Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Sony A7R Mark IV : le nouveau monstre

16/07/2019 | Benjamin Favier

Capteur BSI de 61 Mpxl, mode haute résolution à 240 Mpxl, cadence à 10 im/s, suivi de l’autofocus sur les yeux pendant le tournage, EVF à 5,76 Mpts, ergonomie et construction plus « pro ». Le successeur de l’A7R III s’impose comme l’hybride le plus complet du moment.

Présentation

Avec les arrivées conjuguées de Canon, Nikon et Panasonic sur le marché de l’hybride 24 x 36, on attendait de voir ce qu’allait proposer Sony, pionnier dans ce domaine avec les A7 et A7R en 2013. La logique aurait voulu qu’un successeur de l’A7S II voit le jour, pour répondre au futur Lumix S1H ; ou une évolution de l’A9, juste avant l’ouverture de la Coupe du monde de rugby le 20 septembre prochain, ou les JO 2020, deux événements sportifs majeurs, se déroulant au Japon. Rien ne dit que ces deux produits ne verront pas le jour prochainement. En attendant, Sony procède à une démonstration de force en dévoilant l’A7R Mark IV.

JPEG - 150.1 ko
Le nouveau capteur Cmos BSI de 60 Mpxl et le viseur Oled de 5,76 Mpts.

Nouveau capteur

Nous avons loué les capacités du capteur Cmos de 47 Mpxl, logé dans les Lumix S1R et Leica Q2. Mais Sony innove, en dotant l’A7R Mark IV d’un capteur rétroéclairé de 61 Mpxl, sans filtre passe-bas, d’une structure proche de celle du 7R III (42 Mpxl). Le processeur BionZ utilisé sur l’A7R III et l’A9 est reconduit. Et les données sont traitées La plus haute définition vue sur un capteur plein format, record jusqu’ici détenu par les Canon EOS 5D et 5DSR. Par défaut, la plage de sensibilité s’étend de 100 à 32 000 Iso. Elle peut atteindre 50 à 102 400 Iso par extension. La dynamique serait de 15 IL, selon Sony.

JPEG - 173.5 ko
L’unité de stabilisation sur cinq axes.

Stabilisation et Multi Shift resolution

Dans la lignée des précédents A7 de seconde et troisième génération, un système de stabilisation sur cinq axes devrait procurer un gain de 5,5 IL. Le mécanisme de l’obturateur a été revu et optimisé en tenant compte des algorithme du stabilisateur. Celui-ci sera également mis à contribution pour produire des fichiers de 240 Mpxl, via le mode Multi Shift resolution, à partir de quatre ou seize images : les informations RGB sont acquises dans chaque vue sans interpolation.

Un procédé vu sur les Olympus E-M1 Mark II ou Pentax K-1 Mark II par exemple… et l’A7R III. Par ailleurs, en sollicitant la fonction « Crop APS-C » dans le boîtier, l’A7R Mark IV délivrera des fichiers de 26 Mpxl. Soit la même définition qu’un X-T3 de Fujifilm… et plus que l’A6500, fleuron de la gamme APS-C en monture E.

JPEG - 248.1 ko
Le processeur BionZ vu sur les A7R III et A9 reprend du service.

Paré pour l’action

Malgré une définition record, l’A7R Mark IV devrait être redoutable au bord des pistes d’athlétismes ou terrains de sport collectif. La cadence de 10 im/s à pleine définition – avec suivi AF et AE – s’accompagne de la possibilité d’engranger quelque 68 images (Jpeg ou Raw compressés), en plein format, avec une carte SD UHS-II (deux logements de ce type). En mode APS-C, on pourra engranger deux cents vues. La cadence passe à 7 im/s en mode silencieux. L’autofocus progresse aussi, avec une détection des yeux en temps réel, sur un sujet en mouvement. Dans ce domaine, l’A9 demeure au-dessus de la mêlée, avec une cadence de 20 im/s et un suivi en temps réel amélioré via la dernière mise à jour de firmware.

JPEG - 193.4 ko
L’obturateur de l’A7R IV.

Vidéo 4K UHD

La principale évolution sera la possibilité de solliciter le suivi AF sur les yeux en temps réel pendant le tournage. Et de le faire de manière tactile, via l’écran LCD, comme sur l’A6400. De la même façon, l’enregistrement en 4K, au format Super 35 mm, offrira un niveau de détail plus élevé, grâce à un suréchantillonnage, équivalent à une qualité 6K. On retrouve par ailleurs les courbes S-Log2 et S-Log-3, déjà vues sur l’A7R III. Pour ce qui est de la cadence, pas de 50 im/s en 4K.

Ergonomie et construction plus pro

Sony semble avoir été à l’écoute des utilisateurs. Le joystick au dos sera plus large. Le grip, un brin plus prononcé, pour une meilleure tenue en main. L’ordre des deux compartiments pour cartes SD a lui aussi été inversé, pour éviter les confusions. Et surtout, Sony annonce avoir mis l’accent sur la protection, par rapport aux précédents hybrides en monture E. Au niveau de la visée, on retrouve l’Oled de 5,76 Mpts, récemment vu sur les Lumix S. Le tout sera alimenté par la batterie NP-FZ100, qui officie sur les A7 III, A7R III et A9. Le prix sera de 4000 € (nu) et la commercialisation est prévue courant août.

Nous allons étoffer cette courte présentation avec une prise en main.

- Article mis à jour le 16/07/2019 à 19h12

- Le site de Sony

Fiche technique

  • Capteur : Cmos BSI 23,8 x 35,6 mm de 61 Mpxl effectifs
  • Définition maximale : 35 mm plein format L : 9504 x 6336 (60 mégapixels), M : 6240 x 4160 (26 mégapixels), S : 4752 x 3168 (15 mégapixels)
  • Monture/Coefficient : Sony FE (1x)
  • Sensibilités : 100-32 000 Iso (50-102 400 Iso en mode étendu)
  • Vidéo : 4K UHD 3840 x 3160 pixels à 25 im/s (100 Mbps)
  • Formats de fichiers : Jpeg, Raw, XAVC S, AVCHD, MP4
  • Protection du boîtier : oui
  • Stabilisateur : oui (cinq axes)
  • Visée : Oled 5,76 Mpts, grossissement 0,78x, dégagement oculaire de 23 mm, taux de rafraîchissement 100 im/s
  • Moniteur : 7,5 cm, 1,44 Mpts, tactile et orientable (107° vers le haut, 41° vers le bas)
  • Flash intégré : -
  • WiFi/Bluetooth/GPS : Oui (NFC)/Oui (norme v. 4.1)/-
  • Autofocus : 567 points (détection de phase), 425 points (détection de contraste) ; sensibilité à - 3 IL sur le collimateur central
  • Vitesses : 1/8 000s à 30s (obturateur mécanique ou électronique) ; synchro X à 1/250s
  • Rafales : 10 im/s (68 Raw compressés ou Jpeg, 30 Raw non compressés)
  • Balance des blancs : Auto / Lumineux / Ombragé / Nuageux / Incandescent / Fluorescent (Blanc chaud / Blanc froid / Blanc lumineux / Lumière du jour) / Flash / Sous-marin. Température de couleurs (2 500 à 9 900 K) et filtre de couleurs (G7 à M7 (57 paliers), A7 à B7 (29 paliers)) / Personnalisé
  • Stockage : 2x SD (UHS-I/II)
  • Interfaces : USB (Type-C), micro 3,5 mm, casque 3,5 mm, synchro flash, micro HDMI (type D)
  • Alimentation : NP-FZ100 (environ 530 vues avec viseur, 670 avec écran, norme CIPA)
  • Accessoires : Cordon d’alimentation, adaptateur secteur, accu NP-FZ100, protecteur de câble, œilleton de visée, câble micro USB, cache griffe porte-accessoire, bandoulière, capuchon de protection
  • Dimensions/Poids : 128,9 x 96,4 x 77,5 mm / 665 g (avec accu et cartes mémoire)

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • La question est de savoir qui a vraiment besoin de 61 Mpx ? ... à priori pas grand monde, mis à part vouloir chasser sur le terrain des moyen-formats.
    La chasse au Mpx est plus une question d’image et de marketing (!), que d’une réelle utilisation sur le terrain.

    Il y a au moins un avantage : avec le prix annoncé par Sony, Nikon va de voir revoir à la baisse le prix (exorbitant) de son Z7 :-) !

  • Encore un pétard mouillé !
    Durant la pré-annonce, Sony nous parlait de "révolution" à propos de son nouvel APN. En fait, il s’agit surtout d’une évolution du modèle précédent, déjà assez abouti.
    La définition passe à 61 MP, soit 133 pl/mm. Existe-t-il une optique qui soit capable de suivre ?
    Bon, Sony pourra toujours se défendre en disant que Canon a ce genre de projet dans un tiroir...
    On m’avait pourtant juré que la pixelrace était terminée !
    Le capteur est si fin qu’il sera inutile de diaphragmer au delà de f/11...

    Côté déceptions :
    - Toujours pas de vidéo 8K et il semblerait qu’on n’en verra pas avant 2022.
    - Toujours pas d’obturateur totalement électronique qui aurait certainement fait de ce boîtier la révélation de l’année.
    - On note aussi une surenchère du côté de la définition du viseur : 5.76 MP, mais pourquoi faire ???

  • La révolution c’est peut pour un autre à venir , on annonce plusieurs nouveautés .
    Le petard mouille en ce qui me concerne , c’est plutôt le Canon R

  • Tiens, monsieur je sais tout ignore que les planar f1,4 85 et 50 mm de chez zeiss sont capables de lire entre 250 et 300 paires de lignes, tests à l’appui (en monture ZF) ?

  • @3
    En ce qui concerne Canon, ils n’ont pas affiché d’ambitions délirantes sur le Canon R qui reprend le capteur du
    5D IV. Canon a un retard technologique conséquent qu’il essaye de combler en travaillant probablement sur
    un R professionnel à capteur CMOS BSI... éventuellement empilé.
    De toute manière, ce que les clients attendent surtout de Canon, c’est une gamme optique ambitieuse.
    De ce point de vue, nous ne sommes pas déçus puisque sur 10 optiques RF annoncées, 8 sont totalement inédites dans le cadre du mirrorless.

  • @4
    Foutaises ! Je n’ai encore jamais entendu parler d’une optique capable de restituer plus de 170pl/mm en 24x36 !
    Mais où donc êtes-vous allé pêcher ça ???

  • Etonné par cette sortie, mais déçu que deux améliorations n’y soient pas :
    - Une platine sous l’écran permettant une rotation vers la gauche pour les prises de vue verticales et vers soi ;
    - Un GPS comme celui d’Hama (très économe, ne se déclenchant que lors de la prise de vue, et complétant les données de géolocalisation par internet).

  • Bonne nouvelle : le verrouillage de la molette de compensation (elle se déréglait facilement en étant au bord sur les modèles précédant, alors que le verrouillage de la molette des modes, plus protégée est moins utile : la molette du GH4 pouvait être déverrouillable).

  • Bonne nouvelle : pesant 665 g, il ne ferait que 8 g de plus que l’A7 r III (657 g).

  • Aller je me lance.
    On voit que Panasonic fait réfléchir Sony.

  • Belle avancée technologique pour Sony pour les passionnés de performance. Toutefois, j’ai passé du REFLEX au Sony pour la compacité des boitiers. Mes optiques sont désormais de monture M (ZM), autres vintages et manuels. Ils sont discrets, parfait pour la photo de rue.

    Je vais garder mon Sony A7r2, nettement suffisant, en attendant qu’un concepteur produise un boitier avec capteur 24X36 , compact (rétro ou classic, pas look reflex) avec démarrage rapide , des options de bases essentielles pour le travail manuel, une colométrie qui s’approche du Fuji ou du Leica avec obligatoirement un FOCUS PEAKING précis et peut-être l’option agrandissement au besoin pour compenser la perte de vision de la quarantaine et plus.

    Le séduisant Leica M10 nécessite une bonne vision ou des lunettes en plus du prix trop élevé. Le Leica CL est énorme. Le nouveau Sigma pour monture L propose des objectifs volumineux. Est-ce que les objectifs de monture M avec adaptateur seront net dans l’ensemble du cadre ?

    Il semble y avoir aucune alternative sur le marché pour obtenir un compact minimaliste (objectifs interchangeables) Pour combiner MF et une visée technologique (Focus peaking ).

    Sony pourrait le faire, sinon un Mini Nikon DF ou un Fuji 24x36...

  • Pfff , tu attend depuis 5 ans l’arrivée d’un a7siii, sois disant révolutionnaire, et il le zap et sorte un a7r4, va falloir attendre encore 5 ans pour un a7s4.
    Tu rêves de 4k à 50p, du suivi auto en video ( a 100p ) , d’un filtre nd intégré, d’une sortie 10 bit (interne ou externe)...et effectivement tu rêves :).
    Bon , attendons le a7s4

  • Sympa pour la photo mais sans la 4k 60p la video reste en retrait de la concurrence. À eric-p com 6 : Le pouvoir séparateur n’est qu’une mesure de la capacité à différencier un contraste extrême (des lignes noires et blanches) mais dans la réalité, et dans l’image qu’en donne un objectif, les transitions sont plus souvent continues. Y a-t-il des séries d’images prises selon un protocole rigoureux qui montrent qu’augmenter le nombre de pixel ne change rien lorsque la limite chiffrée du pouvoir séparateur est atteinte ?

  • C’est donc çà, l’annonce "fin du monde" (des petits formats) promise par @eric-p ? :)

  • @15
    Vous avez eu peur ?
    Non, effectivement, les partisans des "petits formats" peuvent à nouveau respirer et vérifier que le déclencheur de leur
    APN MFT/APSC ne s’est pas bloqué en ce jour fatidique du 16 juillet 2019 à 16 H 01 !
    La pré-annonce Sony (qui annonçait paraït-il une "révolution" dans le domaine des APN) était trompeuse !
    Ceci dit, méfiez-vous ! À force de crier "Au Loup"...

  • @PMM (m-14)
    En matière de piqué, je me base généralement sur les tests de DxOmark qui sont "généralement" fiables bien que criticables sous certains aspects (Ah, la fameuse note globale !).
    Des objectifs 24x36 ont été testés sur divers capteurs de technologies différentes et de définitions différentes
    et la note de piqué global a été rapportée en termes "d’équivalence de pixels résolus" (noté P-MP ,MP pour millions de pixels).
    Pour les objectifs "les moins bons", la note de l’objectif finit par "stagner" à partir d’une certaine définition du capteur.
    Par exemple, le 70-300 DO Canon "stagne" autour de 10 P-MP avec un 5 D Mk II (définition capteur 21 MP).
    Même en utilisant un 5 Ds R (définition de 50 MP !), la note de piqué globale est pratiquement la même (On pourra dire qu’on aura tout essayé avec cet obbjectif !).

    Inversement, DxOmark a remarqué que le rendement global d’un objectif POUVAIT ëtre amélioré ...entre 2 capteurs de définition identique.... mais dont le rendement quantique est différent.
    Idem pour ce qui est de 2 capteurs identiques dont l’un est pourvu d’un filtre AA et l’autre sans filtre AA.
    (Par exemple, les résultats diffèrent entre un objectif monté sur D800 et le même objectif monté sur D800E).

    Il y a aussi le problème de la "super-résolution" qui consiste à stitcher plusieurs clichés pour améliorer le résultat global
    de l’image. Selon des chercheurs spécialisés, des gains d’un facteur 5 (!) auraient été obtenus sur des images issues
    d’un satellite de la NASA autour de Mars. Les gains ne seraient en réalité "que" d’un facteur 2
    (ce qui est déjà très bien !).
    Problème : À ma connaissance AUCUN TESTEUR SERIEUX N’A JAMAIS EVALUE LA SUPER RESOLUTION, QU’ELLE PROVIENNE DES CAPTEURS OLYMPUS OU PENTAX voire SONY évidemment...
    J’ai juste eu l’occasion de voir le mode "HD" des capteurs Olympus à l’occasion de samples publiés par Dépriviou : AMHA, les gains sont réels mais sont largement en deça des espérances des photographes. Ils ne sont pas sans inconvénient...

  • @Marie (m-11)
    Les optiques ZM que vous utilisez pour votre Sony A7R2 n’ont pas nécessairement été conçues pour le numérique.
    En effet, pour concevoir des optiques compactes, les opticiens ont utilisés des astuces permettant de rendre ces optiques
    plus compactes que les mêmes optiques conçues pour les reflex.
    (En réalité, les optiques GA pour 24x36 étaient plus compactes que ce que nous pouvons observer aujourd’hui et c’est l’adaptation des optiques GA aux reflex qui les a rendues plus volumineuses à partir de 1950.)
    Au moment de l’apparition du numérique sur les SLR, on s’est rendu compte que les capteurs CCD puis CMOS avaient
    une tolérance à l’inclinaison des rayons beaucoup plus faible que les films argentiques.
    Donc, une entreprise comme Leica a conçu une famille de capteurs spéciaux capables "d’encaisser", dans une certaine mesure, les rayons très inclinés issus de leurs objectifs GA qui avaient fait leur succès.
    Celà avait 2/3 avantages :
    - Les clients pouvaient réutiliser des vieilles optiques M conçues pour l’argentique datant parfois d’avant guerre.
    - ça évitait à Leica de redessiner des optiques qui auraient été beaucoup plus volumineuses et lourdes...et inutilisables dans le cadre de la philosophie M (Le viseur optique aurait été obstrué).
    - Celà permettait d’éviter l’arrêt de mort des boîtiers télémétriques auxquels certains photographes sont très attachés.

    Bien évidemment, les technologies utilisées par Leica sont brevetées et les Japonais n’ont pas pu les réutiliser.

    Ils ont donc contourné cette difficulté en améliorant la tolérance des capteurs à l’inclinaison des rayons.
    Sans être aussi bonne que sur les capteurs Leica, la tolérance améliorée a permis aux opticiens de réaliser toute une série d’objectifs GA "presque aussi compacts" que les objectifs GA Leica M...voire des objectifs inédits !

    Ce sont :

    - Les objectifs Zeiss Batis GA (donc avec AF)
    18/2.8
    25/2
    40/2
    - Les objectifs Zeiss Loxia (tous manuels par définition) :
    21/2.8
    25/2.4
    35/2
    - Les objectifs Voigtländer (Cosina) pour Sony E :
    10/5.6 Heliar
    12/5.6 Heliar
    15/4.5 Heliar
    21/1.4 Nokton
    21/1.8 M (très probablement compatible avec les capteurs Sony)
    21/3.5 Skopar
    35/1.4 Nokton
    40/1.2 Nokton
    À noter aussi l’arrivée d’un opticien Chinois, Venus Optics ,talentueux, qui propose des optiques en monture Sony E
    ou prochainement (fin 2019 ou 2020 selon les oracles !) des optiques en monture Leica M qui seront "très probablement" compatibles avec les capteurs Sony en monture E :
    - 15/2 Zero-D
    - 11/4.5 M
    - 9/5.6 M
    - 12/2.8 M (non avoué par Venus Optics mais quasiment sûr néanmoins)

    Les autres optiques Leica M GA ou Zeiss ZM (disons pour des focales inférieures à 50 mm) ne sont pas "nécessairement" totalement incompatibles avec un Sony A7R2 mais on a constaté qu’elles donnaient de meilleurs résultats sur Leica M,
    JMS ayant déjà réalisé ce genre de test.

    Pour ce qui est dimensions "gargantuesques" de certaines optiques GA pour Sony A7R2 comme le récent 35/1.2 DG DN,
    les opticiens vous répondront qu’en optique comme ailleurs, on ne peut pas avoir le beurre et...l’argent du beurre !
    Une optique comme le 35/1.2 Voigtländer M est effectivement beaucoup plus compacte et légère que le récent
    35/1.2 DG DN Sigma mais tout le monde vous dira que les performances des 2 objectifs n’ont rien à voir !
    À PO, les performances du Voigtländer sont considérées au mieux comme étant médiocres...

  • @16 Aucunement. Je suis déjà passé du côté obscur FF.
    Mais j’ai trouvé cette prévision a la Nostradamus assez drôle.

  • @16
    sony a annoncé trois autres nouveautés d’ici septembre.
    Tout ça n’est pas grave , vous devriez plutôt vous inquiéter sur les chiffres Nikki qui disent que Canon annonce des pertes prévues de 40 % à la place de 20 % , pendant que Sony lui sort des nouveautés et reste en tête des ventes des mirrorrless en FF.

  • Je viens de regarder des samples. A 100 ISO, il y a bien des optiques qui suivent,
    et visiblement on entre dans le domaine de la reprographie, tellement le niveau de détail est élevé !
    De l’art de tutoyer les perfs des MF, sans en avoir le coût.

  • J’adore la personne qui explique que cela ne sert à rien d’ajouter des pixels sur la capteur
    ET quelques lignes plus bas qui est déçue que la vidéo ne soit pas en 8K.
    Et sur la ligne suivante explique que 5,76 MP sur le viseur sont inutiles.

    ou est la logique ?

  • @Eric B (m-22)
    Ben, ce serait peut-être à vous de me le dire ! Où est la logique de Sony ???
    Pour ce qui est des viseurs, la définition du viseur du Panasonic G1 (2008) était suffisante pour faire disparaître la trame des pixels.Néanmoins, la qualité du viseur restait sensiblement en retrait par rapport à celle des viseurs optiques.
    Ensuite, on a eu droit au remarquable viseur du Sony A77 (2011) qui offrait des sensations dignes de celles d’un viseur
    optique reflex. Celui-ci se contentait de 2.4 MP.
    J’ai eu l’occasion de tester un EVF de Leica SL (4.4 MP ) il y a quelques années et je dois avouer que ...je ne vois pas où est le progrès ! Au contraire, en lumière artificielle, il y avait des phénomènes de saturation du CMOS qui se traduisaient par de fausses couleurs dans l’EVF ! Je vous assure qu’après avoir testé un viseur optique de
    Leica S2 juste auparavant, on reçoit un sacré choc !

    Pour ce qui est de la vidéo 8 K, les fabricants peuvent se contenter théoriquement d’un CMOS de définition
    5120 x 7680, soit une matrice de 39 MP...
    On est donc largement en deçà des 61 MP du présent capteur...et le optiques passeront (surtout les meilleures !).

    Le seul intérêt réel de cette pixelrace est surtout de nature marketing.
    On peut éventuellement évoquer la possibilité de réaliser des agrandissements plus grands....sans avoir à interpoler vos fichiers. Bon...

    Je vous invite à examiner les samples du A7R IV sur Dépriviou et vous aurez l’occasion de vous rendre compte que
    le 24-70/2.8 GM est déjà à la peine dans certaines conditions.
    La plus belle fille du monde ne vous donnera jamais plus que ce qu’elle a !

  • @Eric B
    La remarque sur les 61 Mpx est de Philippe C dans le post 1, celles sur la vidéo 8K et le viseur sont de Eric P dans le post 2.
    Il n’est peut être pas illogique qu’il n’y aie pas de logique.

  • @20
    Je suis plus ou moins au courant de ce qui se passe chez Canon mais Sony ne se porte pas si bien que çà !
    Globalement, le marché du DSC est en récession et le CEO de Canon a fait une intervention remarquée en disant que
    le marché allait se contracter de 50% au cours des 2 prochaines années. Soit !
    En ce qui concerne le marché pro (assez juteux pour Canon), on possède de bonnes raisons de croire qu’il est stable.
    Il se trouve que Canon a globalement gagné des PDM tandis que Sony en a perdu.
    Canon n’ apas de grosse faiblesse par rapport à Sony sur le plan technologique hormis l’absence de capteur
    CMOS BSI ainsi que la technologie dite du "capteur empilé". Il est évident qu’ils y travaillent et, lorsqu’ils auront comblé cette lacune, Sony devra trouver autre chose pour tenter de séduire la clientèle pro (par exemple) : Ce ne sera pas une mince affaire car Canon dispose à ce jour de la meilleure gamme optique pro de la galaxie ainsi qu’une solide gamme de reflex professionnels auxquels de nombreux photographes restent très attachés. Qu’on se le dise !

  • 61 mpx et néanmoins une bonne montée en ISO.
    Oui on peut le dire, Sony a pondu un monstre au niveau du capteur.
    Peut-être que certaines optiques vont montrer leurs limites, mais on peut déjà dire que le 135 GM en a encore sous le pied !

  • ....1/ vous parlez beaucoup de Sony, leica, Canon mais pas un mot des Nikon Az6 et Az7 et de leurs objectifs dédiés ? Curieux ?
    2/ beaucoup de reflexions theoriques brillantes
    Mais sur le terrain genre 3/4 semaines en vadrouille ou le matos est bouscule, mal traité genre sable, pluie, humidite etc on ne se pose pas trop de question : faut que le matos assure avec bonne qualte image voire tres bonne etc..

  • Le monstre du Phot Ness est arrivé, merci mon dieu !

    Sans lui je ne serai rien.

    Je vais enfin pouvoir dépenser mes sous pour dire que je possède la plus grosse.