Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Nikon Z5 : l’entrée de gamme 24 x 36

21/07/2020 | Benjamin Favier

Troisième boîtier plein format en monture Z, le Z5 hérite du superbe viseur Oled de ses aînés ainsi que du système AF du Z6. Avec son ergonomie en partie simplifiée, il se positionne sous la barre des 2000 € en kit.

Présentation

Après une parenthèse au format APS-C avec le Z50, lui aussi en monture Z, Nikon dévoile le Z5, qui s’impose comme le petit frère des Z6 et Z7, lancés il y a bientôt deux ans. Il reprend quelques caractéristiques vues sur le Z6, tandis que d’autres ont été revues à la baisse, pour positionner ce boîtier en entrée de gamme.

24 Mpxl et stabilisation

Bonne nouvelle, la stabilisation sur cinq axes au niveau du capteur est bien là. Nous aurions pu craindre le contraire, car le Z50 en est dépourvu. Tout comme le Canon EOS RP, qui fait figure de principal concurrent de ce Z5.

JPEG - 216.8 ko
Le système de stabilisation sur cinq axes embarqué dans le Z5.

Le capteur Cmos de 24,3 Mpxl n’est en revanche pas celui du Z6, car il n’est pas rétro-éclairé. Il s’agit très probablement de celui du D750, sensible de 100 à 51 200 Iso. Le processeur Expeed 6 est identique à celui des Z6/Z7.
Nous avons beaucoup apprécié le viseur Oled 3,69 Mpts (grossissement 0,8x) des Z6 et Z7, bien qu’ils ne soient pas les plus définis du marché. Le Z5 a droit au même afficheur que ses aînés. Un avantage par rapport à l’EOS RP, mais aussi face aux Sony A7 II ou III, qui se contentent tous d’un Oled de 2,36 Mpts.

Ergonomie épurée

Le dos du boîtier atteste d’une parenté évidente avec les Z6/Z7 : l’emplacement et la nature des touches sont strictement identiques. Le joystick, à l’époque oublié sur le D750 ou les D600/D610, est bien présent.

Les dimensions sont d’ailleurs quasiment identiques entre les Z6/Z7 et le Z5 : 134 mm de long, 100,5 mm de haut. Seule la largeur varie, soit 69,5 mm pour le Z5, contre 78,5 mm pour les autres. On constate ainsi la disparition, sur le capot supérieur, de l’afficheur des Z6/Z7, résumant les principales infos de prise de vue. Le barillet de réglages PASM prend place près du déclencheur (il n’est hélas pas verrouillé), tandis que les deux molettes avant et arrière sont conservées. Une ergonomie proche de celle du Z50 sur le dessus. En façade, à droite de la monture, on retrouve aussi les deux touches Fn1/Fn2. À noter, le boîtier possède de nombreux joints d’étanchéité.

Territoire marqué

Pour mieux distinguer le nouveau venu de ses prédécesseurs, outre le capteur non BSI, Nikon a procédé à quelques ajustements. La définition de l’écran LCD de 3,2 pouces passe de 2,10 Mpts à 1,04 Mpts. La dalle est par ailleurs tactile et toujours inclinable sur un plan vertical. La cadence est également en retrait. Nettement, puisqu’elle est seulement de 4,5 im/s : rappelons que le Z6 atteint 12 im/s. Nikon aurait tout de même pu aller jusqu’à 6 ou 7 im/s (le D750 était à 6,5 im/s), données plus rassurantes en photo sportive ou animalière.

JPEG - 190.4 ko
L’obturateur du Z5.

Par ailleurs, l’obturateur monte au 1/8000s. Et le système AF à détection de phase et de contraste repose sur 273 points, comme celui du Z6 (ou du D780 en LiveView). La détection des yeux fonctionne sur les humains et les animaux.

Recadrage en 4K

En vidéo, le Z6 reste le plus polyvalent de la famille Z. En 4K UHD, le Z5 tourne à 25 im/s, mais au prix d’un fort recadrage 1,74x (peu ou prou comme l’EOS RP), sur 8 bits et sans la possibilité de filmer sans compression en HDMI sur 10 bits avec le profil N-Log. En revanche, un time-lapse vidéo (absent sur les Z6/Z7) investit les menus, tandis que prises casque et micro sont bien là.

Petits plus par rapport aux Z6/Z7, le Z5 dispose d’un double lecteur de cartes. Deux compartiments pour SD, compatibles UHS-II.

JPEG - 212.1 ko
Le Z5 dispose de deux compartiments pour cartes SD compatibles UHS-II.

L’accu EN-EL15c devrait offrir une autonomie supérieure par rapport à l’EN-EL15. Nikon annonce une autonomie d’environ 390 vues avec le Z5 et un mode dédié à l’économie d’énergie apparaît dans les menus. Enfin, il sera désormais possible de recharger l’accu en USB tout en utilisant l’appareil, ce qui n’est pas possible avec les Z6/Z7.

On pourra utiliser le grip optionnel MB-N10, conçu tardivement pour les Z6/Z7 ; mais rappelons que ce dernier, s’il embarque deux accus, ne propose pas de doublement des commandes.

Dans un premier temps, le Z5 sera uniquement proposé en kit, avec le petit zoom transstandard 24-50 mm f/4-6,3 (lire présentation ici), au prix de 1 899 €. Ou bien avec le zoom et la bague FTZ, pour 2 049 €. La disponibilité est annoncée pour le 27 août.

- Le site de Nikon

Premier avis

Ce Nikon Z5 semble parfaitement taillé pour mener la vie dure à l’EOS RP. La stabilisation sur cinq axes, la qualité du viseur Oled, la construction robuste, le système AF et l’ergonomie éprouvés notamment sur le Z6 seront autant d’atouts de poids. Étant donné le positionnement tarifaire, nous aurions aimé que Nikon aille un peu plus loin. Ne pas mettre le capteur BSI du Z6 est dommage, mais cela passe encore. En revanche, la rafale à 4,5 im/s est insuffisante. Il y avait pourtant de la place pour ne pas empiéter sur le territoire du Z6 et ses 12 im/s ! Ce n’est pas le RP qui lui fera de l’ombre (4 im/s en Ai Servo), mais les hybrides APS-C et Micro 4/3 situés dans les mêmes gammes de prix font mieux (Fujifilm X-T3 ou 4, Lumix G9, Olympus E-M1 Mark II ou III, Sony A6500/6600…).

Même sentiment au regard des caractéristiques du Z5 en vidéo : le fort recadrage en 4K UHD sera dissuasif pour les vidéastes aimant les focales grand-angle, tout comme l’impossibilité de tourner sans compression en HDMI. Là encore, l’EOS RP ne fait pas mieux, mais tous les concurrents situés sous la barre des 2 000 € disposent de meilleurs atouts, y compris un certain Z6. On trouve en effet se dernier autour de 1900 € actuellement. Tout comme l’A7 III. Il faudrait que Nikon propose le Z5 nu, à un tarif agressif, proche du RP, pour vraiment se démarquer. Sur le versant photo, il s’impose comme un beau successeur du D750, en version hybride.

Fiche technique

  • Capteur : Cmos 23,9 x 35,9 mm de 24,3 Mpxl
  • Définition maximale : 6016 x 4016 pixels (3/2)
  • Montures/Coefficient : Z/1x
  • Sensibilités : 100-51200 Iso
  • Vidéo : 4K UHD à 25 im/s sur 8 bits (recadrage 1,74x)
  • Formats de fichiers : Raw (Nef) 12 à 14 bits, Jpeg, Mov, MP4
  • Protection du boîtier : oui
  • Stabilisateur : oui sur cinq axes
  • Visée : Oled 3,68 Mpts, 100 %, grossissement 0,8x
  • Moniteur : LCD 3,2 pouces, 1,04 Mpts, inclinable et tactile
  • Flash intégré : -
  • WiFi/Bluetooth/GPS : Oui/Oui/-
  • Autofocus : Détection de phase sur 273 points ; couverture à 90 % environ ; sensibilité jusqu’à -4 IL
  • Vitesses : 1/8000s à 30s ; Synchro X 1/200s
  • Rafales : 4,5 im/s
  • Stockage : 2 x SD UHS-II
  • Interfaces : USB 3 Type C, HDMI Type C, accessoires, micro, casque, griffe flash
  • Alimentation : accu Li-Ion EN-EL15c (390 vues selon les normes CIPA)
  • Dimensions/Poids : 134 x 100,5 x 69,5 mm/675 g

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



CEWE