Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Fujinon XF 23 mm f/1,4 R : Le verdict

14/02/2014 | Jean-Marie Sépulchre

LE VERDICT

- Caractéristiques :
Tout les fans de Fuji X l’attendaient depuis la sortie du Xpro1, il est là et équivaut à un 35 mm, focale fixe qui a nettement le vent en poupe chez les constructeurs qui commercialisent les 24 × 36, et sa luminosité est un grand atout.

- Fabrication :
La construction sur base en métal et la finition sont typiques de la série, tout en gardant un poids raisonnable grâce aux alliages légers. La parasoleil est aasez encombrant, mais protègera bien la lentille frontale.

- Ergonomie :
Le maniement est très agréable en visée électronique, mais sur le haut de gamme X Pro 1 la taille de l’objectif entraîne une gêne réelle pour l’utilisation avec le viseur optique, une bonne partie du cadrage étant obstruée. Evidemment le possesseur d’un XE ne rencontrera jamais cet inconvénient.

- Qualité optique :
La qualité globale est exceptionnelle, que ce soit pour le piqué ou pour l’absence de défauts optiques, aucune correction de post-traitement ne sera nécessaire sur les JPEG sortis de l’appareil.

- Rapport Qualité / Prix :
Le prix est assez élevé mais la qualité optique est telle que nous jugeons cet objectif en le comparant aux 35 mm f/1,4 des gammes 24 × 36, seul le Sigma Art ferait jeu égal en rapport qualité prix.

NOTE GÉNÉRALE : 8,9 / 10

"Ce qu’on a aimé"

- Quamité optique superlative
- Construction haut de gamme en métal

"Ce qu’on a moins aimé"

- Objectif encombrant
- Visée optique du X-Pro1 peu pratique

LIEN COMMERCIAL : PROFITEZ DE REMISES EXCEPTIONNELLES
Jusqu’au 15/01 de nombreuses remises (jusqu’à 450 €) sont offertes sur la gamme X Premium (X-T1 et objectifs Fujinon) dans la boutique officielle Fujifilm. Cliquez ICI Pour en profiter
MDLP N°63, Mars 2014
- Retrouvez l’intégralité de notre test sur le zoom Fujinon XF 23 mm f/1,4 R dans notre numéro soixante-trois du MondedelaPHOTO.com, actuellement en kiosque, et en vente sur le site (paiement par CB 100% sécurisé) :
- Lire le sommaire du N° 63 de MDLP
- Commander le N° 63 de MDLP
RÉALISEZ 32% D’ÉCONOMIE = ABONNEZ-VOUS !
WORKFLOW + LEMONDEDELAPHOTO.COM : Profitez de 32 % d’économie en souscrivant à notre offre d’abonnement de 1 an (14 numéros au total) au prix de 56 euros TTC.
Je souhaite m’abonner aux magazine Workflow & LemondedelaPHOTO.com

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • " Quamité optique superlative "

    Vitesse et précipitation...

  • "seul le Sigma Art ferait jeu égal en rapport qualité prix."

    Visiblement,Môsieur JMS s’est laissé aveugler une fois de plus par son excès d’enthousiasme !
    Comme dirait ma grand-mère, les chiens APSC ne font point des chats FF !

    Le 23/1.4 XF Fuji a effectivement la couleur,la saveur et l’odeur d’un 35/1.4
    FF (La formule optique ressemble effectivement à celles des 35/1.4 pour reflex FF !) mais... ce n’est pas un 35/1.4 FF !

    En gros, on est en face d’un 35/1.4 à l’échelle 2:3...mais dont le tarif est
    pratiquement celui du 24x36 !
    Officiellement, un 35/1.4 EX DG "Art" est vendu 1000 €
    quand le Fuji est vendu ...930€.

    L’amateur de ce genre d’optique n’est donc pas très content d’acheter
    sa mini pratiquement au prix de l’Audi .
    ....Et sa surprise sera encore plus grand en jetant un coup d’oeil aux
    prix de la rue :

    Au hasard, à Aix-La-Chapelle, on trouve le 35/1.4 Sigma à 750 €
    quand le Fuji 23/1.4 XF est vendu...899 € dans la même boutique !!!
    l’APSC vendu plus cher que le FF !!!
    Et là, le client est pô content du tout paske pô content de passer pour un
    jambon !

    Sinon, sur le plan technique, le 23/1.4 sur APSC recueille en réalité autant de photons qu’un 35/2 sur FF voire un peu moins (sur le papier).
    La comparaison va encore un peu plus à l’avantage du FF lorsqu’on
    prend en considération le 35/1.8 AFS Nikkor.
    En effet, quand on compare 3 objectifs couvrant 63º en couverrture angulaire mais dans des formats différents, ce qui compte au final, c’est le diamètre de la pupille d’entrée , pas l’ouverture brute.
    Le capteur numérique FF permet de cpompenser largement une ouverture apparemment plus généreuse.
    Le diamètre de la pupille d’entrée
    du Fuji = 16.4 mm

    du Canon 35/2 IS= 17.5 mm

    du Nikkor 35/1.8 AFS= 19.4 mm

    La messe est dite ; le FF est devant !

    Accessoirement, une ouverture plus raisonable a en réalité également des avantages ; les aberrations géométriques sont plus faciles à corriger
    et la résolution globale des optiques FF sera théoriquement meilleure.
    C’est d’ailleurs effectivement ce qu’on constate.
    Les fameuses franges pourpres sont moins présentes sur les Canon et Nikon (Je n’en ai jamais vu sur mon 35/2 !)

    Que reste-il à faire valoir au mirrorless ???
    La discrétion des optiques ?
    Ben non puisque les 35/2 IS USM ou 35/1.8 AFS Nikkor ne sont pas plus encombrants ni plus lourds que le FUji 23/1.4 XF.
    Reste la discrétion du mirrorless.
    Tant que Canikon n’aura pas commercialisé des reflex FF légers et compacts,
    le mirrorless garde l’avantage.
    Problème : Canon sait déjà produire des reflex APSC aussi légers que des mirrorless...et moins chers (Canon 100D) !Nikon s’apprête à fair quelque chose de comparable.
    Techniquement parlant, ces deux fabricants sont techniquement capables
    de faire des reflex FF aussi légers que des mirrorless "experts" voire "pros".
    Quand les majors auront franchi cette étape, on pourra sérieusement s’interroger sur l’avenir du mirrorless qui, en réalité, n’a JAMAIS
    été compétitif par rapport aux leaders du marché DSLR.

  • Mais peu importe que Canon ne soit pas capable de produire un reflex
    de 200g !
    C’est d’ailleurs pas vraiment le problème !
    Parmi la clientèle reflex, qui se plaint sérieusement des 407g de son
    Canon 100D ???
    Canon pourrait très bien poursuivre sa course à l’allègement de ses reflex mais elle ne le fera pas...parce que celà n’a aucun sens !
    Du temps de l’argentique, Canon était parvenu au poids "consensuel"
    de 360g pour un reflex d’entrée de gamme (l’EOS 300 X et Cie).
    En ajoutant les piles et le film, on arrivait à 400g environ.
    Le zoom d’entrée de gamme (un 28-90/4-5.6) pesait moins de 190g.
    On parvennait donc à un excellent équilibre 1/3 (pour l’objectif)
    2/3 (pour le boîtier).
    En réalisant un reflex de 407g TCC, Canon donne des arguments aux commerciaux de Canon pour contrer l’argumentation commerciale des acteurs du mirrorless.
    Le Canon 100D est certes plus lourd que certains mirrorless mais il est plus léger que les mirrorless haut de gamme des acteurs de ce marché.
    C’est tout ce qui intéresse Canon.
    Pour contrer les autres mirrorless d’entrée de gamme, il y a déjà les compacts à capteur BSI (RX 100 II par exemple) qui nuisent au GM1 par exemple.

    On le voit, la stratégie mise en place par les acteurs du DSLR commence à porter ses fruits et les ventes de boîtiers hybrides reculent sensiblement en occident tout au moins.

    La stratégie de la fuite en avant consistant à faire "toujours plus léger"
    de la part de panasonic (GM1 ) ou Samsung (NX mini tout récemment)
    est probablement vouée à l’échec...parce que les acteurs du DSLR ont déjà miné le terrain :

    Pentax et son Q7 : La clientèle est écoeurée
    Samsung et son NX Mini...parce qu’il arrive trop tard : Sony occupe déjà le terrain avec son RX 100 II dont le potentiel de progression est limité
    (On pourra difficilement faire progresser le rendement du capteur BSI ).


    Reste encore la voie du mirrorless 24x36 qui peut-être potentiellement plus léger que le reflex.
    Sony envisage un "Nex 5 FF" qui pèsera autour de 250g. Très bien.
    Avec quelle optique ??? Le zoom basique 24x36 le plus léger jamais réalisé est encore le Canon 28-90 EF pour les reflex argentiques et qui pesait 180g (!). Je ne vois pas très bien comment on peut faire moins vu que même en mirrorless APSC on n’y parvient toujours pas (Le 16-50 Pancake Sony pèse 116g ce qui donnerait plus de 200g en version 24x36.) !

    Le paradoxe est là : Si le mirrorless 24x36 veut supporter la comparaison avec la gamme optique des reflex 24x36, les boîtiers devront paradoxalement gagner du poids pour assurer un bon équilibre mécanique
    boîtier-objectif.
    Merde ! On tourne en rond....

  • Encore un article monopolisé par eric-pollueur.

  • En effet, on tourne en rond !!!

    Grâce à qui..................................e...-.

  • @AO & AF
    Attention à vos contributions ; elles vont finir par être plus courtes que vos pseudos !

  • C’est loin d’être votre cas.

    La concision n’est pas votre point fort.

  • Forcément !
    L’optique, que vous le vouliez ou non, est un sujet complexe mêlant des
    données historiques, techniques, stratégiques et....politiques (toujours !).
    Donc pour dépasser le point de vue des journalistes (trop concis à mon goût), je suis bien obligé de me lancer dans des explications qui peuvent être assez longues.
    C’est normal ; il faut bien aussi que les lecteurs "bisounours" prennent conscience de la complexité cachée du sujet.

  • Assurément, vous êtes étranger au monde des Bisounours.

  • @8

    Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement.

    Si vous l’appliquiez ?!

  • Et si vous commenciez par vous-même ?
    12 mots pour ne rien dire sur le sujet, n’est-ce-pas la preuve éclatante d’un manque de concision ?

  • Je me permet à nouveau de répondre, tardivement certes, mais je ne peux m’empêcher, à eric-p, qui n’a semble-t-il pas compris grand chose à la photographie, et qui n’a en réalité qu’un seul argument en tête, pour polluer chaque test d’appareil APSC ou Micro4/3 : la taille du capteur. En cherchant bien je pense qu’un complexe d’ordre phallique doit se cacher derrière tout ça. Car si la taille importait autant, tous les photographes du monde se promèneraient avec leur moyen-format autour du cou. Au moins tous les professionnels. Alors comment expliquez-vous que les photographes qui ne travaillent pas en studio, n’utilisent pas de moyen format, ou si peu ? Ils préfèrent le FF, plus léger ? Voyez-vous ça...et donc pourquoi les millions d’amateurs qui choisissent Fuji, Panasonic, Olympus ou d’autres appareils APSC, n’auraient-ils pas le droit, eux aussi, de voir encore plus léger ? Vous mentionnez le prix, vous mentionnez l’ouverture, pourquoi ne pas mentionner le poids, puisque nous venons de voir que cela a finalement son importance : car le Sigma pèse plus de 2 fois plus lourd que le Fuji.

  • Nous sommes en 2018, cinq ans après cet article que je relis ainsi quelques tests d’objectifs FUJI que j’apprécie beaucoup à l’usage depuis des années dont ce 35mm 1.4. que je possède depuis 4 ans.

    Je précise que j’ai la chance d’utiliser simultanément du full frame (Nikon D850 en ce moment) et des Fuji X depuis des années (X-Pro2 et XT-2 en ce moment) et que j’apprécie les 2 formats (après avoir beaucoup utilisé du Micro 4/3 aussi).

    Ce qui aujourd’hui me fait sourire en lisant dans les commentaires et les prédictions sur un ton très condescendant ainsi que les sentences sans appel de Eric-P c’est que 5 ans après le marché a complètement changé.

    Les mirrorless APS-C et FF mettent un peu à mal les DSLR. Les ML Sony en FF font souffrir Nikon et Canon de leur retard. Nikon et Canon admettent d’ailleurs à présent qu’ils ont mal évalué le potentiel des Mirrorless dans leurs récentes interview et tentent de rattraper ce retard en préparant avec quelques années de décalage.

    Mon D850 et mes focales fixes Nikon sont fabuleux mais je n’adore pas son poids et son encombrement donc je l’utilise uniquement quand je n’ai pas à transporter mon matériel photo de longues heures.

    En revanche les Fuji X sont toujours aussi bien construits, ergonomiques, innovants, légers et surtout ce sont améliorés (donnée que Eric-P ne semble pas intégrer dans son "raisonnement") ? Les optiques aussi (séries WR légères, compactes, et tropicalisées), les capteurs X-Trans mettent une claque à bon nombre de capteurs full frame sur le plan de la qualité d’image, les systèmes AF ce sont incroyablement améliorés et l’autonomie n’est plus le talon d’Achille de beaucoup de boitiers Mirroless etc...