Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Sigma 14 mm f/1,8 DG HSM Art, La qualité optique

14/03/2018 | Jean-Marie Sépulchre

La qualité optique

Le vignetage est de 0,8 IL à pleine ouverture, il diminue rapidement en fermant le diaphragme et a disparu à f/5,6. L’aberration chromatique est un peu élevée mais pas vraiment visible avec 1,3 pixel à f/1,8 et devient très bonne à f/5,6 (0,8 pixel). La distorsion en barillet est assez élevée avec 1,13 % mais sa forme régulière est facile à corriger. Elle est moins visible à distance de paysage urbain que sur mire à courte distance. Pour une correction automatique du vignetage et de la distorsion il faudra utiliser des logiciels qui possèdent le profil de l’objectif, en général Lightroom ou DxO Photolab sont mis à jour assez rapidement après la sortie d’un nouveau modèle, mais Canon DPP ne corrige que les objectifs de la marque.

JPEG - 102.1 ko
- Ci-dessus : Vignetage et distorsion (la distorsion est grossie × 5 fois)
ACHETER EN LIGNE LE N°104 du MondedelaPHOTO.com [MDLP]
132 PAGES - AVRIL 2018 - 6,00 €
TEST EXCLUSIF CANON EOS 6D Mark II : LAPONIE, le reportage de l’extrême. Deux lecteurs au-delà du cercle polaire, leurs récits ■ Nouveautés 2018 : FUJIFILM X-H1, Sony, A7R III, Panasonic Lumix GX9, Pentax K-1 Mark II, Tamron 28-75 mm f/2,8 Di III, Sigma 14-24 mm f/2,8 Art ! ■ GRAND FORMAT : au cœur des spectacles vivants avec la photographe Agathe Poupeney ■TUTORIELS : Dxo Photo Labs 1 [2 tutoriels] ■ Lightroom CC [1 tutoriel] ■ TESTS : Panasonic Lumix GH5s ■ Olympus Pen E-PL9 ■ X-Rite i1 Studio ■ Benro Slim ■ Benro Incognito ICB 100 ■ Canon EF 85 mm f/1,4L IS USM ■ Sigma 14 mm f/1,8 DG HSM Art ■
Cliquez sur ce lien pour le commander (envoi sous 48 heures)
NOUVEAU : MDLP est disponible sur tablette (iOs & Androïd)
NOUVEAU ! ABONNEMENT SANS ENGAGEMENT DE DURÉE
MDLP lance en 2018 une offre d’abonnement sans engament de durée sur sa version numérique (disponibles smartphones, tablettes et ordinateurs). Vous êtes libre de résilier ou suspendre à tout moment votre souscription par l’envoi d’un simple émail à l’adresse émail à abonnement@lemondedelaphoto.com Afin de vous faire découvrir cette offre et cette nouveau mode pour vous procurer votre magazine préféré, nous vous proposons une offre préférentielle : vous payez 1€ le premier numéro, puis 3,90 € les numéros suivants. Paiement par CB 100% sécurisé par la société Générale. Cliquer sur ce LIEN pour bénéficier de cette offre.

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • Cher JMS,

    À propos de la distorsion, vous auriez dû préciser qu’elle est en réalité mesurée par vos soins à 50x la distance focale.
    Dans la "réalité", les utilisateurs de ce type d’objectif effectuent leurs PDV à des distances bien supérieures (typiquement plus de 3m) où la distorsion est
    NÉGLIGEABLE comme le précise d’ailleurs le site Sigma sur cet objectif.
    La valeur publiée par Sigma vaut 1% MAXIMUM (sans doute mesurée autour de 1000x la distance focale), c’est à dire 0.3% selon la méthode de mesure que vous utilisez ainsi que certains de vos confrères...

    Cette valeur exceptionnelle (Vers 1990, Sigma était à peine capable de proposer un 14/3.5 à la distorsion catastrophique) est due pour l’essentiel à la présence d’une lentille asphérique de grand diamètre ( 80mm de diamètre) qui permet à Sigma de proposer un 14/1.8 , 35 années après que les opticiens aient stagné sur le 14/2.8.
    La technologie exclusive permet à Sigma de proposer toute une série d’UGA (zooms/fixes) pour lesquels la concurrence est INCAPABLE de répondre.

    Accessoirement, Sigma continue de gagner ses galons auprès des professionnels/prosumers...

  • Cher Eric, il est justement précisé dans le texte que la distorsion est moins visible en paysage, sans écrire qu’elle est nulle...nous connaissons des objectifs "zero D" ou il en reste un peu..."mais c’est dans l’arrondi"...maintenant j’apprécie l’exploit mais souvent en optique un défaut en compense un autre, je préfère un peu de distorsion facile à corriger en post-traitement et un piqué homogène, parce que si çà file sur les bords aucun logiciel ne peut retrouver les détails perdus.

  • Cher JMS,

    Pour ce qui est du piqué(homogénéité), il me semble que tous les opticiens se tiennent dans un mouchoir de poche(pour les UGA récemment proposés).
    La plus belle fille du monde ne peut donner que ce qu’elle a, c’est bien connu !
    En photographiant un mur de brique avec un 14mm, les briques du coin de l’image se trouvent à 1.84x la distance des briques du centre de l’image, par rapport à la pupille d’entrée de l’objectif (on suppose que l’axe optique de l’objectif est parfaitement perpendiculaire au mur de briques !).
    Il est donc illusoire de demander à un 14mm résolvant théoriquement 200pl/mm à f/8 AU CENTRE de résoudre autant dans les coins de l’image. Un rapide calcul indique qu’il résoudra AU MIEUX 108pl/mm.
    Le capteur du 5Ds résoud 120pl/mm. Pas étonnant qu’un 14mm souffre dans les coins avec un tel capteur !
    Dans la réalité,les AC et les aberrations géométriques résiduelles minoreront encore cette valeur théorique de 108 pl/mm...
    Toutefois, les samples publiés par certains de vos confrères sur 5DsR montrent encore de l’aliasing au centre de l’image. C’est dire si cet objectif est bon (on est certain qu’il résoud plus de 120pl/mm au centre ) !
    Les UGA actuellement disponibles ont effectivement tendance à souffrir dans les coins sur les capteurs les plus fins (typiquement au delà de 30-40 MP).Ce Sigma ne fait pas exception à la règle mais les progrès réalisés par les opticiens par rapport aux 14mm-15mm disponibles avant 2007 sont bien réels.
    Avant 2007, il fallait visser à f/8 pour exploiter à peu près correctement un 14/2.8 L EF 1 de 1991 (lui même directement issu du 14/2.8 LFD) sur un 5D de 12 MP ....et ne pas regarder de trop près les AC.

    L’arrivée des lentilles asphériques à profil concave en 2007 puis les lentilles frontales asphériques de grand diamètre en 2015, ainsi que l’usage systématique des FLD chez Sigma ont permis des progrès optiques significatifs (au détriment du poids !).
    Pour les objectifs maisons, les traitements numériques internes des boîtiers jouent probablement un rôle significatif...