Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Le D300s de Nikon, une évolution en douceur

30/07/2009 | Laurent Katz

30/07/2009 – Chez Nikon, l’évolution d’un reflex sans qu’il s’agisse d’un nouveau modèle consiste à le suffixer par un « s ». Principaux apports de cette nouvelle mouture du D300, la vidéo HD et le doublement des lecteurs de cartes.

Il y a quelques années, le D70 a été revu sous l’étiquette D70s, apportant quelques améliorations, certaines ayant pu intégrer le modèle d’origine sous la forme d’un nouveau firmware. C’est maintenant le D300, deux ans après sa sortie qui évolue, non pas vers un D400 doté d’un capteur plus fourni en pixels, mais vers un D300s (1 799 € en septembre).

L’essentiel des techniques, évoquées à la sortie du D300 et expliquées ici a été repris. Si le boîtier est resté le même (voir ici), avec le capteur 12,3 Mpxl, le processeur Expeed, le châssis tropicalisé et le LCD en 640 x 480 pixels, quelques changements apparaissent. Par exemple une touche dorsale pour accéder directement à la visée sur le LCD. Du coup, la position ainsi libérée sur la molette gauche s’orne de la lettre Q. Q comme Quiet, le mode Silencieux qui met en œuvre une remontée du miroir ralentie en fin de course et une descente plus lente, activée par le relâchement du déclencheur. La réduction du bruit est étonnante : on peut employer le D300s avec discrétion.

La vélocité des rafales passe à 7 im/s, et monte à 8 im/s quand la poignée MB-D10 est montée, avec pour alimentation un accu EN-EL4a ou 8 piles AA, ou quand l’appareil est relié au secteur. L’ouverture du compartiment abritant la carte mémoire dévoile maintenant deux fentes, l’une pour CompactFlash, l’autre pour SD/SDHC. Dans un menu, de nombreuses options gèrent intelligemment leur usage. Par ailleurs, le D300s est compatible avec les SD de Eye-Fi qui mélangent espace des stockage et module Wi-Fi.

La grande nouveauté est la vidéo, avec quelques contraintes : LCD fixe, durée en HD (1 280 x 720, 24 im/s) limitée à 5 mn, autofocus non continu mais devant être sollicité manuellement. Le format retenu est l’AVI, en M-Jpeg, avec des modes en 680 x 424 et 320 x 216, toujours à 24 im/s. Pour le son, il faut compter sur le micro monophonique intégré, associé à un réglage de la sensibilité, ou sur un micro externe branché sur la prise stéréo. Pour la gestion de l’ouverture, Nikon a prévu l’emploi de valeur allant jusqu’à F16 (F11 sur le D90). Par ailleurs, l’horizon virtuel peut se superposer à la visée vidéo pour faciliter les panoramiques. Cerise sur le gâteau, la touche centrale du pavé directionnel est un déclencheur dédié vidéo.

Le flash a également évolué, assurant la couverture d’un 16 mm. Cela tombe bien, il y a un zoom 16-85 mm au catalogue. Et il assure une synchro haute vitesse au 1/320.


L’ergonomie bénéficie de l’apport d’un affichage des infos de prise de vue, comme sur le D700, qui laisse modifier certains réglages spécifiques, comme choisir une configuration utilisateur, rappeler un jeu de fonctions personnalisées, sélectionner un mode d’optimisation d’image, agir sur le réducteur de bruit ou le D-Lighting. Ce qui évite de porter ces commandes, souvent employées, dans le menu personnel que l’on peut se constituer pour accéder rapidement à des commandes préférentielles.

À la question « Nikon Capture NX II est-il fourni ? », la réponse est « non », mais le D300s convertit en interne le Raw en Jpeg, avec un recadrage optionnel (et mal foutu !) aux formats 1/1, 16/9 et 4/3. Quant aux vidéos, il est possible d’en couper des portions inutiles.

Voilà donc un nouvel opus, siglé expert/pro, qui met le D300 au goût du jour. Histoire de patienter jusqu’à la PMA ou vraisemblablement la prochaine Photokina. Avec un D300x ou un D400 ? Mystère ! En tout cas, les amendements de la version antérieure, notamment le doublement des lecteurs de cartes, montre bien que Nikon a répondu à l’attente de nombreux professionnels. Qui considéraient le D300 comme un boîtier principal, voir un reflex pour seconder un plein format et profiter du facteur multiplicatif de l’angle de champ en photo animalière par exemple.

La manipulation du D300s



- Le boîtier

Les affichages présentent successivement :

• La structure en alliage de magnésium du boîtier et de la poignée d’alimentation optionnelle.

• L’emplacement des joints d’étanchéité.

• Le capteur d’autofocus Multi-Cam3500 DX.

• Le capteur Cmos.

• Le capteur du système de reconnaissance de scène et de mesure matricielle 3D II.

• Le capteur et son système antipoussière.

• La carte-mère et le processeur Expeed.

• Le viseur avec son quadrillage optionnel et la position des collimateurs.

• Le LCD arrière et toutes les possibilités d’affichage.

- Le LiveView

La visée sur LCD bénéficie de l’incorporation de l’horizon virtuel, qui ne fonctionne que dans le plan du capteur, mais pas selon l’axe de l’optique. Quadrillage et histogramme sont aussi à disposition.
- La gestion des cartes mémoire

L’appareil propose trois modes : Débordement, pour passer à la seconde carte quand la première est pleine, Sauvegarde, pour un double enregistrement des photos, et enfin l’écriture du Raw sur la CF et des Jpeg sur la SD.



- La reconnaissance de visages

En LiveView, la détection de visages est transparente, les visages ne sont pas encadrés. En fait ils sont pris en compte pour l’exposition et la balance des blancs déterminées par le système de reconnaissance de scène. Ce n’est qu’en mode Lecture, que les visages (plutôt de face, et en tout cas pas de profil) sont mis en évidence, avec la faculté de les afficher individuellement avec un agrandissement. (Pour leur participation impromptue, merci à ceux qui se reconnaîtront sur les photos.).

- L’Intervallomètre

Il permet, à une heure prédéterminée, selon une fréquence donnée, de prendre une séquence d’une ou plusieurs photos, et cela un nombre de fois préétabli.



- Les réglages vidéos

À nouveau pan fonctionnel, nouveaux réglages. Pour la définition, mais aussi, ce qui est aujourd’hui rare, un ajustement de la sensibilité du micro, en automatique ou en manuel. Plus la faculté de choisir la destination de la vidéo : CF ou SD.



- Les fonctions de personnalisation

Au nombre de cinquante, elles sont réparties thématiquement en catégories identifiées par des couleurs, afin de moduler finement le comportement du D300s. Quatre jeux de fonctions sont sauvegardables, pour une adaptation aux petits oignons à différents modes de prise de vue.



- Les commandes de retouche

Outre quelques filtres et effets, plus le D-Lighting bien sûr, le D300s propose de recadrer les photos et de convertir les Raw en Jpeg, avec application d’une réduction du bruit et d’une optimisation d’image.

Fiche technique

- Capteur : Cmos 23,6 x 15,8 mm 13,1 Mpxl
- Format : 3/2
- Protection du boîtier : Tropicalisé
- Stabilisateur : -
- Anti-poussière : Oui
- LiveView : Oui
- Pixels utilisés : 12,3 Mpxl
- Définition : 4 288 x 2 848, 3 216 x 2 136, 2 144 x 1 424 pixels
- Vidéo : 1 280 x 720 (24 im/s, 5 mn maxi), 680 x 424 ou 320 x 216 (24 im/s, 20 mn maxi)
- Sensibilité : Auto, 100 - 6 400
- Bracketing sensibilité : -
- Formats de fichiers : Jpeg, Raw, Raw + Jpeg, Tiff
- Espace de couleurs : AdobeRVB, sRVB
- Monture : Nikkor AF
- Coefficient multiplicateur : 1,5x
- Mise au point auto. : Détection de phase TTL
- Zones de mise au point : 51 ou 21 ou 9 (détection auto ou manuelle)
- Illuminateur AF : oui
- Mise au point  : Automatique au déclenchement ou continue, suivi dynamique, détection de visages (LivrView)
- Mode d’exposition : Programmé avec décalage, priorité vitesse, priorité diaphragme, manuel
- Mesure de l’exposition : TTL
- Plage d’exposition : 0 - 20 IL (2-20 IL en ponctuel)
- Type de mesure : Matricielle 3D II sur 1005 zones, pondérée centrale, moyenne, ponctuelle (2 %), sur collimateur actif
- Histogramme : Prise de vue et consultation (global et RVB)
- Compensation d’exposition : +/-5 IL par 0,3 ou 0,5 ou 1 IL
- Bracketing d’exposition : 2 à 9 vues (+/-3 IL par 0,3 ou 0,5 ou 0,66 ou 1 IL)
- Vitesse : 1/8 000 à 30 s
- Vitesse de synchro X : 1/250 s
- Rafales : 7 im/s (20 Raw 12 bits, 100 Jpeg), 8 im/s avec poignée MB-10/accu EN-EL4a ou secteur, 2,5 im/s (45 Raw 14 bits)
- Retardateur : 2 à 20 s
- Balance des blancs : Auto, préréglée (5), manuelle (6), 2 500 à 10 000 °K
- Bracketing balance des blancs  : 2 à 9 vues par 10, 20 ou 30 Mired
- Réglages divers : Mode Picture Control : couleur, contraste, luminosité, accentuation, teinte
- Prise flash : Griffe, prise synchro X
- Contrôle du flash : iTTL
- Flash intégré : NG 12/13 (auto/manuel) à 100 Iso
- Compensation d’exposition au flash : -3/+1 IL, par 1/3 IL
- Commentaires sonores : -
- Visée : Reflex optique (100 %), grossissement 0,94x, dégagement oculaire 19,5 mm
- Moniteur : LCD TFT 3 pouces, 920 000 pixels
- Écran LCD de contrôle : 1
- Modes d’affichage : Zoom, index (4, 9 ou 72 vues), indicateur surexposition, diaporama
- Stockage : CompactFlash I/II (compatibilité UDMA) et SD/SDHC
- Interfaces : High-Speed USB, vidéo (PAL/NTSC), HDMI 1.3a, IEEE 802.11b/g (opt.), micro stéréo
- Configurations utilisateur : 4
- Touches personnalisables : 2
- Divers : Fonctions de personnalisation, bracketing au flash, surimpression, compatibilité module GPS
- Télécommande : Opt. (prise 10 broches)
- Logiciels : Nikon ViewNX
- Accessoires fournis : Accus et chargeur, bandoulière, 1 câble USB, 1 câble audio/vidéo, 1 protège moniteur
- Alimentation : Un accu Li-Ion 7,4 V/1 500 mAh
- Dimensions : 147 x 114 x 74 mm
- Poids : 918 g (avec CF et accu)

- Le site de Nikon

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.