Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Sigma : changer la monture de vos objectifs (presque) à volonté

01/08/2013 | Franck Mée

Sigma propose ses objectifs en différentes montures, permettant de les utiliser sur des reflex Canon, Nikon, Sony, Pentax ou même... Sigma. La marque lancera à la rentrée un service inédit : modifier un objectif pour passer d’une baïonnette à une autre, permettant aux photographes de changer de marque d’appareil en conservant leurs objectifs.

Les appareils à objectifs interchangeables font partie de "systèmes", où l’appareil et sa gamme d’objectifs sont liées à une marque. Impossible de mettre un objectif Canon sur un appareil Nikon, par exemple. Si Sigma, Tamron ou encore Tokina proposent des optiques pour toutes les marques, ceux-ci sont équipés de la baïonnette d’un système et pas d’un autre : un Sigma en monture Pentax ne peut pas se monter sur un Sony. Lorsqu’un photographe a choisi un système, il doit donc y rester lorsqu’il achète un nouvel appareil, à moins de changer non seulement son boîtier mais aussi toutes ses optiques.

Sigma va mettre fin à cet état de fait en proposant un service sans concurrent : le changement de monture. Moyennant un retour chez le constructeur (compter deux semaines pour les Japonais, sans doute plus pour nous autres Européens), un objectif de la marque pourra être équipé d’une monture différente de celle qu’il avait à la sortie de l’usine.

Modification profonde

Il ne s’agit pas ici du montage d’un simple adaptateur, comme il en existe sur le marché. Ceux-ci ne transmettant pas les informations électriques, autofocus et parfois contrôle de l’ouverture sont perdus ; de plus, dans certains cas (notamment lorsque le tirage des montures est incompatible, pour monter un objectif Canon sur un reflex Nikon par exemple), ils comportent des lentilles qui limitent la qualité optique. Sigma, à l’inverse, change totalement la monture et adapte l’électronique aux signaux du nouveau système : l’objectif conserve donc tous ses automatismes et sa qualité optique.


Pour la première fois, c’est la monture de l’objectif elle-même qui pourra être changée.

Modifications électroniques obligent, ce n’est pas aussi simple que le feu système Tamron Adaptall (une simple bague permettait de passer un objectif d’une monture à une autre, à volonté et sans retour en SAV). Mais un photographe équipé en appareils Canon qui souhaiterait passer chez Nikon pourra ainsi le faire, sans devoir changer la totalité de son parc optique. Bien entendu, l’opération ne sera possible que pour les objectifs Sigma, et encore sera-t-elle limitée aux derniers modèles (ceux des gammes Art, Sport et Contemporain).

Le prix de l’adaptation

Cette possibilité restera relativement coûteuse : 100 € pour les optiques de compacts à objectifs interchangeables (Sony ou Micro 4/3), 200 € pour celles de reflex (Canon, Nikon, Sony, Pentax ou Sigma) grand public, comme le 17-70 mm C ou le 18-35 mm A mm, et 325 € pour le très spécifique 120-300 mm S.

Dans le cas du 17-70 mm, proposé à un tarif très raisonnable (529 €, parfois moins en boutiques), le changement ne sera sans doute intéressant que pour des exemplaires encore récents ; en revanche, cette opération prend tout son sens pour les objectifs plus haut de gamme de la série A et, bien sûr, pour le 120-300 mm : un rééquipement serait alors beaucoup plus coûteux que le simple changement de monture.

Après le dock USB de réglages et de personnalisation d’objectifs, Sigma met ainsi les bouchées doubles pour s’assurer que ses optiques suivent les besoins de leurs propriétaires ; le but est bien entendu de pousser les acheteurs à s’offrir ses produits plutôt que ceux de la marque de l’appareil photo, mais la démarche est utile et se distingue efficacement de la concurrence.

- Le site web de Sigma

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • Ah ben oui, c’est pas tout à fait donné non plus. Il vaut peut-être mieux dans ce cas revendre ses objectifs d’occasion pour racheter le même objectif d’occasion avec la bague de la marque concurrente. Je pense qu’il y a moyen de faire ça pour quelques dizaines d’euros, voire de gagner des sous ! Mais d’un autre côté, c’est sûr que ça se fera pas en 3 jours. Quoi qu’à la réflexion, s’il faut 3 à 4 semaines à Sigma pour changer la baïonnette, ce sera aussi long que de tout refourguer au bon coin.

    • Personnellement c’est une bonne nouvelle, vu le prix d’une optique neuve et les efforts pour la revendre et en retrouver une autre
      Personnellement s’il s’agit optique neuve première main et que le changement de bague en atelier fourni de plus une garantie constructeur complémentaire
      on garde ainsi une optique qu’on a seul manipulé sans mauvaises surprises et on reste en terrain connu en changeant juste de boitier.

      La perte d’argus des optiques Sigma est telle que c’est à perte qu’on vendrait son optique acheté 30% plus cher quelques mois avant.

      - 100 € c’est un bon prix, pièce et main d’œuvre comprise (sachant qu’une bague d’adaptation non AF de qualité coûte au bas mot 90 € ; Kipon, Novoflex..)
      - 200 € et 3 semaines ça commence à faire cher c’est sûr.

      Pour conclure belle initiative de la part de Sigma, vivement que Zeiss, Samyang et d’autres suivent....on pourrait accéder à de belles reprises.

  • Superbe idée, a réserver aux optiques d’un certain prix.

    Si ce que j’ai lu est vrai ce qui semblerait logique, j’ai eu une fausse joie, je me suis dits qu’il serait possible d’avoir un objectif dans une monture indisponible au catalogue, comme un 150 macro en monture Pentax par exemple, hélas non, il faut que dans le catalogue objectif soit déjà vendu dans la monture.

  • Qu’attend l’ISO pour imposer OBLIGATOIREMENT (sous peine d’interdiction de vente) la monture ISO dans ses déclinaisons adaptées aux différents formats pour TOUS les objectifs ???
    Oh pardon, je rêvais d’un monde intelligent et civilisé... le ferai plus, marketing über alles !!!

    • Les solutions intelligentes sont bizarrement ignorées, on se demande bien pourquoi....
      Comme par exemple l’application du règlement européen de 2005 imposant que TOUS les téléphones portables aient la même connexion (mini USB) pour la recharge.
      Quant aux objectifs adaptables, si Alzeimer ne m’a pas trop ravagé, dans le temps, pas si lointain, on achetait un Sigma, ou un Tamron, plus la bague d’adaptation Nikon, Canon, ou autre, et il suffisait de racheter cette bague pour adapter cette optique sur un boitier d’une autre marque, mais c’était trop simple, sans doute...
      Et on pourrait parler du foisonnement des formats Raw propriétaires, alors que le DNG est "Open".
      Et du câble USB au format propriétaire des Olympus...
      Et aussi du panurgisme des clients qui vouent au gémonies leur matériel qui était à la pointe il y a un an et faisait des photos extraordinaires mais qui maintenant ne vaut plus rien pour se ruer sur le nouveau truc à la mode qui est à la pointe et fait des photos extraordinaires, en attendant le prochain...(Pour mémoire, le passage de 12 à 16MP se traduit au mieux par un amélioration de la résolution linéaire de 12%, en fait le tiers, pour cause de matrice de Bayer).
      Et aussi, et aussi...
      Ils vont finir par me dégouter de la photo, et de bien d’autres choses, ces cons...

  • Il faudrait que les fabricants indépendant offrent leurs objectifs en deux parties. La première, commune, comporterait toute la partie mécanique d’autofocus, diaph, zoom électrique pour la vidéo, plus un système maison pour traiter l’information. La seconde, sous forme de bague, serait adaptées à une marque de boitier, donnerait le tirage voulu et assurait le va et vient de l’information. De la sorte il n’y aurait qu’à changer rapidement une bague, ou à en "visser" une sur le boîtier selon usage.

    • C’est une très bonne idée, il y a longtemps que Metz fessait ça avec les flashs, il y avait 2 parties a acheter, une partie flash et électronique et l’autre partie adaptateur qui existait pour plusieurs fournisseurs. Alors aux fournisseurs tiers d’objectifs prenez exemple si vous voulez toujours être dans la course en restant innovants.

    • Il faudrait plutôt que TOUS les fournisseurs d’objectifs et de boîtiers se conforment à une monture ISO UNIVERSELLE, c’est bien le moins.
      Pourquoi pas un alphabet spécial chez Gallimard ou Apple (c’est vrai qu’on s’en approche...), ou un air spécial au club med et des masques à gaz convertisseurs pour les non clients, tant qu’on y est ??
      Qu’est cette espèce animale qui a pu faire des rende-vous au millimètre autour de la Lune il y a 40 ans et qui ne sait toujours pas raccorder 2 bouts de métal ???

  • Retour vers le futur :
    copie de l’esprit des Vivitar TX des années 70.

  • Je ne comprend pas pourquoi c’est si compliquer ?? une simple bague qui ferait de simples liaisons de points de contacts ne fonctionne pas ?? zarb tout ça.. Bon, il y aura un changement de focale, un décalage de focus, mais est-ce si grave ? et encore, avec un adaptateur contenant une lentille correctrice..?