compatibilité maximale avec les SD UHS-I. Ce genre de détails, une fois accumulés, compteront à l’heure du bilan.

Fiches techniques

Pentax K-70

  • Capteur : Cmos 15,6 x 23,5 mm, 24 Mpxl
  • Définitions : [3:2] 6000 x 4000 pixels
  • Vidéo : 1080p (24, 25 ou 30 im/s, H.264), son stéréo
  • Monture : Pentax KAF2
  • Protection du boîtier : Jointoiement complet
  • Stabilisateur : Mécanique, fonction anti-moiré
  • Wi-Fi / GPS : Intégré / -
  • Sensibilité : 100 - 102 400 Iso
  • Formats de fichiers : Jpeg, Raw (DNG ou PEF), MP4
  • Autofocus : Corrélation de phase sur 11 points (9 croisés)
  • Mise au point : Manuelle, automatique ponctuelle ou continue
  • Mesure de lumière : Multizone (77), pondérée centrale, spot
  • Mode d’exposition : Auto, P, Sv, Tv, Av, TAv, M, pose B, HDR avancé, scènes (19)
  • Vitesse : 30 s à 1/6 000 s
  • Rafale : 3 ou 6 im/s (environ 40 Jpeg et 10 Raw)
  • Prise flash : Griffe
  • Flash : Intégré, NG=12 pour 100 Iso, contrôle de flashs externes
  • Viseur : Pentaprisme 100 %, grossissement : 0,95x, dégagement : 22,3 mm, verre dépoli interchangeable
  • Moniteur : LCD 3 pouces / 921 kpts, orientable latéralement et verticalement
  • Stockage : SD, SDHC, SDXC (UHS-I)
  • Interfaces : USB 2, HDMI, mini jack
  • Alimentation : Accu Li-Ion D-LI109
  • Dimensions/poids : 125,5 × 93 × 74 mm / 688 g (avec batterie)

HD PENTAX-DA 55-300 mm f/4,5-6,3ED PLM WR RE

  • Type : Zoom téléobjectif
  • Monture : Pentax KAF4
  • Focales : 55-300 mm (84,5-460 mm sur les boîtiers APS-C)
  • Ouvertures maximales : f/4,5-6,3
  • Ouvertures minimales : f/22-32
  • Diaphragme : 9 lamelles
  • Mise au point minimale : 95 cm
  • Rapport de reproduction : 0,30x
  • Porte-filtre : 58 mm
  • Dimensions (⌀ x L) : 76,5 x 89 mm
  • Poids : 471 g

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • Belle évolution technique et l’adoption d’un look plus classique.
    Dommage qu’il n’a pas l’AF du K3, mais bon il offre un très rapport/prix/ prestation et un viseur de boitier expert !

    Le zoom 55-300 ne serait’il pas rétractable pour être plus compact durant le transport ?
    Il risque à terme de remplacer "l’ancien" 55-300.

  • Petite remarque, le tactile n’est pas si obligatoire et je le trouve même gênant sur un reflex surtout avec une bonne interface.
    Sur un hybride c’est différent, quoique je suis obligé de le neutraliser pour le pas avoir les réglages à l’ouest à cause des frottements, ce qui se produit dans la vrai vie.

    Et puis sur le K70 et KS-2 l’écran en contre parti est renforcé et possède une résine qui remplace l’espace d’air que l’on trouve en générale ce qui réduit les reflets (mais ça coute plus cher, c’est comme le viseur, ça se retrouve sur du matos expert).

  • Vous titrez "un appareil robuste".
    Pour moi, "robuste" fait référence au nikon d4 ou d5.
    Est ce le cas ici ??
    si vous voulez dire par là que parce qu’il est "protégé " contre les intempéries, il est robuste, j’appellerai cela un abus de langage. robuste signifie pour moi qu’il résiste à des chocs, etc. Cela m’étonnerait que ce soit le cas.....

  • Oui les pentax ont une conception robustes, d’une manière générale chassis alliage de magnésium et tropicalisé, pas des boutons cheapos ou des trappes qui s’en vont tout seul.
    Après si tu a tendance à faire tomber de 10m tes boitier, faut voir, as tu fait des crash test avec tes boitiers ou est ce un ressenti ?

  • Bonsoir,
    Je crois que vous avez oublié de mentionner la présence de l’auto-focus hybride dispo en vidéo.
    Bien à vous.
    Frédéric

  • Pentax c’est costaud,mon spotmatic fonctionne toujours et un apprenti voleur à gouté à mon K10 ,il se porte très bien ( le k10).