Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Samyang AF 24 mm f/2,8 FE : le grand-angle en toute légèreté

11/06/2018 | Benjamin Favier

Après un convaincant 35 mm f/2,8 à mise au point automatique, le constructeur sud-coréen dévoile un 24 mm f/2,8 de construction similaire, dédié aux hybrides Sony plein format. Un poids plume, positionné à un tarif a priori raisonnable, en attendant les tests…

Présentation

C’était il y a un peu plus d’un an. Samyang dévoilait un surprenant AF 35 mm f/2,8 en monture FE. Dont nous avons adoubé les performances, lors de nos essais, en tout cas sur un capteur de définition « raisonnable » comme celui de 24 Mpxl de l’Alpha 7 III, et à condition de fermer un peu le diaphragme.

Cet AF 24 mm f/2,8 FE semble emprunter le même chemin. Il possède aussi une baïonnette en métal, mais il est dénué de joint d’étanchéité. Il ne pèse que 120 g (avec les bouchons et le pare-soleil, fourni) et s’avère très compact (37 x 61,8 mm).

Il couvre le plein format et bénéficiera de la stabilisation intégrée dans les A7 de seconde et troisième génération. Mais pourra aussi être utilisé sur des hybrides Sony a format APS-C. Il équivaut alors à un 36 mm en 24 x 36.

La distance minimale de mise au point est de 24 cm. La formule optique repose sur sept verres (dont trois asphériques et deux à haute réfraction) qui constituent autant de groupes. Le diaphragme compte également sept lamelles. Comme le 35 mm f/2,8 FE, il est possible d’utiliser des filtres de 49 mm de diamètre.

Sortie prévue courant juillet au prix de 299 €.

- Le site de Samyang

Fiche technique

  • Prix : 299 €
  • Type : Focale fixe
  • Monture : Sony FE
  • Focale : 24 mm
  • Focale sur APS-C : 36 mm
  • Ouverture maximale : f/2,8
  • Ouverture minimales : f/22
  • Construction optique : 7 éléments (3 asphériques, 2 haute réfraction) en 7 groupes
  • Protection : -
  • Zooming : -
  • Motorisation : Oui
  • Stabilisation : -
  • Diaphragme : 7 lamelles
  • Distance minimale de mise au point : 24 cm
  • Pare-soleil : oui
  • Diamètre pour filtres : 49 mm
  • Dimensions (L x ø) : 37 x 61,8 mm
  • Poids : 120 g (avec bouchon et pare-soleil)

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • Très bonne nouvelle de la part de Samyang qui prouve 2 choses :

    *On peut faire des 24/2.8 pour mirrorless sensiblement plus légers (et compacts !) que les 24/2.8 pour reflex
    (Le 24/2.8 IS USM Canon pèse 280g, soit 3x plus lourd)....tout en ayant des perfs optiques excellentes (à en croire la MTF publiée par Samyang)...et pour moins cher.

    *Le FF permet de faire des objectifs plus légers que l’APSC ou le MFT à pupille d’entrée équivalente(le 16/2.8 E Sony pèse 20g de moins mais il est photométriquement bien inférieur et cet objectif est raté
    tandis que les 12/2 MZD Zuiko & 12/1.4 Panasonic sont plus lourds et plus chers !).

    Seul hic de cet objectif : Le moteur DC !

  • Moteur DC, pas de stab, 11 éléments en 9 groupes pour le Canon contre 7/7 pour le Samyang dont la conception s’apparente à celle d’un pancake. Bref deux approches complètement différentes.

  • Un objectif à 7 lentilles dont trois asphériques et deux en verre à haute réfraction ... ce n’est pas vraiment la conception habituelle d’un "pancake". A suivre avec les résultats du test ...

  • il n’y a pas que le type de lentilles, il y a aussi la simplicité de la conception a prendre en compte. Sans compter le diamètre de la lentille frontale, typique des pancakes.

  • @2
     »pas de stab »
    mais pour quoi faire ? La plupart des boîtiers Sony sont stabilisés, on n’est pas chez Canonikon pardi.
    @1
     »on peut faire moins cher « 
    pas un problème de capacité technologique mais’plutot usage de matériaux de moindre qualité montés dans un pays à faible coût de main d’oeuvre.

  • @ 5 bien d’accord sur la stab boitier, c’était juste en réponse à Voldemort-Eric_p et sa comparaison foireuse...

  • @6
    La comparaison n’est pas si foireuse que ça puisque vous reconnaissez vous-même que l’IS est implicitement intégré.
    Même si canon s’était contenté d’un 24/2.8 USM, le poids de l’optique aurait très vraisemblablement été sensiblement
    supérieur à celui de cet objectif.
    Pour mémoire, le 24/2.8 FDn (qui limitait déjà la présence de métal) était à 240g.

    On peut en revanche avoir des doutes sur le vignettage. Les tests nous en diront plus...

  • @5
    Je n’ai pas (amha !) l’impression que la qualité des matériaux soit moindre que sur le Canon.
    Je possède un 85/1.2 L ...et j’ai pourtant dû changer le fût de l’objectif en plastique parce qu’il était devenu collant au bout de 10 ans. Idem pour le revêtement de mon EOS 30 argentique datant de l’année 2000...

    En ce qui concerne le coût de revient de la main d’oeuvre sud-coréenne, je ne suis pas sûr qu’elle soit sensiblement moins onéreuse que la main d’oeuvre japonaise.
    Sous traitance dans un autre pas ? Possible mais Canon sous traite (quid du 24/2.8 IS USM) la production de ses EFS...

  • Une autre explication possible de la compacité de cet objectif, en dehors du fait qu’il utilise 3 asphériques, c’est peut-être
    le fait d’exploiter les propriétés des capteurs BSI, désormais généalisés à tous les boîtiers FF,connus pour avoir une meilleure tolérance à l’inclinaison des rayons.
    Dans le cas d’un capteur FSI, la tolérance "supportée" vaut environ 20º, ce qui place la pupille de sortie impérativement à 60mm du plan focal....ou plus si l’opticien est "généreux" mais ce n’est pas le cas en général !
    Avec une tolérance >5º seulement, soit 25º, la pupille de sortie peut être ramenée à 47mm du plan focal.
    Mine de rien, ce petit détail peut faire gagner 13 mm sur la longueur d’un objectif.
    L’objectif mesure 55mm depuis le plan focal (37mm +18mm du tirage optique) Vs 99.7 mm pour le Canon 24 reflex
    (55.7+44), soit 44,7mm de différence ; chaque mm est bon à prendre.
    En bon opportuniste, Samyang a dû exploiter ce petit détail qui fait la différence in fine...

    Conséquence : Cet objectif devrait avoir un vignettage résiduel (diaph fermé)plus important que le Canon (à voir)...

  • Concernant les perfs optiques :

    L’objectif revendique une MTF clairement supérieure à celle des 24mm reflex (Canon ou Nikon).
    Bien sûr, je parle de la MTF du 24/1.8 AFS G pour ne rien dire de celle du 24/2.8 AFD par charité chrétienne !
    (Sinon, on va encore me traiter de nikophobe !)
    On peut donc légitimement s’attendre à de bonnes performances...et des AC relativement limitées (sinon les courbes MTF 10 ne seraient pas au dessus de 80% en bordure de champ !).

    Les plus grosses inconnues restent le vignettage et le comportement de l’optique en contre-jour (flare,etc...)

  • @9
    je confirme le vignettage est enauuuurme à f2,8, très moyen à f4 , un peu mieux à f5,6 d’.apres les photos tests publiées sur ephotozine. Ce que je me demande c’est si les boîtiers Sony font la correction en jpeg ?

  • Bein komsa vou noré plu beusoin 2 fermer vos chères images dans votre fotoarnak préféré - :)

  • @11
    À priori non.
    Les fabricants de boîtiers n’ont jamais fait de "cadeau" aux indépendants (Les boîtiers Canon ne corrigent pas les optiques issues des indépendants) , je ne vois pas de raison de penser pourquoi Sony en ferait...même si Samyang participe quelque part à la promotion de la monture courte Sony E...
    Sony en ferait.