Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Ricoh GR : le compact à grand capteur de Pentax

17/04/2013 | Franck Mée

La course au compact à grand capteur n’est pas finie. Après Nikon, c’est au tour de Ricoh (maison-mère de Pentax) de dévoiler son modèle. Le nouveau GR est très proche du Coolpix A… mais clairement dédié aux experts et encore plus compact.

Présentation

Quels constructeurs peuvent revendiquer un héritage historique sur le créneau du compact expert ? Lorsque quelqu’un se pose cette question, Ricoh est une réponse incontournable : dès les années 90, la lignée des GR1, GR10 et GR21 faisait figure de référence des compacts "bloc-notes", à conserver dans la poche et prêts à servir à tout instant.

Depuis 2005, cinq générations de GR Digital se sont succédé, unanimement applaudis pour leur ergonomie à la fois avancée, souple et efficace… et tout aussi unanimement critiqués pour leur gestion de la sensibilité : ils utilisaient de petits capteurs et le traitement d’image Ricoh était loin des références Canon et Panasonic. Le très particulier GXR avait permis de passer au grand capteur (avec les modules A12 28 mm et A12 50 mm) et d’améliorer spectaculairement la qualité, mais au prix d’un encombrement plus important et d’un concept peut-être trop inhabituel pour séduire.

Cependant, la vogue des compacts à grand capteur et à focale fixe a donné des idées à Ricoh : remettre à jour le concept du GR. C’est le nom du nouvel appareil, qui ne s’appelle donc pas "GR Digital V" : la simplification du nom marque une rupture technologique, les entrailles du GR n’ayant plus rien en commun avec celles du GR Digital IV.

Hi-tech

Le capteur est au format APS-C et compte 16 mégapixels. Dépourvu de filtre passe-bas, il ressemble beaucoup à celui du Pentax K-5 IIs, autre produit de la maison Ricoh ; il est aussi semblable à celui du Nikon Coolpix A et la comparaison du traitement d’image avec ces deux références sera intéressante. La vidéo est revue : Ricoh est enfin passé au Full HD et à la prise de son stéréo.

L’objectif, pour sa part, est un équivalent 28 mm f/2,8, mais il ne s’agit pas d’une adaptation de celui du GXR A12 28 mm : la formule optique est différente. Pour les amateurs de 35 mm, Ricoh a prévu un recadrage dès la prise de vue, permettant de viser directement avec cette focale. Pour ceux qui veulent plus large qu’un 28 mm, la marque propose également un convertisseur grand-angle ramenant la focale équivalente à 21 mm ; cependant, cette solution nuit gravement à l’embonpoint du boîtier et ne devrait guère séduire.

Car la compacité est l’autre argument-phare du GR. Avec 11,7 cm de largeur, il fait six millimètres de plus qu’un Nikon A, mais reste plus compact que tous les autres concurrents ; et avec 6,1 cm de hauteur et 3,5 cm d’épaisseur, il est plus petit que tous les concurrents — il ne fait que 2 mm d’épaisseur de plus que le GR Digital IV, pourtant doté d’un petit capteur !

Tout pour les réglages

Le GR devrait tout de même profiter d’une ergonomie exemplaire : il reprend les bonnes idées de ses aînés… et ajoute quelques spécialités piochées chez Pentax. Le basculeur ADJ. au dos et la molette sous l’index sont évidemment repris, de même que les nombreuses options personnalisables : les deux touches Fn au dos et le bouton Effect à gauche peuvent offrir différentes fonctions, le menu rapide accessible par le basculeur offre les options de son choix, les modes "MY1" à "MY3" permettent de mémoriser ses réglages favoris… Les hauts de gammes Ricoh ont toujours proposé des options avancées et le GR ne rompt pas avec cette excellente habitude.

Notons également l’arrivée du mode TAv des reflex experts Pentax : dans ce mode, molette et basculeur règlent vitesse et ouverture et l’appareil ajuste la sensibilité automatiquement pour conserver une bonne exposition. Si les GR ont toujours été avares d’automatismes intelligents, leur ergonomie ravissait les adeptes de réglages manuels et le dernier-né poursuit sur leur lancée.

Dernière bonne nouvelle : sur un segment où des tarifs de l’ordre de 1000 € ne sont pas rares, le GR est annoncé à "seulement" 749 €.

- Plus de détails sur le site de Pentax Ricoh

Premier avis

Sur le papier, le nouveau Ricoh GR a tout pour lui : Pentax a fait des merveilles avec un capteur très proche (sur le K-5 IIs), l’optique devrait être excellente si elle suit celles des modules GXR à capteur APS, et la compacité paraît encore meilleure que l’étonnant Nikon Coolpix A.

L’ergonomie est le premier signe concret de la fusion avec Pentax, avec l’arrivée du très pratique mode TAv, et reprend toutes les recettes qui font depuis longtemps des compacts Ricoh des références absolues dans ce domaine.

Enfin, le tarif est moins élevé que celui des Sigma DP1 Merrill et Nikon Coolpix A, les deux autres compacts à grand capteur et objectif 28 mm, et seuls les amateurs d’automatismes intelligents et de design moderne devraient être déçus.

Fiche technique

Ricoh GR
- Capteur : Cmos, APS-C, 16 Mpxl sans filtre passe-bas
- Sensibilité : 100 - 25 600 Iso
- Objectif : éq. 28 mm f/2,8, macro à 10 cm
- Vidéo : Full HD 1080p, 24, 25 ou 30 im/s, son stéréo
- Balance des blancs : Auto, multizone, 9 pré-réglages, manuelle
- Exposition : TTL multizone, pondérée centrale, spot ; correction sur ± 4 EV, bracketing sur ± 2 EV
- Obturateur : 1/4 000 s - 300 s, B, T
- Écran : LCD 3", 1 230 kpts
- Viseur : -
- Flash : Intégré (NG=5,4 pour 100 Iso), griffe flash
- Modes de prise de vue : P, Av, Tv, TAv, M, auto, vidéo, 3 modes perso, 8 filtres créatifs
- Alimentation : Batterie Lithium-Ion, autonomie : 290 vues
- Dimensions / poids : 117 x 61 x 35 mm / 245 g

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • Un tri-focal sans viseur optionnel, parfois, on se demande ce qui passe dans la tête des ingénieurs. Parce que les petits compacts Ricoh de luxe et le GXR ont un petit viseur EVF optionnel, il n’y a avait pas à chercher longtemps dans l’atelier pour trouver la connectique et l’électronique de commande ? Ils veulent tuer les vieux photographes traditionnels, ou quoi ...dommage, ce sont eux qui ont l’argent pour acheter des compacts de luxe !

    • Oui mais c’est une histoire de compromis.

      Prévoir un EVF externe cela aurait demandé une plus grande hauteur au boitier.

      Après tu as un viseur bi-focale 21-28 et pour le 35 d’un coté autant rester en 28mm et recadrer sur son ordi.

      Bon à la vu des comparatifs qui circulent sur internet, le GR n’est pas le premier sur le marché mais il risque d’être le premier sur le podium sauf si le viseur à la X100 et Le critère principal.

    • moi il m’a l’air tres bien cet appareil.

      Lse GRD III et IV ont recu de tres bonnes critiques en general, en particulier au niveau de l’ergonomie et avec un capteur de cette taille pour un boitier equivalent, ca devrait bien e faire je pense.

    • Un EVF optionnel sur le griffre flash ne prend de la place que quand on en a besoin, de toute façon ils ont prévu un viseur optique, mais sans transmission électrique des infos, rien sur la vitesse ou le diaph mais là l’exemple vient de loin : Leica, Zeiss, Nikon, Sigma ont tous commis des viseurs tous aussi dépourvus d’infos pour le photographe alors que dans les compacts du siècle dernier ont pouvait trouver un affichage de données de base...
      L’écran arrière a son utilité dans certaines circonstances, mais là venant d’une marque qui proposait déjà un EVF optionnel sur des compacts de luxe, c’est un sacré retour en arrière. Les Pentax K01 et Q dictent leur loi ;o)

    • Je ne vois pas bien le rapport entre "vieux photographes traditionnels" qu’on voudrait tuer et ce boitier ???
      cet appareil a toutes les qualités requises pour faire de la photo bloc note et de la photo de rue. Il y a peu a dire quant à l’ergonomie chez Ricoh, aucune marque ne lui arrivant à la cheville. Il estproduit en bien plus petite serie qu’un coolpix A et s’il etait davantage diffusé, son prix serait en dessous des 500 usd.
      Il n’y a pas que les vieux phtotographes traditionnels (d’ailleurs, ça veut dire quoi exactement traditionnel ?) qui investissent dans la photo et chacun verra midi à sa pendule. A peine annoncé, voilà déjà les bofs de la photo qui critiquent plus qu’ils ne photographient qui s’excitent. Tout le monde l’attendait ce Ricoh comme successeur du IV. S’ils avaient sorti un énième modele avec un petit capteur, il aurait ete mort né. Les produits de chez Ricoh, c’est comme les produits Fuji, ce sont des produits niche, avec la grosse différence de moyens et de vision a long terme. C’est dommage parce que je pense bien que c’est e.a. Fuji qui va manger Ricoh.
      /Pentax. Ce produit mérite sa chance mais il faut reconnaitre que la concurrence est de plus en plus rude.....

    • Certains photographes ont été formés du temps du 24 x 36 argentique, ils aiment viser à hauteur d’oeil avec un viseur précis et disposant des infos de prise de vues. C’est comme çà, et en plus leurs vieux os les gênent pour se contorsionner en tous sens pour snaper avec l’écran arrière. Si Ricoh n’avait pas eu l’habitude de proposer un bon viseur optionnel sur les hauts de gamme précédents je dirais "excusez les, ils ne savent pas ce qu’ils font". Mais là, ils savent ;o)

    • faudrait reflechir avant se sortir des idees recues :

      il faut beaucoup plus se contortionner pour garder l’oeil au viseur que sur un ecran.
      j’aimerais bien voir ces photographes aux "vieux os" se rouler par terre pour garder l’oeil au viseur lorsqu’ils font une photo au ras du sol et dire ce que c’est super pratique.

      ce qui n’enleve rien a l’interet d’un viseur bien sur

    • Non Ricoh n’a jamais proposé de viseur EVF sur les modèles précédents à focale fixe la série de GRD, ils l’on fait pour les compacts zoom expert de la série GX et sur leur hybride GRX (qui soit dit en passant bien que très compact est d’une taille supérieur).

      Dans la vrai vie un EVF est très encombrant bien plus que sa taille réel, un viseur optique comme le VG-2 Ricoh est lui très compact.
      En utilisation avec un viseur optique sur le GR comme avec le GRD et GXR on a la confirmation de la map via la led vert positionnée au dos du boitier.
      L’ensemble GR + le viseur VG-2 offre une grande compacité, une bonne fiabilité et un viseur agréable avec une belle image clair (plus agréable que celle d’un EVF), certes ce viseur optique n’est pas exempté des défauts de ses congénères.

    • Quand je possédais un GRD II, je lui avais mis un viseur 28mm Voigtländer lumineux et relativement abordable finanièrement parlant.
      J’ai gardé le Voigt’ et je pense que j’ai bien fait...
      Sacrée nouvelle de Ricoh. Je n’ai jamais trouvé un appareil aussi bien pensé pour le photographe depuis mon M6 ;-)

    • +1 pour l’absence de viseur, en grand angle un viseur est "presque" inutile sur un appareil AF. On voit bien plus de chose en grand angle sur un écran bien défini et lumineux de 3" ! comme le souligne l’un des autres commentaires la visée écran apporte bien plus de souplesse, de vitesse, de possibilité de cadrage qu’un viseur !

      Par contre oui dès lors que l’on aborde les 50mm ou la visée manuelle, un viseur s’impose, pour la stabilité du cadrage... il me serait bien impossible de viser sur écran avec mon 85mm samyang manuel !

      Bravo Ricoh pour ce magnifique condensé, une invitation au voyage, à la photo de rue, de paysage, de proxy photo, de portrait etc etc... Plus nombreuses sont les belles photos avec l’appareil que l’on a toujours sur soi :)

    • Quelle que soit la focale, comment peut-on trouver la visée par l’écran (qui plus est non orientable) plus confortable qu’un viseur ???

      C’est illisible en plein soleil, ça prend les taches de doigts, on ne peut pas corriger la dioptrie, ... et en plus, la position est instable

      Sans dire comment ça me GONFLE de shooter bras tendus avec un compact expert comme avec un smartphone.

      Faut revenir aux fondamentaux les gars !

    • Les fondamentaux ? Comme prendre des photos et peu importe comment et avec quoi ?
      Perso, j’ai en appoint d’un D300 un x10. J’utilise le viseur, ou l’écran selon les circonstances. Il n’y a pas d’information dans le viseur ? Et alors, je sais ce que je vais faire, et en plus, si je veux pinailler, je n’ai qu’à prendre mon reflex.
      Faut en effet revenir aux fondamentaux, un lieu, des personnages, une lumière, un photographe.

      Luisfrance

    • Il existe bien des lcd utilisables en plein Soleil, s’ils sont orientables c’est un plus.

      Moi revenir aux fondamentaux ce n’est pas idolâtrer un boitier pour la simple raison qu’il a un viseur alibi, viseur d’appoint utilisé et pour cause que de rares fois, qui cache un écran plus petit, moins défini et difficilement voir pas du tout utilisable en plein Soleil.
      Pour moi les fondamentaux c’est un boitier bien construit, avec un finition durable, une vrai prise en main, avec une véritable ergonomie, un bon système de visée (LCD et vrai viseur si c’est possible), donnant de bons résultats, un appareil dont l’on sent que ce n’est pas une fiche technique fait pas des ingénieurs fous ou par le service marketing mais par des ingénieurs photographes qui conçoivent un appareil pour être utilisé dans le vrai vie.

      Un peu comme ce Ricoh GR.

    • Pour avoir utilisé le GR IV, je peux vous dire que Ricoh sait ce que ergonomie et efficacité veulent dire. Il ne manque a cet appareil qu’une bague des diaphs comme sur le lx7, la ça aurait ete parfait....

    • J’ai commencé la photo avec un reflex argentique il y a de nombreuses années et pour rien au monde je ne reviendrais sur un viseur !
      - ce n’est pas discret (avec un écran on prend des photos en cadrant sans être vu !)
      - on est obligé de se contorsionner parfois
      - on a l’air con avec un appareil photo accroché à l’oeil et on n’est plus attentif à ce qui se passe autour (hors champs)
      - c’est tout petit et donc il y a peu d’information de prise de vue
      - bref c’est le temps des dinosaures ;-) un peu comme regretter les pellicules :-)

      J’en suis à mon 2ième GR (I volé et III) et c’est un APN extraordinaire à l’ergonomie excellente.
      Les plus pour moi de ce modèle = le CMOS et le format 35mm en 10Mpx qui sera super pour les portraits (pas de gros plan bien sûr cela reste un grand angle)
      Les moins : la macro qui passe à 10cm (1cm avant !)
      J’ai très envie de revendre mon GRIII (qui reste très très bien) et de craquer...

  • Meilleur et moins cher que le nikon coolpix A, le Ricoh GR va donner des sueurs froides a plus d’un concurrent..... Cla faisait longtemps que je l’attendais, le voici !
    ceux qui n’ont jamais eu de Ricoh GR II, III ou IV en mains devraient l’essayer de toute urgence avant tout autre achat. Une fois qu’ils l’auront testé, ils ne voudront plus aucun autre croyez moi : cet appareil cumule tous les avantages : compacité, efficacité, souplesse, discrétion, performance et prix !

    • Tout à fait d’accord
      J’utilise un GRD depuis de nombreuses années et aussi un GXR. Le GR et un appareil que l’on a tout le temps dans la poche et maintenant un capteur APSC que demander de mieux ? L’ergonomie des anciens GR est parfaite avec des raccourcis personnalisables et qui ne s’encombrent pas de gadgets superflus et c’est un super appareil qui permet de faire de beaux tirages en 30/45 pour le gr et 50/75 avec le gxr. le viseur optique est une petite merveille sauf pour les cadrages avec des lunettes mais ça se corrige facilement sur l’ordi. Quand sera-t-il commercialisé. Un gr et capteur apsc what else !

    • J’en rajoute une couche dans mon enthousiasme subjectif pour cet appareil dont je sais déjà qu’il sera dans ma poche souvent (des que je l’aurai acheté) car les premiers tests effectués par les numeriques montrent que l’optique du GR est nettement supérieure à celle du nikon coolpix.... Seuls problèmes rencontrés : l’absence de temoin de charge sur le boitier (car il n’y a pas de chargeur séparé, faudra s’y faire), moirage comme pour le Fuji x100.

    • En plus des "premiers tests effectués par Les Numériques", vous pouvez aussi consulter le numéro du Monde de la Photo en kiosques depuis quelques jours... Je vais pas tout dévoiler, mais vous pouvez voir dans l’annonce qu’il a les deux logos coup de cœur et verdict technique. ;)

    • Il est dispo a dater de ce jour enbelgique, demain, je me précipite. J’espère que ricoh n’aura pas fait la meme bourde que Sony avec son iso automatique qui n’autorise pas un diaph plus ouvert que f4.0 alors que l’optique ouvre à F2.0.
      Quant au débat (agité) sur le viseur, il est un peu stérile : celui qui en a besoin l’achète. De plus un viseur amovible, ça s’enlève : rien n’empêche donc l’utilisateur du GR d’enlever le viseur pour viser a l’aveugle (c’est ce que je fais, et avec l’expérience, j’arrive a viser juste) pour la photo de rue, et pour les photos plus pointues, on remet le viseur. Voilà donc en grande partie pourquoi il est inutile de s’enerver sur ce viseur : il a au moins le mérite d’exister. Quant au complément grand angle : c’est la meme chose, il a le mérite d’exister et meme s’il est un peu encombrant, il reste moins encombrant que le 14 mm Fuji qui lui est carrément massif !

  • Ce compact est un excellent complément à un équipement reflex APS-C ou FF. Les images délivrées sont excellentes. L’absence de viseur n’est pas une gène rédhibitoire.
    La qualité des images n’est pas ( pour ceux qui travaillent en raw ) rendue par le logiciel Silkypix. Nécessité absolue d’utiliser d’autres outils......lightroom4 ou rawtherapeeV40.

  • Il serait super, s’il avait un viseur. C’est nul de tenir un appareil de cette qualité à bout de bras comme un téléphone-qui-prend-des-photos.

    Savez-vous si Ricoh-Pentax va décliner la gamme avec un équivalent 75 mm, pour les portraits ? (et sans oublier le viseur SVP ! au besoin en prenant la place du flash intégré, médiocre et indigne d’un appareil de cette qualité, comme tous les flashs intégrés)

    Ce serait l’idéal :
    - équivalent 28 mm pour les paysages et les groupes dans une poche ;
    - équivalent 75 mm pour les détails et les portraits dans l’autre poche.

Hors-séries Le Monde de la photo