Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

MBP Nikon

Nikon D750 : précisions et perspectives

19/09/2014 | Franck Mée

Nous avons profité de la Photokina pour rencontrer des représentants de Nikon. Nous sommes ainsi revenus sur le D750 et les réactions partagées qu’il a suscitées.

Il y a deux façons de voir le Nikon D750. La première, sobrement technique : c’est un reflex 24x36 mm léger, moderne et compact. La seconde, plus sentimentale peut-être : il ne reprend pas les caractéristiques professionnelles de feu le D700. Nous avons rencontré Kazuharu Imafuji et Toshiaki Akagi, du département « design », ainsi que Tōru Uematsu, du département « stratégie » de Nikon ; nous leur avons soumis les retours de notre forum.

MDLP : Beaucoup de nos lecteurs, avec le nom « D750, espéraient la même recette que le D700, à savoir une configuration de modèle professionnel dans un appareil plus léger et moins coûteux que le D4s.

Nikon : C’est une question de cible. Avec le D750, nous visons avant tout un client qui recherche un reflex plein format, mais plus léger, plus compact, plus mobile que nos appareils précédents. Un obturateur au 1/8 000 s, par exemple, impose des contraintes techniques qui rendent l’appareil plus lourd. En outre, une configuration technique est un ensemble, il est délicat de prendre juste le capteur du D4s pour le mettre dans un autre appareil [pourtant Nikon a doté le Df du capteur du D4 et précédemment le D700 de celui du D3, NDLR] : il y a aussi le processeur, les autres composants… Difficile d’atteindre l’objectif de compacité avec une configuration d’appareil professionnel.

JPEG - 43 ko
Tranche de D700 (à gauche) et de D750 (à droite). Plus encore que technique, la différence est idéologique : gros boîtier pro contre reflex compact et léger. Photo Benjamin Favier.

Concernant le nom, pour ne rien vous cacher, il y a eu des discussions au sein même de Nikon. Il y a aussi une logique de marketing dans la constitution de la gamme : nous avons le D610, un appareil abordable, et le D810 pour les professionnels cherchant la haute définition. Nous voulions un appareil pour combler l’espace entre ceux-ci, et c’est logiquement qu’un nom dans les D7x0 s’imposait, même s’il ne répond pas tout à fait aux mêmes objectifs que le D700 en son temps.

MDLP : Concernant la configuration technique, Sony a une approche très différente de la question. Sur la gamme α7/α7R/α7S, ils donnent le choix entre pas moins de trois capteurs différents dans le même boîtier, le photographe pouvant ainsi avoir l’appareil qui lui convient.

Nikon : C’est une approche intéressante en effet… Si le marché le demande, nous pourrons étudier la question.

« Pour l’interface tactile, vous pouvez attendre quelque chose ! »

MDLP : Le D750 apporte tout de même une nouveauté intéressante avec le WiFi intégré. Celui-ci s’étendra-t-il au reste de la gamme ? En outre, pouvons-nous espérer voir d’autres nouveautés, comme un écran tactile ou l’enregistrement 4K ?

Nikon : La demande pour un partage toujours plus simple et rapide des photos est réelle : les possesseurs de smartphones veulent le connecter à leur appareil photo, éditer et partager leurs vues. Je ne peux évidemment pas donner de détails spécifiques sur les prochains modèles, mais concernant le WiFi, d’une manière générale, la réponse est oui. Pour l’interface tactile, j’aurai une réponse simple : vous pouvez attendre quelque chose !

Pour la vidéo 4K, enfin, nous étudions évidemment la question. Il y a un ensemble de facteurs à prendre en compte, notamment le processeur adapté [les processeurs Expeed 4 gèrent nativement le 1080p60, mais ne vont pas au-delà, NDLR], et notre priorité reste de proposer la meilleure qualité photo possible.

- Propos recueillis par Franck Mée

- Le site de Nikon

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



MBP
Archives Le monde de la photo

NOUVEAUTE : Vous recherchez un article, un test ?

Accédez aux archives MDLP

Joomeo