Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Peter Lindbergh : décès du photographe de mode

04/09/2019 | Sandrine Dippa

Peter Lindbergh est décédé mardi 3 septembre. Le photographe de mode connu pour ses clichés en noir et blanc avait 74 ans.

Dans un communiqué tout juste publié, l’AFP vient d’annoncer le décès de Peter Lindbergh, mardi 3 septembre, à l’âge de 74 ans. Le photographe de mode allemand – né Peter Brodbeck en 1944 à Leszno en Pologne – était connu pour ses portraits en noir et blanc iconiques et ses collaborations avec de nombreuses revues (Vogue, Vanity Fair, Elle, The New Yorker, Harper’s Bazaar...) et le calendrier Pirelli (éditions 1996, 2002 et 2017).

JPEG - 75.6 ko
A different vision on fashion photography (2016), éditions Taschen.

Premiers pas

Comme le rappelle la biographie de son site, c’est après des études à l’Académie des arts de Berlin – et après un périple de deux ans qui le mena jusqu’en Afrique du Nord – que le photographe élevé à Duisburg commence sa carrière. Il fut notamment, au début des années soixante-dix, à Düsseldorf, l’assistant du photographe Hans Lux. Il ouvre ensuite son propre studio en 1973. Dans la foulée, il travaille pour l’hebdomadaire allemand Stern où il côtoie, entre autres, Guy Bourdin ou Helmut Newton avant de s’installer à Paris en 1978. Dix ans plus tard, sa carrière décolle grâce à une série montrant des mannequins en chemise. Le célèbre cliché avant-gardiste, pris sur une plage de Californie, se distingue par la simplicité des modèles tout en redéfinissant les standards de la beauté. À l’origine de l’ère des « top models » des années 90, les clichés de ses héroïnes, Linda Evangeslista, Naomi Campbell, Cindy Crawford… auront marqué l’histoire de la photo de mode de leur empreinte indélébile.

JPEG - 155.5 ko
Estelle Lefébure, Karen Alexander, Rachel Williams, Linda Evangelista, Tatjana Patitz & Christy Turlington, Santa Monica, 1988
© Peter Lindbergh (courtesy Peter Lindbergh, Paris)

La mode, la mode, la mode et les portraits sans fard

Si le noir et blanc caractérise l’œuvre de Lindbergh, son travail a aussi marqué l’histoire de la photographie par son esthétique épurée, son intemporalité et le grain caractéristique. Le photographe, inspiré par le cinéma allemand et des milieux industriels, déplorait aussi les retouches excessives qui selon lui, renvoyaient aux femmes « une image épouvantable ». À ce propos il disait : « Si on retouche trop, on gomme toute la vie. Ce n’est plus de la photographie, c’est de la chirurgie esthétique. »

Encore récemment très actif, Peter Lindbergh venait de participer à 15 Forces For Changes. Le projet (en couverture du Vogue UK du mois de septembre) a été initié par Edward Eninful, rédacteur en chef de l’édition britannique du magazine féminin et la duchesse de Sussex, Meghan Markle. Il met en lumière des portraits de femmes portant différentes causes dont le mannequin Adut Akech, Jacinda Ardern, Première ministre de Nouvelle-Zélande, Laverne Cox, actrice et militante pour les droits des LGBTQIA+ ou encore Jane Fonda. Artistiquement, le photographe laisse aussi derrière lui de nombreux ouvrages dont A different vision on fashion photography (2016), Shadow on the Wall (2017) ou encore Lindbergh/Winogrand : women on the Street (2017) réunissant des clichés des deux photographes. En 2014, il avait également participé à la collection « 100 photos pour la liberté de la presse » de Reporters sans frontières avec un quarante-sixième album entièrement dédié à ses photographies.

- Peterlindbergh

Crédit image d’accueil : Peter Lindbergh on set with Christy Turlington, Tatjana Patitz, Naomi Campbell, Cindy Crawford & Linda Evangelista, New York, 1990
© Jim Rakete
© Peter Lindbergh (courtesy Peter Lindbergh, Paris

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.