Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Nikkor AF-S 28 mm f/1,4 : un classique revisité

31/05/2017 | Benjamin Favier

On ne peut pas dire que les Nikonistes manquent d’offre en matière de focales fixes grand-angle. Cet AF-S 28 mm f/1,4 rappellera bien sûr le très apprécié 28 mm f/1,4 AF-D aux aficionados de la marque.

Présentation

Si vous aimez les optiques grand-angle, vous avez l’embarras du choix en matière de focales fixes. Il existe notamment les AF-S 24 mm f/1,4 et 24 mm f/1,8 ainsi que le 28 mm f/1,8… et le vétéran 28 mm f/1,4 AF-D, tout en métal, dont la sortie remonte à 1993. Cependant, ce modèle reste très performant, même sur l’exigeant capteur de 36 Mpxl du Nikon D810 (lire l’ebook consacré au D810, signé Jean-Marie Sepulchre, collaborateur de MDLP, éditions Eyrolles).

Dans la foulée du très convaincant Nikkor 105 mm f/1,4, Nikon enfonce le clou dans sa gamme d’optiques à f/1,4 avec cet AF-S 28 mm. La distance minimale de mise au point progresse par rapport à la version AF-D, passant de 35 cm à 28 cm. La formule optique repose sur quatorze éléments (2 verres ED, 3 lentilles asphériques, traitement Nano Crystal et fluor) répartis en onze groupes. Le diaphragme (électromagnétique) compte neuf lamelles. Accusant 645 g sur la balance, le 28 mm f/1,4 n’est pas un poids plume. À noter la présence d’un joint d’étanchéité au niveau de la baïonnette. Les amateurs de filtres pourront utiliser des modèles de 77 mm.

Il faudra que les performances soient exceptionnelles pour justifier le prix demandé : 2499 €. Cela dit, le modèle AF-D se négocie toujours très cher en occasion… Sortie prévue le 29 juin au prix de 2499 €.

- Le site de Nikon

Fiche technique

  • Prix : 2499 €
  • Type : Focale fixe grand-angle
  • Monture : Nikon F
  • Focale : 28 mm
  • Focale sur APS-C : 42 mm
  • Ouverture maximales : f/1,4
  • Ouverture minimales : f/16
  • Construction optique : 14 éléments (2 verres ED, 3 lentilles asphériques, traitement Nano Crystal et fluor) en 11 groupes
  • Protection : Oui
  • Zooming : -
  • Motorisation : Oui
  • Stabilisation : -
  • Diaphragme : 9 lamelles
  • Distance minimale de mise au point : 28 cm
  • Pare-soleil : fourni (HB-83)
  • Diamètre pour filtres : 77 mm
  • Dimensions (L x ø) : 100,5 x 83 mm
  • Poids : 645 g

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • On pourrait croire que cet objectif fait doublon avec le 24/1.4 AFS.
    En réalité, il le complète parfaitement en répondant aux critiques de ceux qui trouvaient le 24/1.4 "un peu mou"
    sur les bords à PO.
    La MTF revendiquée par Nikon est ambitieuse et répond au mieux aux exigences croissantes des capteurs
    surpixellisés (on parle de 45 MP pour le successeur du D810 selon les oracles...).
    Accessoirement, Nikon répond à la concurrence (Zeiss Otus) en offrant un objectif légèrement moins ambitieux en termes de perfs optiques (à en croire la MTF publiée par Nikon) mais beaucoup plus léger, compact, moins cher...et avec l’AFS.

    Il ne reste plus à Nikon qu’à se remettre à l’ouvrage afin de proposer un 20/1.4 AFS après avoir renoncé à le faire au début des années 2000...

  • À pleine ouverture, le Canon 24 mm mark II est mou également... pas évident de faire une optique qui "pique" à pleine ouverture, non ?

  • @3
    Un 24/1.4 est plus difficile à réaliser qu’un 28/1.4 (plus la focale est courte, plus le champ de vue est large et les aberrations géométriques sont difficiles à corriger tout comme l’AC latérale.).
    Ceci explique sans doute pourquoi Zeiss s’est "contenté" d’un 28/1.4 Otus plutôt que de s’attaquer à un 24mm.

    Le 24/1.4 L II Canon commence à dater (il a déjà 9 ans).
    Sigma a récemment produit (il y a 2 ans ) un 24/1.4 DG Art ...et qui présente lui aussi une "faiblesse" au delà de 18 mm de l’axe optique et, ce, malgré une formule plus musclée.
    Canon a peut-être les moyens de réaliser un 24/1.4 "irréprochable" (comprendre : sans faiblesse optique à PO
    sur les bords) compte tenu des technologies dont il dispose désormais par rapport à 2008 (lentille asphérique frontale de grand diamètre, capacités de calculs largement améliorée par rapport à 2008, possibilité de réaliser des focales fixes avec 3/5 dioptres asphériques assez difficile à calculer, arrivée du BR,etc...) mais est-ce une priorité pour lui en ce moment ??? (Ils semblent assez occupés en ce moment avec
    la future génération de "grands blancs" DO-BR-asphériques prévus pour 2018-2020...