Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Daniel Frasnay : vie et œuvre d’un photographe humaniste

26/10/2019 | Sandrine Dippa

Son nom vous est probablement inconnu pourtant, au même titre qu’Édouard Boubat, Brassaï ou Robert Doisneau, Daniel Frasnay fut un des photographes français les plus prolifiques de sa génération. Entre les portraits d’artistes (Miró, Dalí…), les nuits parisiennes ou encore les danseuses du Lido, son travail éclectique est un véritable témoignage du XXe siècle. Le photographe s’est éteint en toute discrétion le 22 septembre dernier. Retour sur l’œuvre d’un des derniers humanistes.

Septembre 2019 fut une réelle hécatombe dans le monde la photographie. Il y eut Peter Lindbergh au début du mois puis Robert Frank. Dans la foulée, on apprenait la disparition de Charlie Cole, à l’âge de 64 ans, connu pour son célèbre cliché intitulé l’Homme au char de Tian’anmen, mais aussi celle de Jean-Claude Gautrand, photographe et historien, témoin de « l’assassinat de Baltard ». Moins médiatisé, Daniel Frasnay est décédé le 22 septembre à l’âge de 91 ans. Durant sa longue carrière, le photographe associé aux humanistes a immortalisé le Tout-Paris dès les années 50 dont les artistes du Lido, des Folies Bergères et du Nouveau Casino.

JPEG - 60.5 ko
Salvador Dalí, peintre et écrivain espagnol, 1967. Photo : Daniel Frasnay / akg-images
JPEG - 63.7 ko
Revue “C’est magnifique” au Lido à Paris, 1956. Photo : Daniel Frasnay / akg-images

Des débuts, en autodidacte
C’est en 1944 que Daniel Frasnay, alors adolescent, débute la photographie auprès de Roger Carlet, officiant chez Harcourt, nous rappelle la biographie rédigée par son amie, Anne-Laure Couralet pour le blog Les Amis de Daniel Frasnay. Un an plus tard, il intègre le célèbre studio spécialisé dans les portraits de vedettes de cinéma, et devient tireur, avant de collaborer avec Boris Lipnitzki, photographe connu pour avoir tiré le portrait d’artistes des Années folles aux sixties tels que Joséphine Baker, Maurice Ravel et Serge Gainsbourg. En 1951, sa carrière prend un tournant. Henri Varna, directeur et metteur en scène du Casino de Paris, lui propose de photographier sa dernière revue. Pendant plusieurs décennies, il sera le photographe officiel des cabarets et music-halls parisiens du Lido aux Folies-Bergères en passant par Le Moulin Rouge. C’est aussi à cette période qu’en parallèle, à titre personnel, il commence à s’intéresser aux rues de Paris et plus particulièrement à l’Homme. « C’était un observateur. Non pas un photographe humaniste, mais un humaniste photographe. Il aimait se chercher dans l’autre », nous a confié son ami et journaliste Bernard Jadot à propos du rapport de l’artiste à ce travail plus tard qualifié d’humaniste.

Sur les images, mettant en lumière le quotidien des Parisiens et les scènes de rue, on y découvre tour à tour des scènes de fêtes foraines, des clichés d’enfants rêvassant devant des vitrines, des vues du quartier de Belleville-Ménilmontant, des joueurs s’adonnant à la Belote dans un bistro, ou encore des musiciens jouant de l’orgue de barbarie dans la rue. Quelques-unes de ces images sont visibles dans La photographie humaniste : 1930-1960, histoire d’un mouvement en France, un livre collectif sorti en 1992.

JPEG - 43.9 ko
Danseuse de la revue “C’est magnifique” au Lido à Paris, 1956. Photo : Daniel Frasnay / akg-images
JPEG - 43.1 ko
Maxim Saury et son Big Band jouant au Caveau parisien de La Huchette, 1954. Photo : Daniel Frasnay / akg-images

Daniel Frasnay, photographe éclectique

Si ce travail humaniste, celui qu’il a réalisé sur le Paris Canaille et les artistes représente une grande partie de son œuvre, cette dernière a aussi été marquée par des sujets divers et variés répondant à un travail de commandes. Dès les années 50, accompagné de l’écrivain Georges Simenon, par exemple, il parcourt l’Hexagone afin de photographier des femmes françaises. Les portraits réalisés sur six mois donneront lieu à la publication de La Femme en France en 1959, un ouvrage dans lequel on retrouve 125 clichés de femmes de toutes conditions sociales dans leurs vies de tous les jours. Plus tard, en 1973 notamment, il réalise une série sur les gravures préhistoriques du mont Bego dans la Vallée des Merveilles, pour le compte de Draeger-Vilo. En 1979, il se lance dans un projet d’envergure documentant les statues de l’île de Pâques. Ces deux reportages ne seront cependant jamais publiés suite à la faillite de la maison d’édition. Avec ses reportages, il illustrera aussi les colonnes de différents titres et collaborera avec plusieurs agences de presse dont Orion Press, Atlantic Press, De Post, Le Soir et The Critic.

JPEG - 30.9 ko
Marion Conrad, vedette de la Revue du Lido, Paris, 1961. Photo : Daniel Frasnay / akg-images
JPEG - 32.1 ko
René Magritte tenant une pomme derrière une porte vitrée de son appartement bruxellois. Avril 1967. Photo : Daniel Frasnay / akg-images

Daniel Frasnay laisse derrière lui des milliers de photographies, aujourd’hui en grande partie gérées par AKG, une agence allemande qui a racheté les droits sur son œuvre sans limitation de durée en 1999 et avec qui il fut, par la suite, en procès. Au long de son existence, le photographe a aussi publié des dizaines d’ouvrages dont Paris la nuit (1956), Paris Parade (1999), Les Girls regroupant des clichés pris entre 1952 et 1979 au Lido ou Leur Monde : peintres et sculpteurs. Pour cet ouvrage (désormais épuisé) paru en 1969 aux éditions Draeger-Vilo, le photographe est allé à la rencontre de trente-trois artistes de son temps. Au fil des pages, on découvre notamment les lieux de création et les portraits de René Magritte, de César, de Claude Chagall, de Joan Miró, de Sonia Delaunay, de Willem De Kooning ou encore d’Alberto Giacometti. Ces dernières années, son travail avait aussi fait l’objet d’expositions dont une rétrospective à la galerie Berthet-Aittouares (2003) ou plus récemment à la Médiathèque Jean Prévost de la ville de Bron au début de l’année. La manifestation, visible jusqu’au 16 février dernier, présentait des clichés issus d’une collection privée.

Pour aller plus loin...

- Les Amis de Daniel Frasnay
Blog créé en 2012 par son amie Anne-Laure Couralet afin de faire connaître son œuvre.
- Le documentaire Daniel Frasnay, le Royaume et l’exil (2005) de Philippe Jadot

JPEG - 45.7 ko
Alice et Ellen Kessler, danseuses et chanteuses allemandes nées en 1936 à Nerchau, Saxe, 1955. Daniel Frasnay / akg-images
JPEG - 68.8 ko
Hallyday, Jean-Philippe Smet, dit « Johnny », 1953. Photo : Daniel Frasnay / akg-images
JPEG - 59.7 ko
Paris, Place Pigalle, 1956. Photo : Daniel Frasnay / akg-images
JPEG - 42.7 ko
La danseuse Chérie Young lors d’une représentation aux Folies Bergères à Paris.
1955. Série « Paris la nuit ». Photo : Daniel Frasnay / akg-images
JPEG - 34.4 ko
La dame de l’hôtel, France, 1957. Photo : Daniel Frasnay / akg-images

Crédit image d’accueil : Michel Cavalca

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages