Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Sony RX10 : zoom 24-200 mm f/2,8 et capteur 1"

16/10/2013 | Pascale Brites

Dans un marché des compacts et des bridges globalement en décroissance, Sony joue la carte de l’expert en annonçant aujourd’hui le RX10, un bridge à « grand » capteur muni d’un zoom très lumineux 24-200 mm f/2,8.

Présentation

Bien qu’il partage avec le Panasonic FZ200 l’atout d’un zoom très lumineux, la comparaison entre les deux appareils s’arrête là. D’abord parce que, avec plus de 800 grammes sur la balance et 9 à 13 centimètres dans chaque dimension, il se rapproche plutôt des feus bridges experts Panasonic FZ50, Minolta A2 ou encore... Sony F828.

Ensuite car au Vario Sonnar T* 24-200 mm f/2,8 muni de sept lentilles asphériques qui équipe le RX10, Sony a associé un capteur Cmos Exmor-R de un pouce de diagonale. Il s’agit du même capteur que celui qui équipe le RX100 II et dont les dimensions, sans atteindre les sommets du capteur APS du Sony R1, permettent de produire de jolis flous de profondeur de champ.

Malgré cela, l’appareil reste plutôt compact, grâce à un objectif entièrement piloté par des commandes électriques. L’autofocus est assuré par un moteur Direct Drive SSM et la stabilisation réalisée par déplacement de lentilles. L’objectif possède deux bagues d’accès directs aux réglages de mise au point manuelle, facilitée par la présence d’une fonction de focus peaking, et d’ouverture du diaphragme. Le crantage de cette bague pourra être désactivé pour un fonctionnement silencieux en vidéo.

L’enregistrement vidéo est bien entendu réalisé en HD 1080 en 60p, 50p, 25p ou 24p. Les modes PASM restent accessible en vidéo et l’enregistrement sonore profite de la présence de vumètres.

Au cœur du RX10, Sony a placé un processeur de dernière génération. Il s’agit du Bionz X qui équipe les Alpha 7 et Alpha 7R annoncés aujourd’hui et dont les performances ont été optimisées pour offrir une meilleure réduction du bruit et un autofocus par détection de contraste plus rapide. On note la présence d’un mode autofocus avec suivi du sujet, ainsi que d’un mode spot flexible avec trois tailles de zones au choix. La détection des visages se perfectionne aussi, permettant de distinguer les deux yeux d’un personnage pour effectuer la mise au point sur l’œil le plus proche. Le RX10 peut enregistrer des images au format Raw ou Jpeg. Il possède également une fonction de prise de vue panoramique à laquelle s’ajoutent 9 modes scènes et 13 effets créatifs. En mode rafale, l’appareil peut enregistrer jusqu’à 10 im/s.

Outre son écran orientable de trois pouces et 1,22 Mpts, le RX10 est le premier appareil de la gamme RX à présenter un viseur électronique. Il s’agit d’un écran de technologie Oled de 1,44 Mpts et d’un oculaire composé de quatre lentilles offrant un angle de vue de 33° et un grossissement de 0,70x. L’ergonomie de l’appareil est également servie par sept boutons personnalisables permettant l’accès à quarante fonctions différentes. Trois molettes sont présentes sur le dessus et à l’arrière de l’appareil et le flash intégré est complété d’une griffe porte-flash identique à celles des Alpha et du RX100 II.

Notons également une excellente protection de l’appareil, fabriqué à partir d’un châssis en alliage de magnésium et protégé par des joints d’étanchéité. La batterie qui l’équipe est un modèle NP-FW50, comme celle que l’on trouve sur les Alpha ou les Nex de la marque.

Connectivité et partage sont également de la partie grâce aux connexions Wi-Fi et NFC permettant le pilotage à distance de l’appareil depuis un smartphone ou une tablette ou l’envoi des images directement vers son périphérique mobile.

Le Sony DSC-RX10 sera disponible à la mi-novembre au prix de 1200 €.

- Le site de Sony

Fiche technique

  • Capteur : Cmos BSI 1", 20,2 Mpxl
  • Vidéo : 1080p (60p, 50p, 25p, 24p) AVCHD, modes PASM
  • Format de fichier : Jpeg, Raw
  • Zoom : Zeiss Vario Sonnar T* 24-200 mm f/2,8, éq. 24 x 36, 14 éléments en 11 groupes
  • Mode macro : 3 cm grand-angle, 30 cm au téléobjectif
  • Mise au point : Plage large, collimateur central, spot flexible S, M ou L / modes AF single, AF continu, direct manuel focus, mise au point manuelle
  • Stabilisation : oui (optique) trois axes
  • Écran : LCD inclinable 3 pouces/ 1 228 kpts
  • Viseur : Oled 1 440 kpts, 0,70x, correcteur dioptrique -4 à +3 δ
  • Modes d’exposition : PASM, 9 modes Scènes, iAuto, Sup Auto
  • Sensibilités : 125 à 12 800 Iso
  • Balance des blancs : 12 modes de réglage
  • Vitesses : 30 s - 1/3 200 s, pose B
  • Rafale : 10 im/s
  • Flash : intégré et griffe porte-flash
  • Divers : 13 effets créatifs (Toy camera, Pop, Posterisation, Retro, Soft High key, Couleur partielle, Mono High contrast, Soft focus, HDR, Monochrome riche, Miniature, Aquarelle, Illustration), filtre ND3
  • Personnalisation : 7 boutons personnalisables
  • Stockage : SD, SDHC, SDXC, Memory Stick Pro Duo /Pro-HG/XC-HG
  • Connectivité : NFC et Wi-Fi, microHDMI (compatible 4K en photo), Multi/Micro USB
  • Accu : NP-FW50
  • Dimensions : 129,6 x 88,1 x 102,2 mm
  • Poids : 813 g avec batterie
  • Prix : 1 200 €

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • Bonjour

    Ce RX10 est sur le papier diablement alléchant !
    Manque pour moi deux infos dans les caractéristiques :
    - y a-t-il un mode " Bulb " ?
    - pour compenser la limitation à 1/3200e avec une ouverture à f/2,8, y a-t-il un filtre ND intégré ?

    Hâte de voir ce que ce bridge et son optique ont dans le ventre !
    Car de sa qualité couplée à une grande ouverture et un capteur performant peuvent dépendre les capacités à cropper dans l’image pour avoir une focale équivalente plus longue que 200 mm ( je pense au 200mm de bonne qualité déjà obtenu à 100mm par doublement numérique sur le RX100 )

    Et aussi que le prix se rapproche des 1000 € ...

  • J’ai du mal a comprendre l’intérêt du RX10 à ce prix, autant prendre un Pana G6 plus zoom 14-140.

    • A ce prix, oui, mais si passé l’annonce il passe sous la barre des 1000 € et que son optique ( un 24-200mm à f/2,8 constant tout de même, hein ! ) est à la hauteur de son capteur qui n’a plus rien à prouver, il aura sans doute son public.

    • Ce n’est pas la meme chose. Un g6 est moins bien construit. L’optique 14-140 est moyenne en qualité et l’ouverture n’est pas constante.
      Le rx10 est le successeur tardif du rx1. Le.capteur Sony estprobablement moins bruité que celui de Panasonic et l’optique du Sony est probablement de meilleure qualité. Le g6 fait partie d’un système, le rx10 est un franc tireur qui risque de faire un carton si la qualité optique suit car de plus en plus de photographes veulent avoir en complément de leur gros reflex un appareil passe partout. Le Panasonic fz200 aurait pu jouer ce role mais la taille de son capteur le handicape. L’optique est de qualité mais cela ne suffit pas : Sony va probablement lui rafler la place, le seul frein sera le prix.

    • A ce prix moi je préfère largement me prendre un canon 6d en angleterre, je rajoute juste 100 euros :)

    • Au risque de me répéter, je pense que cette réflexion n’a rien a voir avec le probleme du prix du rx10. Il y a un marché reflex. Qui dit reflex dit aussi optiques interchangeables. Donc un 6d plus un 24-200 qui n’existe pas, donc un 24-70 plus un 70-200, si je calcule, cela ne fait plus 1200 euros ?
      Le rx10 est un complément pour un professionnel ou semi professionnel, un must pour un amateur qui veut se faire plaisir. Je rappelle aussi pour les moins vieux que le Sony rx1, révolutionnaire a l’époque car il,proposait un grand capteur associe à un excellent zoom lumineux, coutait a pres la meme chose que ce rx10.
      Vu l’évolution de la technologie, ce rx10 est donc finalement a un prix raisonnable, on va dire correct. Proposer un bridge avec un capteur de un pouce et un tel zoom lumineux griffé zeiss ne veut pas dire proposer un produit "consumer". Cela veut dire prendre un risque calculé et proposer un produit exceptionnel. J’entends déjà grincer des dents et s’exciter ceux qui décrient les capteurs plus petits que le FF. Mais de nouveau, ceux là n’auront rien compris. En clair, ce que Sony a voulu faire, c’est proposer un format de capteur le.plus grand possible avec un zoom de qualité le pluslumineux possible en restant dans la contrainte du prix de vente, du poids et des performances optiques. Il fallait en meme temps aller dans un sorte de logique par rapport au rx100. Sony a donc rationnellement progressé pour proposer ce bridge. Il sera moins bon qu’un d800 ou qu’un 6d avec leurs zooms respectifs mais il sera nettement meilleur que le fz200 et autres. en plus, sinle Sony nous offre une facilité ou un plaisir à la.prise de vue (en évitant les trucs qui énervent), alors ce sera parfait.

    • Je me souviens tres bien du sony DSC-R1, J’en ai achete un et je l’ai toujours, super optique zeiss, 10 mbPix, par compte le zoom etait plus faible 24-120 ou 5X. je serai acheteur de ce nouveau model car il m’offre ce qu’il manque au R1, Video, zoom, nfc wifi, prise micro et ecouteur. J’aurai un des premiers disponibles, J’ai Hate
      Ben

    • J’oubliais, la rx 10 est 400$ moin cher que la R1
      Ben

  • L’optique n’est pas stabilisée. Mais peut-être y a t il une stabilisation à partir du capteur ? Pas de stabilisation, ce serait dommage

  • DPR vient de mettre en ligne des samples et je dois avouer être déçu. 20 MP pour un format de 1", c’est trop.
    Le tarif est délirant par rapport aux images qu’on obtient.

  • Bonjour,
    J’ai fais l’acquisition d’un sony DSC RX10.
    Je voudrai savoir si on peut piloter à distance les poses longues (fonction bulb) avec play memories et un smatphone.
    Merci.

  • Bonjour
    Pour Noël 2006, je m’étais offert un Sony R1 neuf pour 585 € (car il était sorti du catalogue Sony) plus un filtre polarisant et un accu de rechange : je l’utilise encore comme un fou ... malgré ses faiblesses (que 120 mm, pas stabilisé, AF hasardeux en faible lumière ...) mais objectif de rêve (Zeiss déjà) et un écran placé sur le dessus (unique et magique, à la Rolleiflex).
    Depuis, les ingénieurs ont bossé, et forcément les performances des APN ont progressé, mais j’ai l’impression que l’histoire va se répéter avec le RX10 car c’est un peu le même exercice de style de la part de Sony : on tente un coktail optique/capteur avec le meilleur du moment, en veillant à l’intégrer dans un tout cohérent, pas fait pour le marketing mais pour l’utilisateur qui va placer le plaisir avant le prix.
    1200€ au lancement, mais plus que 800-850€ aujourd’hui.
    Pratiquement toutes les faiblesses du R1 sont gommées, mais je regretterai le zooming manuel et l’écran "on the roof".
    Et j’attendrai encore ±8 ans et plusieurs milliers de photos pour me poser la question de ce qui me manque par rapport à ce qui se fait.
    ( le R1 n’ira pas au placard, il sera le baroudeur du duo je pense, celui qui a fait ses preuves et qui monte en première ligne)