Publié le : 13/12/2012

TEST AF-S NIKKOR 70-200mm f/4G ED VR [BONUS MDLP#52]

Voici le test du Nikkor AF-S NIKKOR 70-200mm f/4G ED VR. Jean-Marie Sépulchre révèle, dans notre magazine et sur notre site, son verdict sur le couple que le zoom constitue avec le Nikon D800E.

La rédaction vous livre l’intégralité des mesures réalisées par Jean Marie Sepulchre dans le cadre du test consacré ce mois-ci au zoom AF-S NIKKOR 70-200mm f/4G ED VR et paru dans le numéro 52 de MDLP.

Retrouvez l’intégralité de notre test du Nikkor AF-S 70-200mm f/4G ED VR notre numéro cinquante-deux du MondedelaPHOTO.com, actuellement en kiosque. Lire le sommaire illustré du numéro 52 de MDLP

Les autres pages de l'article

01
02
03
04
05
06
07

Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Les commentaires liés à cet article

Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • La sortie de cette optique au demeurant excellente ne peut manquer de nous faire interroger sur la politique Nikon actuelle. En effet, comment accepter de payer 1200 euros pour une optique de construction simple et facile car classique. Quand on suit l’évolution de la marque, on constate que le d800 avec ses 36 megapixels nous oblige a investir dans de l’informatique ultra performante (etait-ce bien nécessaire alors que tout le monde s’accorde pour dire que 24 mgpixels sont largement suffisants aucune imprimante n’étant capable de rendre visible la difference théorique de pixels), que le d600 plus modeste mais avec les memes performances théoriques semble bien etre la victime de probleme de poussières, provenant non pas de l’extérieur mais de l’intérieur meme du boitier. Que doit fairecelui qui veut remplacer son d700 ou son son d3 ? Le d4 est beaucoup trop cher, le d800 a trop de pixels et le d600 a trop de problèmes. A force de vouloir "placer" des boitiers dans une gamme destinée a contrer la concurrence, on se retrouve devant un choix impossible !

    • Je suis bien d’accord avec ce constat ! Il manque aujourd’hui une vraie alternative au presque défunt D300s car si on veut un full frame chez Nikon on a les choix suivants :
      D600 à 2000 euros, prix à payer pour un D7000 avec un capteur 24x36 mais boîtier bien léger à la fiabilité peu engageante : obtu basique, fabrication plastique, af plus simple que le D300 en Apsc ! Franchement le prix est assez scandaleux !
      D800 : très cher avec un capteur de 36 Mpix, donc fichiers très lourds avec toutes les conséquences qui en découlent : plus lent, coût des supports etc. Un excellent boîtier mais utile à mon avis à une minorité de photographes qui auront besoin d’un tel capteur.
      Le D4 : génial mais budget stratosphèrique !
      J’attends un boîtier entre le D600 et le D800, un genre D700 avec le capteur du D600 mais un boîtier pro dans sa fabrication et non pas ce D600 peu valorisant avec une prise en main douteuse, que l’on paye finalement bien trop cher.
      Finalement je garde mon D300 et attend une réponse crédible en full frame de la part de Nikon. Bon travail !

    • 36 Millions de pixels, c’est surtout la facilité du recadrage des images.
      Un recadrage à 25%, donne une image à 24Millions de pixels en dimention.

    • C’est aussi la raison pour laquelle j’ai opté pour un achat prochain d’un D800, un boitier pro, plutôt que pour le D600 qui s’apparenterait plus à un boitier d’amateur, mais avec le full frame en plus.

      Et dire que s’il y a un futur D400, il ne sera certainement pas FX, mais DX.

    • Alors pourquoi pas un D700 en occasion !!!! Il y en a pleins, avec peu de déclenchements et surtout à un prix extra.
      Je suis d’accord avec tout ce que vous avez dis, raison pour laquelle je ne suis pas près de vendre le mien !!!

    • Bonjour à tous

      Désolé de continuer la dérive de l’article qui parle normalement du zoom 70-200mm f/4, mais le boitier idéal, pour ne pas dire parfait, pour moi serait le D700 en 24 Mpixels toujours en FX, avec l’accroissement de sensibilité du moment, sa robustesse, son ergonomie, avec ou sans vidéo je m’en fiche. Nikon sait très bien que c’était le boitier attendu : mais non, pourquoi répondre à la demande, il faut laisser les gens dans la frustration pour qu’ils reviennent acheter plus tard : sans moi, car c’est moi qui signe le chèque, et là (D600, D800, D4,...) je ne signe pas !!

    • Pour "remplacer" mon D300 (en fait pour avoir 2 boitiers) je voulais acheter, fin 2011, un D3s. J’ai acheté un D7000 à ma femme, avec le grip. Le gros désavantage que je trouvais au D7000 est sa prise en main très difficiles (pourtant je n’ai pas de si grosses paluches !). Avec le grip, c’est parfait.
      Voyant la qualité des images obtenues avec le D7000, j’ai choisi d’en prendre un aussi et d’attendre le jour où le D4 sortirait.
      J’ai pu faire des tas de photos dans des conditions de lumière difficiles sans pb avec ce boitier. Seul gros défaut que je lui trouve : la petitesse de son buffer. Le nombre d’images pas seconde n’a que peu d’importance si le buffer est trop petit. -> j’ai parfois du faire des photos en jpeg direct à cause de ce buffer.
      Pour une utilisation dans des conditions de lumière correctes, il est bien mieux que le D300 et pour la vidéo en très basse lumière il est très bon.
      Depuis, j’ai acheté un D4 et du coup j’ai vraiment oublié le 300 : j’utilise le D7000 avec mon 10-24mm et je reserve les focales plus longues pour le D4 (70-200 f2.8, 28-300...)
      Pour quelqu’un qui n’a pas un gros budget, je dirais qu’il faut voir entre le D7000 et un D700 d’occasion si on veut vraiment écarter le D600.
      Il n’y a pas de raison que le D600 continue longtemps à trimballer ce problème de conception entrainant des poussières...
      Je suis tout à fait d’accord avec l’analyse sur le D800. Il manque cruellement de polyvalence et il faut de la grosse quincaillerie pour traiter les .NEFs. J’ai recueilli les témoignages d’utilisateurs de D800 qui regrettent de ne pas avoir pris un D4. Mais le D4 coûte un bras et un oeil.

  • Bonjour,
    Je viens de faire l’achat de cet objectif pour les qualités décrites dans cet article, mais aussi pour la mise au point rapprochée.
    Or, à 200mm à f:4, en studio, avec des conditions optimales de prise de vue (pied, flash de studio, retardateur, miroir relevé, VR sur "OF", confirmation systématique de la mise au point, bref, la totale) le piqué chute terriblement à 200mm à une distance de 1m0,5 /1,10m, alors que jusqu’à 105mm le piqué reste très acceptable.
    Avez vous remarqué le même phénomène sur le modèle testé dans cet article ?
    Merci aux utilisateurs de cette optique de me confirmer ou non cette anomalie.
    Racoon

    • Comment un testeur réputé comme ce monsieur Jean-Marie Sépulchre a-t-il pu passer à côté de cet anomalie ?
      Comment un magazine comme "Le Monde De La Photo" peut-il passer sous silence et cautionner une "BOURDE" pareille ?
      Abonné à ce magazine, je ne pense pas renouveler mon abonnement si c’est pour lire, comme sur tous les autres magazines, "Tous les objectifs sont tous beaux et tous bien gentils" !
      Sans suite

    • Bonjour, quel sujet avez vous choisi pour vos essais ? J’ai vérifié à la distance la plus proche de mise au point sur une carte Michelin (à 200 mm,distance mini on cadre à peu près une zone de 10 x 15 cm, donc ce n’est pas pour du portrait, mais de la proxi photo) et si on laisse une marge suffisante pour que l’AF puisse ajuster en allant en avant et en arrière je ne trouve pas qu’il y ait une chute importante, sauf dans les bords et angles (courbure de champ à courte distance). Mais au centre et pour du format A2 (à partir d’un sujet de 10 x 15 cm, donc) on a une finesse à peu près comparable à ce que l’on obtient avec le Micro Nikkor, du moment que l’on est à f/8 sur le zoom et à f/4 sur le Micro Nikkor. Il est évident que l’image donnée par le zoom est moins "transparente" et contrastée, mais les plus fins détails (contours des petites lettres de la carte) sont rendus de même façon. Il est hélas impossible d’avoir un système de mesure du piqué à distance minimale de mise au point pour un téléobjectif, on est donc obligé de faire des essais comparatifs quand on a besoin de vérifier. Si sur un tel essai vous n’arrivez pas à avoir une image nette, peut-être votre objectif ou votre appareil a un défaut (besoin de micro réglage, peut être ?). Attention, mes constatations concernent le centre de l’image après une mise au point manuelle en live view avec la fonction loupe, mais sur les bords l’écart centre bord déjà indiqué dans nos mesures à 200 mm s’accroît et il serait déraisonnable de faire de la reproduction de documents avec ce zoom...par contre pas de crainte pour des fleurs ou de petits animaux je pense. Si vous trouvez toujours qu’il y a un problème sur votre optique, contactez moi par mel (on le trouve sans problème sur mon site personnel Pictchallenge) et envoyez moi ensuite des photos tests, je ferai de même avec la carte Michelin !

    • Sur la "BOURDE" voir la réponse qui précède. Si vous voulez faire de plus grandes économies désabonnez vous à tous les magazines et ne consultez plus jamais les tests de notre site, mais également ceux de DPReview, DxOMark, SLRGear ou Photozone : absolument personne ne mesure le piqué des objectifs à distance minimale de mise au point car il n’existe aucune système de mesure, un 200 mm se mesure entre 20 et 50 fois la focale selon la taille de la mire. Par contre tout le monde sait qu’hélas il peut y avoir des objectifs présentant des défauts de mise au point ou d’autofocus, ce qui mérite d’être étudié dans la question qui précédait votre post..."définitif" !

[
0
]